22/08/2019

Air2030 : Essais du système sol-air Raytheon Patriot !

DSC_7965.jpg

Nous voici entré dans la phase des essais concernant les deux systèmes sol-air en compétition. Si l’intérêt est moindre que dans le cas des avions de combat,  le nouveau système de missiles sol-air devra pouvoir fonctionner en réseau avec le futur avion de combat, les deux systèmes sont indissociables en vue d’une défense aérienne moderne.

Les essais :

Les essais se déroulant sur l’ancienne place d’exercice « Gubel » à Menzingen ZG comprennent dix missions aux tâches spécifiques. Les essais consisteront à effectuer des mesures au sol et à sonder l’espace aérien à la recherche d’avions des Forces aériennes. L’objectif des missions est de vérifier les capacités des détecteurs des systèmes radars, ainsi que les données des offres reçues. Aucun essais n’aura lieu les jours fériés ou le week-end. Les essais n’incluent pas non plus d’essais de tir. 

Les détecteurs des deux systèmes candidats seront testés successivement aux dates suivantes :

  • Raytheon Patriot (US)  Du 19 au 30 août 2019.
  • Eurosam SAMP/T (FR/IT) Du 16 au 27 septembre 2019.

Pour ces tests, 10 missions de vols sont prévues avec différents aéronefs (avions, hélicoptères, drones) afin de vérifier l’efficacité des radars proposés et des centrales d’engagement des deux systèmes. Tout comme les avions, les essais sont compartimentés, afin que les données restent. Rappelons que la première soumission d’offres a eu lieu en mars dernier.

Exigences de base  :

  1. La défense sol-air de grande portée doit être en mesure, seule ou en combinaison avec les avions de combat, de protéger des secteurs et, ce faisant, de combattre en premier lieu des objectifs dans l’espace aérien moyen ou supérieur. La surface à couvrir doit être de 15 000 km2 au moins. Le système doit disposer d’une grande portée, c’est-à-dire atteindre une altitude d’engagement de plus de 12’000 m (verticalement) et une portée supérieure à 50 km (horizontalement).
  2. Les capteurs de la défense sol-air contribuent à l’établissement de la situation aérienne générale.
  3. Données servant de base pour le dimensionnement des paquets logistiques :

 engagement continu pour autant que les flux transfrontaliers de matériel soient garantis ;

 capacité à tenir au moins six mois si les flux transfrontaliers de matériel ne sont pas garantis.

Le Raytheon Patriot MIM-104 PAC-3+ :

Le Raytheon Patriot assure le rôle de plateforme anti-missile balistique (ABM, anti-ballistic missile) dans l'armée des États-Unis, ce qui est aujourd'hui sa mission principale. Le système SAM et le radar du Patriot ont été développés par l'armée des États-Unis à l'arsenal de Redstone à Huntsville, Alabama. La version la plus moderne qui est proposée à notre pays, le Patriot PAC-3+ est considéré comme très performant. Le système dispose d’une architecture ouverte qui permet une mise à jour et une modernisation facilitée.

Composition du système Patriot PAC-3+ :

Missile GEM-T GaN:

DSC_7963_2.jpg

 

Le missile GEM-T (Guidance Enhanced Missile) de Raytheon est l’un des piliers du système de défense antimissile Patriot de l’armée américaine, utilisé contre les avions et les missiles balistiques et de croisière tactiques. Le missile GEM-T offre une capacité améliorée pour vaincre les missiles balistiques tactiques, également appelés TBM, avions ou missiles de croisière. Il est maintenant devenu le premier missile contenant un émetteur GaN (Nitrure de Gallium). Celui n'a jamais besoin d'être recertifié au cours des 45 années de vie du missile.Les émetteurs connectent le missile au système terrestre, lui permettant de contrôler l’arme pendant le vol. La version GaN du GEM-T utilise l’état solide à la place du tube à ondes progressives conventionnel, qui nécessite un approvisionnement en pièces et une recertification correspondant à la durée de vie du missile. Avec le GaN cette action est devenue inutile.Le nouvel émetteur a la même forme, le même ajustement et le même fonctionnement que l'ancien. Il est également plus robuste, ne nécessite pas de refroidissement supplémentaire et est prêt à fonctionner en quelques secondes après sa mise sous tension. Cela signifie que le GEM-T avec le nouvel émetteur GaN continuera à fonctionner dans les conditions les plus difficiles. Le missile est propulsé par le plus grand moteur mono-étage à propergol solide de sa catégorie.

Le radar Raytheon AN/MPQ-53 Next Generation :

DSC_7968.jpg

Le radar proposé à notre pays et le Raytheon AN/MPQ-53 soit le radar de base du Patriot, mais dans un standard très amélioré « Next Generation ». Ce radar multi-fonctions multi-éléments en bande C/G/H est chargé de la recherche, de la détection, du suivi et de l'identification des menaces potentielles, ainsi que du guidage des missiles Patriot. Il est équipé des fonctions de contre-mesure électroniques (ECM), d’identification ami/ennemi via l’IFF. Le système est couplé à un interrogateur AN/TPX-46(V)7 qui diffère des autres versions, car son celui-ci régi par l’ordinateur de bord suit une seule cible et utilise l’antenne de son radar principal pour la fonction IFF.L'AN/MPQ-53 amélioré est contrôlé à distance par la station de contrôle MSQ-104, via une liaison par câble. Il est capable de suivre plus de 100 cibles potentielles et d'engager jusqu'à 9 d'entre elles simultanément. Le système radar a une portée supérieure à 170 kilomètres (la portée réelle est confidentielle). Le radar MPQ-53 NG ne compte que peut de pièces mobiles, ce qui limite les pannes et permet de concentrer le rayonnement. Le radar dispose d’une grande antenne que l’ont dirige dans l’axe ou la menace et la considérée la plus probable. Le radar peut cependant tourner sur 360° pour des corrections de suivi ou changements d'axe de surveillance. Le secteur de recherche est de 90° et la capacité de piste de 120°. La version améliorée offerte à notre pays permet de faire face aux menaces émergentes, telles que les missiles balistiques manoeuvrables, les missiles et les avions, drones de croisière furtifs.

Lanceurs :

Le Patriot PAC-3+ est établi autour de 2 camions lanceurs portant chacun huit « tubes » hermétiques M901 contenant les missiles, qui n'exigent aucun entretien extérieur. Le chargement s’effectue à l’aide d’une grue. Le système peut emporter jusqu’à 16 missiles. Chaque lanceur PAC-3+ comprend le système électronique amélioré du lanceur (ELES), une boîte de jonction contenant l'unité de diagnostic de la station de lancement (LSDU), une nouvelle interface et des câbles de lancement du PAC-3+. Le système ELES sert d’interface électrique entre le lanceur et les missiles et l’ECS situé à une distance maximale de 1’000 mètres, en les connectant à l’unité de gestion à l’aide de câbles à fibres optiques ou d’ondes radioélectriques dans la plage VHF (SINCGARS). L’ELES comprend un panneau de commande de démarrage, un panneau de commande de moteur de lanceur, un panneau de commande d’alimentation, un panneau d’interface de connecteur de lanceur et un boîtier de contrôle.  

Stations de commande (BMC4I):

air2030,raytheon patriot,pac3+,gem-t gan,anmpq-53 ng,dsa,blog défense,les nouvelles de l'aviation,défense sol-air,romandie aviation

Afin de contrôler l’ensemble du système, le Patriot PAC-3+ dispose d’une station de commande de tir AN/MSQ-104 (ECS), montée sur un camion de 5 tonnes et une station de contrôle d’engagement (ICC), un groupe de mâts d'antenne pour les communications et le brouillage antiradar d'une hauteur de 31 mètres, monté sur un camion de 5 tonnes. Des groupes électrogènes alimentent l’ensemble du système. Le système est doté d’une liaison de données LInk16.

Formation :

Raytheon offre plusieurs solutions en vue de la formation :

 Hardware :

  • Dispositif d’entraînement reconfigurable.
  • Simulation hardware du radar, l’ECS et lanceur.
  • Simulation virtuelle du radar et des équipements de tests.

Formation basée sur la réalité augmentée (CAVE) :

- Simulation hardware de la communication

Software :

  • Simulation virtuelle 3D du radar, ECS, lanceurs.
  • Scénarios de formation Hi-Fi.
  • Simulateur de l’opérateur.
  • Leçons interactives sur ordinateurs portables ou tablette.

Annexe technique :

Le système Patriot dispose de deux fournisseurs, soit Raytheon ou Lockheed Martin. 

Pour le standard PAC3 :

 Raytheon : Radar AN/MPQ/53NG & missile GEM-T GaN (choix Suisse).

Lockheed Martin : Radar AN/MPQ-65 & missile PAC-3 ERINT.

Les deux versions de radars proposées dans le standard le plus récent sont équivalentes en terme de modernité et d'efficacité.

IMG_3363.jpg

Photos : 1 & 2 radar Raytheon AN/MPQ-53 amélioré 3 Tête de missile GEM-T @P.Kümmerling

 

 

 

Commentaires

Le système Patriot est quand même imposant, il faut en moyenne 10 véhicules de transports (tout confondu)
Connaît-on le temps qu’il faut pour mettre en œuvre le système (temps d’arriver sur zone au temps que le système est opérationnel = à faire feu contre les cibles)
Je me demande si ce système est bien adapté à notre pays sur le déplacement des petites routes que l’on trouve chez nous.
Mais au final le patriot est prévu pour être installé dans une zone bien définie et restera sur cette position pendant des semaines ou des mois ou il est prévu tous les x temps de le déplacé sur une autre zone de combat.

Écrit par : Jean | 22/08/2019

@PK merci pour toutes ces infos. Mais il me semble que ce système n'est pas prévu pour remplacer le 35mm, mais bien le rapier et combler une lacune sur la moyenne portée.
@Jean: justement ce système est sensé combler la lacune laissée par l'abandon du bloodhund, donc un besoin en mobilité bien moindre que pour le système 35mm

Écrit par : Raph | 22/08/2019

@Raph: le système sol-air va remplacer doit venir effectivement combler le départ des Bloodhound. Il va également combler l'obsolescence prochaine du Rapier. Le premier projet Bodluv ayant été abandonné, les 35mm sont prolongés.

J'attends quelques conformation du DDPS en ce qui concerne la vision exacte en terme de calendrier de remplacement. J'ai modifié le texte à ce sujet.
A terme, il semble bien qu'il n'y aura plus que deux systèmes, celui en test actuel et le futur remplaçant du Stinger.

Écrit par : Pk | 23/08/2019

La défense antimissile ballistique sera un avantage certain pour la Suisse, au vu de la prolifération de ce type d'armes au Moyen et Proche Orient...

Écrit par : Noth | 23/08/2019

Système statique = système vulnérable. C’est clair qu’un convoi pareil ne fait plus la route de Dailly

Écrit par : Al&X | 23/08/2019

@PK
Savez-vous si eurosam répondra avec l'ancien SAMP/T ou avec le NG ?

Écrit par : herciv | 23/08/2019

La Suisse aurait donc préféré une version plutôt de base, voire dépassée (pas de radar an/mpq-65, pas de erint ou skyceptor)? À cause du prix peut-être? Face à cette version du Patriot, le SAMP-T même celui de base semble supérieur tout en étant moins cher.

Écrit par : GBU | 23/08/2019

@herciv: Je suis dans l'attente d'information sur le sujet pour l'instant. On peut espérer une offre moderne de la part d'Eurosam.

Écrit par : PK | 23/08/2019

@GBU: (?) Soit vous ne lisez pas ou vous avez un problème de compréhension ? Le standard PAC-3+ offert à la Suisse et le plus moderne actuel. Mais il est possible que les erreurs que l'on peut lire sur le net vous troublent.

Écrit par : PK | 23/08/2019

@GBU: Des problèmes de vue ? Eurosam va devoir sortir l'artillerie lourde car visiblement vous ne savez pas ce que GaN veut sous-entendre : soit l'autodirecteur le plus moderne actuellement, pas sur que l'Aster modernisé en dispose. Et oui, Raytheon à amélioré modernisé son radar et même celà vous ne l'avez pas compris.

Écrit par : Marco | 23/08/2019

@PK et @Marco mais si j'ai bien lu que vous avez écrit PAC-3+ et que le missile et les radar son modernisés. Je m'excuse si je n'ai pas compris mais j'avais lu sur le web que les différences fondamentales entre le PAC-2 et le PAC-3 étaient le radar et le missile: An/mpg-53 et gen-t pour le PAC-2 et an/mpq-65 et erint pour le PAC-3. Or un GEN-T même avec un nouveau autodirecteur reste une vieille plateforme beaucoup moins manœuvrable qu'un erint et surtout un aster. Concernant le radar même si le An/mpq-53v peut être dirigé sur 360 degrés, il ne peut pas voir tout le temps sur 360 degrés comme par exemple la version du an/mpq-65 proposé à la Pologne.

Écrit par : GBU | 24/08/2019

Si la Suisse choisit le Patriot et au moment de la livraison ce sera le PAC-3+ ou une version supérieure.
Si la Suisse choisit le SAMP-T elle aura le BLOCK-2 dès 2022 avec une toute nouvelle plateforme et missile amélioré.
En ce qui concerne les radars, les 2 concurrents peuvent présenter un autre radar que celui d’origine.

Écrit par : Jean | 24/08/2019

@GBU: Le choix du GEM-T GaN est une option qui offre un missile ayant une réelle capacité d'engagement testée et validée, l'arrivée d'un autodirecteur GaN le rend spécifiquement efficace et plus difficile au brouillage. Selon Raytheon, notre pays peut également par la suite ou même lors d'une commande opter également pour un autre type de missile disponible, le radar modernisé le permet.

Certes, le MPQ-65 dispisoe d'une capapcité de détection à 360°, cependant seul l'antenne principale peut guider les missiles. De fait, l'engagment au final n'est pas meilleurs.

Écrit par : Pk | 24/08/2019

@Jean: Non, les radars testés seront ceux qui seront livrés. Par contre, comme c'est le cas pour les avions d'ici 2025 chacun des deux systèmes sera ancore amélioré.

Écrit par : Pk | 24/08/2019

@PK: Merci beaucoup pour ces informations , on ne trouve bien évidement rien dans les médias sur le sujet.
Je me réjouis déjà de vous lire en ce qui concerne la proposition sur le Samp/T.

Écrit par : Jean-Michel | 24/08/2019

@Pk merci beaucoup pour votre réponse et pour toutes les précisions.

Écrit par : GBU | 24/08/2019

Les USA achètent des missiles Hetz 3 et des batteries Iron Dome alors que la Suisse se fournit en Patriot, que s'est-il passé entre la Suisse et ses commandes de Iron Dome et éventuellement de Hetz 3 ?

Écrit par : Alouette | 25/08/2019

@Alouette: Non, la Suisse n'achète pas de Patriot pour l'instant, elle évalue ce système et le Samp/T européen.

Il n'y jamais eu de commande d'Iron Dome de la part de la Suisse, d'ailleurs ce système a été ejecté de l'évaluation.

Écrit par : PK | 25/08/2019

@pk Armasuisse semble chercher un très haut niveau d'intégration entre la défense sol-air et les chasseurs. Comment les couples f-35/patriot et Rafale SAM/T se situent les uns par rapport au autres ?
https://www.defensenews.com/global/europe/2019/08/28/swiss-seek-package-deal-of-ground-based-weapons-combat-aircraft/

Écrit par : herciv | 30/08/2019

@Herciv: On peut pas parler de couple, les avions et les deux systèmes sol-air sont évalués séparément et l’on pourra choisir les deux systèmes de manière indépendante. La capacité à fournir une liaison de données et les code sources sont primordiales pour chacun des systèmes en concours. Une attention particulière sera faite pour analyser la concordance entre les différant systèmes en vue du choix final. Il faut également noter que le nouvel avion et système sol-air devront s’intégrer avec le système radar FLORAKO qui est lui même composté d’éléments de chez Raytheon et Thales.

Écrit par : Pk | 30/08/2019

Herciv/ PK : oui c’est juste Raytheon et Thales son partenaire dans le FLORAKO et ils sont également en course pour l’amélioration avec Saab me semble-t-il ? Le fait de retrouver ces deux radaristes l’un sur l’Advanced Super Hornet, le Patriot et l’autre sur le Rafale et probablement sur le Samp/T devraient donc les favoriser comme choix final mixte par exemple ce qui favorise également les accords CH/USA et CH/UE.

Écrit par : Sebastien | 30/08/2019

La Suisse n’est pas un pays très plat, une majorité de la superficie du territoire est montagneuse.
Je ne pense pas que les 2 systèmes testés vont donner entière satisfaction sur une quantité réduite de systèmes antiaériens.
Il faudrait plus de systèmes pour couvrir le pays.
Il est préférable de prendre le SAMP-T qui semble plus simple, plus mobile, mais avec des capacités similaires au Patriot qui malgré ses performances a des lacunes avec son système radar qui couvre qu’une partie de la zone donc au final il faudrait 3 radars pour une surveillance à 360°.
Le SAMP-T fait beaucoup mieux de ce côté-là, mais ce n’est pas nous qui prendrons la décision du modèle le mieux adapté.

Écrit par : Jean | 30/08/2019

@jean: Il faut considéré ce système dans un concept d'ensemble. D'une part nous retrouverons une capacité longue portée,mais mobile cette fois, que nous avons perdue avec le retrait des Bloodhound. L'engagement se fera certes en plaines mais avec des possibilité sur certains plateaux dans le Jura et zones dégagées de montagne. Cet capapcité sera complétée par le nouvel avion de combat grâce au mode "en réseau". Puis arrivera un nouveau système DSA qui remplacera les trois systèmes actuels. De portée courte-moyenne avec probablement une capapcité binôme missiles/canons à tirs rapides montés sur une véhicule et également en mode réseau.

Écrit par : PK | 31/08/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.