17/06/2019

Salon du Bourget, présentation du SCAF et du TF-X !

6ac20265cbf0e6458d7bae1b740c68d67390af71_field_mise_en_avant_principale_0.jpg

Hasard du calendrier, ce matin a l’ouverture du Salon du Bourget deux maquettes de futurs avions de combat ont été présentées presque simultanément. Le SCAF de Dassault/ Airbus et le TF-X de Turkish Aerospace.

Le SCAF :

1-3-900x480.jpg

La maquette grandeur nature du chasseur nouvelle génération (NGF) de Dassault/Airbus a été dévoilée devant le président français Emmanuel Macron. Après le dévoilement, Florence Parly, Ursula von der Leyen et Margarita Robles, respectivement ministres de la Défense française, allemande et espagnole, ont signé des documents qui ont officiellement accueilli l’Espagne dans le programme, à la suite de l’annonce d’intention faite en février.

Le projet SCAF, appelé système de combat aérien pour l'avenir (FCAS), a été accepté pour la première fois en tant que programme franco-allemand en juillet 2017. Pour répondre aux besoins français, le NGF souhaite être capable de supporter la charge.

Lors de la même cérémonie, Eric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation, et Dirk Hoke, directeur général d'Airbus Defence and Space, ont officiellement présenté une proposition commune pour la première phase de démonstration du SCAF. Cela couvre la période allant de cette année au milieu de 2021. Outre le NGF, le programme SCAF comprend des plates-formes de télécommunicateurs distantes sans pilote qui agissent comme des multiplicateurs de force "fidèles", et un réseau en nuage de combat aérien. L'intégration des actifs existants est également incluse dans le programme global du SCAF. Un contrat est attendu pour le quatrième trimestre et il est prévu que les démonstrateurs volent d'ici 2026.

Le TF-X turc :  

IMG_3267.JPG

De sont côté, Turkish Aerospace à présenté la prochaine génération de chasseur indigène turc. Temel Kotil, président et chef de la direction du principal contractant Turkish Aerospace, a déclaré: "Nous avons promis d'avoir le meilleur chasseur d'Europe". "En plus de la Turquie, j'espère que ce sera une bonne option de combat pour les alliés européens." Le premier vol de TF-X devrait être programmé pour 2025 et le pays vise l'entrée en service en 2028, a-t-il déclaré.

Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI). Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation futur de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard. 

La Turquie n'a pas encore choisi le groupe motopropulseur pour le TF-X, bien qu'il ait négocié avec Rolls-Royce pour le turboréacteur Eurojet EJ200 qui alimente l'Eurofighter Typhoon. En octobre 2014, Rolls-Royce a signé un protocole d'accord avec l'institut de recherche scientifique de la Turquie pour ouvrir un «centre technologique avancé»dans le pays.

 

Photos : 1 et 2 maquette SCAF @ Dassault maquette TF-X @ TAI

 

Airbus lance l’A321XLR !

082EE8C1-0FB3-451E-A53F-81F26A675107.jpeg

Salon aéronautique du Bourget, l’avionneur européen annonce dès l’ouverture le lancement de l’A321XLR (extra long range). La nouvelle version de l’A321 va pouvoir ainsi disposer d’un rayon d’action de l’ordre de 8.700 km et permettre des liaisons transatlantiques ou de liaisons entre les côtes est et ouest des Etats-Unis à pleine charge.

Avec un tel avion, les transporteurs aériens pourront couvrir des distances égales que les gros-bimoteurs de type A350, A330, B787 et B777, mais avec moins de passagers. De fait, Il devient possible pour les transporteurs aériens d’offrir du long-courrier sans avoir le souci de remplir des gros-porteurs, soit une combinaison intéressante complémentaire aux offres actuelles. Les compagnies « low cost » trouveront avec ce nouvel avion une possibilité accrue pour offrir des vols à bas coûts transatlantique qui n’était pas possible avec les générations d’avions antérieures.

L'A321XLR est la prochaine étape de l’évolution de l'A321LR. Il répond aux besoins du marché en matière portée et de charge utile augmentées, en créant davantage de valeur pour les compagnies aériennes. À partir de 2023, il offrira une autonomie sans précédent pouvant atteindre 4 700 nm, soit 15% de plus que le A321LR et une consommation de carburant par siège réduite de 30% par rapport aux avions concurrents de la génération précédente. Cela permettra aux opérateurs d’ouvrir de nouvelles liaisons mondiales telles que l’Inde vers l’Europe ou la Chine vers l’Australie, ainsi que d’étendre encore la portée de la famille sur les vols transatlantiques directs entre l’Europe continentale et les Amériques. Pour les passagers, la nouvelle cabine Airspace de l’A321XLR offrira la meilleure expérience de voyage, tout en offrant des places dans toutes les classes avec le même niveau de confort que sur un long-courrier, avec les bas coûts d’un avion monocouloir.

Photo : A321XLR @ Airbus