13/06/2019

air2030, Le Gripen E ne participera pas aux essais !

CF5761E3-CD88-4491-8538-7033EAD2D31F.jpeg

L'Office fédéral de l'armement, armasuisse, a officiellement recommandé à Saab de ne pas soumettre le Gripen E aux prochains tests en vol en Suisse. Raison invoquée: les essais en vol ont été conçus afin d’évaluer uniquement des avions prévus pour être opérationnels en 2019. Or les tests en vol font partie de la procédure d’évaluation d’avions de chasse dont la livraison est attendue pour 2025. Si le Gripen E entrera en service et répondra à tous les critères requis plusieurs années avant les livraisons prévues par la Suisse, le plan de développement du Gripen E ne coïncide cependant pas avec le plan suisse et ne permet pas de procéder à des essais en vol avec des avions opérationnels en 2019. Saab a donc décidé de ne pas participer aux essais en vol suisses prévus du 24 au 28 juin à Payerne.

Il faut comprendre que certains systèmes à bord des Gripen E de préséries (39-8, 39-9, 39-10) sont encore à l’état de tests et non pleinement opérationnels. Il était spécifiquement précisé dans la demande d’armasuisse que l’ensemble des systèmes des avions qui participent aux essais en vol doivent incorporés une maturité opérationnelle.

À l’invitation d’armasuisse, Saab a transmis une offre pour le Gripen E le 25 janvier 2019. Depuis la soumission de cette offre en janvier, les attentes d’armasuisse en termes d’essais en vol ont évolué et l’Office attend désormais la participation d’avions entièrement opérationnels. Le Gripen E étant encore en cours de développement, Saab a présenté des solutions afin d’effectuer malgré tous les essais en vol suisses en 2019. Mais armasuisse a refusé la proposition consistant à compléter les essais en vol du Gripen E en effectuant les tests prévus pour juin.

Saab reste en course pour l’instant :

Pour l’avionneur suédois c’est coup dur, celui-ci a communiqué publiquement sur l’avancement du développement du Gripen E à chaque fois qu’une nouvelle étape était franchie. Au moment de transmettre à Saab son invitation à participer à l’appel d’offres en 2018. Selon le communiqué de l’avionneur, celui-ci maintient pour l’instant son offre et déclare : « Nous sommes convaincus que le Gripen E est le meilleur choix que la Suisse puisse faire, et l’offre présentée en janvier 2019 tient toujours. Saab s’engage à livrer au moins 40 avions de chasse Gripen E en temps voulu ainsi qu’à respecter les critères requis et le budget planifié, y compris un concept d’assistance avec délégation locale qui garantira les coûts d’exploitation les plus abordables et le niveau d’autonomie le plus élevé ».

Analyse :

Si le programme du Gripen E évolue correctement selon le calendrier prévu, on pouvait effectivement craindre que l’avionneur suédois ne soit pas complètement prêt pour les essais. Le cadre fixé par armasuisse est particulièrement strict à tout point de vue et il n’y a pas de passe-droit, les avionneurs doivent cadrés avec les demandes sous peine d’être écartés. Finalement, il aura manqué quelques mois à Saab pour venir présenter un avion ayant atteint assez de maturité. Dommage.

 

Pour l’instant l’avionneur maintien son offre pour notre pays, mais les choses se compliquent énormément pour Saab. Il n’y aura pas de seconde chance et il est maintenant presque sûr que le choix se portera sur un autre concurrent. Et ceci d'autant plus que du côté du DDPS on se dirige clairement en direction de l'éviction du Gripen E !

Commentaires

Mouais... Pas sûr que le F-35A puisse vraiment être considéré comme opérationnel autrement que sûr le papier... Dommage pour le Gripen.

Écrit par : Norbert | 13/06/2019

Sérieusement armasuisse?
Vous demandez une offre de la part de Saab le 25. janvier 2019.
Et le 13. juin vous déconseillez de participer aux tests en vol?
ABE

Écrit par : Ben | 13/06/2019

@Ben : Rien d’anormal, en répondant à la demandes d’armasuisse, les avionneurs entrent en compétition et doivent respecter le cadre défini. Si Saab présentait ne pas pouvoir répondre sur l’ensemble il pouvait ne pas se présenter. Sur la bases des données transmises pas Saab Armasuisse s’est positionné.

Écrit par : Pk | 13/06/2019

Ça, c'est assez énorme comme info. Pfiou !

Écrit par : Gian | 13/06/2019

Ben m... , ça je ne m'y attendais pas!

Et il n'y aura aucune chance que SAAB puisse reproposer d'ici quelques mois le Gripen E? Il y en a qui vont se mordre les doigts que son achat ait été refusé suite à la triste votation de 2014...

Bon, ben ça rebrasse les cartes et les chances de voir un biréacteur s'imposer augmentent.

Écrit par : Jo-ailes | 13/06/2019

Bonjour PK (et tous les autres participants)

Voilà mon premier post après une très longue période de non activité :-)

Je me pose la question suivante. N'aurait-il pas été plus censé (afin de réduire la perte de temps et d'argent) de faire voter le peuple suisse après la remise du rapport du Programme Air2030 mais avant le choix de l'avion afin d'avoir au moins l'aval du peuple sur le concept lui-même (avec le concept du projet, une enveloppe budgétaire, etc...)?


Le peuple ne votera pas sur le choix de l'avion mais sur le principe même du remplacement de la flotte de nos avions de chasse, ce n'est pas au rôle de la population de définir quel avion correspond au cahier des charges de l'armée. De ce fait, initier les appels d'offres, les testes avant même d'avoir l'avale du peuple, n'est-ce pas mettre la charue avant les boeufs?


Dans le cas où le peuple refuse l'achat d'avion, ce serait la deuxième fois que la Suisse initie ces testes et ne va pas jusqu'au bout du processus d'achat. Et ce, pour les mêmes raisons.

Est-ce que cela ne risquerait pas d'impacter la crédébilité de la Suisse? ou d'éventuellement futurs achats d'avion de chasse?
Je ne connais pas le coûts que représentent ces appels d'offres pour les fabriquants et gouvernements impliqués mais je veux bien imaginer que le coûts représente pas mal d'argent même si cela pourrait être compensé pour celui qui remporte le contrat.

(question subsidiaire: Qui prend en charge les couts de ces testes? Le pays qui fait l'appel d'offre ou les fabriquants prennent en charge les coûts, les deux?).

Pour le cas de la Suisse, peu importe qui pait, d'avoir l'aval du peupe avant, permettrait d'économiser du temps et de l'argent à tout le monde, non?

Écrit par : DdD News | 13/06/2019

@noberbert

Sauf que le F-35 l'est, puisqu'il est actuellement opérationnel (28 Février pour la B et 1er Mars pour la C sauf erreur) dans la Navy et chez les Marines (respectivement).

On aime détester le F-35 (moi le premier) mais l'avion fonctionne, il a des défauts des problèmes, mais, il est pas le seul a rencontrer des tuiles monstre dans son développement.

D'ailleurs, le Gripen, qui était un de mes avions favoris, plus je creuse le sujet plus je vois qu'il a aussi eu un développement très difficile et qu'il collectionne un grand nombre de crash pour un avion pas encore produit à des milliers d'exemplaire.

Écrit par : Funky | 13/06/2019

En somme, restent en course le F18, Rafale et EF.
.
Qu'est ce qui a été demandé au niveau armement et gestion des stocks existant ?

Écrit par : v_atekor | 13/06/2019

« DdD news, sympa de vous lire à nouveau ! Les frais des tests sont partagés entre les avionneurs et la Confédération, un budget a été voté dans de sens.
Politiquement aurait pu voter avant les essais, mais c’est le calendrier politique qui posait problème et il fallait allez de l’avant avec air2030, il y a urgence.
Ce retrait ne change en fait pas grand-chose et crédibilise au mieux les tests, par rapport aux demandes d’armasuisse.

Un refus du Peuple suisse serait doublement catastrophique : crédibilité de notre pays d’une part et de l’autre une perte de souveraineté aérienne. Nous serions à l’aube de 2030-2035 au même niveau que les pays comme l’Estonie, la Lituanie, Kosovo sous protectora de l’Otan.

Écrit par : Pk | 13/06/2019

@Funky,

Je n'ai rien contre cet avion et je le trouve même plutôt intéressant, mais de ma perception, ses capacités de combat sont plus théoriques qu'autre chose pour le moment vu le nombre de défauts qui doivent encore être corrigés.

Il a effectivement menés quelques missions de combat, mais vu qu'elles s'étaient déroulées en environnement relativement permissif, elles n'étaient probablement pas beaucoup plus compliquées que les tests de base. Ce serait probablement très intéressant de connaître les missions menées par les israéliens avec, mais voilà quoi, ce ne sont pas des infos faciles à trouver :-)

La capacité opérationnelle initale du F-35A avait été prononcée en 2016 par l'USAF, mais il y a encore de nombreux défauts à corriger d'après les différents rapports publiés sur le sujet aux USA. Le simple fait qu'il se soit passé plus de 2 ans entre l'IOC et les premières missions de combat menées par l'USAF est relativement révélateur à mon avis. L'IOC avait probablement été décrétée en 2016 surtout pour montrer au monde politique américain et aux clients internationaux que le programme F-35 progressait, mais rien de plus. D. Trump était très critique vis-à-vis de cet avion, et je pense qu'il l'est toujours.

Je suis persuadé qu'à terme ces défauts seront corrigés, mais cela va prendre du temps. J'ai lu dans un article sur un site américain la semaine dernière que le taux de disponibilité des F-35 de l'Air Force était de 27%, donc il y a du job.
De toute façon lookheed n'a pas vraiment le choix vu 'ils viennent de livrer le 400ème exemplaire produit.

Est-ce que le F-35 serait un bon choix pour la Suisse? Peut-être. Pour moi il a un gros avantage pour un avion qui devra voler et être compétitif jusqu'en 2050 au moins, c'est que c'est un design des années 2000. Le Super Hornet, le Rafale et le Typhoon ont été modernisés et n'ont plus grand chose à voir avec les premières versions, mais cela reste des avions dont les premières ébauches ont été faites dans les années 70 ou 80, donc ça commence à dater.

Et est-ce que le F-35 serait adapté pour les Forces aériennes suisses? Ca je laisse les personnnes en charge de l'évaluation se prononcer, ça dépasse mon niveau de compétence :-)

Écrit par : Norbert | 13/06/2019

En lisant le dernier air et cosmos, on voit que les Rafale même en F4 sont prévus d’être remplacés en 2040.
Le F/A 18 ne devrait pas durer plus longtemps, de même que l’Eurofighter.

Combat Aircraft cite un général US, qui dit que l’heure de vol du F35 ne pourra guère baisser à moins de 34’000$ et l’avion seul n’est pas très crédible.

En tenant compte de la lenteur du processus de décision, quel avion sera encore au top à son entrée en service?

Écrit par : Stéphane | 13/06/2019

@stéphane : Le retrait se fera en France mais selon toute probabilité, l'Inde conservera les siens qui seront presque à mi-vie, et la ligne de production qui va avec. Et en même temps vous utilisez encore des F5 dont la mise en service date de 1962... Le Typhon sera également en fin de vie, mais il y a encore des lots neufs qui sont en commande en Europe.
.
Le F35 ne semble pas adapté au besoin, et le carnet de livraison de cet avion est également très étalé.
.
Monter à bord du scaf ce serait probablement la solution la plus pertinente mais ça vous met un pied sur une machine dont les ventes ne seront pas neutres.

Écrit par : v_atekor | 13/06/2019

Bienvenue au Super Hornet, donc.

Écrit par : john | 13/06/2019

@PK
Merci beaucoup pour les informations!

ok pour le calendrier mais ca reste malgré tout un pari risqué. J'ignore certainement les raisons politiques qui n'ont pas permis de prendre cela en considération lors de la plannification du calendrier. Cependant je reste quand même perplexe que pour un projet aussi important, ce point n'ait pas pris plus d'importance pour la plannification.

Il est vrai que la votation précédante concernait avant tout le remplacement des F5 et non de la flotte principale. Cependant même en 1992, l'initiative « pour une Suisse sans nouveaux avions de combat » n'avait été balayée que par 57%. Période, me semble t'il, où la pression contre l'armée était bien moins grande qu'aujourd'hui.

Vous parlez de la crédibilité auprès des constructeurs ou au niveau internationale?

Pour ce qui concerne la souveraineté de la Suisse, je partage entièrement votre avis sur la question. Quitte à devoir dépenser de l'argent dans la sécurité, autant garder le control de ce que l'on fait et notre indépendance.

Écrit par : DdD News | 13/06/2019

Et voila la première embrouille qui donne déjà des munitions aux opposants pour la future votation!
Imaginez-vous expliquer que l'évaluation 2019 est sérieuse, lorsque le vainqueur de la précédente en est éjecté.
Il me semble qu'il avait été dit en 2014 que le Gripen E serait prêt en 2019.

Écrit par : ouioui | 13/06/2019

@DdD News : "[...]ce serait la deuxième fois que la Suisse initie ces testes et ne va pas jusqu'au bout du processus d'achat[..]". Non pas vraiment.. ça semble malheureusement plutôt être la règle en Suisse
- 1969-1972 : Remplacement des Venom; vainqueur LTV A-7 Corsair II
Pas d'achat
Ref : https://www.nzz.ch/warum_die_schweiz_den_zahnlosen_tiger_kaufte-1.15146149
http://www.amicaleaviation4.ch/html/1_4ea48.html
- 2014 : Remplacment des F-5E Tiger II; vainqueur Saab Gripen E
Pas d'achat
- 2019 : Wait and see

Pas de quoi être fier.

Écrit par : Al&X | 13/06/2019

@Ouioui: Non c’est justement l’inverse, cela crédibilise les essais. En 2008, aucun avions n’étaient pleinement opérationnels et on devait faire avec .ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le Gripen E de ta livré pour la fin de l’année au Brésil ce qui est juste, par conte le timings et trop court de 4 à 5 mois pour les essais, c’est malheureusement mais il est ainsi.

Écrit par : Pk | 13/06/2019

Selon la presse suédoise :
- Le Gripen E a 2 ans de retard
- la production ne commencera qu’en 2021
- Saab avait proposé d’envoyer des Gripen C pour l’évaluation, ce que Armasuisse a refusé
Ce qui fait dire que la décision est injuste (puisque les autres appareils évalués ne sont pas non plus la version offerte)

Donc que va recevoir le Brésil en 2019??
6 mois pour finir tous les tests *et* construire le 1er avion de série et le vérifier.
C’est sportif!

Ce qui est dommage, c’est que ça confirme la campagne de dénigrement de 2014...
Même si tous constructeur a eu son lot de retard

Écrit par : Al&X | 13/06/2019

C'est regrettable car nous n'aurons pas de concret pour évaluer l'évolution de C à E du Gripen...
Et à titre perso,aucune idée de savoir si, finalement, ce Gripen E est vraiment une menace en termes de capacités au Rafy....


Toutefois, cela me réjouit, car le Rafy se retrouve maintenant avec "seulement" le F18 SH comme conccurent..... Car oui, le GRIPEN E me faisait peur, et ces essais étaient l'occasion en or de vérifier si mes peurs étaient justifiées

Écrit par : Grosminet | 13/06/2019

@ouioui
Le vainqueur de la précédente évaluation d'Armasuisse c’était le RAFALE, et de très loin, et ce, aussi bien sur les versions évaluées à l'époque (Gripen C, Rafale F3, EF T3) que sur les promesses des évolutions futures (Gripen E, Rafale F4, EF T4). Ce sont les politiciens qui ont choisi le Gripen, avec le résultat que l'on connait . . .

@Pk : Deux évaluations ont été faites, l'une sur les appareils opérationnels (vert), l'autre sur les évolutions envisagées par leurs constructeurs respectifs (rouge). Ce que l'on est forcé de constater aujourd'hui, c'est que le Gripen E méritait bien à l'époque son appellation d' "avion de papier" . . .
https://4.bp.blogspot.com/-UllaAXo7QnY/TtaTpBS5UWI/AAAAAAAACHs/rk5-LU3C3JA/s1600/armassuisse_eval.png

Écrit par : Obelix_38 | 13/06/2019

@v_atekor: le SCAF vise une capacité opérationnelle complète en 2040 (d'après wikipedia, mais de mémoire ça correspond aux différents articles que j'avais lu sur le sujet), mais ce sera un sacré challenge de tenir cette date vu l'historique du développement des avions de combat occidentaux récents, ainsi que tous les risques politiques. Donc dans tous les cas le SCAF arriverait trop tard pour le calendrier suisse.

Ce sera peut-être un bon choix, mais pour le remplaçant du prochain avion de combat suisse :-)

Écrit par : Norbert | 13/06/2019

@AI&X: Non, c'est faux, la production est en cours et les premiers appariels seront livrés à la fin de l'année au Brésil.
Il n'a pas de retard sur le programme Gripen E. Par contre suite à la votation Suisse, le calendrier a été revu avec 6 mois de décalage pour pouvoir faire entrer les socitétés Embraer et AKAER brésiliennes dans la fabrication de l'avion. Se sont bien ces 6 mois que l'on retrouve aujourd'hui et font que l'avion n'est pas mature pour les tests.

Dans le cadre des essais, un avion de préséries devait venir accompagné du biplace 39-7 (NG) mist à jour. Mais devant les problèmes de maturité, Saab a alors postposé à armasuisse de venir avec un biplace D MS20 en plus du monoplace E. Hors, la technologie étant sensiblement plus ancienne et ne représentant pas suffisamment le "E". L'offre a été refusée et c'est bien normal.

Écrit par : PK | 13/06/2019

@Al&X merci pour l’information, j’avoue que n’étant pas né a cette époque je l’ignorais. Quoi qu’il en soit, ca ne fait pas tres sérieux effectivement. Si aucun n’avions n’avait rempli les conditions, passe encore mais là...

Écrit par : DdD News | 13/06/2019

@Norbert : Je ne sais pas si ce sera un challenge si gros en Europe, les avions produits ont plutôt été dans les temps. Et la plupart des avions américains aussi. Le F35 est parti avec plusieurs handicaps : le développement concurrent, la version VSTOL. Dassault a plusieurs fois fait savoir qu'il ne comptait pas faire table rase du passé et ne s'ajouter que quelques difficultés à la fois.

La fusion de donnée du Rafale étant déjà là, si on pense que le Rafale F4 sera prêt pour le réseau dans 5 ans (autrement dit : c'est déjà bien avancé...) le challenge sera assez réduit. On risque de voir des développements incrémentaux par bouts, avec les combats en réseaux déployés sur les aéronefs existants, puis des drones capables d'abord de voler en formation avec les Rafales et Typhon façon NeuroN, et peu à peu jusqu'à ce que les cellules actuelles soient obsolètes....

Écrit par : v_atekor | 13/06/2019

@norbert, alors on est d'accord (enfin sur le principe) ;-). Après je pense que le Rafale (alors que j'étais au départ pas du tout derrière) tiendra sans souci jusqu'en 2050 lui aussi vue que l'armée française toute entière prévois son programme dessus.

Le super Hornet est selon moi clairement le plus "en retard" de tous, puisque même si il est repensé, il n'inove pas par rapport au hornet et ce traine ces défauts (même si il les rends moins grave) au delà du faite qu'il continue, selon moi, à ne pas correspondre au cahier des charges, plus je creuse, je cherche et je m'informe plus ça ce confirme. Mais bon ça c'est une autre histoire et on s'en fiche.

C'est triste pour le Gripen tout ça, mais c'est ainsi, vue que de toute façon le peuple dira non hein :-D

Écrit par : Funky | 13/06/2019

@pk : Je vais récupérer les references suédoise, Concernant le Brésil, on verra à la fin de l’année ce qui sera livré... Je vous trouve trop optimiste avec Saab.

Je viens d’ailleurs de lire le document suivant très interessant : « Rapport de la Sous-commission TTE de la Commission de la politique de sécurité du 20 août 2012«. Et bien il n’est pas très tendre avec Saab.
(A l'époque, l’offre du constructeur avait changé en cours d'évaluation du Gripen C/D vers le Gripen E/F).
Ce qui avait déclenché la polémique...
Armasuisse s’est peut-être rappelé de son attitude conciliante avec eux en 2011 et s’est montrée plus stricte en 2019.

A mon avis, la preuve de que l'évaluation 2019 est plus conséquente.
Je suis malgré tout triste pour Saab; j’aurai aimé voir les changements sur la cellule de visu à Payerne

Écrit par : Al&X | 13/06/2019

Les raisons qui ont conduit Armasuisse à recommander à Saab de ne pas se présenter aux évaluations n’étaient pourtant pas un problème quand il s’agissait de défendre l’acquisition des 22 Gripen E/F auprès des électeurs suisses il y a cinq ans.

Cela reste pour moi une décision quand même surprenante dans la mesure où il d’agit d’une évolution d’un appareil existant dont les contrats brésiliens et suédois garantissent la production.

Le mot "Gripen" est-il devenu un épouvantail après l'échec de 2014 en votation ?

Écrit par : Badcox57 | 13/06/2019

"...ce n'est pas au rôle de la population de définir quel avion correspond au cahier des charges de l'armée..."

Le choix (ou le non-choix) d'un appareil de combat est éminemment politique, car il embarque à très long terme le pays acheteur dans la sphère d'influence stratégique du vendeur. Or, aux dernières nouvelles, c'est toujours le peuple qui est le Souverain en Suisse. Oh, comme j'attends ces votations...

Écrit par : UnOurs | 13/06/2019

@AI£X : le rapport de 2012 est une chose nous sommes en 2019. La production es Gripen E est en cours et du côté Brésilien on confirme la tenue du calendrier. Nous bien en face d’un décalage de calendrier de quelques mois, c’est navrant mais voilà.

Écrit par : Pk | 14/06/2019

Badcox57: ne pas tout mélanger et replacer les choses dans leurs contextes, en 2014 on savait qu’il fallait attendre la finalisation de l’avion, comme avec les concurrents. Aujourd’hui le marché permet de rester des avions pleinement opérationnels, dans ce cas il est normal de placer un cadre et de le respecter.

Écrit par : Pk | 14/06/2019

@UnOurs: le choix sera double avion et système sol-air l’occasion de jouer la carte de la mixité us/ue ou non. La population aura le dernier mot mais dans le cadre de l’avenir des forces aérienne et de notre souveraineté ou la dépendance totale et la mise sous-tutelle aérienne. Voilà le but central !

Écrit par : Martin | 14/06/2019

Il est regrettable de ce retrait de la compétition ? Même si le gripen est légèrement en retard avec la finalisation et le passage au modèle de série, je trouve qu’il aurait dû être testé avec un modèle de présérie.

Il restait encore 6ans avant l’arrivée des premiers avions a notre force aérienne ce qui laisser largement le temps à Saab d’avoir un avion complètement au point ? Car la décision ne va pas se faire aujourd’hui, il faudra du temps pour analyser toutes ces informations et pendant ce temps le gripen avancerait sur sa phase finale de série.

Il est possible qu’il risque avoir sur le temps un regret de na pas avoir donné cette change au gripen.

Mais une question s’impose, mais qu’on n’aura jamais de réponse de nos autorités ! si le gripen était resté en liste et qu’un referendum est lancé avec votation quel en aurai été le risque d’avoir un refus du peuple et je pense malgré ce léger retard de Saab, le peuple voit l’ancien modèle ou le nouveau E toujours comme un avion de papier et le peuple aurait été sur que le choix final ce porterait de toute façcon sur le gripen car moins cher, il est bien possible que nos autorité ont joué la carte sécurité ce qui donnera plus de chance lors des votations que l’achat soit accepté.

Écrit par : Jean | 14/06/2019

Petit rappel pour ceux qui pense qu’armasuisse n’aurait pas dû exclure malheureusement le Gripen E : L’appel d’offres précise le type d’avion de combat voulu. Cet élément est important si plusieurs versions sont disponibles. Ainsi, les avions Boeing F/A-18 Super Hornet et Saab Gripen E peuvent être proposés à l’achat, alors que des versions antérieures comme le F/A-18 C/D ou le Gripen C/D n’entrent pas en considération.
Les quatre sous-systèmes principaux (radar, système de guerre électronique, capteurs optiques et cryptage Datalink) doivent avoir atteint, au moment des essais au sol et en vol en Suisse (entre avril et juin 2019), un degré de maturité technologique de sept sur neuf au moins. Autrement dit, chaque sous-système doit être, au moment des essais, intégré à l’avion dans une version susceptible d’être démontrée dans un contexte opérationnel.
Ces sous-systèmes doivent pouvoir être fournis véritablement par la suite, c’est-à-dire qu’il est exclu, par exemple, d’intégrer pour les essais un sous-système dans une version antérieure que le constructeur n’a pas prévu d’utiliser au final, en attendant qu’une nouvelle version atteigne le degré de maturité exigé.

L’avion doit remplir ces conditions pour participer à l’appel d’offres.

Il manquait donc un peut de temps et de maturité à l’avion suédois, dommage, mais ces tests doivent être impartiaux et respecter scrupuleusement le cadre défini.

Écrit par : Steeve | 14/06/2019

@Jean : S'il n'y pu avoir aucune négociation, genre on fait voler celui de présérie en disant que c'est celui de série parce que finalement il n'y a que la couleur de la peinture qui change, c'est probablement parce que les lacunes sont plus grandes que ce que veut bien admettre Saab. L'avion a déjà 2 ans de retard. On verra s'il sort à l'heure au Brésil, mais je mise sur un report également.

Écrit par : v_atekor | 14/06/2019

@PK
"@AI&X: Non, c'est faux, la production est en cours et les premiers appariels seront livrés à la fin de l'année au Brésil.
Il n'a pas de retard sur le programme Gripen E. Par contre suite à la votation Suisse, le calendrier a été revu avec 6 mois de décalage pour pouvoir faire entrer les socitétés Embraer et AKAER brésiliennes dans la fabrication de l'avion. Se sont bien ces 6 mois que l'on retrouve aujourd'hui et font que l'avion n'est pas mature pour les tests"

Je pense que le retard est bien plus élevé. Fin 2016 le planning de Saab était d'avoir les 3 protos (39-8 à 38-10) en vol fin 2017. Rien que sur cet objectif il y a donc un retard de 18 mois. Le nombre d'heures de vol est inférieur à 200 ce qui est très peu à ce stade.
Ensuite, au séminaire Gripen du mois de mars 2019, Saab disait que les essais effectués à ce stade recouvraient principalement l'exploration du domaine de vol et qu'allaient débuter les essais d'intégration des systèmes radar, CM, IRST, etc. Il était d'ailleurs question d'utiliser le 39-7 ex-demo pour complémenter les protos. Or ce type d'essais nécessitent beaucoup de vols de vérifications avec plastrons, des aller-retours avec les industriels pour apporter les correctifs, revérifications, etc. Cela nécessite beaucoup plus que 6 mois de travail.
Concernant le radar, Leonardo est également impliqué dans l'E-scan de l'Eurofighter qui connait beaucoup de retard de développement, ça pourrait bien être une raison du retard de Saab.
On verra pour les livraisons mais ça risque de faire comme pour les essais de Payerne avec une annulation surprise deux semaines avant ou des avions sans systèmes.

Écrit par : schnorkeloch | 14/06/2019

Quelle déception que de voir cet avion écarté !
Sans être spécialiste de la validité d'un avion par rapport à un autre, il parait évident que le temps qui passe et les différents avis diffusés ne vont pas faciliter l'acceptation de la future votation.
Il parait évident, maintenant, que la votation sur un renouvellement de notre Aviation aurait du être entreprise AVANT le choix d'un nouvel avion par notre Armée.
Questions avions :
- est-il exact que le Super Hornet soit plus volumineux que le F/A 18 actuel et nécessiterait beaucoup de travaux pour modifier les infrastructures ?
- est-il exact que le coût de maintenance du FA35 et de l'EF dépassent les 30'000.- de l'heure de vol ?
- la décision de Armasuisse ouvre-t-elle en grand le choix du Rafale ?
Nous voici donc bien avancés par rapport aux propositions précédentes ...

Écrit par : Daniel Cochard | 14/06/2019

@ schnorkeloch: pas exactement car en 2017 Saab a modifié sont mode de fonctionnement en insistant sur le développement logiciel et en retardant la sortie du 39-8 et 39-9. Dans ce dossier, il est important de suivre les différents changements opératoires effectués par les suédois. Si différents systèmes sont issus de Leonardo et similaire à l’Eurofigter, la comparaison s’arrête là. Extrait de l’article de l’époque : Ce n'est pas une exigence des clients ou de l’autorité aérienne, c'est une décision commerciale que nous avons prise. Nous sommes persuadés qu'il sera bénéfique pour nos clients de tester un avion stable et robuste dès le premier jour ", explique Ydreskog. "Nous gagnerons en le faisant maintenant et cela enlèvera tout point d'interrogation sur la stabilité et la robustesse des logiciel et des systèmes."

A ce jour plus de 500 heures de tests en vol ont eu lieu avec le démonstrateur Gripen 39-7 de Saab et les attentes ont été dépassées. A fin octobre, Saab a terminé l’intégration du moteur GE F414G sur le Grièpen E 39-8. Les essais au sol à pleine puissance sont terminés. Les essais de roulage à grande vitesse devraient se dérouler sur le site de Linköping en Suède très prochainement.

La question n’est pas de s’attarder sur des suppositions, lors de ma rencontre avec les gens de Saab au début du mois de mars, la question des essais en vol était déjà problématique. Pour autant rien ne dit qu’un retard apparaisse dans les mois avenir. Le important ici est bien le non cadrage des deux calendriers.

Écrit par : Pk | 14/06/2019

@Schnormachin: initialement le Gripen devait être livré en décembre 2018 à la Suisse. Le nouveau calendrier basé sur la demande Brésilienne est décembre 2019. En ce qui concerne la Suède c’est février 2020 et en 2021 atteinte de la capacité initiale. Ou avez-vous vu vos 18 mois de retards ? De toute manière cela ne change rien il devait être opérationnel pour les tests en juin de cette année, soit une date clairement inateignable. Bref recalé et là on passe à autre chose.

Écrit par : Marco | 14/06/2019

@Daniel Cochard : L’Advanced Super Hornet est 20% plus grand que nos Hornet actuels. Effectivement les coûts à l’heure de vol de l’Eurofighter et surtout du F-35 sont plus élevés.
Pour l’instant il n’y a pas de choix, il faudra attendre la seconde offre des avionneurs. Le départ du Gripen E ne favorise en rien le choix d’un avion plutôt que d’un autre.
Quelque soit le choix, il faudra effectuer une adaptation de nos infrastructures.

Écrit par : PK | 14/06/2019

Au final il y aura une modification des hangars ? ce budget sera pris sur les 6 milliards ou sur le budget annuel ? on risque avec cela sur une diminution d’avion en commande pour compenser ces rénovations.
Je comprends qu’il y avait un cahier des charges a tenir pour chaque constructeur, mais ces tests qui ce sont déroulé a Payerne aurait bien pu être Décalé d’une année donnant une chance au gripen car il ne faut pas ce caché la face il était le plus adapté pour nous.
Vraiment dommage, car on va avoir ces prochaines années un conflit sur les programmes annuels, car cette augmentation de coût sur les nouveaux avions va faire ressurgir les démons des finances.

Écrit par : Jean | 14/06/2019

@Jean: le budget pour l’aménagement des hangars fait partie du volet infrastructures du DDPS.
Le calendrier choisi est celui qui correspond à nos besoins, il n’est pas possible de faire une planification en fonction des possédé chaque concurrent, imaginez-vous si il y en avait plusieurs qui n’étaient pas prêt.
Quant à savoir si le Gripen était le plus adapté ou un autre appareil, c’est ce à quoi les tests doivent déterminer.

Écrit par : Pk | 14/06/2019

Et bien justement, les tests ne peuvent pas déterminer si le Gripen est/était le plus adapté, puisque le calendrier ne colle pas pour une question de quelques mois!
C'est logique d'écarter le Gripen pour ne pas défavoriser un autre concurrent, mais dommage pour notre budget à long terme!

Écrit par : Blocky | 14/06/2019

« Blocky : En terme de budget cela ne change rien Pouquoi ? D’une part parce que chaque avionneur dû faire deux offres l’une pour 30 avions et l’autre pour 40 avions à titre informatif. Dans la seconde offre les avionneurs pourront faire jusqu’à 20 % de rabais. La décision sera alors prise sur le type mais également le nombre d’avions pour une facture de 6 milliards. Par ailleurs, l’avion choisi doit correspondre à notre budget de fonctionnement annuel.

Écrit par : PK | 14/06/2019

La seule vraie question est : est-ce que le retrait du Gripen est une bonne chose pour la future votation populaire sur air2030.

A mon avis c'est un point négatif. Pour les indécis qui voient l'achat d'avions de combat comme du gaspillage de l'argent public, que penser lorsque ce qu'on nous a proposé en 2014 ne fait plus parti de la sélection 2019?

Écrit par : ouioui | 14/06/2019

Merci de votre réponse PK. Effectivement, avec un budget d'acquisition et de fonctionement fixés, le nombre de Gripen peut être extrapolé. Selon les évaluations précédentes, le Gripen était aussi le moins cher en acquisition mais aussi et surtout en fonctionnement. Mais sans test techniques, pas de possibilité de savoir si un nombre potentiellement plus grand de Gripen (vis à vis des concurrents plus chers) est/était le plus adapté pour la Suisse. C'est une occasion manquée, par Saab mais aussi par ArmaSuisse et nos FA :(

Écrit par : Blocky | 14/06/2019

@ouioui : Non je ne pense pas, c’est plutôt le contraire, d’une part la votation avait échoué en 2014 et beaucoup de gens craignaient un choix imposé retour du Gripen après le vote de 2020. Cette question est close, pas de Gripen. De l’autre, nous votions pour un « fond de financement », hors demain la question est réglée puisque l’armée dispose de son financement sur fond propres pour air2030. Et puis, le fait de retirer un avion qui malheureusement n’est pas complètement abouti donne la garantie que l’avion choisi le sera. Nous avons ici une double garantie : 1) financière qui ne touche pas les autres Départements 2) l’assurance d’avoir un « bon » avion au final. Pour beaucoup de gens et de politiques ces deux garanties n’étaient pleinement assurées en 2014.

Écrit par : PK | 14/06/2019

Bonjour,
Je m'intrègre sur ce blog et constate que le sujet sur l'éjection du groupe Saab (Grippen E) sur les recommendations d'ArmaSuisse et Ddps soient dur a avaler. Je suis du même avis que la plus part de vous tous.
J'ai un sentiment que les dés furent pipés car comme vous le mentionné a sa juste valeur plusieurs candidats non pas la version définitive pour ces premiers tests! Saab proposait bien une version C plus E pour ce premier test.
Saab a de plus fait travailler des groupes industrielles en Suisse depuis 2014 jusqu'à ce jour sur certains composants. Et c'est comme ça que l'on remercie Saab, la Suède. Vive la rigidité de notre gouvernement (a la solde des lobby's). Un dernier point, le Grippen E est de loin la machine la plus économique, la moin bruillante et gourmante en kérosène en plus de ces autres atouts.

Écrit par : mach | 14/06/2019

@Mach: Premièrement : Tous les avions testés jusqu’ici sont des standards au plus haut niveau opérationnels en escadron. Je vous laisse prendre connaissance des articles que j’ai écrit pour chaque candidats.
De fait en aucun cas les dés ont été pipés ! Pour avoir rencontré chaque avionneur séparément, Saab a été le seul à avoir un malaise en ce qui concerne les essais en vol, ils connaissaient les règles soit : Ainsi, les avions Boeing F/A-18 Super Hornet et Saab Gripen E peuvent être proposés à l’achat, alors que des versions antérieures comme le F/A-18 C/D ou le Gripen C/D n’entrent pas en considération. (extrait du cadre d’essais disponible sur le site du DDpps)
Le fait que Saab soit un partenaire industriel ne permet pas de lui faire des passes-droits pour les essais.
En terme de bruit, ayant le même réacteur que le Super Hornet on ne peut jurer d’un bruit inférieur sauf pour la consommation. Mais ces deux argument sont accessoires dans le choix final.

Écrit par : Pk | 14/06/2019

J'ai peut-être une explication au(x) retard(s)du Gripen E

Boeing et Saab, comme vous le savez tous, ont gagné le concours du TX en remplacement des T-38.
Or pour gagner ce challenge, Saab a du sortir les grands moyens, coûts énormes en Marketing et publicité, construction hâtive d'une usine aux USA, envoi de personnels hautement qualifiés aux USA etc..
En outre le nombre impressionnant de la première tranche de TX (>350) livrables le PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE, induisent des coûts annexes peut-être hors de portée pour un industriel de la taille de Saab.

A cela il faut associer le nouveau président brésilien, qui n'est plus aussi intéressé par l'association avec Saab, car entre-temps M Trump à laissé entrevoir de belles perspectives avec Boeing.
Certains sites "bien informés" américains parlent, d'un glissement des premières livraisons de Saab vers 2021...

A vous de vous faire une idée...

Écrit par : forêt10 | 14/06/2019

@Mach: Renseigner me vous avant de copier des informations qui sont fausses et de l’autre vous avez une vision particulière de l’impartialité. Si Saab a donné du travail à des entreprises suisses c’est tant mieux pour nous mais dans le cadre d’un appel d’offres et d’essais faite une fleur se veut dire corruption !

Écrit par : Martin | 14/06/2019

@Mach: Renseigner me vous avant de copier des informations qui sont fausses et de l’autre vous avez une vision particulière de l’impartialité. Si Saab a donné du travail à des entreprises suisses c’est tant mieux pour nous mais dans le cadre d’un appel d’offres et d’essais faite une fleur se veut dire corruption !

Écrit par : Martin | 14/06/2019

@Foret10: vous êtes certains ? Non parce que le Brésil de Bolsonaro prépare l’achat de la seconde tranche de Gripen E !!! Et puis rien avoir avec le jet Ecole conçu avec Boeing. Le retard ou plutôt décalage a été expliqué ici depuis un certain temps dans des articles et réexpliquer ici!

Écrit par : Marco | 14/06/2019

Hier le refus du gripen donc au revoir avec tristesse.
Aujourd’hui nous devons nous consacrer aux 4 finalistes avec un vainqueur au bout de la ligne.
Un choix américain serait un plan assez judicieux, car nous avons déjà en réserve un armement assez conséquent de divers types de missiles et munitions que l’on n’aurait pas besoin de racheter avec bien des économies à la fin.
Côté rafale, la il faudra réarmé complètement qui est dommage que le rafale ne soit pas compatible avec une plus grande variété d’armement étrangère (fabricant hors de France).
Je vais posé une question difficile et dirais même plus théorique : pour les 4 concurrents : quel serai le prix d’un avion sans équipement et le prix entièrement équipé (pièces de rechange + armement) avec les 6 milliards a combien d’avions arriverez-ton a être équipé.

Écrit par : Jean | 15/06/2019

@PK (le fil est déjà assez long

Écrit par : Al&X | 16/06/2019

@Jean : le typhon est compatible et testé avec l'essentiel de l'armement américain. Le Rafale est compatible mais tout l'armement n'a pas été testé. C'est cependant le cas de plusieurs GBU (entre autres). Cela étant, les stocks d'armement ne sont pas éternels, et compatibles ou pas, s'ils arrivent à expiration il faut soit les jeter soit s'en servir.

Écrit par : v_atekor | 16/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.