23/04/2019

Reprise des vols pour l’HJT « Sitara » !

trye.jpg

L’avionneur indien HAL a repris les essais en de avion avion école intermédiaire HJT-36 « Sitara » à partir de son centre de production à Bengaluru. « Ce premier vol a été parfait et son succès est une étape importante vers le programme IJT», déclare HAL.

Les essais en vol de l’HJT-36, conçus et développés par HAL pour l'entraînement de phase II des pilotes de l'IAF, ont été suspendus après que l'avion eut rencontré des problèmes lors d'essais en 2016.»  HAL a poursuivi ses efforts de R&D et entrepris la modification de l’appareil HJT LSP4 sur la base d’études approfondies en soufflerie.

L’HJT a une longue histoire troublée depuis sa création en 1999. Avant cela, en 2014, HAL avait fait appel à une aide extérieure pour réduire le poids de l'avion. A l’époque, le ministère indien de la Défense avait ouvertement critiqué le programme. En février 2014, il a lancé une demande d'informations concernant un nouvel entraîneur à jet intermédiaire. Des problèmes sont également apparus à l’époque en ce qui concerne des problèmes de maintenance du moteur russe

NPO Saturn AL-55I. Plus tard, des prototypes ont été victimes d'accidents en 2007 et 2008, dont l'un lors de l'édition 2007 du salon Aero India à Bengaluru.

Le  HAL HJT-36 Sitara :

Le HAL HJT-36 « Sitara » (Etoile) est un jet école intermédiaire destiné aux Forces aériennes indiennes. Le HJT-36 doit normalement venir remplacera le HAL HJT-36 « Kiran ». Doté d’ailes basses en flèche, un cockpit en tandem et de petites prises d’air pour le moteur de part et d’autre de son fuselage. Il est entré en production en série limitée en 2010, mais selon les représentants de l’armée de l’air indienne, il restait «inapte» au service en raison de problèmes technologiques.

Le HJT-36 utilise des alliages légers et des composites. Il comporte un train d'atterrissage de type tricycle à rétraction hydraulique.  L'avion dispose d’un siège élejectable Zvezda K-26LT. Les commandes de vol sont conventionnelles et manuelles.L’avionique est numérique fournie par Genenral Electric Systems. L'affichage tête haute et le répéteur sont produits par Elbit Systems.  L'avion dispose de cinq points durs externes pour l'entraînement aux armes. 

 

234.jpg

Photos : HAL HJT-36 « Sitara » @ HAL

 

 

Commentaires

20 ans pour développer un avion d'entrainement intermédiaire (même pas un "advanced trainer") !!! Et après on s'étonne qu'ils n'arrivent pas à mettre au point un avion de combat (le Tejas, pour ne pas le nommer)...

Et sinon, au lieu de "points durs" ("hardpoints" en anglais), vous devriez utiliser "points d'emport", qui est le terme correct. La traduction automatique, ça a ses limites. ;-)

Écrit par : Marion | 24/04/2019

@Marion : j’utilise souvent le terme point d’emport, mais je voulais changer un peu, on utilise moins souvent les appellations points dures ou chauds.

Écrit par : Pk | 24/04/2019

@Pk :

Je n'avais encore rencontré le terme de "point dur" que dans des traductions automatiques de l'anglais "hardpoint" (généralement reprises par des personnes ne connaissant pas grand chose à l'aviation, ce qui n'est évidemment pas le cas ici), et jamais "point chaud". Peut-être une expression romande (ou québécoise) que j'ignorais. ;-)

Par contre, on utilise souvent le terme "point humide" pour désigner les points d'emport pouvant accueillir des réservoirs de carburant supplémentaires.

Écrit par : Marion | 24/04/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.