18/04/2019

Nombreux problèmes pour les F-35 japonais!

63A67042-EF4C-4EE4-AC78-324D0142E27F.jpeg

La petite flotte japonaise actuelle composées de 13 (-1) avions de combat  Lockheed-Martin F-35A connait de nombreux problème depuis sa mise en service. Le crash d’un des appareils il y a quelques jours, met en lumière les avaries que rencontre le nouvel avion. 

Plusieurs atterrissages d’urgences :

Lorsqu’un avion est mis en service, des maladies de jeunesses sont parfois présentes et sont réglées assez rapidement. Mais le cas du F-35 et plus inquiétant, cela fait près de 20 ans que le programme traîne derrière lui des ennuis. Ceux-ci ne sont pas encore complétement résolus. La Force d’auto-défense japonaise est directement confrontée à de nombreux problèmes avec ses premiers F-35A. Selon le ministère japonais de la Défense les F-35A japonais ont subi sept atterrissages d'urgence depuis leur mise en service en juin dernier. Le 9 avril dernier, un F-35A a été perdu dans l'océan Pacifique, les recherches en vue de la récupération du corps du pilote et de l’épave est actuellement en cours.

Toujours selon le communiqué du ministère de la Défense japonais, cinq appareils ont été forcés d'atterrir d'urgence dans sept incidents distincts. Parmi ceux-ci, deux atterrissages d'urgence sont dus à des défauts enregistrés dans l'avion qui s'est écrasé la semaine dernière. Le ministère a indiqué qu'il avait confirmé que l'avion pouvait voler en toute sécurité après chaque incident, mais qu'une éventuelle connexion est à l'étude. L'un des cas était dû à une erreur des systèmes de surveillance de l'avion, mais dans les six autres cas, les avions ont été inspectés et leurs pièces remplacées avant d'être confirmés en sécurité et renvoyées en vol.

Problème d’assemblage ?

L'assemblage final de quatre des appareils ayant signalé des erreurs, y compris l'avion de chasse porté disparu, a été effectué au Japon par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. Les autres appareils ont été construits aux États-Unis par Lockheed-Martin à Fort Worth. En ce qui concerne l’avion disparu, les rapports antérieurs montrent que l'avion s'était retrouvé confronté à deux problèmes de refroidissement et de navigation, le 20 juin 2017 et le 8 août 2018.

Enquête en cours :

Le ministre de la Défense, Takeshi Iwaya, a expliqué la nécessité d'enquêter sur les causes de l'accident "la technologie embarquée sur le F-35 est hautement classifiée. Avec la coopération des États-Unis, nous voudrions prendre l’initiative d’enquêter de manière approfondie sur les causes tout en obtenant la coopération des États-Unis", at-il déclaré.

Course à la récupération :

Il n’y pas que le Japon et les Etats-Unis qui sont intéressés à la  récupération de l’épave du F-35, la Russie et la Chine sont entrés dans la course. Les deux pays sont en effet, friands de pouvoir éventuellement mettre la main sur les technologies qui composent le F-35A. Si cela devait arriver, la supériorité de l’avion américain serait alors mise à mal. Une situation qui donne pour l’instant des sueurs froides à de nombreux responsables du Pentagone, mais aussi au sein des pays ayant optés pour l’avion.

 

Photo : F-35 japonais @ Lockheed-Martin

Commentaires

"Une situation qui donne pour l’instant des sueurs froides à de nombreux responsables du Pentagone, mais aussi au sein des pays ayant optés pour l’avion."
C'est clair que certains doivent avoir des insomnies... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 18/04/2019

« Avec la coopération des États-Unis, nous voudrions prendre l’initiative d’enquêter de manière approfondie sur les causes » : autrement dit, le Japon n'a pas l'autorité sur certaines parts techniques du F-35 (logicielles sans doute), alors même que l'avion sert la défense japonaise. La Suisse devra donc prendre cet aspect en considération, elle qui entend toujours maîtriser l'ensemble de la configuration technique des appareils qu'elle utilise.

Écrit par : Mike | 18/04/2019

"les F-35A japonais ont subi sept atterrissages d'urgence depuis leur mise en service en juin dernier. Le 9 avril dernier, un F-35A a été perdu"

incident arrivé avec une flotte de ... 13 avions !!!!!!

Écrit par : Laurent10 | 18/04/2019

J'espère que les belges ne regrettent toujours pas leur choix parce que eux ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas.

Écrit par : Albert66 | 18/04/2019

Ce ne sont plus des casseroles que les F.35 ont derrière eux , c'est carrément le fourneau .

Écrit par : Saint-Georges | 19/04/2019

Euh... docteur, au bout de 20 ans de développement peut-on encore appeler cela une maladie de jeunesse?
Ne serions nous pas, plutôt, dans le cas d'une maladie congénitale?

Écrit par : Loïc | 19/04/2019

@Loic

Cela devrait être le cas .... sauf que le F-35 est un « prototype produit en série » si on se cale sur nos références classiques. Le développement et la mise au point de l’avion se poursuivent encore aujourd’hui alors que sa production augmente fortement .
Cela peut en effet paraître étrange mais c’est le concept de base du principe de Concurency... principe connu et accepté par tous les clients depuis l’origine du programme.

Écrit par : Dany40 | 19/04/2019

@Dany40: « prototype produit en série » vous réinventezl'aviation mon cher !

Écrit par : Dragan | 19/04/2019

@Dany40 : LOL je propose votre citation pour le prix Champignac 2019 !!

Écrit par : Mathieu | 19/04/2019

@Dragan @Mathieu

Peut être n’avez pas saisi le principe d’organisation du programme F-35 que l’on nomme Concurency :

https://awin.aviationweek.com/Portals/AWeek/Ares/05-2013,%20Concurrency%20report%20on%20F35.pdf

Petite traduction rapide :

« La Concurrency est définie comme étant le chevauchement entre les phases de développement et de production du programme d’acquisition »

Donc l’avion est produit sans que son développement soit achevé ....

Voyons la définition « technique » du mot Prototype :
« Premier modèle réel d'un objet, d'une machine, établi afin de le mettre au point AVANT d'entreprendre la fabrication en série`` (Dew. Technol. 1973).

Donc ... étymologiquement parlant ... le F-35 est bien un « prototype de série » même si cette expression est une sorte d’oxymore. Il est largement produit et mis en service alors que la mise au point de l’avion n’est pas achevée ....

Écrit par : Dany40 | 19/04/2019

@dany40

"Il est largement produit et mis en service alors que la mise au point de l’avion n’est pas achevée ...."

hum, un tel avion "largement produit et mis en service" devrait etre au point au niveau de ses capacité de vol ... car non mis entre des mains de pilotes d'essais dans le cadre d'essais (comme un prototype justement!)

*le japon pour 13 F35a => 1 perdu (+ le pilote), 7 atterrissages d'urgence !!!

la mise au point dont vous parlez ne devrait concerner que les divers logiciels et systemes d'armes (et il y a deja du boulot ...)

Écrit par : Laurent10 | 19/04/2019

EN parlant de concurrency peut-on dire que le gripen E est aussi produit en concurrency notamment au brésil puisque les essais ne sont toujours pas terminé ?

Écrit par : herciv | 19/04/2019

En informatique, on parlerait de methodlogie „agile“. Sauf que le Software, c’est plus facile à changer qu’un système d’arme physique..
Esperons que les constructeurs automobiles ne s'inspireront pas de Lockheed-Martin.

Écrit par : Al&X | 19/04/2019

Cet "avion" est raté, pas fiable, hors de prix et dangereux. Les contribuables apprécieront...

Écrit par : Luc | 20/04/2019

@herciv

Non, car le Gripen E n'est pas encore en service. Il n'a pas encore été livré au Brésil, ni à aucun autre client, d'ailleurs.

Écrit par : Marion | 20/04/2019

@Al&X

"Esperons que les constructeurs automobiles ne s'inspireront pas de Lockheed-Martin."

Quand on voit le nombre de rappels sur des modèles récents, on peut se poser la question...

Écrit par : Marion | 20/04/2019

@AI&X
"Esperons que les constructeurs automobiles ne s'inspireront pas de Lockheed-Martin."
C'est de l'industrie automobile que la concurrency vient. Mais eux ils s'appuient sur des plateformes utilisables sur plusieurs véhicules de la marque voir sur les véhicules des marques du même groupe.
Résultat un nouveau véhicule sur une plateforme existante prend très peu de temps à développer, la plateforme correspondant souvent à plus de 60% d'un véhicule. La prise de risque est minimisée. De plus le risque industriel est également très faible puisque les lignes d'assemblage existe depuis longtemps.
Encore une fois ce n'est pas la concurrency qui pose problème en soit c'est que LM a voulu l'appliquer sur une plateforme non mature.

Écrit par : herciv | 20/04/2019

@Herciv, @Marion
En fait Messerschmitt en fin de guerre à été forcé de faire du Concurrency avant l‘heure (américaine).
Mais La Luftwaffe a eu de gros problèmes de logistique, les Staffel ayant différentes sous-versions de Me 109 en opérations . Je ne parle même pas des Rustsätze qui venaient en plus.
C‘est arrivé à la situation cocasse où le Me 109 G14 et entré en service avant le G10 qui lui devait normaliser toutes les variantes.
Le F-35 lui n‘a *pas* de plateforme éprouvée vu que c‘est du neuf.
Les différentes chaînes de montage sont aussi un mal nécessaire pour tous les „retrofit“ (qui ne sont pas rétro en fait).
L‘avenir nous dira si LM est un précurseur... mais actuelllement, ça sent le roussi....

Écrit par : Al&X | 20/04/2019

Vu le bordel ambiant que traine cet avion, je me demande comment les pays sont encore candidats a son achat..

Lobbying quand tu nous tiens

Écrit par : MaTT | 20/04/2019

@marion
Votre remarque est pertinente.

Mais les risques sont là quand même : démarrer une production quand bien même le prototype n'a pas fini d'être testé et donc n'a pas validé tous ses choix. Par exemple on voit bien qu'entre le devis poids initiale (7.5T) et le final (8.5T) la structure a été modifiée. Forcément, si il y avait des cellules en cours d'assemblage il y a eu un impact.

Cependant on peut quand même estimer que les risques pris sont moins importants que pour le F-35. Le gripen E ne part pas de rien comme le F-35. Il y a eu ses prédécesseurs. Ce qui veut dire que les process industriels sont bien plus au point que ceux du f-35 au même point. D'autre part il n'y a que deux prototype (de mémoire) et aucune cellule n'est effectivement sorti des chaines contrairement au F-35 qui lui n'a toujours pas atteint sa FOC que déjà 350 F-35 sont livrés.

Écrit par : herciv | 20/04/2019

@Laurent10

Tout à fait d'accord avec vous ... Un prototype c'est pour les pilotes d'essais normalement.
Cependant le F-35 est tout de même largement plus fiable qu'un pur prototype. Pour l'instant en terme de statistiques il n'est pas plus une source d'accident que les autres avions récents à leurs débuts.

Après il ne faut pas oublier non plus que pour piloter un avion comme le F-35 ... Les pilotes doivent oublier ce qu'ils savaient et leurs vieilles habitudes. Sur un monoplace ce genre de changement pose des questions lourdes de formation et d'entraînement, et la Concurrency a été précieuse pour augmenter massivement le nombre d'heures de vol sur cet avion... Et donc accélérer fortement la formation.

Enfin ... Concernant les problèmes des F-35 japonais ... La proportion de problèmes est anormale par rapport au reste de la flotte mondiale. Donc statistiquement cela semble indiquer un soucis supplémentaire venant du Japon lui même.

Écrit par : Dany40 | 21/04/2019

Les commentaires sont fermés.