12/04/2019

Air2030: l’Airbus Eurofighter « Typhoon » aux essais !

DSC_7816.JPG

Nous voici entré dans la phase tant attendue des essais en vol depuis les installations de la base aérienne de Payerne des avions de combat en concours. Le nouvel avion devra venir assurer la pérennité de nos Forces aériennes en venant remplacer dès 2025 les derniers Northrop F-5 E/F « Tiger II » et la flotte de Boeing F/A-18 C/D « Hornet.

Présentation factuelle : 

Pour chacun des candidats vous trouverez ici une présentation factuelle de l’avion en test et de l’évolution de celui-ci dans le standard qui sera disponible à la livraison en 2025. L’objectif est de faire connaitre l’avion actuellement en test de manière égale et impartiale vis-à-vis de ses concurrents. Il n’est pas question de faire ici l’évaluation de chacun, celle-ci est le fait des spécialistes d’armasuisse et des Forces aériennes, qui par ailleurs disposent des données confidentielles sur chacun des candidats. 

Rappelons également, que le choix d’un avion n’est pas que technique, il s’agit d’un partenariat sécuritaire qui englobe des enjeux stratégiques. Le choix du futur partenariat d’entraînement avec une force aérienne amie, un partenariat dans le cadre de la production d’éléments de l’avion et des engagements industriels à 100% à travers l’industrie civile (Offsets). Nous devons parler de « paquet global » en ce qui concerne le choix final, mais nous y reviendrons.

DSC_7767.JPG

Etat des essais :

La première phase de tests en simulateur chez les constructeurs a permis de vérifier le bon fonctionnement des divers systèmes de chaque appareil, selon un scénario précis. Par exemple : on vérifie, si les alarmes fonctionnent correctement. En plus des simulateurs, les constructeurs ont dû répondre à diverses questions concernant la maintenance et la logistique.

La phase d’essais en vol en Suisse, 8 au total, doit permettre de vérifier les données de l’avion, comme sa vitesse, la portée radar par exemple. Il s’agit également de tester les différents capteurs de l’avion en situation réelle. Les éventuels faux échos qui pourraient survenir sur le radar, générés par les montagnes. Pour cela des missions spécifiques sont organisées. La dernière est libre et doit permettre au candidat de montrer des spécificités propres à l’avion.

Toutes ces données sont enregistrées sur l’enregistreur de vol qui permet ensuite d’analyser chaque phase des essais en détail. Les pilotes suisses sont en place arrière sur les avions biplaces et suivront les appareils monoplaces à distances (F-35 & Gripen E). Selon armasuisse, il est important que les avions puissent donner le maximum de leurs capacités durant les 8 vols. Cette possibilité est due au fait que ce sont les pilotes des avions respectifs qui effectuent la manœuvre. Avec des pilotes suisses, il aurait fallu plus de temps, afin que ceux-ci apprivoisent chaque modèle. En Suisse, une phase d’observation de la maintenance et de sa facilité est également au menu des essais.

DSC_7824.jpg

 L’Airbus Eurofighter T2 (FGR.4) « Typhoon II » :

Les deux avions (un biplace et un monoplace) qui sont arrivés le 9 avril sur la base de Payerne, sont des Eurofighter T2 ou FGR.4 (dénomination anglaise) appartenant au 41ème Squadron de la RAF basé à Conningsby. Il s’agit du standard le plus récent disponible pour l’Eurofighter.

L’Eurofighter FGR.4 (T2) est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique et de systèmes d'armes entièrement numériques avec système HOTAS. Le Typhoon est conçu pour effectuer les missions aériennes suivantes: supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime.

Doté d’une avionique avec trois écrans multifonctions, le système intégré de gestion de la mission et de l’armement de l’Eurofighter fusionne les données fournies par tous les divers senseurs.  L’interface homme-machine optimisée «Carefree Handling» le décharge de certaines tâches. De plus, les afficheurs multifonctions offrent différents modes de pilotage automatique et un système de commande vocale permettent au pilote de se concentrer entièrement sur sa mission. Le pilote dispose du viseur de casque « Stryker II » de BAe Systems. Liaison de données tactique Link16 de l’Otan. 

eurofighter,raf,armasuisse,nouvel avion de combat,air2030,payerne,ddps,force aérienne suisse,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation francophone

Les systèmes de l’Eurofighter : 

Le système AIS :

Le système AIS (Attack and Identification System) réalise la fusion des informations remontant des multiples capteurs embarqués et des capteurs externes via le système MIDS (Multifunction Information Distribution System). C'est par ce système que l'on contrôle les émissions électromagnétiques de l’avion pour réduire sa détectabilité (système EMCON - EMission CONtrol).

Le radar CAPTOR :

L’avion est doté du radar ECR-90 CAPTOR-M à antenne mécanique de troisième génération, opérant en bande X qui permet à la fois de faire une recherche sur grande distance et de l’illumination et de la poursuite. Il lance automatiquement une poursuite lors de scan (Track while scan – TWS) pour une liste de cibles dont le nombre exact reste classé. Il est possible de l’asservir directement sur le casque du pilote, les données obtenues pouvant ensuite être utilisées pour l’armement air-air courte portée tel que l’ASRAAM. Le système d'identification ami (IFF) est intégré dans le système CAPTOR.

Le système PIRATE (IRST) :

Le PIRATE, pour Passive Infra Red Airborne Tracking Equipment (IRST), est un équipement de deuxième génération d’imagerie infrarouge. Le PIRATE intègre à la fois une capacité FLIR (imagerie infrarouge frontale) et l’IRST (veille et poursuite infrarouge). Le système fait appel à un capteur infrarouge très sensible qui opère dans des longueurs d’onde de 3 à 11 µm en deux bandes. Cela permet aussi bien la détection des panaches de gaz d’échappement chauds des moteurs à réaction que la détection de la surface de chauffe causée par la friction avec l'air de l’atmosphère. Le refroidissement du capteur permet de détecter même de petites variations de température à longue portée. L’utilisation de techniques de traitement d’image améliore encore les données recueillies, ce qui donne presque une image haute résolution des objectifs. Les images obtenues via ce système peuvent être affichées sur l’un des afficheurs multifonctions intégrés dans le cockpit. En outre, l’image peut être superposée à la fois sur le viseur de casque et sur l’afficheur tête haute.

Le système DASS :

L’Eurofighter dispose d’une architecture modulaire pour le système défensif, le DASS(Defensive Aids Sub System). Toutes les parties du DASS sont contrôlées par un DAC (Defensive Aids Computer). Le DAC offre une capacité entièrement automatisée pour analyser et répondre à toute menace que l’Eurofighter pourrait rencontrer. Pour fournir ces informations essentielles sur la situation extérieure, le DASS s’appuie sur différents sous-systèmes comme le détecteur d’alerte radar et son équivalent optronique, le Détecteur d’Alerte Laser (DAL) qui prévient de toute illumination lié à des télémètres lasers ou autres systèmes de guidage laser. Le Détecteurs de Départ Missiles (DDM) qui fournit des informations à 360° sur toute approche de missile, donnant ainsi le temps nécessaire pour engager des manœuvres d’évitement, en s’appuyant par exemple sur des leurres.

Nacelle ATFLIR:

L’appareil est équipé du module de ciblage de précision Raytheon AN/ASQ-228 ATFLIR (infrarouge à visée avancée de ciblage avancé). L’ATFLIR consiste en un réseau de plans focaux fixes de 3 à 5 microns ciblant en mode FLIR, et qui comprend un suiveur laser à haute puissance pompé par diode de BAE Systems Avionics, une caméra de navigation FLIR et de télévision CCD de BAE Systems Avionics.


Données techniques & armement du FGR.4 (T2) : 

Deux moteurs Eurojet EJ200-3A de 60kN et 90kN avec postcombustionMasse à vide 11’000kg, maximale 21’000kg, vitesse Mach 2.0, Mach 1.5 en mode SuperCruise, plafond pratique 16'800 m, vitesse ascensionnelle plus de 250m/s, rayon d’action 1’852km.

Armement (12 points d’emport) : 1 canon Mauser BK-27, Missiles air-air : ASRAAM, IRIS-T, AIM-9X, AMRAAM AIM-120, METEOR. air-sol : Brimstone, Storm-Shadow, Taurus. Anti-radar : HARM, ALARM. Bombes : GBU 10/16/24,  Enhanced Paveway, JDAM. Nacelle de désignation : Litening.

La version disponible en 2025 :

Eurofighter T3A/B Block10/15:

IMG_3001.JPG

Si notre pays devait opter pour l’Eurofighter, le standard livré en 2025 serait sensiblement différent. Il s’agirait du T3A/B Block10/15. Ce standard disposera du radar AESA CAPTOR-E à balayage électronique. L’arrivée du CAPTOR-E permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar CAPTOR-M actuel, mais, il est doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Le T3 disposera également d’une nouvelle architecture en terme d’avionique avec un grand écran multifonctions spécifiquement adapté à la guerre en réseau (Electronic Warfare) produit pas Bae Systems. La puissance électronique sera d’ailleurs démultipliée à cet effet.

Note : Si les avions présentés sont anglais, se sont les allemands qui ont le leadership pour gérer les discussions avec la Suisse.

 

eurofighter,raf,armasuisse,nouvel avion de combat,air2030,payerne,ddps,force aérienne suisse,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation francophone

Photos : 1 & 2 Eurofighter FRG.4 de la RAF à Payerne 3 Pilotes d’essais suisse à gauche et pilote anglais @ Pascal Kümmerling 4 Eurofighter en vol de nuit Le nouveau cockpit du T3 avec grand écrans@BAe

Commentaires

AHAH! l'Eurofighter se met également au grand écran..effectivement celà à du sens par rapport aux multiples données fusionnées et la guerre en réseau.

Écrit par : Martin | 12/04/2019

Ce sont des Tranche 2 Block 20 ?

Écrit par : Al&X | 12/04/2019

Apparement il y a eu un “p’tit” Bang à Thun....
Les spotters ont eu droit a une ronde d’honneur après la mission

Écrit par : Al&X | 12/04/2019

Je suis un peu étonné de l’eurofighter ? Déjà en ce qui concerne son radar donc le AESA est sorti depuis près d’une année et la on nous présente un radar a antenne mécanique.
Ensuite il y aura encore pas mal d’amélioration en général à faire sur la dernière version livrable ?
Je pense que l’eurofighter part déjà assez mal je trouve contre le F18E, le rafale, le F35 qui eux ont déjà un radar AESA … par contre ne sais pas le type de radar sur le JAS39E ?
Il est déjà avant de commencer à la traine.

Écrit par : michel | 12/04/2019

@PK : concernant le futur "partenariat avec une force aérienne amie" , dans le cas de l'Eurofighter , s'agira-t-il de la RAF ou de la Luftwaffe ? (au vu des rapports officiels successifs pointant la préparation insuffisante des forces allemandes , il semble qu'il vaudrait mieux s'adresser aux britanniques...)

Écrit par : philbeau | 12/04/2019

@Martin : la tendance au grand écran unique est sans aucun doute un argument marketing déterminant par l'agrément apparent d'utilisation , et son côté fonctionnel . On peut aussi y voir une fragilité possible des capacités globales mises à disposition du pilote , en cas de dysfonctionnement justement de cet écran unique . Là , c'est la panne générale (à voir peut-être , si on retrouve l'épave , ce qui s'est passé avec le F35 japonais)

Écrit par : philbeau | 13/04/2019

@Philbeau: Non peut parler d'arguement marketing, pour avoir pu parler avec avec les avionneurs en course, chacun précise que cet élément est devenu indispensable à l'avenir pour le pilote. Seul les capapcités et possibilités visuelles d'un tel système permettent de donner une vision réaliste et facilitée des milliers d'informations fusionnées. Tant du point de vue des capteurs de l'avion que des éléments ajouté en réseau.

En ce qui concerne le partenariatt éventuel il serait avec les allemands. Il s'agirait notamment d ela même version du T3 que ceux chosi récemment par notre voisin.

Écrit par : PK | 13/04/2019

@Michel: Le CAPTOR-E est réservé au standard T3, donc pas encore en service, le Qatar sera le premier pays à le recevoir prochainement.

Écrit par : PK | 13/04/2019

Quel intérêts de tester un avion dans une version ancienne T2 qui ne sera jamais commander par la Suisse ?
Les capacités du nouveau radar AESA resteront inconnus

Idem pour le Super Hornet, le Block III sera complétement modifié (électronique, radar, moteurs,...) par rapport au Block II testé prochainement

Les Gripen E et F-35A sont encore en phase de développement donc on peut douter que les tests suisses donnent une idée claire de leurs capacités

Si l'Armée de l'Air envoie bien des Rafale F3R (qui sont encore rares en service), ce sera le seul avion du concours testé à 100%

Écrit par : François de Besac | 13/04/2019

@François de Bresac : Votre commentaire débutait sur une question qui aurait pu intéresser pasmal de gens. Au final nous avons un commentaire interessé est d'une totale bêtise digne des pires franchouillards de l'exagone.

Écrit par : Marco | 13/04/2019

@François de Bresac : Vous avez tout faux. Les standards testés actuellement seront très proche de ce qui sera livré en 2025 de l'ordre de 75 à 80%. Les essasi tiennent compte des données actuelles qui resteront valable pour le standard livré.

Celà veut dire que les ingénieurs ont accès aux données du radar AESA du Typhoon et il en va de même pour chaque appareil. Celà vaut pour le Rafale puisqu''en 2025 se sera le F4 qui serait disponible.

Écrit par : Pk | 13/04/2019

@pk
oui c'est vrai que aucun prétendant ne présente la version livrable en 2025. Par contre un seul utilise quotidiennement la version annoncée en 2012.

Écrit par : herciv | 14/04/2019

Bien que je sois un Français franchouiar et admirateur du Rafale, je pense que nos amis Suisse s'équiperont de Gripen pour une flotte unique.
En revanche, tout ces avions modernes ne dépasse rarement une disponibilité de 45 % dans les fait (cf.cour des comptes France).
Donc achetez-vous en une centaine, dont 20 ou 30 biplaces, avec un moteur plus puissant et vous aurez le nécessaire.
Le radar AESA sera le plus petit de tous... et alors?
En revanche, cette évaluation nous permettra de voir les proprets de chaque avions depuis la dernières confrontations.
Nous verrons bien si notre Rafale évolue,comme le prétends le ministères de la défense!

Écrit par : Loïc | 14/04/2019

@Herciv. Non, c'est faux. Deux en ce qui concerne les appareils testé en 2008 et 2 autres qui n'étaient pas présent lors de la dernière évaluation.

Écrit par : Pk | 14/04/2019

@PK
Le Rafale qui aurait été fourni : le F3+, actuellement c'est le f3R le standard de référence (j'ai pas fait le compte des rafales déjà transformé)
Le Gripen qui aurait été fourni : le MS21 (c'est-à-dire le gripen E) toujours en test aujourd'hui pour connaître son enveloppe de vol. Ses systèmes de combat et son avionique n'ont pas encore été testé.
L'eurofighter : le Tranche 3 p1E effectivement utilisé (Mea culpa). Mais je pensais qu'il était annoncé avec un AESA, et après avoir relu le rapport de 2012 j'avais tord.
Le f-35 : livré oui mais en block 3F (le standard attendu en 2012 était plutôt le block 4)) la suisse devra attendre le block4 de la LRIP 13 ou 14 qui est une refonte complète du f-35.
Le F-18 blockIII (?) est commandé par les US mais pas encore en service (mea culpa partiel).

Écrit par : herciv | 15/04/2019

J’aimerai commencer par dire un GRAND MERCI à nos amis voisin de la France qui donne leur avis sur ce blog, vous êtes objectif sur l’éventuel choix de l’avion pour notre armée et vous restez neutre sur le rafale.
La Suisse cherche un avion qui correspondra le mieux à son utilisation.

Écrit par : michel | 15/04/2019

Au final nous sommes sur les dernières versions du moment, mais le procédé des tests ce répète de ce qui était, il y a quelques années.
Une version améliorée que l’on doit étudier sur une étude de principe ? Un cahier des charges qui précise bien ce que l’avion en 2025 sera, mais une étude sur papier n’est pas forcément identique dans la réalité ?
Aujourd’hui l’analyse se fera sur l’avion qui sera le plus avancé technologiquement qui lui donnera une avance sur les autres en 2025.

Écrit par : michel | 15/04/2019

@Michel: Oui nous pouvons saluer nos amis français qui de part leurs interventions respectent le modèle de test de notre pays et laisse la décision à ceux que cela incombe. Techniquement il semble que l’on se retrouve avec des avions assez proches au final. Donc comme l’explique très bien PK, ce sera un ensemble d’éléments ou paquet qui sera déterminant pour le choix final en y incluant le système sol-air.

Écrit par : Martin | 15/04/2019

Je me demandais si ces évaluations seront étudiées uniquement sur ce qui sera présenté durant cette compétition ou si les difficultés techniques et/ou budgétaires que peuvent rencontrer certaines forces aériennes, comme l'Autriche avec leurs Eurofighter, seront également prises en compte, voire même pourraient influencer le choix...

Écrit par : Jo-ailes | 15/04/2019

@Jo-aile: Non pas de comparatif extérieur. Si l’on prenait exemple sur L’Autriche, la comparaison serait mauvaise car les différences entre le T1 et le T3 sont immenses.

Écrit par : Pk | 15/04/2019

@PK : Merci pour la réponse.
En fait, je ne pensais pas au côté technique (les deux versions ont des avioniques et des capacités offensives très différentes, en effet), mais plus au côté financier. Les autrichiens semblent avoir beaucoup de difficultés budgétaires à faire voler leurs 15 Eurofighter qui leurs coûtent une grande part de leur budget militaire. La Suisse a un autre budget, c'est vrai, mais je me demandais si elle allait aussi se renseigner sur les coûts rencontrés par les différents pays utilisateurs (qui n'auront peut-être pas les même chiffres que les constructeurs).

Écrit par : Jo-ailes | 15/04/2019

Une chose qu’il faut garder à l’oeil, c’est le fait que cette compétition est la plus grande organisée en Occident avec 5 appareils testés dans le pays acheteur ! Du jamais vu et cel change des concours sur papiers auxquels nous assistons habituellement. Bravo à nos amis suisses.

Écrit par : Vincent | 16/04/2019

Bonjour,

Merci pour cet article.
Ces essais suisses sont passionnant pour les fans d'avions de chasse. C'est sans doute l'appel d'offre le plus transparent et instructif surtout que la quasi totalité des avions occidentaux des 20 prochaines années sont présent . Bien sûr les version testées en 2019 sont un peu différente des version de 2025, mais ces différences sont prise en compte par les évaluateurs.

les avionneurs peuvent présenter des avions mono ou biplace, est ce que l'appel d'offre permet d'avoir une flotte mixte ou ce sera forcément une flotte monoplace ?

Écrit par : julien_jla | 24/04/2019

@Julien Jla: Selon le choix final et donc du type d’avion, nous pourrons choisir une flotte mixte. Seul le F-35 n’offre pas de biplace. En ce qui concerne le Gripen E il n’est pas impératif d’avoir un biplace, mais en cas de choix, nous pourrions opter comme le Brésil pour la version F en complément.

Écrit par : Pk | 24/04/2019

Une flotte d’avions mixte ? Ne serait-il pas un retour en arrière que d’acheter des avions biplaces ? La Suisse a acheté des PC-21 pour les élèves pilotes et après passer directement sur l’avion de chasse.
Aujourd’hui on reprendrait des avions biplaces ? Ce serait le monde à l’envers et qui prouverait que les PC-21 ne servent à rien ? À ce moment-là, nous avons assez de PC-7 et PC-9 pour l’entrainement.

Écrit par : michel | 24/04/2019

@Michel : il ne s’agit pas de former complètement un pilote mais un biplace permet de préparer le nouveau pilote l’environnement de son avion. C’est le cas avec les Hornet aujourd’hui. Mais un biplace permet également de faire de la guerre électronique. Dans le cas d’avions comme le F-35 et le Gripen E la transition est simplifiée et ne demande pas expressément un passage sur biplace.

Écrit par : Pk | 24/04/2019

@ PK … merci pour l’info

REPLAY= Dans le cas d’avions comme le F-35 et le Gripen E la transition est simplifiée et ne demande pas expressément un passage sur biplace.

Vous dites la transition est simplifier sur le F35 ou le gripen ? ca consiste en quoi cette simplification ? par rapport aux autres concurrents.

Alors que ce soit le F18E, Eurofighter, Rafale, il est impératif d’avoir des biplaces ?

Écrit par : michel | 24/04/2019

@Michel : Absolument

Écrit par : Pk | 24/04/2019

@PK,

Suis pas vraiment d'accord. Par exemple, il n'y a que des Rafale Marine monoplace. Je suis pas sûr que leur pilotes sont lâchés sur biplace avant. Leur premier apontage sur Rafale est de facto sur monoplace.

Les biplaces se justifient davantage par la possiblité de répartir la charge de missions complexes ou longues sur deux pilotes / personnes. Je ne suis pas sûr que ce soit pertinent pour nous, celà dit.

Les F35 et Rafale restent mes favoris :-)

Écrit par : Pascal | 25/04/2019

@Pascal: En fait le Rafale Marine biplace était prévu mais abandonné faute de moyens financiers. Pour la transition ce sont des Rafale biplace de l’armée de l’air qui assurent les premiers vols.

Écrit par : Pk | 25/04/2019

@Pascal : comment peut-on avoir comme favori le F35 ? Prix à l’heure de vol démesuré, plus de 900 problèmes non résolus, un système ALIS qui ne marche pas et qui en plus espionne ses utilisateurs. Sans oublier que LM ne donne pas les codes sources…
Le Rafale pourquoi pas, mais bon il sera le seul avion avec une avionique dépassée avec trois petits écrans inadaptés à a guerre en réseau. Donc aucun intérêt.
Le must ? L’Advanced Super Hornet couplé au système sol-air SAMP/T. Ou en plan B, le Gripen E.

Écrit par : Mike | 25/04/2019

C’est déjà compliqué pour la Suisse à l’achat d’un nouvel avion … pour le moment on est qu’au début, mais dans quelque temps cavas commencé avec tous les critiqueurs, les anti … , les médias incompétents.
Déjà il est difficile de comprendre comment le F35 a fini sur la liste des essais ? Il ne devrait même pas être testé, un avion qui accumule problème sur problème, devinez comment le peuple pourrait accepter un tel avion pour sa défense quand il a déjà coulé le gripen pour un soi-disant avion de papier.
Comme je le disais les 2 finalistes seront le F18E et le gripen qui je vois favori, car il est le mieux adapté a notre défense.

Écrit par : michel | 25/04/2019

@Michel : "Comme je le disais les 2 finalistes seront le F18E et le gripen qui je vois favori, car il est le mieux adapté a notre défense."
Je ne suis pas sûr qu'il y ait de finale. Si je ne me trompe pas, tous les appareils seront évalués et comparés et il y aura ensuite LE gagnant, c'est tout. Mais PK pourra probablement confirmer ou infirmer ce que j'avance-là.

Écrit par : Jo-ailes | 26/04/2019

@Mike

Personnellement je ne vois pas ce que la Suisse ferait avec le F-35 ... tout simplement parce que cet avion répond à des besoins que ne sont pas vraiment ceux de l'armée de l'air suisse.

Par contre pour le reste ... ce serait vraiment bien que les personnes qui citent les 900 déficiences du F-35 aillent lire les rapports du GAO et du DOT&E qui en parle !!

Parce qu'aucun de ces rapports ne fait état de soucis graves de fonctionnement des avions à cause de ces soucis .... Ce n'est qu'une question de surcoût et de délais potentiels, pour l'opérationnel ces "deficiencies" ne posent aucun soucis.

Mais pour la suisse ... clairement ... je ne vois pas ce que ferait ce pays avec un avion furtif de première frappe.

Écrit par : Dany40 | 27/04/2019

@Mike

Sans vouloir polémiquer, relisez le cahier des charges de la version F4 du Rafale, avant d'écrire des inexactitudes!

Écrit par : forêt10 | 27/04/2019

@Forêt10: Eh bien justement, amélioration type comme sur les concurrents, mais rien en ce qui concerne la visualisation dans le cockpit. De plus, l'ergonomie spécifique actuel avec trois écrans, dont le troisième est avancé en direction du pilote, certes très appréciable, fait que pour un grand écran centealil faudra revoir le cokcpit à 100% avec notamment l'avancée du siège. Ce qui pose un problème de configuration. Seul solution mettre un écran central plus grand, mais qui n'offrira jamais le vision situationnelle des concurrents.

Écrit par : MIke | 27/04/2019

@mike
vous confondez résolution de l'écran et présentation de cette écran à l'œil.
Aujourd'hui il existe des écran de 800*600 qui font 6mm de diagonal. Pourtant il sont utilisé dans de nombreuses solutions de réalité augmentée. Aujourd'hui l'écran central du rafale permet au pilote de ne pas accommoder quand il regarde à l'infini contrairement à un écran unique qui serait simplement placé dans le cockpit sans dispositif d'accommodation comme sur tous les autres chasseurs.
Rien n'empêche Dassault d'utiliser ce dispositif avec un écran ayant une plus importante résolution.

Écrit par : herciv | 27/04/2019

@Hervic: vous n'avez rien comprit , on ne parle pas de ça, visiblement votre maîtrise du nombre d'éléments et de la situation d'uen guerre en réseau vous échappe.

Écrit par : Mike | 27/04/2019

@Herciv: votre sens situationnelle en guerre en réseau demande une visualisation particulière en temre d'information mais aussi en matière de communité et d'adaptation permantente, seul les écrans géands le permettent.

Écrit par : Hughes | 27/04/2019

Certains d'entre vous affirment des contre-vérités et s'y accrochent:

Je cite:
- "Le Rafale pourquoi pas, mais bon il sera le seul avion avec une avionique dépassée avec trois petits écrans inadaptés à a guerre en réseau. Donc aucun intérêt."

- "votre sens situationnelle en guerre en réseau demande une visualisation particulière en temre d'information mais aussi en matière de communité et d'adaptation permantente, seul les écrans géands le permettent."

Donc en décodant ces affirmations, le Rafale est incapable de travailler en réseau et dispose d'un système informatique (visualisation) dépassé.

Vous faites complètement abstraction de l'évolution au standard F4, qui au passage est celui qui est proposé à la Suisse et celui-là seul!
Le standard F4 a justement pour but d'ouvrir et de tester toutes les briques technologiques qui amèneront le Rafale dans sa version finale au SCAF.

Afin de ne pas être taxé de suppôt primaire de l'industrie française, je vais vous retranscrire un COURT extrait du mensuel Suisse Germanophone Cockpit du mois de février 2019.

Interressant für die Schweiz

Der F4-Standard bringt Erweiterungen des AESA-Radars Thales RBE2. Die Flugzeuge der fünften Tranche erhalten Radaranten auf GaN-Technologie (Galliumnitrid). Dies steigert die Radarleistung und das Selbstschutzsystem Spectra (MBDA-Thales-Safran). Die Frontsensoroptronik (FSO) von Thales erhält einen neuen IRST (Infra-Red-Search an d Track)-Sensor. Die Rafale erhält mit F4 einen neuen, richtstrahlbasieren Datenlink und gleichzeitig wird die Satelliten kommunikation (Satcom) Ende-zu-Ende-verschlüsselt, um Cyberangriffe zu verhindern. Im Cokpit werden die Bildschirme vergrössert und das Helmvisier integriert. Am Triebwerk Snecma M88-4E sollen Aenderungen der Rechner für höhere Verfügbarkeit und Lebensdauer sorgen.
usw., usw.

Je pense qu'il est inutile que je continue cette énumération et je vous engage fortement à lire les spécifications "Evolutions F4 et SCAF", notamment dans la presse spécialisée Française et Allemande, car le Rafale va servir de cheval de bataille pour arriver au SCAF.

La Suisse pourrait ainsi en être la principale bénéficiaire...

Écrit par : forêt10 | 28/04/2019

@Forêt10: rien ne dit que la Susise veuille dans l'absolu se diriger vers le Scaf, elle peut choisir le Tempest ou un système américain. Votre démonstration est théorique et n'a d'intérêt que le votre.

Écrit par : Mike | 28/04/2019

Herciv, Forêt10: vous ne comprenez pas le besoin d'un écran géant ! Donc les avionneurs qui choisissent de les incorporer dans les cockpit sont des bourrins et ceci malgées leurs explications. Et bien voyez-vous je préfère les explications de ces bourrins, plutôt que les votres. Et vous llez voir que le Scaf emportera un écran unique et là changement de discours , on parlera de miracle technologique et Vous en serez les porte-paroles.

Écrit par : Marcel | 28/04/2019

Mike et Marcel:

Ne prêtez pas à vos contradicteurs, des paroles ou des intentions, qu'ils n'ont jamais prononcées ou émises.

Vous avez prétendu que le Rafale ne peut travailler en réseau, pas moi, et j'ai cité l'article de Cockpit et le cahier des charges de l'évolution F4 pour vous prouver le contraire...
A titre indicatif, Dany40 fervent admirateur, mais compétent, du F-35 (le seul avion actuel capable d'évoluer en réseau) à lui même écrit que le Rafale F4 serait le seul avion capable d'approcher le F-35 sur ce terrain.

Vous prétendez que le Rafale F4 ne disposera pas d'écrans de grandes dimensions et que j'aurais défendu cette thèse???
Même réponse, c'est FAUX! Et je vous cite l'article de cockpit pour documenter mon opinion:
"Im Cokpit werden die Bildschirme vergrössert und das Helmvisier integriert."

Si vous ne comprenez pas l'allemand, le(s) auditeur(s) et le rédacteur parlent d'augmentation de la taille des écrans, rien n'empêche au final (2025, le CdC a été rédigé en 2018) de ne disposer que d'un seul grand écran!

Votre interprétation (ou plus grave l'interprétation dont vous voulez me faire l'auteur) sur les développements du SCAF et son application en Suisse est totalement erronée.
Je dis simplement que le Rafale va servir de champ d'essai pour arriver au SCAF.

Donc beaucoup de briques technologiques, pourraient déjà être disponibles en 2025, date à laquelle la Suisse prendra possession de son nouveau chasseur et qui coïncidera à la mise en service du Rafale F4.

A l'avenir, je vous serais reconnaissant de disserter seulement sur des écrits concrets et non sur des interprétations que vous pourriez en faire...

Écrit par : forêt10 | 28/04/2019

@Marcel On a parfaitement compris l'intérêt d'un écran géant mais par contre vous n'avez pas saisi l'intérêt d'une focalisation à l'infini et encore une fois les deux sont possibles simultanément sur le rafale et tous les avions qui n'ont pas de manche en position central.

Écrit par : herciv | 28/04/2019

Connais ton sur l’eurofighter le coût au niveau maintenance, heure de vol et le niveau de disponibilité ?

Si la Suisse choisissait l’eurofighter ? Quel serait le montant d’achat d’un avion ? Avec ou sans les pièces détachées ? Et quel nombre d’avions pourrait-elle en acheter avec le budget qui est défini à 8 milliards en comptant la DCA.

Écrit par : michel | 29/04/2019

@Michel : Les offres des avionneurs pour 30, 40 avions et divers rabais ne sont pas rendues publiques. Les coûts à l’heure de vol ainsi que les modalités non plus.
Ce qui est certain vient du fait que chaque avions disposera d’offres qui entrent dans le paquet financier, ceci ouvre la porte à l’ensemble des aéronefs.

Écrit par : Pk | 29/04/2019

Merci Pascal
Je ne sais pas si vous avez regardé la TSR du dimanche soir sur mise au point ? il y avait un reportage sur le choix des nouveaux avions ?
Certains constructeurs auraient des membres de l’armée Suisse chez eux ou ferait le lien entre l’avionneur et l’armée ?
C’est normal ce genre de procédé ? ca ne risquerais pas de coulé les chance du constructeur sur le choix de l’avion ?

Écrit par : michel | 29/04/2019

@Michel : Oui J’ai vu et participer d’ailleurs c’est moi musée Clin D’ailes. Il y en effet un problème avec des officiers qui rejoignent les avionneurs mon amis Francois Monnet l’explique très bien dans le reportage

Écrit par : Pk | 29/04/2019

@pk: je ne disais aussi vu les initiales, très bonne intervention de votre part. Mais dites-moi, avez-vous été coupé dans votre dernière réponse ? Enfin c’est l’impression que cela donne ?

Écrit par : Martin | 29/04/2019

@Martin: Effectivement coupé au montage, les joies du reportage.

Écrit par : Pk | 29/04/2019

@pk
savez-vous où on peut visualiser ce reportage ?

Écrit par : herciv | 29/04/2019

@Pk Il est pas mal, le reportage.Comme toujours à la tv, pas tellement le temps s’approfondir. Néanmoins, votre message et celui de Mr Monnet vont à mon avis droit au but: un Etat souverain a des obligations, l’une est de défendre son espace aérien, l’autre est de soigner ses alliés.
Quant aux Verts, comme d’habitude, ils donnent leurs avis sur des sujets qui leurs sont étrangers....

Écrit par : Al&X | 29/04/2019

Merci beaucoup. Le reportage mérite effectivement d'être vu.

Écrit par : herciv | 29/04/2019

Tout d’abord un grand bravo à Pascal, votre exposé était vraiment bien ainsi que celle de M. Monnet, des explications claire et compréhensible sur le pourquoi d’une aviation et de cet achat.
Nous sommes sur votre site une petite équipe de fan, mais dehors c’est différent.
On pourra expliquer des années ou des centaines d’années que notre aviation a besoin d’un nouvel avion ? La majorité de la population et je ne parle même pas des détracteurs de tout genre … tous ces gens comprennent ce qu’ils ont envie de comprendre et entendre ce qu’ils ont envie d’entendre.
On parle des cyberattaques et de tout ce qui lui ressemble, il est vrai que c’est un problème, car ceci pourrait être la destruction d’un pays, l’assaillant attaquerait les banques, la bourse, les centrales et tout le reste qui coulerait un pays, mais après ceci on arriverait de toute façon à une attaque armée.
Aujourd’hui, nous sommes retournés dans les années 60 ou vous aviez les babas cool, pisse and love, paix sur la terre, comme on dit la terre tourne et on recommence et c’est comme pour le climat, vous aviez il y a xxx années une période de sécheresse ou de catastrophe, mais ceci c’est déjà passé il y a 50 ou 100ans en arrière.

Écrit par : michel | 30/04/2019

Tiens, au fait, ça fait déjà quelques jours que le Super-Hornet doit se balader dans notre ciel... Et c'est aujourd'hui qu'il y a la présentation officielle et la journée Spotter.
J'espère qu'on aura des retours ! (je regrette de ne pas avoir pu y aller, histoire de comparer ses dimensions avec nos Hornet : fait-il vraiment beaucoup plus grand?

Écrit par : Jo-ailes | 30/04/2019

@Jo-ailes: „fait-il vraiment beaucoup plus grand?„ Ben en fait non. Je n‘ai pas vu de grande différence, ni au roulage ni en vol (décollage, atterrissage). Et on a pu comparer aujourd’hui: 8 passages de F/A-18C, 2x F/A-18F. Les lignes de ce derniers sont plus fluides, élégantes. Ça doit être pour les caractéristiques furtives....
J’ai « quelques » photos; peut-être que Pascal serait d’accord d’en passer une ou deux

Écrit par : Al&X | 30/04/2019

Merci Al&x pour ce retour!
C'est vrai que sur la vidéo postée hier sur le sujet, on ne voit pas une si grande différence. J'espère que l'on pourra voir ces photos, merci d'avance à PK... ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 01/05/2019

@Jo-ailes voici les photos : J'ai posté un commentaire avec un lien sous cet article : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/30/air2030-essais-du-super-hornet-867348.html
--> à PK de décider ;-)

Écrit par : Al&X | 02/05/2019

@Al&x : Super, j'y cours!

Écrit par : Jo-ailes | 03/05/2019

Nous avons eu il y a quelques jours sur l’aérodrome de Mollis, un meeting aérien, en visionnant les vidéos sur la présentation de l’Eurofighter on remarque bien qu’il est peu alaise dans un environnement clos.
Après c’est sur qu’une présentation aérienne ne représente pas sur ses capacités de combat, mais ça donne quand même une idée vu qu’il est en compétition pour le remplacement de notre FAE, même s’il est multirôle ça prédilection est le vol en haute ou moyenne altitude.
Ce que je trouve décevant est le parachute pour l’atterrissage, c’est à mon goût un peu démodé, mais il lui faut bien ça, car l’avion lui faut des bons mètres pour son atterrissage.

Écrit par : Jean | 24/08/2019

Les commentaires sont fermés.