03/04/2019

L’armée de l’air brésilienne prépare l’arrivée du KC-390 !

D3GKSRZX0AMesDY.jpg-large.jpeg

L'armée de l'air brésilienne (FAB) a débuté le compte à rebours en vue de la réception des premiers avions de transport tactiques multirôles Embraer KC-390. Lors d'une conférence de presse tenue mardi au Salon LAAD 2019 à Rio de Janeiro, RJ, Ing. Walter Pinto Junior, directeur du programme KC-390 d'Embraer, s'est entretenu avec la presse à propos des perspectives pour le dernier tronçon du processus de livraison du KC-390.

"Dans cette édition 2019 du LAAD, nous sommes heureux de célébrer une étape importante du programme, qui marque le début de la production de la série KC-390", a-t-il déclaré, montrant l'état actuel des trois premiers appareils qui seront livrés à la FAB. "Il convient de mentionner la participation de la  FAB depuis la rédaction des exigences, des concepts, jusqu'à la vérification des tests", a-t-il ajouté.

Le premier avion devrait être livré au cours du premier semestre de 2019 et la FAB recevra plus tard cette année le second appareil. En 2014, FAB a signé le contrat d’achat portant sur un total de 28 avions. Le 1er groupe de transport de troupes (1re GTT), établi à Ala 2, à Anápolis (GO), sera la première unité opérationnelle de la FAB à recevoir le nouvel avion.

Le président du comité de coordination du programme des avions de combat (COPAC), le brigadier de l'air, Marcio Bruno Bonotto, a confirmé de son côté l’avancée les préparatifs pour la réception de l'avion par l’Ala 2. Un groupe de travail constitué de membres de la Force aérienne et de l’avionneur Embraer travail à la réception du premier aéronef en préparant les cours de maintenance et de formation des pilotes. La campagne de certification se poursuivra jusqu'en 2020, afin de libérer les capacités de l'aéronef et de répondre aux besoins des utilisateurs.

En 2018, le KC-390 a déjà reçu la certification de l'Agence nationale de l'aviation civile (ANAC). En 2019, il a subi des tests de certification pour diverses missions, telles que le lancement de fret, l'atterrissage d'assaut (atterrissage, lancement et décollage successifs) et le ravitaillement en vol (REVO).

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

3325534645.jpg

Photos : KC-390 @ Embraer

 

B737MAX, Boeing doit revoir sa copie !

76CD305E-1A41-4E94-953A-0FDB1FFDA317.jpeg

 

Les améliorations initiales proposées par l’avionneur Boeing concernant le système MCAS ne sont pas suffisantes a déclaré la FAA. Celle-ci n’a pas donné son accord en vue de l’approbation du correctif. Il faudra donc attendre la version finale pour que la FAA autorise à nouveau les vols.

Cette décision doit permettre à l’avionneur d’identifier tous les problèmes et d’y remédier de manière définitive. Mais avant toute autorisation de vol, la FAA effectuera des tests approfondis.

Enquête sur la FAA :

La FAA est dans le collimateur des politiques aux USA. Un comité sénatorial a lancé une enquête relative à des allégations selon lesquelles une formation insuffisante des inspecteurs de la sécurité de la Federal Aviation Administration avait amené l'agence à évaluer de manière inappropriée le nouveau logiciel destiné du Boeing B737 Max lors des essais en vol en vue de la certification de celui-ci.

Le président du comité a déclaré dans une lettre à l'administrateur intérimaire de la FAA, Daniel Elwell, que des éléments de preuve suggéraient que la FAA aurait peut-être eu connaissance de ces lacunes dans la formation dès août 2018.

Il semble aujourd’hui avéré que de nombreux employés de la FAA, y compris ceux impliqués dans le groupe d'évaluation des avions B737 Max, n'avaient pas reçu la formation adéquate. Le comité cherche à déterminer si une formation insuffisante des inspecteurs a entraîné une "mauvaise évaluation" par la FAA du système de renforcement des caractéristiques de manœuvre du B737 Max.