02/04/2019

Disponibilité réduite de la flotte des F/A-18 !

DSC_7712.jpg

L’application des mesures visant à prolonger la durée d’utilisation des jets de combat est retardée par des problèmes techniques. La disponibilité de la flotte des F/A-18 suisses s’en trouve ainsi réduite pour le moment. La sécurité dans l’espace aérien reste cependant assurée. La cheffe du DDPS en a informé les commissions de la politique de sécurité du Parlement.

Les raisons :

Après le rejet par le peuple du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen en 2014, le Parlement a approuvé la prolongation de la durée d’utilisation de la flotte des F/A-18, la faisant passer de 5 000 à 6 000 heures par avion. Cette mesure doit permettre de combler les lacunes jusqu’en 2030. Dans ce cadre, il est notamment prévu d’assainir la structure de ces avions vieux d’une vingtaine d’années.

Le prolongement : 

En été 2018, la RUAG a pu réviser un premier appareil, qualifié de prototype, en l’espace de quatre mois. Concernant les cinq appareils suivants, les travaux dureront sensiblement plus longtemps que prévu. Ce retard est dû à des problèmes qui n’avaient pas encore été rencontrés à ce jour et remonteraient à l’époque de leur construction, à la fin des années 90 ; ils n’ont été pour l’instant que partiellement résolus. C’est ainsi que certaines pièces de rechange ne sont pas adaptées à la structure des avions. Le retard encore indéfini ainsi provoqué dans l’assainissement de cette structure a aussi des conséquences sur le reste de la flotte dans la mesure où cela bloque, chez RUAG, les capacités dévolues aux travaux de maintenance qui surviennent régulièrement.

La situation :

En conséquence, les Forces aériennes disposent de moins d’appareils pour assurer le service de vol : actuellement, ils sont dix sur les trente de la flotte de F/A-18, quand il en faudrait idéalement douze. Il faut s’attendre encore à d’autres situations de réduction de la disponibilité des avions de combat jusqu’en 2024, année prévue pour la fin du programme d’assainissement. Les F/A-18 prêts à voler suffisent cependant pour assurer, en tout temps, le service de police aérienne et les opérations de protection des conférences.

L’armée et RUAG font leur possible pour maintenir la disponibilité de la flotte à un niveau satisfaisant. Des travaux sont actuellement en cours pour que RUAG et les Forces aériennes puissent éventuellement disposer de ressources supplémentaires.

En conclusion:

Une fois de plus, le rejet du « fond Gripen » péjore le travail des Forces aériennes qui doivent faire plus avec une flotte de F-5 qui n’est aujourd’hui plus adaptée à la situation et dont l’emploi se résumme à une utilisation de « service ». De l’autre, la flotte de F/A-18 est de plus en plus mise à contribution. En résulte une fatigue accrue des cellules et une obligation de renforcement de celles-ci. Cette situation et complexe et ne peut qu’être que provisioire à court terme. Le besoin d’une nouvelle flotte d’avions de combat devient inexorablement urgente.

Photo : Hornet à Payerne @ P.Kümmerling

Commentaires

@PK : On parle ici de seulement 10 exemplaires disponibles, au lieu d'un minimum de 12... Habituellement, sait-on quelle est le taux de disponibilité de nos Hornet ?

Écrit par : Jo-ailes | 02/04/2019

En quelque sorte la conception et la construction du F18 n’a pas était du meilleur niveau ? Certains points auraient échappé au constructeur ?
Il semblerait que le petit Suisse doit réparer les erreurs des autres.
On constate aujourd’hui qu’une flotte importante serait le meilleur choix pour notre aviation comme je le disais sur plusieurs posts du futur avion de combat.
Au final cette série d’évaluation d’avion est un peu une foutaise ? Les 4 avions testé auront chacun un plus et en moins entre eux ?
J’ai toujours été en faveur du Gripen, car c’est celui qui correspond le mieux a notre armée, il est petit, il demande moins d’entretient, il est performent, son utilisation au sol est plus adaptée au personnel de la maintenance, peut-être exploité sur des tronçons de route, son prix compétitif qui au final avec le budget permettra une acquisition plus importante.
Après certains constructeurs mentionner que leur avion pouvait faire le boulot de 3 gripen ? Ceci est a définir, car pas de réelle preuve en combat contre l’avion critiqué ? Et dernier point certain constructeur mentionné qu’avec une flotte plus faible avec leur avion on pouvait faire le boulot de 2 ou 3 d’un autre modèle est la encore une foutaise, car un minimum d’avion ne permettrait plus a un certain moment d’avoir une police aérienne en fonction.

Écrit par : michel | 02/04/2019

@Jo-ailes et Michel, le taux est tombé à moins de 50% avec les besoins de révision des cellules et du travail d'augmentation du potentiel de vol. Il devrait remonté progressivement, mais quoi qu'il en soit l'avion se fatique et les années à venir ne vont pas amélioré la situation de la maintenance.

La conception est bonne cependant en Suisse, nous utilisons l'avion au maximum de ses possibilités et ceci avec moins d'heures de convoyage. De fait. pour 60 minutes de vol 40 sont utilisées pour du comabt aérien donc à pleine ressource.

Écrit par : Pk | 02/04/2019

Ce qui est fou dans cette histoire c'est que l'on avait prévenu des risques de ne pas remplacer la flotte de F-5 en 2014 lors du vote. Que la population n'y ai rien compris est en soi logique, mais les politiques qui n'ont pas fait leur travail et qui s'inquiètes aujourd'hui en sont les responsables.

Écrit par : Marco | 02/04/2019

Bonjour,

Quand on regarde la photo, on remarque le train avant très spécifiquement créé pour les portes avions en particulier entre autre la barre de catapultage. Est ce que c'était vraiment indispensable de la garder ?

Est ce que les F18 suisses sont équipé de perche de ravitaillement ?

Écrit par : julien_jla | 02/04/2019

@julien-jla: On aurait pu enlever la barre centrale du train avant, mais celà aurait posé un problème de centrage et d'équilibrage, soit un surcoût inutile.Tous les utilisateurs de Hornet , Espagne, Finlande, Malaisie, Australie concervent cette pièces. Oui, les Hornet sont dotés de la perche de ravitaillement et les pilotes formés à l'utilisation avec les voisins français et allemands.

Écrit par : Pk | 02/04/2019

Et jusqu'au 12 avril, ce ne sont que 6 appareils disponible en Suisse.
Vu que les 4 autres sont détachés en Hollande pour l'exercice FRISIAN.

Écrit par : ouioui | 03/04/2019

@PK : Merci pour la réponse ! Au fait, les 4 Hornet actuellement à Leeuwarden sont comptabilisés dans les 10 appareils comptés comme disponibles ?

Écrit par : Jo-ailes | 03/04/2019

@Michel
On peut objecter aux constructeur que la perte de 1 avion (qui en remplaçait 2-3) correspond à la perte plus improbable de 2-3 de l‘autre modèle...
La quantité augemtera toujours la probabilité de survie du groupe.
C‘est d‘ailleurs la stratégie sélectionnée naturellement pour les insectes, reptiles...

Écrit par : Al&X | 04/04/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.