22/03/2019

Aventuriers, pionniers et prototypes !

53682EA1-09EA-4CDF-98CC-F22F931EFA78.jpeg


Lors des prochaines journées thématiques de printemps des samedi 6 et dimanche 7 avril, le Musée Clin d’Ailes accueille l’aventure solaire avec SolarStratos, fête le retour du Hawk et réserve bien d’autres surprises.
L’équipe du Musée Clin d’Ailes propose une découverte de l’avion révolutionnaire SolarStratos. Il s’agit d’un projet initié en 2014 par Raphaël Domjan. Avec cet appareil solaire biplace construit tout spécialement et testé sur la base aérienne de Payerne, il envisage avec son équipe de réaliser un record d'altitude. La mission SolarStratos devrait permettre à l’aventurier Raphaël Domjan d'atteindre plus de 75’000 pieds (25’000 m). Une conférence de Roland Loos, CEO de SolarStratos aura lieu le samedi 6 avril à 14 h 30. Quant au pilote et initiateur du projet, Raphaël Domjan, il sera présent dimanche après-midi.
Les visiteurs pourront aussi admirer le nouveau jet du musée, le Hawk. Les Forces aériennes suisses ont utilisé ces avions d’entraînement de 1990 à 2002. La Suisse a ensuite revenu ces appareils à la Finlande qui vole encore avec. L’an dernier, l’armée de l’air finlandaise a fait cadeau d’un de leurs appareils au Musée Clin d’Ailes. Arrivé aux couleurs finlandaises, il a été entièrement restauré et a fort belle allure dans son nouvel écrin.
Les bénévoles du musée proposent deux belles journées animées dans cet endroit hors du temps qui met en exergue l’histoire aéronautique du pays. On retrouvera les fidèles radioamateurs de HB4FR avec une initiation au morse et une chasse au renard ludique pour les enfants. Les jeunes pourront aussi se faire photographier assis dans le cockpit d’un simulateur en train de faire leurs premières expériences de vol. Ils auront aussi l’occasion d’apprendre à souder un petit avion qu’ils pourront emporter.
Ce week-end, le vénérable simulateur du Mirage III, le SIMIR, sera aussi en activité. On rappellera que cette installation est unique au monde et fonctionne toujours à la perfection depuis 52 ans.
L’équipe du Flight Simulator Center (FSC) proposera des démonstrations dans son installation de simulation. On reste dans le virtuel, avec la possibilité pour les visiteurs de s’essayer au manche à balai sur l’installation de simulation du Virtual Air School (VAS) du Musée Clin d’Ailes, aux manettes d’un PC-7, en compagnie de pilotes chevronnés.
Et puis ce week-end marquera le vernissage de la nouvelle exposition de l’Espace des pionniers. Elle retracera l’épopée des prototypes de jets fabriqués par la Suisse, comme le P16, l’Aiguillon ou encore le surprenant projet Piranha. Des documents rares, avec des objets uniques y seront dévoilés.
Une cafétéria et la boutique permettront de compléter ces moments divertissants en compagnie de passionnés d’aviation. Toutes ces animations sont gratuites. L’entrée du musée est payante.
A découvrir au Musée Clin d’Ailes de Payerne (à côté de la base aérienne), le samedi 6 avril, de 9 h 30 à 17 h non-stop (soupe de chalet au chaudron à midi). Dimanche 7 avril, de 13 h 30 à 17 h.
www.clindailes.ch – aussi sur Facebook.

519E2BED-CEE5-40E2-B5E8-0ED1B5DA5E36.jpeg

L’US Navy commande l’Advanced Super Hornet !

 

CCCDE59C-4B3D-4835-8994-B0E6960C7AE2.jpeg

L’US Navy commande 78 Boeing Advanced Super Hornet ( Super Hornet blockIII), soit une première pour la nouvelle  version de l’avion qui viendra compléter les F-35. D’autres sont attendues d’ici 2025. Cette achat est important pour Boeing, notamment en ce qui concerne la vente potentiel à des clients à l’exporration comme la Finlande et la Suisse  par exemple.

L’Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

Le projet « Advanced Super Hornet » est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. 

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.