19/03/2019

Aviation, climat la grande hypocrisie !

 

aviation,climat,biocarburant,industrie de l’aviation,les nouvelles de l’aviation,romandie aviation

Second volet de l’aviation et écologie. On y est, l’avion est devenu la bête noire du climat. L’industrie de l’aviation est devenue en l’espace de quelques mois le mal absolu. Pointer du doigt le transport aérien est devenu si facile et complaisant. Pourtant, ce dernier n’est responsable que de 2% des émissions annuelles de CO2 provoquées par l’activité humaine. Les transports sont eux responsable de 12% des émissions totales du secteur. L’aviation étant le meilleur élève de la classe. Avec un volume de 0,5 % du transport mondial avec 35% de la valeur transportée. Rappelons également que 80% des vols en avion sont supérieurs en distance à 1’500km.

Méchants petits suisses 

Le suisse est méchant, il vole trop souvent et sur des distances courtes. Hé, oui notre pays nous offre une qualité de vie plutôt bonne et de fait, les habitants de notre pays sont devenus accros à l’avion et seraient responsables de 10% du rejet de CO2. On oublie de mentionner que l’avenir du transport aérien explose du côté de la Chine et Asie-Pacifique, de l’Inde et du Moyen-Orient sans oublier l’Amérique Latine. Concrètement cela veut dire que d’ici 10 ans notre pays disparaîtra au fond des statistiques sur l’utilisation de l’avion. Mais pour autant, il ne faut effectivement pas s’endormir.

Qui sont les vrais pollueurs ?

Avancer le thème de l’avion pollueur est facile, surtout lorsque l’on ne prend pas la peine de comparer. Les chaudières à mazout présentent dans la plus part des maisons, immeubles et bâtiments administratifs sont responsables du plus grand rejet de CO2 dans l’atmosphère et produisent 8 fois plus de gaz à effet de serre que tous autres moyens de chauffage. Les navires de croisière et bateaux cargos sont les plus grands pollueurs, mais visiblement on ne s’y intéresse pas. Pour autant, les suisses usent de plus en plus des croisiéristes pour leurs vacances et nous importons et exportons le plus gros de nos marchandises grâce aux porte-containers.

Le train : pas si propre qu’il n’y paraît

En 2014 les CFF ont rejeté pas moins de 116’191 tonnes de CO2 et cela s’accélère avec l’augmentation du trafic ferroviaire, augmentation de la population oblige et décisions politiques. Les calculs démontrent que le train se classe un tout petit peu mieux que l’avion. Les trains consomment beaucoup d’énergie qui doit être produite soit par le nucléaire en France où les centrales à charbon en Allemagne par exemple et le surdimensionnement des voies ferrées en acier et en béton n’est pas particulièrement écologique.

L’aviation, un bon élève 

Le kérosène fossile représente le coût le plus élevé de fonctionnement pour les compagnies aériennes. La recherche de la diminution de la consommation est un but depuis plusieurs années. Avionneurs et motoristes y travaillent et ont accompli d’énormes efforts en 60 ans. Les avions de dernière génération (B737MAX,B787,B777X, A320neo, A330neo, A350) ont une consommation 70% inférieure à celle des aéronefs des années 60. Mais ce n’est pas terminé, d’ici 2025 celle-ci devrait encore diminuer de l’ordre de 5%. Si l’économie réalisée est un moteur économique pour l’aviation, l’arrivée de biokérosène en est un autre. L’arrivée prochaine de biocarburants fabriqués à partir de biomasse, plantes ou de déchets, va contribuer à améliorer nettement le bilan environnemental tout en garantissant la pérennité du transport aérien. Leurs utilisations réduit de 50 à 90 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au kérosène actuel, tout en réduisant aussi, à des degrés divers et en fonction de la structure chimique du carburant de synthèse, les émissions de polluants par rapport aux carburéacteurs fossiles, oxydes de soufre et particules notamment. A terme, le prix de ces nouveaux carburants sera également abordable et moins sujet aux fluctuations du marché, garantissant ainsi une meilleure stabilité de prix et d’approvisionnement.

En plus des nouveaux bio-kérosène, les avionneurs travaillent aujourd’hui à l’avion du futur dont la pollution sonore diminuera encore de près de 50% et les rejets dans l’atmosphère de 70% par rapport aux appareils conventionnels actuels cités plus haut.

Taxer le billet d’avion, une demi-solution 

Alors faut-il taxer le bon élève ? Si cela devient la norme, il ne faut pas faire n’importe quoi. D’une part, la taxe ne doit pas prétériter les compagnies traditionnelles au risque de basculer dans le « tout low cost », soit créer l’effet inverse de ce que l’on recherche. Que faire de l’argent encaissé ? Tout le monde parle de taxes, mais pour en faire quoi ? Si, une taxe sur les billets d’avion devait voir le jour, il est impératif que l’argent récolté serve à accélérer le processus de remplacement du kérosène fossile par du biofuel. Dans le cas contraire cet argent n’aurait pas réellement d’effets positifs. Cette taxe sera une aide et non « la » solution contrairement aux idées reçues.

Les solutions 

On le voit, les solutions existent pour rendre l’aviation quasiment propre d’ici10 ans. Les grandes organisations de l’aéronautique comme l’IATA, l’OACI, l’EASA sont engagées sur le sujet aux côtés des avionneurs, des motoristes et des transporteurs aériens. Pour autant, il faut cesser d’écrire n’importe quoi sur le sujet avec des titres racoleurs du genre « l’avion de la honte », vide de toutes solutions. Au mieux ce genre de papier aura pour tout effet de déculpabiliser le citoyen lambda et de surfer sur la vague du climat “avec de vagues visions”, mais n’aura surtout aucun effet concrèt. Crier au loup en ne proposant qu’une taxe sans autre explication n’apporte rien, cela s’appelle du “populisme écologique”. L’industrie de l’aviation continue d’avancer pour devenir encore moins gourmande en kérosène, plus propres, moins bruyante également. Cela vaut également pour l’aviation privée et militaire. Est-ce que tous les acteurs industriels peuvent en dire autant ? Certainement non.

 

Commentaires

Il y a un faux paradoxe qui est le suivant.
.
- Par son rapport énergie/masse le pétrole est précieux sur les avions.
- L'avion sera probablement l'un des premiers moyens transport de transport qui sera le premier à ne plus utiliser de carburant fossile.
.
La solution du paradoxe passe évidemment par des carburants non-fossiles, qui sont nettement plus simple à mettre en œuvre que pour l'automobile, puisque les quantités d'avions en circulation sont bien moindres, et leurs cycles de vie bien mieux maîtrisés.
.
Je ne te rejoins pas sur la baisse de consommation spécifique des moteurs. Certes, elle est là, mais elle est aussi là pour les automobiles et elle est même bien plus radicale ! Certes cette baisse spécifique est compensée par des usagers utilisant des véhicules plus lourds et avec des accessoires nettement plus gourmands en énergie.
.
Quant au train, ça dépend du pays. Ca roule indirectement au charbon au Royaume Uni, mais en France c'est principalement de hydroélectrique complété par du nucléaire... On a beau taper dessus, ça reste un moyen qui émet très peu de CO2, et qui a l'avantage de centraliser la consommation sur très peu de lieux de générations : si une centrale à charbon est fermée, le moyen de transport n'est pas impacté.
.
Cela étant, les carburants fossiles étant taxés, je ne vois pas trop pourquoi les avions y échappent. Ce n'est pas un problème d'écologie, mais de justice et de distorsion de la concurrence.

Écrit par : v_atekor | 19/03/2019

C'est pas moi c'est l'autre.
Rappelons tout de même que la pollution au kilomètre du fret transporté par voie aérienne est bien supérieure au transport maritime.
Aparament vous êtes le seul à croire que la pollution maritime n'intéresse personne. Les rejets polluants des fioules lourds sont reguliérement critiqués (à juste titre d'ailleurs), tout comme les dégasages au large et sans parler des marées noires sur les côte.
Tout comme les aviateurs les marins font aussi des effort, pour remplacer le pétrole par du gaz, brancher les paquebot au port à l'électricité de quai ect .N'oublions pas que le carburant aerien est le seul à n'être pas taxé.
Si le biokérosène existe déjà, il s'agit d'huile végétale, et une fabrication à base de déchet relève pour le moment de la science fiction.

Écrit par : François | 19/03/2019

@ Francois : sachant que les porte-containers les plus gros soit environs 20 navires polluent autant que la flotte totale de voitures en circulation en France plus les autres, il y a de quoi effectivement s’inquiéter. Si la flotte navale avait fait autant que l’aviation nous n’en serions pas là, sans oublier les chauffage au mazout que l'on tarde à remplacer.

Écrit par : Jérôme | 19/03/2019

@Francois : nous reparlerons demain justement de bio kérosène à base de déchets ... science fiction dites-vous ?

Écrit par : Pk | 19/03/2019

Jérôme...
Le problème de votre commentaire est que vous parlez de pollution en général. Il n'y a pas une pollution, mais DES pollutions.
Les 20 navires qui polluent plus que tous les véhicules, ce n'est pas en terme de CO2, mais en termes de particules fines, de particules nocives pour les êtres vivants.
Donc en réalité, les 20 plus grands navires polluent plus que toutes les voitures au monde en termes de souffre !!! Les navires consomment les pires des carburants, très peu raffinés, c'est le résidu du pétrole brut raffiné.
...
Mais lorsqu'on parle en termes de CO2, le fret maritime et le fret ferroviaire sont les plus efficaces (km * kg parcourus / volume énergétique)...
Aujourd'hui, on parle de réchauffement climatique principalement, et donc de gaz à effet de serre (CO2, méthane...)

Écrit par : Fab | 19/03/2019

@Fab: justement c’est un ensemble qu’il faut combattre, l’erreur est là ! Vous ne pouvez pas combattre le co2 en laissant plus de particules fines entrer dans l’atmosphère, c’est le serpent qui se mord la queue. L’article présenté ici en est témoin et remet par contre les choses en place en ce qui concerne les efforts faits depuis longtemps dans l’aviation. Il semble justement que oublie ce détail dans les
Médias et à plus forte raison en période électorale.

Écrit par : Marco | 19/03/2019

@PK,
Votre article est très très tendancieux.
...
La question de savoir pourquoi l'aviation est devenue un des transport pointés du doigt est intéressante. Mais il ne faudrait pas la défendre coûte que coûte comme vous semblez le faire.
...
Je vais suivre l'ordre de votre article.
Introduction:
Vous utilisez la statistique "valeur transportée" pour justifier que l'avion est un bon élève. Je reprends vos chiffres. 12% du CO2 émis l'est par le secteur du transport, et 2% du CO2 l'est par les avions, donc 1/6e du CO2 est émis par l'aviation.
Plutôt que de parler de valeur transportée, on pourrait s'intéresser à des valeurs plus pertinentes comme l'efficacité énergétique des divers moyens de transport. Et là, l'avion n'est pas top, combien même les progrès sont énormes, et vont dans la bonne direction, cela est indéniable.
En effet, la valeur transportée est problématique pour moi, parce qu'une bonne partie des choses transportées sont des biens de luxe, et on pourrait s'en passer.
...
Méchants petits Suisses:
Pour cette partie, il faut arrêter de se voiler la face. La Suisse est l'un des pays qui consomme le plus (de tout), et par habitant, nous sommes responsables de beaucoup de pollution. Cette pollution se fait entre autres avec l'aviation, mais aussi et surtout à travers nos importations de biens. On ne peut pas le nier.
Ensuite, vous rejetez sur les autres le fait que la pollution va augmenter ailleurs. Certes, c'est un problème. Mais on ne peut pas dire que parce qu'on était les premiers gros consommateurs d'aviation, on continue, et vous autres, vous limitez votre demande. Si on regarde le futur du nb de km en avion par habitant, la Suisse va rester dans les pays au sommet pour longtemps.
...
Qui sont les vrais pollueurs ?
Déjà, il n'y a ni "vrai" ou "faux" pollueurs. Il y a des pollueurs.
Oui, le chauffage en Suisse est l'un des plus gros émetteur de CO2, d'où les stratégies énergétiques d'isolation améliorée (subventionné), réglementations sévères sur les nouveaux bâtiments, avec certains n'ayant même plus de chauffage... Il y a de vrais objectifs d'ici à 2050 pour réduire de plus de moitié ces consommations.
Toutefois, contrairement à l'aviation, le chauffage est un besoin de base. L'aviation est dans la plupart des cas un "luxe". C'est difficile de comparer les 2.
...
Le train : pas si propre qu’il n’y paraît:
Le train pas si propre? Si vous parlez d'Amtrak, je veux bien... Si on parle des CFF, ce n'est pas vrai, c'est extrêmement propre !
D'où viennent les émissions de CO2 des CFF? Une partie de l'électricité importée par la Suisse. Une partie par les bâtiments chauffés, une partie dans les travaux effectués (gares, voies, ponts, tunnels, etc...) et une petite partie par les locomotives de manœuvre.
Comparons donc ce qui est comparable...
- CFF 1.25 millions de passagers par jour, soit 456.25 millions de passagers par année. Comme la moyenne de la distance parcourue est de 40.2 km, on parle annuellement de 18'341.24 millions pax * km ! Donc cette pollution n'est pas énorme...
Pour la Suisse, le train c'est 14 g de CO2 par passager par km. L'avion, c'est 285 g de CO2 par passager par km.
Donc en termes de CO2, l'avion pollue donc 20 fois plus que le train. Et le train est le moyen de transport le moins polluant, et de loin en Suisse.
...
- Aviation bon élève:
Oui, les entreprises innovent énormément, bien que la raison est plus économique que climatique, toutefois, le résultat est le même c'est la baisse d'émissions de CO2, et c'est tant mieux. Les entreprises de l'aviation font bien leur travail, elles innovent et font au mieux. Donc à ce niveau c'est difficile de critiquer. La question est plutôt celle des individualités.
On peut parler d'entreprises où les déplacements sont parfois inutiles, et uniquement pour le plaisir de l'employé... Ou encore des transports alternatifs disponnibles dans une "minorité" de cas.
En Europe, le transport en train est assez rapide entre les grandes villes. La non-taxation du kérosène rendant l'aviation plus économique que le train, on peut le regretter à juste titre, surtout quand parfois, le trajet est équivalent en terme de temps (Zurich Paris par exemple).. Mais oui, ce n'est qu'une partie du transport aérien.
...
Je suis d'accord sur le sujet de la taxation. La question de solutions pour une aviation plus propre est réellement complexe. Le fait que j'admette plus haut que l'aviation est indéniablement plus pollueurs, et qu'il s'agisse de luxe ne signifie pas que je veuille bannir ou surtaxer l'aviation.
Je pense qu'on doit améliorer l'efficacité énergétique de TOUT ce qui émet du CO2, et pour moi, il n'y a pas de petit émetteur, car on est dans une période de réchauffement climatique dû à notre activité, et on n'a plus le luxe de sélectionner qui pollue le plus ou le moins. Tout pollueur doit s'améliorer !
...
Pour moi la solution passe surtout par l'éducation des utilisateurs... Les consommateurs ont un réel pouvoir sur l'orientation des moyens de production. Donc allons-y améliorons nous, faisons pression pour consommer local, achetons des voitures propres. Cette responsabilité individuelle est la clé, surtout pour des pays comme la Suisse où une bonne partie de la population peut se permettre de payer un peu plus pour du local !

Écrit par : Fab | 19/03/2019

@Marco,
Je ne dis pas le contraire...
Mais utiliser les statistiques comme Jérôme, selon moi c'est une manière de pointer du doigt l'autre, et de dire "je ne fais pas tant de mal que ça"...
Or la réalité est plus complexe et on doit tous faire des efforts.
Oui, il faut pointer du doigt le problème du fret maritime qui est vraiment dégueulasse, qui a le droit de dégazer, qui peut jeter des déchets à la mer, etc...
Mais n'utilisons pas cela pour dire qu'on n'est responsable de rien car ce n'est pas le cas.
Concernant cet article, la méthode est clairement partisane et ne s'intéresse pas aux chiffres qui ont de l'importance.
Mais oui, l'aviation évolue, et l'avancée des technologies pour consommer moins semble s'accélérer, et c'est génial de voir cela. Voir un A350 NEO arriver d'ici 6 ans alors qu'aujourd'hui c'est déjà l'avion le plus propre, c'est exactement ce qu'il faut !

Écrit par : Fab | 19/03/2019

@Fab: je n’ai jamais dit cela, je mets en avant que dans l’industrie les moyens et les efforts pour réduire la pollution ne sont pas les mêmes et que je rejoint l’article sur le fait que l’aviation est un bon élève combien même ces efforts doivent être poursuivi, je crois qu’en l’est clair ?

Écrit par : Jérôme | 19/03/2019

@Fab: des voitures propres ? Électriques donc, et ceci jusqu’à quand ? Car les
Minerais extraient polluent épouvantablement et n’oublia n’avons pas de moyens pour recycler ces
Batteries. Donc moi je dis allons vers la voiture à hydrogène.

Écrit par : Florence | 19/03/2019

@Fab : "la solution passe surtout par l'éducation des utilisateurs".
.
L'avion est emblématique du paradoxe suivant : plus un moyen est optimisé, plus il est utilisé. Donc moins il pollue de façon spécifique, plus il pollue de façon globale.
.
On peut être sûr, qu'en optimisant les coûts et la consommation spécifique, le prix va continuer à baisser, le trafic va augmenter, et donc la pollution globale augmentera. PK parle d'amélioration de 5% sur 10 ans pour l'efficacité, on parle d'une augmentation de 3% par an pour le trafic passager. QED.
.
L'impôt est un outil pertinent. Il est même nécessaire pour éviter que la société ne s'organise en ayant comme substrat un moyen de transports non pérennes, dont il ne soit plus possible de ressortir, comme ça l'a été avec la voiture. Les villes tentaculaires existent, les employeurs comme les commerces partent de l'a priori "les employés ont une voiture", "les clients ont une voiture", et la remise en cause est une mission quasi impossible. Il est logique d'éviter qu'on fasse de même avec l'avion, que ce soit un "prérequis" évident et que l'on se retrouve piégé dans 50 ans.

Écrit par : v_atekor | 19/03/2019

Nous devons en effet tenir compte des différences qui existent dans l'industrie et à juste titre des transports. Trop souvent ces derniers temps les articles de journaux et autres politiques crachent sur l'aviation avec une verve qui en l'état n'apporte pas de réelles solutions. Pires, on nous annonce des âneries comme mettre des annonces sur les pubs d'avions. Soit un non sens et je suis d'accord avec PK cela ne fait pas avancer la cause urgente tout au plus cela est électoraliste. Des solutions existent et il faut les mettre en oeuvre. Pas n'importe comment ni avec un discours populiste.

Écrit par : André | 19/03/2019

Très juste on tape sur l’aviation presque au quotidien dans les médias simplement par facilité, sans amener de vraies solutions. Les mêmes qui pleuraient lorsque Swissair a quitté Genève et se sont réjouis de l’arrivée des low cost, une belle bande d’hypocrites

Écrit par : Luis | 19/03/2019

Très juste il faut dissocier les efforts qui restent à faire et les encourager du discours bête et stupides de ceux qui veulent surfer sur l’urgence climatique pour des raisons électoralistes.

Écrit par : Jean-Dominique | 19/03/2019

D'accord avec le fait que l'aviation n'est pas forcément le secteur le plus polluant, mais dire que les bio-carburants sont "verts" est faux. Par exemple, la culture d'huile de palme utilisée dans certaines essences a des conséquences dévastatrices sur l'environement. Dans un autre article, je cite: "carburéacteur propre pouvait être produit à partir de terre du désert et d'eau de mer grâce à un processus agricole innovant": quid de l'énergie dépensée pour ce processus agricole? et des surfaces utilisées pour produite... quelle quantitité? est-ce applicable à grande échelle tout en restant propre?
Faut vraiment arrêter de recracher les discours commerciaux et revenir aux bases: quelle est la source primaire d'énergie / impact du transport / stockage / transformation.

Écrit par : Nicolas C | 19/03/2019

@ Nicolas C : le but est de se diriger en direction de bioful de 3 et 4 eme génération qui ne se substituent pas l’agriculture traditionnelle et préserve l’eau. Mais cette transition n’est pas immédiate tout comme le fléau des batteries de voitures électriques. Et ne vous y trompez pas l’écologie est un business comme un autre.

Écrit par : Florence | 19/03/2019

Fab@ "Et là, l'avion n'est pas top, combien même les progrès sont énormes, et vont dans la bonne direction"
Jérôme@ "le fait que l’aviation est un bon élève combien même ces efforts doivent être poursuivi"
Au secours ! Mais où êtes-vous donc allé à l'école ?

Écrit par : Géo | 19/03/2019

Bonjour à tous

Prendre un bouc émissaire en l’occurrence ici l'avion ne nous mène à rien.
Comme le dit Pascal, c'est déjà le meilleur élève.

C'est la même démagogie qui prévaut en France au sujet des voitures diesel.
Maintenant qu'elles sont (presque) propres, on (toujours les mêmes) veulent les supprimer, comme si par miracle un voiture à essence ne polluait pas...
Et pitié! ne venez pas me chanter les louanges des voitures hybrides (monstres de plus de 2 tonnes, 300 à 500 kg de plus qu'un voiture classique) ou "Full" électriques avec les batteries actuelles, ou ira t-on chercher les métaux rares, en quantité suffisante, pour les fabriquer, je ne parle même pas du recyclage.

L'Europe est toujours en avance ou en retard d'une guerre et veut UNILATÉRALEMENT et comme seul remède TAXER, TAXER, TAXER...
Pour quoi faire, ou ira cet argent? Nos taxateurs invétérés devraient une fois pour toute, suivre la route d'un avion, qui doit faire le plein dans divers pays, avant de revenir à ZH ou GE, alors je repose la question: OU IRA l'ARGENT?

Aussi longtemps qu'un moratoire engageant et MONDIAL (avec les vrais pollueurs: USA, Russie, Inde, Chine, Brésil etc.) n'aura pas été mis en oeuvre, tout ce que pourra entreprendre l'Europe seule, n'est que pure littérature.

Car des pollutions il y en a des centaines, a commencer par la première; l'être humain. Nos "INTELLECTUELS" seraient-ils capables de calculer la pollution (CO2, chaleur émise, déchets organiques, déchets ménagers, chauffage, ventilation, refroidissement, alimentation etc. etc.) produite par les quelques 7 milliards d'individus qui peuplent notre planète aujourd'hui et au train ou va la démographie, les 10 milliards sont proches.

Donc arrêtons de culpabiliser les seuls payeurs et proposons enfin de RÉELLES solutions.
Il est bien clair, que certaines ne vont pas plaire à tout le monde.
Le fait même d'en parler déchaîne déjà les passions...

Nos fameuses têtes pensantes ont tellement d'idées (hormis la TAXATION), qu'ils sont obligés de MANIPULER un gamine de 13 ans et la jeunesse en général...

Écrit par : forêt10 | 19/03/2019

Mais pourquoi la Suisse est pays riche, car elle vol le petit et le riche encore plus riche.
À quand les Suisses auront quelque chose dans la culotte pour y sortir leur gilet jaune ?
Quand notre gouvernement ne peut plus voler la ou elle a déjà tout pris, y faut bien quelle invente autre chose.
Elle est bien capable de donner 1 milliard de coalitions à l’UE, mais ce milliard aurait permis de mettre en place combien de systèmes écologiques pour notre planète.
Victor Hugo dirait : au grand voleur la révérence … au petit voleur la potence.

Écrit par : michel | 19/03/2019

@Geo,
Oui, je ne me suis pas relu... Toutes mes excuses ! Mais l'arrogance dont vous faites preuve bien trop souvent est désagréable et inutile.
Les commentaires de ce forum sont faits pour débattre, pour apprendre, et échanger. Plutôt que de dénigrer les personnes qui ne connaissent pas le système de tel ou tel appareil, qui ne connaissent pas tous les systèmes utilisés communément dans l'aviation, vous pourriez nous faire profiter de votre puits de compétence, ou alors éviter d'être désagréable.
Savez-vous que parmi les lecteurs il y a des enfants? Et ces enfants tombent sur vos commentaires arrogants et condescendants.

Écrit par : Fab | 19/03/2019

Je suis très déçu de cet article.
J'aime les autres articles sur l'aviation, qui me passionne. Tout en sachant que l'aviation est un gros pollueur pour se déplacer du point A au point B.
Donc lire des choses comme le train est un mauvais élève, et l'aviation sera propre d'ici 10 ans...
A mon avis, il faut rester sur des articles factuels sur l'aviation, parler des progrès permettant de réduire les consommations... Mais, pitié, ne pas vouloir nous convaincre qu'il vaut mieux faire un Genève-Zurich en avion plutôt qu'en train :)

Écrit par : Pascal | 20/03/2019

@ Pascal : Merci pour votre message. J'avoue être entièrement de votre avis, mais je n'avais pas le courage de chercher les mots pour le dire.

Écrit par : Jo-ailes | 21/03/2019

@jo-ailes & Pascal. Je crois qu'on est tous interloqués... On peut être passionné et lucide. Soulever 200 tonnes demande plus d'énergie que de les laisser au sol.

Écrit par : v_atekor | 21/03/2019

Le vrai débat vous échappe une fois de plus. La démocratisation extrême des transports par air, meilleur marché que le train, a tout faussé. Et c'est pourquoi le kérosène doit être taxé, et que l'on en revienne à une autre idée de l'aviation. Le tourisme de masse tue le tourisme, etc, etc...
Donc taxons un max les vols, qu'il n'y ait que les gens qui ont des moyens pour prendre l'avion et tout ira mieux. La racaille estudiantine qui paie 30 euros pour aller se bourrer la gueule à Barcelone, ça suffit. C'est un scandale qui doit se terminer le plus vite possible.
Cela ne vous plaît pas ? Eh ben cela va arriver plus vite que vous ne le croyez.

Écrit par : Géo | 21/03/2019

Et il en va comme ça pour bon nombre de choses dans notre société contemporaine. Reste toujours la possibilité d'ajouter un nouveau droit-créance à la Déclaration Universelle des Touristes Fauchés.

Écrit par : rabbit | 22/03/2019

Et oui, je l'ai déjà entendu dire à la radio il y a 2-3 ans, de la part d'un de nos parlementaire (heureusement pas un de ces gauchistes), que la pollution est de la faute des compagnies aériennes lowcost qui permettent même aux familles de la classe moyenne de prendre l'avion. C'est vrai qu'à l'époque, c'était quand-même plus jouissif d'embarquer en regardant ces gens, derrière les barrières, le regard envieux et rêvant d'être à notre place. ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 22/03/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.