18/03/2019

Premier vol réussi pour un bio-kérosène révolutionnaire !

595EC852-5021-40D6-B3CA-F3CD5191266C.jpegI

Je vous propose une série spéciale sur le biokérosène et les actions menées au sein du secteur de l'industrie de l'aviation. Ce dossier a pour but de vous démontrer que contrairement à la croyance populaire et de certains médias, l'aviation n'est pas le pollueur que l'on veut bien accuser, même si il reste encore du pain sur la planche. Les essais de bio-kérosène pour l’aviation ne sont pas nouveaux. Il y a quelques  semaines, nous avons vécu une première mondiale avec un premier vol exécuté à l’aide d’un nouveau type de biocarburant à base de salicorne. Cette réalisation réussie a été organisée en partenariat avec l’avionneur américain Boeing et le transporteur des Emirats Arabe Unis Etihad Airways ainsi que le motoriste General Electric. L’avion, un Boeing B787-9 « Dreamliner » doté de moteurs GEnx-1B, s’est envolé pour un vol commercial d’Abu Dhabi à Amsterdam. 

Un nouveau biocarburant :

On doit cette réalisation à une association à but non lucratif de la Khalifa University d’Abu Dhabi, la Sustainable Bioenergy Researc (SBRC). Ce Consortium de recherche sur la bioénergie durable (SBRC) est une entité créée par le Masdar Institute et faisant partie de l'Université des sciences et technologies de Khalifa.

Des recherches ont montré que ce carburéacteur propre pouvait être produit à partir de terre du désert et d'eau de mer grâce à un processus agricole innovant. Le projet soutient les plans de diversification des Emirats Arabes Unis et de leur engagement en faveur de la durabilité.

Le vol entre Abou Dhabi et Amsterdam a marqué une étape majeure dans la mise au point d’un carburant propre et alternatif pour réduire les émissions de carbone. L'initiative aborde également la sécurité alimentaire dans les Emirats Arabes Unis à travers la culture des fruits de mer en tant qu'élément central du processus.

Les partenaires de la SBRC ont travaillé ensemble pour prouver le concept d'une chaîne de valeur complète centrée sur le système énergétique et agricole de l'eau de mer (SEAS). Il s'agit d'une plateforme industrielle synergique qui soutient le secteur de l'aviation, l'industrie pétrolière et gazière, la production alimentaire ainsi que la création d'une nouvelle alternative agricole spécifique aux Émirats arabes unis.

Le carburant durable pour ce vol a été dérivé de l'huile de plantes de Salicornia cultivée dans une ferme SEAS de deux hectares située à Masdar. Le SEAS est le premier écosystème désertique au monde conçu pour produire du carburant en eau salée. Les poissons et les crevettes élevés dans l’installation fournissent des éléments nutritifs aux plantes 

La décarbonisation de l’industrie :

La décarbonisation en profondeur des industries à forte intensité énergétique a un effet d'entraînement sur la sécurité alimentaire et l'action climatique. Les carburants aéronautiques propres et alternatifs constituent une solution innovante et durable pour réduire de manière significative les émissions nocives de carbone. Avec ce premier vol commercial, nous avons la preuve qu’aujourd’hui ce concept novateur répond aux défis de l'énergie de demain.

Cette réalisation historique de l'Université de Khalifa et de ses partenaires marque un nouveau départ pour l'utilisation du combustible propre pour l’aviation commerciale. Par ailleurs, ce nouveau carburant propre permet la mise en place d’une chaîne de valeur durable des biocarburants.

Aviation et effet de serre :

Au niveau mondial, le trafic aérien représente environ 11% de la consommation de carburant et environ 2% des émissions de CO2. Le kérosène fossile représente également le coût le plus élevé de fonctionnement pour les compagnies aériennes. La recherche de la diminution de la consommation est un but depuis plusieurs années. Avionneurs et motoristes y travaillent et ont accompli d’énormes efforts en 60 ans. Les avions de dernière génération (B737MAX, B787, B777X, A320neo, A330neo, A350) ont une consommation 70% inférieure à celle des aéronefs des années 60. Mais ce n’est pas terminé, d’ici 2025 celle-ci devrait encore diminuer de l’ordre de 5%. Si l’économie réalisée est un moteur économique pour l’aviation, l’arrivée de biokérosène en est un autre. L’arrivée prochaine de biocarburants fabriqués à partir de biomasse, plantes ou de déchets, va contribuer à améliorer nettement le bilan environnemental tout en garantissant la pérennité du transport aérien. Leur utilisation réduit de 50 à 90 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au kérosène actuel, tout en réduisant aussi, à des degrés divers et en fonction de la structure chimique du carburant de synthèse, les émissions de polluants par rapport aux carburéacteurs fossiles, oxydes de soufre et particules notamment. A terme, le prix de ces nouveaux carburants sera également abordable et moins sujet aux fluctuations du marché, garantissant ainsi une meilleur stabilité de prix et d’approvisionnement.

9449E340-85FF-409A-9576-D5940AFCD39C.jpeg

 

Photos : Le B787 « Dreamliner » d’Etihad Airways qui a réalisé ce vol @ Etihad Airways

 

 

Commentaires

Bonjour Pascal

Je vous engage FORTEMENT à faire parvenir cet article à M Rochepin, qui n'a de cesse depuis quelques semaines à critiquer les voyages en avion et notamment de décourager les "jeunes" à utiliser ce type de transport...
Ceci dit les consœurs et confrères de ce monsieur suivent la même ligne directrice.

Écrit par : forêt10 | 18/03/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.