20/02/2019

Lockheed-Martin crée la surprise avec le F-21 !

EDE773C6-2D30-4F3E-A75E-2B61B6F9E265.jpeg

Salon aéronautique Aero India 2019, l’avionneur américain Lockheed-Martin vient de créer la surprise avec la présentation du F-21 pour répondre aux besoins de l’Indian Air Force (IAF). L’offre est spécifique dans le cadre de la demande indienne (RFI) en vue d’acquérir 110 nouveaux avions de combat pour une  valeur supérieure à 15 milliards de dollars.

Effet marketing ou réelle nouveauté ?

Surnommé F-21 et introduit par les slogans "Make in India" et "India’s Pathway to F-35", l’avion serait construit localement en partenariat avec Tata Advanced Systems (Inde). Selon le communiqué de Lockheed-Martin. De prime abord, le F-21 n’est en fait qu’une adaptation du F-16 Block70/75 « Viper ». Mais celui-ci serait également spécialement configuré pour répondre aux besoins spécifiques de l'armée de l'air indienne. 

L’offre de l’avionneur américain comprend une cellule de F-16 Block70/75 dotée du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) Northrop Grumman APG-83 qui permet une détection allongée haute résolution. Des cartes radar à synthèse d'ouverture (SAR) pour les opérations en mode frappe par air de précision, air-sol et air-sol entrelacées et entrelacées afin d'améliorer la connaissance de la situation, l'efficacité opérationnelle, le système de repérage AN/APX-126 Advanced IFF (CFT), un sous-système d’avionique COTS, un bus de données à haut débit et à grande vitesse, ainsi que d'autres fonctionnalités de base telles qu'une liaison de données de théâtre Link-16, une nacelle de ciblage avancée « Sniper », un système de navigation GPS de précision et le système anticollision automatique au sol (GCAS automatique). L’avion est doté des réservoirs de carburant additionnels. L'avion est doté d'une perche de ravitaillement pour permettre d'utiliser les ravitailleurs en service au sein de l'IAF.

 

Le partenariat de Lockheed Martin avec l’Inde, proposé au-travers du F-21, fournira à l’armée de l’air indienne des capacités évoluées et évolutives, des possibilités industrielles inégalées et une coopération accrue entre l’Inde et les États-Unis sur les technologies de pointe.

Lockheed-Martin affirme également que le F-21 disposera de composants issus des F-22 et F-35 de 5e génération et partagera une chaîne d’approvisionnement commune pour divers composants. Environ la moitié des chaînes d'approvisionnement des F-21 et F-16 sont communes aux F-22 et F-35.

Au final, il semble donc bien que le « F-21 » ne soit en fait qu’un début d’évolution du F-16 Block70/75 déjà annoncée il y a deux ans, avec le standard Block80.  Mais voilà, pour le service de vente de Lockheed-Martin pouvoir renommer l’avion « F-21 » permet de rafraîchir un peu plus l’image du « Fighting Falcon » et attirer du même coup l’attention.

 

D91E65A6-501A-4648-A891-95AD5DC9561F.jpeg

Photos : F-21  @Lockheed-Martin

 

Commentaires

Lockheed Martin prend les indiens pour des idiots.
F21 pour éviter de l'appeler F16 comme celui des pakistanais...
Le chemin vers le f35...quel gros mensonge. Pourquoi ne pas le proposer directement ?
Ah oui on a dit aux Turcs que s400 et f35 étaient incompatibles ...
S'ils veulent tuer leurs tejas qu'ils aillent vers ce f21!

Écrit par : Dknh | 20/02/2019

La désignation US de F-21 n'a pas déjà été utilisée pour le IAI Kfir?

Écrit par : jlambert | 20/02/2019

Hé oui, le marketing de l'avionneur américain est énorme et ça marche, il n'y a qu'à voir en Europe.

Écrit par : Marco | 20/02/2019

@jlambert: Oui parfaitement pour les Kfir servant d'avions ennemis au comabt dissymétrique pour la Navy et l'USMC

Écrit par : Pk | 20/02/2019

Un énième aboutissement de la formule d'un chasseur des années 1980... Transformé en veau par un tas de charges externes... Baptisé du nom d'une énième version d'un chasseur rebricolé des années 1960... Quelle capacité d'innovation, quelle créativité, quel projet novateur ! On reconnaît bien là une forme de paternalisme condescendant envers les pays non-alignés sur les Etats-Unis. On voit que les comptables sont aux commandes...

Écrit par : Luc | 21/02/2019

Très bel avion!

Écrit par : Lievyns | 21/02/2019

@ Luc
Il est vrai que c’est un avion des années 80 (en 1974 pour son 1er vol), mais prenez le rafale qui a effectué son premier vol en 1986 … 10ans de différence entre les 2 avions.
Le F16 s’est vendu à plus de 4'500 avions et se vend encore très bien et pendant encore bien des années vous le verrez encore se vendre.
Nous en discuterons un jour a combien d’exemplaires le rafale sera vendu avant son arrêt définitif ? Je ne pense pas qu’il se vendra par millier, mais plus tôt par centaine.
Le rafale a aussi un emport de charge très important similaire au F16 … chacun a son petit tas de charge ?

Écrit par : michel | 21/02/2019

A plusieurs reprises j'avais écrit sur ce blog mon penchant pour le F-16 et avait prédit un futur pour cet avion, je me rappel aussi des réponses des "experts" !

Israël va également recommander des nouvelles versions de F-15, comme je le disais, la furtivité passive est largement dépassée, les radars ne servent plus à grand chose face aux technologies électroniques !

Écrit par : Corto | 21/02/2019

Cela devrait inspirer nos acheteurs du conseil fédéral, pour autant que Lockheed-Marin soient vendeurs ?

Écrit par : Corto | 21/02/2019

Je le répète, le F-16 et le F-15 ont un grand avenir, notamment avec leurs nouvelles structures fabriquée grâce aux imprimantes 3D israéliennes, ces structures sont 3 fois plus résistantes et pratiquement 2 fois plus légères que les structures fabriquées traditionnellement, sans oublier qu'elles sont fabriquées à des coûts nettement inférieures et dans des délais plus courts en utilisant des alliages impossibles à reproduire par la fusion des alliages.

Il ne restera plus (c'est déjà fait) de rendre ces avions autonomes, c'est à dire, sans pilote et les performances seront décuplées.

Avec des systèmes de brouillages, comme nous l'observons en Syrie, les combats aériens seront obsolètes, il suffira de détruire les infrastructures ennemies et de fatiguer l'ennemi jusqu'à la reddition totale.

Écrit par : Corto | 21/02/2019

En plus des systèmes implémentés dans les avions de combats, les constructeurs se lancent dans la production de cabines au sol, les pilotes, certes entraînés également de manière non-virtuelles seront aussi aguerris au pilotage connecté, cela a un coût actuel d'environ 20 millions de dollars supplémentaire avec simulation des mouvements et visualisation à 360°, en fait avec les mêmes casques que ceux utilisés actuellement et au vu de sa maniabilité, le F-16 est particulièrement indiqué pour mener des missions multirôles et spécialement pour des territoires montagneux !

Écrit par : Corto | 21/02/2019

Surtout que pour le coût d'un avion concurrent, la Suisse pourrait se munir de 4 F-16 nouvelle version !

Écrit par : Corto | 21/02/2019

@Corto: certes mais le F-16/21 n’est visiblement pas proposé à la Suisse par Lockheed. Donc la question est réglée.

Écrit par : Steeve | 21/02/2019

@ Corto : c'est ce qu'on appelle "frappe de saturation" ? (votre rafale -sans jeu de mot- de posts)

Écrit par : philbeau | 21/02/2019

Steeve, c'est ce que j'ai mentionné plus haut, dans ce cas, Lockheed serait certainement intéressé par un partenariat, c'est ce que l'Inde a fait, qu'Israël a fait également.

Dans tous les cas le F-16 ou son ressemblant reste une solution de taille !

Effectivement on a vu les USA refuser que Tsahal vendent ses avions à la Croatie, cependant, est-ce que les USA refuseraient de vendre ses F-16 à la Croatie ?

Cette question en soulève beaucoup d'autres ???

Écrit par : Corto | 21/02/2019

@philbeau, libre à vous d'y répondre, disons plus sur le fond !

Écrit par : Corto | 21/02/2019

Corto et la vérification de la loi de Brandolini
Loi appelée aussi "asymétrie du baratin"
Corto cite "des" sources et il croit que c'est suffisant pour laisser entendre que les F16 et F15 auront des structures 3 fois plus résistantes et pratiquement 2 fois plus légères.
Du grand n'importe quoi Monsieur !
On les attend vos F16 à 4 tonnes et F15 à 6 tonnes qui de surcroît iraient jusqu'en 2100 ! ! !
Le problème c'est que pour pondre des âneries ça va vite, alors que pour les vérifier il faut perdre un temps de folie.

Écrit par : Gian | 22/02/2019

@ Corto : sur votre lien relatif aux ailes du F35 réalisées en composite , et fabriquées en Israel :
Les ailes du Rafale sont - déjà- réalisées en composite , rien de vraiment nouveau sous le soleil (du Moyen-Orient ?)
http://tpe-rafale.e-monsite.com/pages/rafale-ses-caracteristiques/autres-specificites/
https://roquafisa9.wordpress.com/tag/structure-du-rafale/

Écrit par : philbeau | 22/02/2019

Gian, pourquoi les USA achètent les ailes de F-35 et F-22, et pas que les ailes, plusieurs autres pièces du fuselage ?

Ensuite, si vous pensez que le fuselage représente la totalité du poids d'un avion, pas besoin d'un "temps de folie" pour vérifier que vos calculs sont au niveau de votre commentaire !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Philbeau, il y a en effet une couche de composite mais également la structure de l'aile est imprimée en 3D, cette fois avec des alliages de métaux différents que ceux utilisés "traditionnellement", évidemment que IAI ne dévoile pas l'ensemble des technologies et matériaux utilisés, ni les machines qui impriment ces structures qui ont des formes optimisées pour augmenter leur résistance. 2 sociétés israélienne sont depuis plus de 30 ans, leaders mondiaux en matière d'impression 3D avec des alliages métalliques, dans le cas de l'aéronautique, il ne s'agit pas de fabrication additive métallique comme https://xjet3d.com/ , mais de procédés bien plus révolutionnaires impliquant des accélérateurs de particules sont maintenant utilisés pour la confection de pièces dépassant le micron de précision.

Écrit par : Corto | 22/02/2019

"Philbeau, il faut également savoir qu'avec des outils traditionnels, il est impossible ou très très compliqué de réaliser certaines formes, notamment si l'on parle de triangulation 3D avec arrondis progressifs,
example :

https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S0020740318314103-fx1_lrg.jpg

et parfois même en y intégrant des séquences nids d'abeilles à l'intérieur d'une autre structure.

Ces technologies permettent de multiplier les résistances des matériaux, mais surtout de pouvoir calculer leurs résistances à la souplesse des éléments construits.

Bien entendu, cela serait impossible de les réaliser avec des outils conventionnels, tels que "tours", "fraiseuse" etc.

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Ces matériaux de surface en composites sont développés afin de ne pas réfléchir les ondes radars, il ne s'agit pas de n'importe quel matériaux composites, ils contiennent également des éléments métalliques, comme des paillettes orientées de manière à renvoyer les ondes en les dispersant de manière excentriques, si l'on peut dire, mais c'est encore bien plus vicieux que ça, alors certes, Airbus, Rafale utilisent des composites pour construire les couvertures de leurs ailes, mais est-ce qu'elles possèdent la technologie permettant d'orienter des éléments métalliques "excentriques", c'est une autre question !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Les israéliens avaient entrepris le développement de l'impression Metal 3D vers la fin des années 70, dans le but de ne plus subir les mesures d'embargo français liées aux pièces de rechanges pour les turbines des Mirages et cela également pour une autre raison, certaines pièces des turbines des Mirages 5 résistaient mal aux poussières de silice contenues dans le sable. C'est à ce moment que plusieurs laboratoires ont commencés le développement d'imprimantes 3D capables de fabriquer des pièces avec des alliages et des structures plus résistantes, à cette époque, personne ne savait quelle technologie était utilisée pour la fabrication de ces pièces vitales pour Heil-Ha-Avir !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Il faut également savoir que l'Inde est devenu, hormis les USA, le premier partenaire d'Israël en matière de développement militaire, notamment avec plusieurs industries indienne comme Tata, Wipro, Mahindra Satyam, Hindustan Aeronautics Ltd. et bien d'autres. Ensuite vient la Chine.

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Corto , cessez un moment votre propagande , ça nous fera des vacances . Les liens militaires stratégiques des USA avec Israel sont l'explication du choix US . Qui d'ailleurs financent la Défense Israélienne (l'acquisition du F35 par exemple).
Quant à votre passion pour le F15 (?) ou le F16 ...ce sont les deux appareils qui équipent l'Heyl Ha Avir ...Etonnant .

Écrit par : philbeau | 22/02/2019

Les écoles suisses forment d'excellents ingénieurs (qui partent à l'étranger) et la Suisse est un pays comparable en taille à Israël, des sociétés (par exemple) Ruag et Pilatus entretiennent des partenariats avec des industries israéliennes, notamment dans la production de pièces dédiées à des drones et autres sortes d'engins volants.

Si la Suisse se réveillait et finançaient des projets plus ambitieux, elle pourrait largement rentabiliser des secteurs primordiaux pour l'économie suisse. Des projets qui pourraient mettre la Suisse à la tête dans des secteurs clés de la défense !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@ philbeau, en matière de propagande, vous pouvez vous tournez vers les mollahs iraniens, eux construisent des avions révolutionnaires et viennent d'envoyer des satellites à 30 mètres du sol !!

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@Philbeau, n'oubliez pas le F-35 !!

Ca fait 3, mais sachez également que d'autres aéronefs de combats sont également utilisés par Heil-Ha'Avir !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@corto : Afin que tout le monde puisse s'exprimer et que les échanges restent lisibles, vous serait-il possible de SYNTHETISER et GROUPER vos idées dans UN seul post ?
.
Merci d'avance.

Écrit par : FredericA | 22/02/2019

@FredericA : il va falloir surtout demander que ce blog cesse d'être monopolisé par un seul intervenant , qui semble-t-il a décidé d'en faire une tribune à la gloire d'Israël ; ça devient lourd , et même carrément désagréable .

Écrit par : philbeau | 22/02/2019

@Corto
"impliquant des accélérateurs de particules sont maintenant utilisés pour la confection de pièces dépassant le micron de précision."

des liens? Parce que bientôt vous allez nous parler d'impression 3D quantique à ce rythme...

Écrit par : Lefredo | 22/02/2019

Disons que l'aviation militaire semble être la seule à déjouer les systèmes radars de ceux qui pourraient représenter une menace sérieuse sur l'Europe, raison pour laquelle sans les milliards des USA, il serait difficile d'entrevoir la protection de territoires comme la Pologne, l'Ukraine (c'est déjà fait), voir de la Grèce si l'on observe les rapprochements entre la Russie et la Turquie, sans parler de l'Iran ne se gênera pas de poster des menaces comme elle vient de le faire vis-à-vis de la France.

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@Lefredo, il s'agit de systèmes également expérimentés par le CERN depuis plus de 50 ans, alors renseignez-vous vous-même !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

Et pour répondre à jlambert, oui, ce n'est pas un hazard si cet avion s'appelle F-21 !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@ Corto : le F-21 ? Juste un appellation marketing, c’est tout !

Écrit par : Marco | 22/02/2019

Info, le F-21 est compatible avec le JHMCS II, donc câblé pour l'interface JHMCS II, ce qui démontre à ce stade que Elbit System est partenaire dans le développement du F-21 !

Écrit par : Corto | 22/02/2019

@Corro: Elbit est le principal fournisseur de viseur de casque, F-16, F-18, F-35,Rafale, Gripen

Écrit par : Liv | 22/02/2019

Les commentaires sont fermés.