14/02/2019

Airbus stoppe la production de l’A380!

 

0B81DCAE-44E1-4B74-9866-996E944DA656.jpeg

 

Ce matin, il n’y pas eu de miracle, l’avionneur européen a annoncé qu’il allait mettre fin à la production de l’A380. Cette décision difficile, fait suite à l’annulation de la compagnie Emirates d’une lettre d’intention en vue de l’acquisition de 12 A380 supplémentaires. Les livraisons de l’A380 vont s’arrêter en 2021.

Adaptation de la flotte d’Emirates :

Le transporteur Emirates a donc décidé d’adapter ses commandes en vue de l’évolution du marché en réduisant le nombre d’A380 au profit  de 40 A330neo et 30 A350WRG.Soit une commande qui avoisine  les 21,4 milliards de dollars.

Une situation complexe pour l’A380 :

Je l’écrivais dans un article précédent, la viabilité du programme A380 était en mode survie depuis un certain temps du fait de la faiblesse des ventes. Les difficultés du « Super Jumbo » d’Airbus trouvent leurs justifications par les fait que la situation du trafic aérien n’est pas la même que lors du lancement du B747 de Boeing. Difficile à remplir pour les compagnies aériennes, problèmes d’infrastructures pour de nombreux aéroports pour son accueil, l’A380 n’a pas séduit. Pourtant l’avion ne manquait pas d’atouts, un confort exceptionnel pour les passagers et une ergonomie très appréciée des pilotes. Pour avoir eu l’occasion de le tester un simulateur, l’avion se pilote extrêmement facilement, il est intuitif, agréable. 

Les bonnes nouvelles qui ne viendront pas :

Un double espoir persistait encore avec l’hypothétique commende d’Emirates et l’intérêt du groupe IAG, mais faute d’un accord sur le prix avec ce dernier. Le couperet est tombé.

L’avion qui fait rêver :

Pour autant l’A380 vieux de ses 12 ans continuera de faire rêver, sa taille, son élégance vont continuer à faire lever les yeux au ciel. La cabine spacieuse et silencieuse, le roulement doux et le plus confortable ont fait de l’A380, le favori des passagers d'aujourd'hui, entraînant des facteurs de charge plus élevés partout où il vole. L'A380 est le plus gros avion du monde, avec deux ponts complets, offrant des sièges plus larges, des allées larges et plus d'espace au sol.

 

FABAD2BB-2A3F-438A-AB4A-A4DE6426A510.jpeg

Photos : 1 A380 ANA 2 Prototype A380 @ Airbus

Commentaires

Il est clair qu'avec des prédictions d'explosion du trafic de passagers et de saturation des aeroports tous les voyants étaient au vert pour un succès d'un Jumbojet. On ne peut pas reprocher à Airbus cet échec, même Boeing avait un tel projet mais l'a abandonné à cause de l'avance du A380.
Cet échec aura eu l'avantage de casser le monopole du 747 et de Boeing qui imposait parfois l'achat de 747 pour avoir des avantages sur d'autres modèles.
A l'image du Concorde avant lui, Techniquement l'A380 est un gros succès qui a augmenté le prestige d'Airbus qui en avait bien besoin de faire oublié d'échec technique et commercial de l'A400M

Écrit par : Albert66 | 14/02/2019

Du coup le 777X est tout seul. Je suppose qu'ils ont bien médité leur arrêt...

Écrit par : v_atekor | 14/02/2019

Netanyahu stranded in Poland after plane mishap

A replacement plane was dispatched urgently from Israel to return the prime minster before the beginning of the Jewish Sabbath.

By Associated Press

Prime Minister Benjamin Netanyahu was forced to spend the night in Warsaw after his plane was damaged shortly before takeoff.

The prime minister and his entire entourage were on-board a chartered El Al Boeing 777 plane early on Friday after a two-day visit to a high-profile security conference on peace and security in the Middle East, initiated by the U.S., when a tractor pulling it out on the runway apparently tugged it too strongly.

Netanyahu and his wife were taken off the plane and ushered back to their hotel.

A replacement plane was dispatched urgently from Israel to return the prime minster and accompanying staff before the beginning of the Jewish Sabbath.

The mishap happened as Netanyahu’s government is trying to purchase an official plane for the prime minister to use.

Écrit par : Corto | 15/02/2019

???
What else ?
Il tentait d'acheter un A380 Netanyahu ?

Écrit par : Gian | 15/02/2019

@Gian : Ca doit être ça ^_^ Maintenant que son 777 est planté Airbus arrête le 380 qu'il voulait acheter (à la Pologne) pour le remplacer. C'est un complot contre Israël ^_^. Fais tourner le pastis et les cacahuètes.

Écrit par : v_atekor | 15/02/2019

Disons que le A380 représentait un défi, tant économique que stratégique.

A l'époque du lancement de l'A380 j'avais émis quelques doutes sur son avenir commercial. Imaginez une panne sur l'un des appareils d'une flotte, pas facilement remplaçable, surtout que beaucoup de passagers veulent volés avec l'avion annoncé dans la vente du billet, bientôt, avoir volé dans un A380 sera comme (presque) avoir volé dans un Concorde et puis il y a cette volonté des compagnie de baisser la consommation par passager, encore un défit plus facilement réalisable sur des avions de taille moyenne, avec sa taille l'A380 devrait surmonter d'énormes contraintes pour améliorer ce genre de facteurs.

Maintenant à Airbus de réussir avec son A350 et de revenir sur terre.

Autre question : Est-ce que le Brexit serait l'une des conséquences ou cause de cet arrêt brutal de la production ?

Écrit par : Corto | 16/02/2019

@ Corto

Je pense que le Brexit n'a rien à voir avec l'arrêt de la production de l'A380.

L'A380 est le fruit d'une erreur marketing et politique monumentale.
1 Erreur Marketing:

a) les "stratèges" d'Airbus sont partis d'une conviction que l'A380 allait desservir les grands Hubs mondiaux. C'est à dire des liaisons point à point à très haute densité du genre : Paris CDG - New-York, Frankfort - New-York etc.
Ils ont complètement "oublié" qu'on pouvait aussi faire un Munich – New-York ou un Nice – New –York.
Ils pensaient également que les liaisons intra – américaines du style NY – Los- Angelès allaient également se faire avec des avions à haute densité, (toujours cette fausse conviction du point à point.

b) Au moment de la décision, les américains avaient déjà dans leurs cartons le développement du 787, plus petit mais avec un très grand rayon d'action, outre l'erreur politique majeur, les dirigeants d'Airbus sont simplement partis sur une base de faire un super Jumbo! et deuxième erreur fondamentale, le rayon d'action; beaucoup trop faible pour concurrencer les futurs 787 et 777xx

c) Troisième erreur, le fret, hier et aujourd'hui un avion de ligne est rentable en fonction du fret qu'il peut emporter en plus des passagers. Hors malgré sa taille l'A-380 du fait d'un mauvais agencement des soutes, n'est pas en mesure d'emmener beaucoup de fret...

d) Les moteurs: quatre au lieu de deux*.
Les américains ont rapidement démontrés avec le 777 qu'un bimoteur pouvant faire le job aussi bien qu'un quadrimoteur et ceci avec une rentabilité bien plus importante.
GE qui avait très bien analysé le problème s'est rapidement retiré du projet, laissant RR seul dans la tourmente. Pour rappel, Emirates voulait des moteurs GE-GP-Alliance modernisés, mais GE a laissé tomber.
Lorsque vous avez un seul fournisseur de moteur vous vous retrouvez prisonnier de celui-ci, prix, investissement, développement etc.

e) Enfin les américains ont continué d'investir massivement dans le 777 et la future version 777-10 a sonné définitivement le glas de l'A-380. En effet le 777-10 est capable d'emmener quasiment autant de passagers que l'A-380, mais avec un rayon d'action nettement plus grand et surtout une rentabilité bien plus importante.

2 Erreur politique
Je ne sais si certain d'entre vous ont suivi à l'époque (deuxième moitié des années 90) la foire d'empoigne entre allemand (partisans de l'A-380) et des français partisans d'un "gros" bimoteur.
Les allemands ont "gagné" sur toute la ligne, le lancement du 380 était acté, la tête d'Airbus passait sous domination allemande, mais toujours pour faire bonne mesure politique, ils ont accordé un su-sucre aux français avec une version améliorée du A-330 appelée alors A-350.
Trop tardivement ce beau monde s'est aperçu des erreurs, l'A-350 est devenu A-350 XWB, mais le train du A-380 était parti, il fallait le mener jusqu'à la dernière gare...
Ce n'est pas grave ce sont les contribuables Allemands et Français qui paient...

En conclusion, les anglais n'ont jamais eu droit au chapitre des décisions, donc le Brexit n'y est vraiment pour rien.
Toutefois il faut rappeler que les anglais produisent TOUS les types d'ailes pour les Airbus et là il va y avoir un réel problème!

* Il faut maintenant se rappeler que le 350 est également monoparental, seul RR fournit des moteurs et là aussi il y a un réel danger, car qu'on le veille ou non, les moteurs de l'alliance GE-PW sont plus puissants et économiques que les RR, et pour l'instant seuls les 777xx et 787 xx en profitent.

Écrit par : forêt10 | 16/02/2019

@ Corto:

Je pense que le Brexit n'a rien à voir avec l'arrêt de la production de l'A380.

L'A380 est le fruit d'une erreur marketing et politique monumentale.
1 Erreur Marketing:

a) les "stratèges" d'Airbus sont partis d'une conviction que l'A380 allait desservir les grands Hubs mondiaux. C'est à dire des liaisons point à point à très haute densité du genre : Paris CDG - New-York, Frankfort - New-York etc.
Ils ont complètement "oublié" qu'on pouvait aussi faire un Munich – New-York ou un Nice – New –York.
Ils pensaient également que les liaisons intra – américaines du style NY – Los- Angelès allaient également se faire avec des avions à haute densité, (toujours cette fausse conviction du point à point.

b) Au moment de la décision, les américains avaient déjà dans leurs cartons le développement du 787, plus petit mais avec un très grand rayon d'action, outre l'erreur politique majeur, les dirigeants d'Airbus sont simplement partis sur une base de faire un super Jumbo! et deuxième erreur fondamentale, le rayon d'action; beaucoup trop faible pour concurrencer les futurs 787 et 777xx

c) Troisième erreur, le fret, hier et aujourd'hui un avion de ligne est rentable en fonction du fret qu'il peut emporter en plus des passagers. Hors malgré sa taille l'A-380 du fait d'un mauvais agencement des soutes, n'est pas en mesure d'emmener beaucoup de fret...

d) Les moteurs: quatre au lieu de deux*.
Les américains ont rapidement démontrés avec le 777 qu'un bimoteur pouvant faire le job aussi bien qu'un quadrimoteur et ceci avec une rentabilité bien plus importante.
GE qui avait très bien analysé le problème s'est rapidement retiré du projet, laissant RR seul dans la tourmente. Pour rappel, Emirates voulait des moteurs GE-GP-Alliance modernisés, mais GE a laissé tomber.
Lorsque vous avez un seul fournisseur de moteur vous vous retrouvez prisonnier de celui-ci, prix, investissement, développement etc.

e) Enfin les américains ont continué d'investir massivement dans le 777 et la future version 777-10 a sonné définitivement le glas de l'A-380. En effet le 777-10 est capable d'emmener quasiment autant de passagers que l'A-380, mais avec un rayon d'action nettement plus grand et surtout une rentabilité bien plus importante.

2 Erreur politique
Je ne sais si certain d'entre vous ont suivi à l'époque (deuxième moitié des années 90) la foire d'empoigne entre allemand (partisans de l'A-380) et des français partisans d'un "gros" bimoteur.
Les allemands ont "gagné" sur toute la ligne, le lancement du 380 était acté, la tête d'Airbus passait sous domination allemande, mais toujours pour faire bonne mesure politique, ils ont accordé un su-sucre aux français avec une version améliorée du A-330 appelée alors A-350.
Trop tardivement ce beau monde s'est aperçu des erreurs, l'A-350 est devenu A-350 XWB, mais le train du A-380 était parti, il fallait le mener jusqu'à la dernière gare...
Ce n'est pas grave ce sont les contribuables Allemands et Français qui paient...

En conclusion, les anglais n'ont jamais eu droit au chapitre des décisions, donc le Brexit n'y est vraiment pour rien.
Toutefois il faut rappeler que les anglais produisent TOUS les types d'ailes pour les Airbus et là il va y avoir un réel problème!

* Il faut maintenant se rappeler que le 350 est également monoparental, seul RR fournit des moteurs et là aussi il y a un réel danger, car qu'on le veille ou non, les moteurs de l'alliance GE-PW sont plus puissants et économiques que les RR, et pour l'instant seuls les 777xx et 787 xx en profitent.

Écrit par : forêt10 | 16/02/2019

@Forêt10,

Effectivement les causes sont multiples et les brevets de GE sur leurs réacteurs dernière génération furent sans doute décisifs pour l'A380.

Il est également vrais et je le sais, dans l'industrie c'est pareil, parfois il vaut mieux utiliser 2 machines de rendements plus faibles qu'une seule plus performantes.

De plus en plus de sondes, de senseurs et de systèmes de contrôle équipant les nouveaux avions occasionnent des pannes légères et des retards, c'est de plus en plus le cas. Mais avec des avions de cette taille, c'est extrêmement coûteux et il est impossible de remplacer rapidement l'appareil.

Écrit par : Corto | 16/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.