11/02/2019

Le programme A380 au bord du gouffre !

 

 

airbus,a380,emiratesm qantas,gros-porteur,avions de ligne,romandie aviation,les nouvelles de l'aviation

Rien ne va plus pour l’A380 d’Airbus. Suite à l’annulation de la compagnie australienne Qantas Airways d’une commande portant sur 8 appareils et des difficultés sur les négociations pour de nouveaux appareils destinés à la compagnie Emirates.

En effet, le principal utilisateur de l’A380, la compagnie Emirates était en négociation avec Airbus pour une commande portant sut 36 A380, soit un contrat estimé à près de 445,6 millions de dollars au prix catalogue de l’avionneur. Hors, le transporteur semble se diriger en direction de l’A350 abandonnant ainsi l’A380 à un sort très incertain.

Cette hypothétique commande d’A380 devait permettre de sauver la ligne d’assemblage du plus gros avion commercial de tous les temps, qui se trouve depuis un certain temps sur la sellette, faute de commandes. John Leahy, ex-directeur commercial d’Airbus déclarait peu avant son départ « Très honnêtement, si nous n’arrivons pas à un accord avec Emirates, il n’y aura pas d’autre choix que d’arrêter le programme ». Une petite phrase qui résumait bien l’état de la triste situation du programme A380.

L’A380, le pari raté :

L’A380 ne séduit pas les transporteurs et le  « super avion » ne pourra pas reproduire le fantastique succès de l’époque du B747. D’une part, l’avionneur européen a surestimé l’évolution du marché des très gros-porteurs et n’a pas anticipé le développement des nouveaux appareils biréacteurs. A l’époque du lancement du programme A380, son concurrent américain Boeing avait hésité à lancer un « Super 747 », mais finalement les analystes de Boeing avaient conclu, qu’il était préférable d’opter pour un gros bimoteurs, soit le B787.

Une dernière chance :

La dernière chance pour l’A380 vient de la surexploitation des aéroports, le manque de place se fait sentir et un sursaut en faveur des très gros-porteurs pourrait venir sauver le programme. Mais encore faut-il que celui-ci arrive au plus vite, car le facteur temps joue contre l’A380.

Photo : A380 Emirates @ Emirates

Commentaires

Je pense qu'il y a plus d'hypothèses que celles mentionnées.
British Airways a toujours dit qu'ils avaient la capacité pour absorber plus d'A380, mais au prix qui leur convient.
Lufthansa serait intéressé par un A380 NEO pour remplacer ses A380, et pareil pour d'autres compagnies.
Et la piste la plus intéressante en ce moment c'est la Chine. En effet, la Chine a un trafic qui augmente et la capacité pour cet appareil existe bel et bien. Jusque là, la Chine n'en a que très peu commandé car le besoin n'est pas urgent. Mais si la production stoppe, ce sera la fin du Jumbo Jet, et donc l'opportunité disparaîtra.
Dans les hypothèses très improbables, il y a l'Iran qui pourrait travailler avec le système de troc, et l'Europe pourrait avoir la capacité de mettre la pression sur l'Iran pour qu'ils en prennent un certain nombre.
...
Mais surtout, il y a l'A380 NEO... Emirates voudrait idéalement commander un A380 NEO. Airbus retarde ce moment autant que possible pour la raison qui a fait de l'A380 un "échec" commercial. Les motoristes ont piégé Airbus en affirmant qu'il y avait peu de chances qu'une nouvelle génération de moteurs plus performants sorte prochainement. Or ce n'est pas ce qu'il s'est produit, et cela a affecté la stratégie d'Airbus au moment de lancer le programme.
Donc Airbus veut bien développer l'A380 NEO... Mais le plus tard possible pour bénéficier des avancées sur l'Ultra Fan de Rolls Royce par exemple.
...
J'ai lu une analyse très détaillée des progrès possibles en terme de coût par passager x distance. En augmentant la longueur de l'appareil, avec la même génération de moteurs que ceux sur le B787 et l'A350 / A330, sans nécessité de changer d'aile (excepté les winglets) et en réduisant la taille de la dérive grâce à un plus grand bras de levier, il est possible d'arriver à un coût de 35% inférieur à celui d'aujourd'hui sur l'A380.
...
Je pense sérieusement qu'Emirates met la pression sur Airbus pour lancer un A380 NEO. Ça fait longtemps qu'ils le demandent. Et avec la commande de B787-10 ainsi que le B777-8X et 9X, commander l'A350 n'a pas le moindre sens... Encore plus après l'avoir effacé du carnet de commande. A moins qu'Emirates décide de remplacer les A380 avec les B777X et les B777 avec les A350. Mais je doute fortement. La situation est intéressante.

Écrit par : Fab | 11/02/2019

P.S. Tout le monde parle de l'échec d'Airbus avec l'A380, et du succès du B787 en disant que Boeing a eu une meilleure stratégie...
Mais il faut différencier succès commercial et succès financier.
Airbus est aujourd'hui bénéficiaire sur le programme A380, et les coûts ont tous été amortis (même les infrastructures). Il se trouve que Boeing a gagné énormément de contrats, mais les charges différées encore aujourd'hui sont énormes ! 23 milliards de dollars encore fin 2018.
https://www.boeing.com/investors/accounting-considerations.page/
...
Et beaucoup parlent du succès du B787 face aux équivalents d'Airbus... En réalité, la situation est plus complexe que celle qui est donnée par les "fans" de Boeing.
Il y a la comparaison directe du B787 avec l'A330 NEO. Pendant beaucoup d'années, le B787 était en compétition avec l'A330 CEO, et souvent ces commandes là ne sont pas prises en compte. Et il faut ajouter l'A350-900 qui est de taille équivalente à l'A350, les 2 prenant la place du B777-200.
...
Depuis le lancement du programme A330-NEO, l'A330 (CEO et NEO) ont accumulé près du double de commandes face au B787. Si vous ajoutez l'A350, c'est encore plus important.
Et si on prend uniquement l'A330 depuis le lancement du programme du B787, il y a eu 1425 commandes pour la gamme A330, et 1403 commandes pour le B787.
A cela on peut ajouter les 717 commandes pour l'A350 d'un côté, et les 159 commandes pour le B777-200 depuis 2004.
Il y a clairement un biais lorsque l'on se focalise uniquement sur un appareil sur une période donnée, et Airbus souffre dans l'image populaire de cela.

Écrit par : Fab | 11/02/2019

Je ne partage pas votre analyse. Qui dit que le pari est raté? L a380 est avant tout une vitrine. Airbus produit le plus gros appareil de transport de passagers. Certe ils n en vendent pas des masses mais ils ne tablaient pas de tout façon en vendre autant que des a 318.

Écrit par : youpe34 | 11/02/2019

@Youpe34: Airbus tablait sur la vente de 600 A380, on en est loin. L'A318 dites-vous ? Oui c'est l'avion le mal vendu de la famille A320, de loin pas une référence.

Écrit par : PK | 11/02/2019

@Fab: Incroyable vous êtes meilleur analyste que le champion des ventes d'Airbus John Leahy !! Mais qu'attendez-vous pour devenir Directeur des ventes ?? Ça va le nombril pas trop démesuré ??
A part celà on s'attendait à ce genre de triste nouvelle depuis un certain temps.

Écrit par : Yves | 11/02/2019

@youpe34

"Qui dit que le pari est raté? L a380 est avant tout une vitrine."

avant de marquer des trucs de ce calibre, vous avez une idée du cout de cette "vitrine"

Écrit par : Laurent10 | 11/02/2019

Dans le comparatif Boeing B747 - Airbus A380
n'oublions pas que le 747 est devenu l'avion commercial que l'on connait après avoir perdu la compétition face au C5 Galaxy pour équiper l'AF.
Pas du tout les mêmes "genèses" de programme.

Écrit par : Gian | 12/02/2019

C'est toujours pareil, après les échecs il y a toujours les "il fallait que", "il fallait faire comme ça", cette catégorie de gens qui explique après coup ce qu'il fallait faire mais qu'on entendait pas avant.

Écrit par : Albert66 | 12/02/2019

Je serais aussi pour tempérer ces affirmations.
.
Ca fait 15 ans qu'on alerte sur le gouffre du programme qui serait un nouveau concorde à base de titres grand-disloquant, mais en pratique ce programme n'est pas un échec, et le gouffre est sommes toutes raisonnables.
.
L'objectif initial était à 220 appareils, sans doute relevé après les retards. La presse avait annoncé des valeurs farfelues après les retards - j'ai même lu 2500 machines sur 10 ans, histoire de bien conditionner les lecteurs.
.
Le but était de casser un monopole, c'est fait. Le but était d'amortir le programme, c'est fait. En vendre autant que des A320, c'est hors sujet.
S'il continue à se vendre, tant mieux, mais ses objectifs de base sont atteints.

Écrit par : v_atekor | 12/02/2019

L'A380 qui aurait atteint ses objectifs de base ça nous donne :
un programme de 25 à 30 Mds € pour 321 machines (sans compter les possibles défections de Quantas & Emirates)?
Avec de pareils "objectifs", certain que le chef des ventes n'aura jamais eu à se casser la nénette.
Je rajouterai un point important du programme qui est pour moi à l'origine de l'échec de cet appareil, c'est le rayon d'action qui s'est vu réduit entre la définition du programme et la réalisation de l'appareil.
Avec le rayon d'action prévu au cahier des charges, l'A380 aurait certainement été compétitif. Cependant, celui-ci a fondu comme neige au soleil au fil de l'avancement du programme. Et dès l'époque, ça se voyait.

Écrit par : Gian | 13/02/2019

@gian : le coût du programme est beaucoup plus faible, plutôt entre 15 et 20G$, et encore sans compter les acquis qui ont été reportés & mutualisés sur l'A350.

Écrit par : v_atekor | 13/02/2019

@gian : btw, je viens de comprendre d'où vient ton chiffre de 25G$++ : wikipédia. Ils sont bien gentils (chez La Tribune qui est en lien), mais non seulement peu de pénalité ont été réellement payées, ensuite ils prennent un taux de change à 1.45€/$, ils ajoutent des coûts chez les sous-traitants, oublient les mutualisations entre programmes... Je te rassure, ça négocie mieux que ça chez airbus, mais la presse sait toujours faire vendre aussi bien ;-)
.
Juste en prenant le taux de change normal et avec les indemnités réellement payées on retombe au niveaux que j'indique.

Écrit par : v_atekor | 13/02/2019

@v_atekor : j'ai repris les chiffres donnés dans l'article l'usine nouvelle :
https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-l-a380-n-aurait-jamais-du-voir-le-jour.N804700
Mais même à 15~20G$, ça passe mal.
Concernant les taux de change, ils sont négociés avec les banques. Les surprises sont rares et l'euro et le dollar suffisamment stables pour ne pas venir impacter, ou de manière contrôlée, un programme de cette envergure.
Après, il est clair qu'Airbus à plusieurs cordes à son arc et qu'ils comptent dans leurs ressources humaines suffisamment de talents pour faire passer la pilule.
Cependant, le coût du programme A350 est problématique lui aussi ; défini, vendu, puis redéfini (et heureusement, c'est ce qui sauve Airbus).
Imagine toi juste un peu ce que serait Airbus avec l'A380 et sans le XWB !
Ils pourraient faire du néo tant qu'ils veulent ...
Je pense qu'il fallait un géant européen, mais que ça a été mal fait et que les programmes A380 et A350 sont le reflet de cette malfaçon. Et qu'il y a et il y aura un coût à dégager (des chiffres, pas du bilan).

Écrit par : Gian | 13/02/2019

@Gian : l'A330néo se serait vendu - il se vend. Il est possible que sans l'A350néo, ils aient eu des fonds pour lancer un successeur de l'A320, et sans doute re-motoriser l'A380Néo ce qui est réclamé par plusieurs compagnies...
.
On serait actuellement avec des A320Ng à base d'open rotor comme le lance ATR, mais avec probablement de nouvelles versions allongées qui aurait forcé la main à Boeing sur un successeur du 737. Entre temps il y a eu aussi le rachat de Bombardier. L'équation n'est pas si simple, il se serait agit de reconstruire une gamme totalement différente de celle qu'on connaît et qui aurait largement influencé Boeing et sa vache à lait (B737).

Écrit par : v_atekor | 13/02/2019

@v_atekor
J'ai l'impression d'être un romain en écrivant : arobase v atekor,
je lis : à v atekor et ça sonne à mon oreille comme :
Avé Atekor ! (je ne vais pas mourir et je te salue)
Merci pour cette balade mentale dans la gamme Airbus Néo-Ng
Jolie uchronie qui me met le smiley !

Écrit par : Gian | 13/02/2019

@Gian Merci ! Je n'y avait pas pensé mais ça me plaît comme idée :)

Écrit par : v_atekor | 13/02/2019

Ça se précise : « notre carnet de commandes n'est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l'A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d'autres compagnies ces dernières années. Cela mettra un terme aux livraisons d'A380 en 2021 », a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d'Airbus.

Écrit par : Marco | 14/02/2019

Oui, les ventes ont finalement été arrêtées. Dommage, et dommage qu'il n'y ait pas eu de sous pour une version Neo. On verra ce qu'apporte le futur, mais vue le nombre de décollage par minute dans le monde, les très gros porteurs auront un avenir.... plus lointain.

Écrit par : v_atekor | 14/02/2019

Les commentaires sont fermés.