05/02/2019

Boeing devient partenaire de l’Aerion AS2 !

960x0.jpg

L’avionneur américain a rejoint Boeing a annoncé aujourd'hui un partenariat avec la société Aerion en vue de contruire le futur avion supersonique AS2 en remplacement de Lockheed-Martin qui quitte l'aventure.

Départ de Lockheed-Martin :

En janvier 2017, Lockheed-Martin avait déjà fait le pas en vue de la préparation d’un mémorandum d'accord pour définir un processus formel et contrôlé pour explorer la faisabilité d'un partenariat de développement du premier avion d'affaires supersonique au monde, l'Aerion AS2. Mais l’avionneur Lockheed-Martin et Aerion ont rompu les discussions sans autre explications

Selon les dirigeants d’Aerion, le changement de partenaire n’aura pas d’impact sur la conception de l’avion. Dans le cadre de l’arrivée de Boeing, l’avionneur a fait un investissement important au sein du groupe  Aerion pour accélérer le développement de la technologie et la conception des avions.Boeing fournira l'ingénierie, la fabrication et des ressources pour les essais en vol.

Aerion Corporation :


Aerion Corporation de Reno, Nevada, a été créée en 2003 pour introduire une nouvelle ère de vol supersonique pratique et efficace. En plus d'une décennie, Aerion a développé et démontré une technologie d'aile avancée en collaboration avec la NASA et d'autres institutions aéronautiques de premier plan. Cette recherche comprend des travaux révolutionnaires sur le flux laminaire naturel supersonique, la technologie clé qui sous-tend le biréacteur d'affaires AS2.

On s'attend à ce que l'AS2 avec 12 passagers vole à une vitesse maximale de Mach 1,4 au-dessus de l'eau et, lorsque cela est autorisé par la réglementation, à des vitesses proches de Mach 1,2. Grâce à son aile à flux laminaire naturel supersonique unique, l'avion devrait atteindre une longue portée soit permettre une liaison Los Angeles à Paris et une efficacité à des vitesses supersoniques et subsoniques qui réduiront par exemple de trois heures les trajets transatlantiques, permettant aux chefs d'entreprise de faire un aller-retour entre New York et Londres en un jour.

En novembre 2015, Aerion a annoncé une commande de flotte de l'opérateur de flotte d'avions fractionnés Flexjet pour 20 avions AS2. Aerion prévoit le premier vol de l'AS2 en 2023 et sa certification en 2025.

Aerion_AS2_BlueSky_LR.jpg

Photos :projet Aerion AS2

 

Commentaires

Dassault avait toujours dit qu'il a un projet similaire dans les cartons mais attend que ça se décante au niveau législatif & motorisation, et qu'il préfère que d'autres paient les pots cassés... Airbus a plus ou moins jeté l'éponge arrivé au niveau "moteurs".
.
Du coup, qui pour motoriser cet oiseau ?

Écrit par : v_atekor | 06/02/2019

@v_atekor

à votre question:"Du coup, qui pour motoriser cet oiseau?"
La réponse est: GE au sein d'un consortium constitué par:
Aerion, Honeywell, GE et maintenant Boeing...

Écrit par : forêt10 | 06/02/2019

@forêt : intéressant. Merci.
.
En mettant aerion dans la coentreprise, a priori ça veut dire qu'ils ne vendraient pas leur réacteur ?

Écrit par : v_atekor | 06/02/2019

Le premier starfighter multi-place!

Écrit par : Loïc | 06/02/2019

@v_atekor
Si j'ai bien compris l'histoire:
Aerion serait plus ou moins maître d'oeuvre (à l'image de Dassault avec le Rafale)
Honeywell serait responsable de certaines pièces majeurs comme les APU et la partie électrique de l'engin.
GE: s'occuperait des moteurs. A ce sujet GE a reçu un MEGA contrat de développement de la part des militaires américains pour "développer et produire les moteurs du futur"
Boeing: serait chargé de mettre en musique la partie "industrielle" de l'ensemble...

Écrit par : forêt10 | 06/02/2019

@forêt :J'y vois plus clair, merci. Si tu as des infos à faire suivre, je prends.
.
« A ce sujet GE a reçu un MEGA contrat de développement de la part des militaires américains pour "développer et produire les moteurs du futur" »
.
Un petit parfum d'appel d'offre CX-HLS qui aboutit au Galaxy et au 747... On ne change pas une équipe qui gagne ;)

Écrit par : v_atekor | 06/02/2019

Loïc a parfaitement raison. L'aile est une copie conforme à celle du F104 Starfighter. On sent les travaux de Lockheed !

Écrit par : Daniel Cochard | 07/02/2019

@v_atekor : POur le projet de Dassault, ils voulaient une version sans post-combustion, ou avec une postcomb réduite, du M88 pour se contenter du mode "super-croisière". Le problème venait du MTBF, insuffisant pour un appareil civil.

Autrement, dans l'article vous parlez d'un "biréacteur d'affaires". C'était vrai au début du projet, si mes souvenirs sont exacts, mais maintenant les images présentent plutôt un tri-réacteur me semble-t-il... Ou alors il faut vraiment que je change mes lunettes ;o)

Écrit par : Ysgawin | 07/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.