29/01/2019

La Malaisie s’intéresse au FA-50 !

2195003700.jpg

La Malaisie a adressé une demande d'information préliminaire à l’avionneur coréen Korea Aerospace Industries (KAI) concernant une éventuelle acquisition de l'avion d'attaque léger de type FA-50 « Golden Eagle ».

Le 28 janvier, un porte-parole de KAI a déclaré que la demande de renseignements avait été reçue plus tôt ce mois et qu'une autre demande de renseignements était attendue lorsque la Malaisie préciserait ses besoins en matière d’engagement.

Dans le cadre du programme d'approvisionnement en avions de combat légers (LCA) proposé par le pays, on pense que la Malaisie cherche à acquérir 12 avions avec l'option de 24 unités supplémentaires dans les années à venir.

La Malaisie désire renforcer la capacité d’engagement de sa Force aérienne avec notamment une meilleure capacité air-sol. En cas d’acquisition, le FA-50 viendrait compléter la pettie flotte de BAe Hawk Mk200 spéclialisée dans l’attaque au sol. La défens aérienne resterait du domaine des Boeing F/A-18D « Hornet » et Sukhoi Su-30 « Flanker ».

Le KAI FA-50 « Golden Eagle » :

2203695469.jpg

Le FA-50 est un avion biplace d'attaque au sol doté d’un réacteur General-Electric F404-102 à double flux-produit  sous licence par Samsung Techwin. Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une durée de 8000 heures de vol, le T-50 et le FA-50 atteignent la vitesse maximale de Mach 1,4.

La version du FA-50 se différencie du modèle "école" par une capacité d’armement étendue soit : un canon General-Dynamic A-50 de 20mm en interne, l’appareil peut être doté de missiles  AIM-9 Sidewinder et AIM 120 AMRAAM ou des Python 5, d’AGM-65 « Maverick » et de lance-roquettes LOGIR. Il peut également emporter diverses bombes de types : GBU-58, MK-20, 82, 83, 84.

En ce qui concerne l’avionique, le FA-50 dispose de deux écrans multifonctions en couleurs, d'un HUD et d'un système de manette HOTAS, d'une centrale inertielle laser/GPS Honeywell H-764G de CDVE à triple redondance et il est doté pour l’instant d’un radar Israélien Elbit EL/M-2032 à antenne mécanique.

Foto1PeruGoldenEagle..jpg

Photos : 1 & 3FA-50 2Cockpit @ KAI

 

Commentaires

Et du coup ça se passe comment pour l'appel d'offre dur les 18 nouveaux avions type rafale ou typhoon ? Ils préfèrent donc le fa 50 qui n'est pas vraiment un appareil de combat multirole à proprement parlé plus économique mais pas très efficace contre l'interception des j10 chinois j11 ...

Écrit par : Thisid | 29/01/2019

Je me pose juste une question. Si cet appareil est doté du missile AIM-120 AMRAAM, c'est que son radar doit, sans être aussi performant que ceux de "vrais" avions de combat, fournir un minimum de performances, non? Dans ce cas, en quoi cet avion serait inadapté à la police du ciel? Je ne pose pas la question dans le but de vous contredire, mais pour savoir quoi répondre à nos chers amis à la rose ;)
Auriez-vous la réponse, M. Kummerling?

Écrit par : jp_perfect | 30/01/2019

@ jp-perfect:Pour vous répondre, le radar Elta 2032 permet l'utilisation d'une version ancienne de l'AMRAAM soit l'AIM-120 A/B et ceci avec une des limitations. Mais en ce qui concerne la police du ciel, il y a trois problèmes de tailles: le premier concerne une faiblesse du radar en milieu de montagne, les échos se reflètent et ne donnent pas une lisibilité suffisante. De plus, l'avion n'est pas entièrement tout temps et ne pourrait pas intervenir correctement par mauvais temps. Dernier point, le FA-50 ne répond pas à la règle QRA15, soit un temps de réaction en 15 minutes (démarrage moteur, décollage).Donc, pas efficient en terme de réaction pour une interception normale. Voilà pour la PA24.

Il faut ajouté que pour la protection complète du ciel, l'avion coréen ne dispose pas d'une puissance électronique capable de communiqué avec le futur système sol-air. Donc il serait impossible de créer le futur dôme anti-balistique prévu.

Écrit par : Pk | 30/01/2019

C 'est amusant de voir que la petite Singapour a 40 F-15 et 60 F-16.

La Malaisie n 'est pas en reste avec ses 18 Su-30. Mais Bon ,la cote nord malaisienne s' etend jusqu' au Phillipines et on est pas loin des iles Spratly revendiqué par la Chine .

Écrit par : Abdel | 30/01/2019

@Abdel : les zones d‘operations de la Malaisie, c‘est plutôt le golfe de Thailand, le détroit de Malacca et la mer d‘Andaman. Elle n‘est pas aux premiers poste au niveau contentieux insulaires avec la Chine.
Bizarrement on a pas entendu parler de la Malaisie en relations avec le coup de force chinois dans les îles Spratley qui sont quand même à 300 NM de Borneo

Écrit par : Al&X | 01/02/2019

Singapour, à l'instar d'Israël par exemple, est un petit territoire et ne présente donc pas de profondeur stratégique. Il leur faut donc pouvoir contenir l'ennemi dès la première vague d'assaut d'où le recours à une flotte aérienne relativement importante au regard du territoire.

Écrit par : riso | 01/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.