17/01/2019

De nouvelles versions du J-20 devraient voir le jour !

987.jpg

L’avion furtif chinois Chengdu J-20 »Weilong », ou puissant dragon devrait donner naissance à de nouvelles versions selon une déclaration faite hier par des experts militaires chinois à la télévision centrale chinoise (CCTV).. Trois versions seraient actuellement à l’étude, l’une serait spécialisée dans le domaine de la guerre-électronique à la manière de l’EF-18G « Growler » de la marine américaine et le second serait un bombardier tactique et la troisième serait une variante pour l’aéronavale chinoise pour venir équiper ses porte-avions.

Une version biplace :

Si la variante actuelle du J-20 est un monoplace, il semble bien qu’un nouveau modèle biplace soit prévu notamment pour la version de guerre-électronique (EW). Ce qui en ferait le premier avion de chasse furtif biplace au monde. En effet, dans le cadre d’un conflit futur hautement numérisé, de grandes quantités d’informations seront disponibles. L’ajout d’un navigateur de combat s’avère important dans le cadre de missions dédiées au traitement des détecteurs adverses et de leur neutralisation. Dans le cadre de l’attaque au sol, le second pilote peut s’avérer une aide précieuse. Toujours selon le reportage de la télévision chinoise, le J-20 sera constamment adapté aux besoins  et constamment amélioré. Reste à voir comment la PLAAF va intégrer le J-20 avec le J-31, lui aussi furtif, mais de taille plus réduite.

 

Le J-20 « Weilong » :

Le Chengdu J-20 « Weilong » (puissant dragon) est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés aux niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqués à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

654.jpg

Photos : J-20 au Salon de Zuhai 2018 @ Taohang Zhou

Commentaires

Je me réjouis de voir ces nouvelles versions. Et je suis très curieux de voir un J-20 se poser sur un porte-avion... et en décoller. ^^

Écrit par : Jo-ailes | 18/01/2019

Le J-20 navalisé sera de la même grandeur que les autres versions ou légèrement plus petit ? Car 20m de long c’est assez conséquent pour un porte-avions ?
Pour un développement d’un avion furtif ont est a + de 4 milliards ? il y a cas regardé pour le F35 on est largement plus élevé ?
Les Chinois auraient-ils une meilleure technologie pour un développement d’un avion que les autres ?

Écrit par : michel | 18/01/2019

"Le Jour où la Chine s'éveillera !"
On y est !

Écrit par : Daniel Cochard | 18/01/2019

Les Chinois auraient-ils une meilleure technologie pour un développement d’un avion que les autres ?

Oui cela s'appelle le salaire des employés, qui est largement inférieur à celui des américians

Écrit par : Fyd | 18/01/2019

@Fyd:
"Oui cela s'appelle le salaire des employés, qui est largement inférieur à celui des américians"

Cela ne représente qu'une partie de la réponse, en voici d'autres:
- écoute et pillage systématique des données industrielles d'ou qu'elles viennent.
- achat des "terres rares" dans le monde entier
- Copie organisée de tout ce qui se fabrique en occident
- Depuis vingt, la Chine, se donne les moyens de posséder une armée crédible
- Et enfin, il est plus facile de trouver quantité de bons ingénieurs sur un réservoir de 1'500'000'000 habitants que sur 350'000'000...

Écrit par : forêt10 | 18/01/2019

Un si gris avions serait déja une belle performance s'il arrivait à apponter, mais ça pose surtout un gros problème au niveau du rangement dans le hangar sous le pont. Ca va etre un gros casse tete et surtout ça va prendre une place foule et pénalisera donc l'ensemble de la flotte qui devra forcement se passer d'autres avions pour faire rentrer tout ce monde

Écrit par : Albert66 | 18/01/2019

@forêt10 : d'accord avec vous sur l'espionnage industriel , sujet d'ailleurs où l'Occident reste étonnamment timoré , notamment l'Europe...
Mais pour le reste , la quantité ne fait pas la qualité .

Écrit par : philbeau | 19/01/2019

Entre les annonces et la réalité, il peut y avoir une marge énorme.
Tant que personne ne l'aura vu voler et fait quelques analyses, les chinois peuvent bien annoncer ce qu'ils veulent.
Ca peut être vrai, mais ils ont plutôt tendance à gonfler les chiffres.
Il faudra donc attendre de voir combien équiperont réellement les escadrilles chinoises pour se faire une idée de la réalité des chiffres.

Écrit par : lefredo | 21/01/2019

@lefredo
Le J20 vole réellement.

Dans son n°2622S du 21 décembre 2018, Air & Cosmos relatait l’événement.

S'en suivait ensuite (pages 12, 13, 14 et 15) une description détaillée et je dois dire assez impressionnante.
Mise à part les réacteurs* (et encore) issus du Saliout AL-31FN Russe, je ne vois pas ce qu'on peut lui reprocher par rapport aux F-22, F35 et autres SU-57.

* A terme, ils seront remplacés par des réacteurs indigènes avec S'il vous plaît la poussée vectorielle!

Écrit par : forêt10 | 21/01/2019

@lefredo
Le J20 vole réellement.

Dans son n°2622S du 21 décembre 2018, Air & Cosmos relatait l’événement.

S'en suivait ensuite (pages 12, 13, 14 et 15) une description détaillée et je dois dire assez impressionnante.
Mise à part les réacteurs* (et encore) issus du Saliout AL-31FN Russe, je ne vois pas ce qu'on peut lui reprocher par rapport aux F-22, F35 et autres SU-57.

* A terme, ils seront remplacés par des réacteurs indigènes avec S'il vous plaît la poussée vectorielle!

Écrit par : forêt10 | 21/01/2019

@forêt10
Je ne mets pas en doute le fait qu'il vole, évidemment qu'il vole.
Et peut être même très bien. Mais entre voler bien pour des "shows" et faire ses preuves en opération, il y a une marge assez conséquente.
Je ne sais pas s'il vaut un F22, F35 ou un SU-57, je n'ai pas les capacités de le juger. Mais Connaissant les habitudes chinoises, il y a plus de chance qu'il n'ait pas tout à fait les capacités que ses concepteurs annoncent.
Mais je peux me tromper.

Écrit par : lefredo | 22/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.