14/01/2019

Dassault lance le standard F4 du Rafale !

29739336-28652208.jpg

Une bonne nouvelle n’arrive généralement pas seule, après la livraison du nouveau Rafale F3-R, voici que le futur standard « F4 » est officiellement lancé. Une nouvelle très attendue et qui nous concerne également en Suisse, car en cas de choix, c’est bien ce modèle qui nous reviendrait. Mais c’est une autre histoire.

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a reçu le contrat de développement pour le standard « F4 » de l’avion de combat Rafale.  Cet événement a eu lieu ce jour à l’occasion de la visite effectuée par Florence Parly, ministre des Armées, à l’usine Dassault Aviation de Mérignac.

Le standard « F4 » s’inscrit dans la démarche d’amélioration continue du Rafale selon les progrès de la technologie et les retours d’expérience des opérationnels. Après les standards F1 (spécifique aux premiers avions de la Marine), F2 (capacités air-sol et air-air), F3 et F3R (polyvalence élargie), le standard F4 marque une nouvelle étape.

Que va apporter ce nouveau standard :

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés comme le missile air-air Mica NG et l’armement air-sol modulaire de 1000 kg.

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le Big Data et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur moteur.La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022.

La réponse au F-35 :

Il manquait un échelon important pour contrer le F-35 de Lockheed-Martin, celui de la connectivité. Se sera bientôt fait avec le « F4 ». Avec une capacité de calcul accrue, l’avion pourra communiquer avec des drones, des blindés au sol et les bâtiments de surface, afin de réagir plus vite et avec une meilleure précision. La réaction européenne se met en place, avec des avions qui seront capables de fonctionner en mode « big data » tout en continuant d’être maniable, efficients à tout niveau.

images.jpeg

Photos : Rafale F4 @ Dassault Aviation

 

Commentaires

Dassault fait montre décidément d'une belle résilience à apparaître comme un vrai challenger crédible face à LM ou Boeing . Belle performance étant donné la différence de taille ...

Écrit par : philbeau | 14/01/2019

Merci d'avoir énuméré tout ce que le Rafale n'a pas et que les F-35 maîtrisent depuis 10 ans !

Néanmoins il manque encore quelques dispositifs déjà exploités par les F-XX !

Je ne sais pas si il faut vraiment en parler, mais ça concerne des liaisons par faisceaux lumineux lasers.

Concernant les calculateurs, juste pour comparer, la France n'arrive pas à intégrer un système de contrôle pour voiture de tourisme, ils ont signés avec Intel pour équiper les Renault, Peugeot, Citroen et ils annoncent que d'ici 10 ans les Rafales seront effectifs avec des promesses faites à une ministre du gouvernement Macron ?

La France est exsangue, rattraper 30 ans de développement technologique ne se fait pas en 10 ans avec des budgets peux probables alors que le déficit dépasse le 3,5%, ce n'est pas très convainquant, d'une part parce que les éventuels client ne vont pas acheter les Rafales disponibles et que d'ici 2024, beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts et les F-35 s'arracheront au double du prix actuel !

Écrit par : Corto. | 14/01/2019

@Corto: comparez ce qui l’est ! On ne parle pas ici de l’industrie automobile française. Je vous rappelle que le Rafale et autres aéronefs européens n’ont jamais connus les déboires techniques du F-35. Je vous rappelle que celui-ci a toujours près de 900 bugs non réglés dont 200 peuvent péjorer une missions. Sans parler de sa connectivité qui fournit sa propre positon à l’ennemi! Et pour terminer l’avion reste trop cher en matière de maintenance, un comble pour l’USAF qui a une longue expérience en matière d’avions furtif.

Écrit par : Marco | 15/01/2019

@Philbeau : En même temps nous assistons à la relance des européens, Saab prévoit déjà le MS22 pour le Gripen E qui aura les mêmes fonctions de connectivité et Airbus DS propose l’équivalent avec l’Eurofighter pour l’Allemagne.

Écrit par : Mathieu | 15/01/2019

@corto

"Merci d'avoir énuméré tout ce que le Rafale n'a pas et que les F-35 maîtrisent depuis 10 ans !"

la pleine mise en service du F35 etant toujours attendu (et de la patience sera encore demandé ...) votre remarque fait juste sourire

tout au plus, vous pourriez dire que le F35 PROMET depuis 10 ans ....

Écrit par : Laurent10 | 15/01/2019

@corto
Et c'est que le Rafale maitrise (depuis plus de 10 ans) et le F-35 n'a pas:
-Hypermanoeuvrabilité. Tandis qu'un F-35 reste moins maniable que des avions conçus aux années 70.
-Furtivité active. La furtivé passive du F-35 disparait lorsque celui-ci emporte en externe, lorsqu'il emporte plus de 2 bombes et 2 missiles air-air.
-Capacité d'emport supérieur (1,5 fois son poids).
-Vraiment omnirôle. F-35 est un avion d'attaque avec des capacités air-air limités.

Écrit par : GBU | 15/01/2019

@corto
"Néanmoins il manque encore quelques dispositifs déjà exploités par les F-XX !"
C'est vrai les US ont réussi un gamechanger : ils ont enfin un pilote dans l'avion. Les européens encore à la traine n'ont toujours pas réussi à faire voler leur premier avion.
Pardonnez mon ironie SVP. Mais vous rendez-vous compte du niveau de ce que vous postez ? C'est ni plus ni moins que du révisionnisme.
Que vous le vouliez ou non l'industrie de défense européenne est très largement au niveau technique des US voir mieux sur certains plans par exemple en guerre électronique que les US ont largement laissé tomber.
L'allocation de moyens très faibles en Europe et inversement largement surdimensionnée des US à des conséquences technologiques. Dans le cas US les industriels n'ont qu'à tendre la main pour recevoir des billets. Ils ne proposent donc des innovations que pour maintenir une illusion. Ils n'ont pas forcément besoin que ça fonctionne. Boeing à l'inverse de LM est dans une situation d'outsider qui doit vraiment proposer des stratégies efficace pour récupérer les miettes laissées par LM.
En Europe on est de l'autre côté du spectre. On ne veut (voulait) pas trop allouer de moyen à la défense. Nos industriels sont donc dans l'obligation d'innover et de réussir leurs innovation au risque de se faire manger par les industriels US. Il y a des stratégies alternatives comme tenter de profiter du gateau US tout en leur déléguant l'effort de défense. Mais l'exemple UK, belge ou hollandais montre que l'effort budgétaire est en fait l'inverse de ce qui était attendu ce qui finira sans aucun doute par faire polémique en particulier dans les moments de récession.

Écrit par : herciv | 15/01/2019

Bien le bonjour à nos amis Fançais de retour pour ce blog.
Les USA avancent beaucoup plus vite que l’Europe en termes de technologie … depuis bien des années, l’Europe s’est mise au lit pour dormir comme des marmottes pendant que les autres innovaient.
Alors, ne dites pas que dès qu’un truc sort qu’il est mieux que les autres.
En Europe nous avons vu souvent que Saab sortait une technologie plus performante et plus fiable que sont les autres européens.
Au final un sérieux de Saab quand il invente quelque chose.

Écrit par : michel | 15/01/2019

Laurent, la pleine mise en service : C'est fait !

C'est ce que j'ai lu venant de la Belgique !

Marco, vous plaisantez, faites le décompte de crash du Rafale et celui des F-35, tout en prenant en compte qu'il y a 10 fois plus de F-35 construis que de Rafales !

herciv, déclarer que la guerre électronique est maîtrisée en Europe, non mais vous plaisantez, regardez le nombre d'attaques rien qu'en Suisse, pays encore assez honnête pour le reconnaître, regardez le dernier radar russe "Irbis-E" et comparez le avec le RBE2 de Thales SNECMA et comment ils se sont fait hacker les plans par la Russie, renseignez-vous un peu !

Écrit par : Corto. | 15/01/2019

Oui herciv, on le voir avec les drones, l'Europe qui n'est pas capable de fabriquer un drone, même Elbit a renoncé de travailler avec Thales tellement ils sont "évolués" !

Pourquoi le Harfang est bon pour la poubelle, dans le Harfang, c'est comme avec les crevettes, tout est bon, sauf la tête !

La pourra vendre ses Harfang au Qatar et à l'Egypte, comme ça l'Egypte pourra transformer ses portes-hélicoptères Mistral en musées !

Écrit par : Corto. | 15/01/2019

y aussi cette fameuse "intelligence artificielle", ne jamais oublier que dans "intelligence artificielle" il y a le mot "intelligence" !

Ca me fait penser à ces clowns financés dans des "startup" françaises qui développent des serveurs pour le Block-chain, alors que justement le block-chain fonctionne sans serveur !!!

Ils ne savent même pas de quoi ils parlent !!!

Écrit par : Corto. | 15/01/2019

La guerre électronique en Europe ? C’est le plus grand fabricant de passoires … l’Europe est plus avancée a enlevé les armes des citoyens qui avec Schengen les gens qui prévoyaient des actes de terrorisme entraient avec les caisses de fusils et munitions.
L’Europe est plus à emprisonner son citoyen pour des conneries qui ne dérangent pas que mettre en place un système de protection contre le piratage.

Écrit par : michel | 15/01/2019

@Corto : si vous pouviez aller troller sur un autre site, ça nous ferait des vacances.

Écrit par : v_atekor | 15/01/2019

@corto @michel
Quelques rappels concernant la "guerre électronique" :
1 - ne pas confondre avec le cyberwarfare.
2 - la guerre électronique consiste à empècher l'adversaire d'utiliser ses communications (SIGINT : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renseignement_d%27origine_électromagnétique)
et ses radars (ELINT : https://fr.wikipedia.org/wiki/ELINT). Il y a plusieurs stratégies et donc techniques qui y sont donc attachées. La plus connue est le brouillage. Dans tous les cas il faut écouté tous les signaux utilisés par l'adversaire pour être en mesure en cas de besoin de les attaquer utilement. Parfois il faut même provoquer l'adversaire pour lui faire dévoiler des modes d'émissions qu'il ne veut pas dévoiler habituellement.
Tout le monde entretient donc des bibliothèques de signaux de tous les adversaires potentiels.
3 - les us ont basé une bonne part de leur stratégie sur des chasseurs VLO passif. Ils n'ont donc pas investi dans d'autre moyen pour contrer les signaux adverses.
4 - Les européens et les russes par contre jusqu'à maintenant ont continué à investir largement dans des moyens de guerre électronique.
5 - SPECTRA installé dans le rafale est le nec plus ultra en la matière car il est capable dans des temps très bref d'intégré de nouveau mode d'émission adverse et de les contrer avant même que le signal n'est fini de se réfléchir.

Écrit par : herciv | 15/01/2019

@corto@michel : Le chiffon rouge du Rafale a encore fonctionné ! on se délecte à lire les posts fielleux , pleins de vieilles haines recuites que déclenche chez certains(jaloux ?) la moindre évocation de l'avion français . Bon ça ne fait pas avancer le débat , mais c'est une petite récréation qui doit bien amuser le gestionnaire du blog . Les lecteurs plus rationnels se réjouissent , eux , de voir Dassault en pleine forme , et attendent avec curiosité les premières infos a venir sur ce que sera le SCAF

Écrit par : philbeau | 15/01/2019

@pk
qu'est-ce que vous pensez de ce tweet ? Vous pensez qu'on aura une maquette en bois ou une démonstrateur comme le rafale A en son temps ?
https://twitter.com/JoedeBrig/status/1085076947661713408

Écrit par : herciv | 15/01/2019

@Corto
Une petite cure à "Belle Idée" vous ferait le plus grand bien...

Écrit par : forêt10 | 15/01/2019

@Corto

Autant le bashing irréaliste du F-35 me hérisse ... autant faire la même chose avec le Rafale me hérisse tout autant.

Même si je pense que nous payons aujourd’hui en France notre réticence trop longue vis à vis du concept de furtivité passive ( NEURON aurait dû servir de base technologique depuis plusieurs années pour espérer concurrencer le F-35 sur les marchés export comme la Belgique) ... autant le standard F4 est une pierre majeure sur le chemin de la mise à niveau du Rafale.

En effet , si on sort de l’opposition idiote entre F-35 et Rafale (2 avions partageant bien des points communs) on peut ensuite regarder chaque avion par rapport à ses propres spécificités.
Le Rafale est validé opex , il est « Combat Proven » en Air-Sol et on sait que ses qualités sont réelles ... comme sa capacité de charge utile et sa discrétion relative aux radars par rapport à ses concurrents non furtifs.
Ce qu’on sait aussi c’est que le Rafale souffre de 2 faiblesses non résolues par le F3R ... mais auxquelles les solutions arrivent :
- Connectivité de nouvelle génération : Apportée par le F4 et une évolution des liaisons de donnée (a préciser par contre)
- Furtivité passive complète : Apporter par le SCAF ... à travers un drone furtif de soutien au Rafale d’abord (ensuite ce sera le chasseur furtif successeur du Rafale).

Donc Dassault fait le job .. je regrette que cela arrive un peu tard pour contrer le F-35 par contre.

Écrit par : Dany40 | 15/01/2019

@herciv : t'oublies le comint qui est un aspect important dans la liste, mais oui, globalement.

Écrit par : v_atekor | 15/01/2019

@v_atekor.
pardon c'est vrai que je l'oubli souvent. Pendant mon service militaire je travaillais en SIGINT, ELINT mais pas trop COMINT. J'ai donc tendance à l'omettre.
Ma vrai parti étant l'optronique et les lasers. Mais j'en ai pas fait depuis presque 20 ans.

Écrit par : herciv | 15/01/2019

@herciv: Très probablement une maquette et une présentation des grandes lignes. Sachant qu’ils espère disposer d’un démonstrateur en vol d’ici 2025, les choses devaient allez de l’avant assez vite.

Écrit par : Pk | 15/01/2019

@dany40
Tu devrais tenter de reposter sur ad.net. Tes positions commencent à converger.
"Donc Dassault fait le job .. je regrette que cela arrive un peu tard pour contrer le F-35 par contre."
Ce n'est pas qu'un problème de planning. C'est pour moi surtout l'indécrottable tentation de confier sa défense à une superpuissance au lieu de faire nous-même à domicile cette superpuissance avec nos propres valeurs.
Aucune nation européenne n'a réussi à imposer son impérialisme, ni les anglais, ni les français, ni les italiens, ni les allemands, etc, etc … A un moment on peut peut-être se dire qu'on peut vivre et choisir notre destin à une échelle européenne ?

Écrit par : herciv | 15/01/2019

Précision:
une demande du DDPS, le viseur de casque, est également au programme du F4. Cette info est mentionnée dans le discours de Mme Parly.

Écrit par : forêt10 | 15/01/2019

@Herciv

J’ai arrêté de poster sur Air défense par manque de temps car les fils de discussion avançaient de plusieurs pages entre chacun de mes passages ... et je mets un point d’honneur à tout lire avant de répondre .

Concernant le point de vue ... depuis mes tous premiers posts sur le F-35 j’ai toujours essayé d’expliquer que si je réfute l’idée d’echec annoncé du F-35 (et particulièrement les arguments utilisés à cette fin), je ne dis pas pour autant que cela fait du Rafale (Que j’ai plaisir à voir voler au dessus de ma tête tous les jours ) un avion nul ou obsolète.
Mais il est vrai que je suis passé en spectateur sur Air Défense il y a quelques temps et le ton concernant le F-35 a sensiblement changé j’ai l’impression. :)

Pour revenir au sujet ... oui le F-35 est une arme géostratégique de mise sous tutelle de l’Europe en matière d’industrie de défense (c’est bien pour ça qu’ils feront ce qu’il faut pour qu’il soit performant). Et dans ce contexte il y a peu de réponses possibles en dehors du savoir faire de Dassault.

Aujourd’hui... pour une fois ... la grande intelligence stratégique U.S. à long terme , héritée de la guerre froide , est oubliée dans les actes de la Maison Blanche. Trump met à mal les stratégies si efficaces d’hegemonie mises en action depuis des décennies . C’est l’occasion ou jamais de prendre les choses en main (sans le frein anglais).

Il y a urgence à valider les technologies du F4+SCAF et ainsi prouver aux nations que nous sommes capables de rivaliser sur la connectivité et la furtivité. Car ce sont les 2 priorités des militaires encore à ce jour (comme l’a expliqué Lanata, mais aussi Dassault et la DGA)

Écrit par : Dany40 | 15/01/2019

@Foret10: Oui c’est déjà le cas avec le viseur de casque israélien Elbit Targo qui équipera le Qatar et l’Inde.

Écrit par : Pk | 15/01/2019

Pourquoi attendre la version F4 pour le viseur de casque alors que cette fonctionnalité est déjà disponible dans les versions F3 du Qatar et de l'Inde via l'Israélien elbit?

Écrit par : Dknh | 15/01/2019

@Dknh : Justement parce que c'est Elbit qui le fait et qu'il est Israélien ?

Écrit par : v_atekor | 15/01/2019

Dknh:
1 Le gouvernement français, la DGA, Dassault et indirectement Thalès ne veulent pas entendre parler du viseur Elbit

2 A l'époque du 1er contrat avec l'Inde (126 Rafale), il y avait déjà eu une violente passe d'arme entre Elbit, l'Inde et Thalès. Thalès était prêt sur la base du Topowl, (relisez ce que j'écrivais à ce sujet en 2012) à faire le pas si le contrat de 126 avions était maintenu. Pour seulement 36 et sans aide de l'état français, Thalès a renoncé au développement et c'est finalement un arrangement avec Israël qui a prévalu...

3 Le F4 disposera d'une palette de logiciels (Radar RBE2 ASEA, SPECTRA, FADEC, MICA NG etc.) ENTIEREMENT nouvelle, avec notamment de nouveaux calculateurs. Le tout (qui au passage, il est bon de le rappeler ici, servira de base pour le SCAF) sera fourni par Thalès, on comprend bien que L'état français (qui met presque 2 MDS € sur la table pour donner du travail à près de 500 sociétés), Dassault, la DGA et Thalès n'ont pas envie qu'Elbit vienne mettre son grain de sel au milieu de tout cela.

Écrit par : forêt10 | 15/01/2019

@Foret10 : Précisons qu’il était prévu qu’il y ai un viseur de casque français dès les débuts du Rafale avec le Gerfaut de Thales. Sauf que la France m’avait plus les moyens d’en payer le développement. C’est au final l’Inde et le Qatar qui ont poussé l’integration du Targo.

Écrit par : Marco | 15/01/2019

@pk Il me semblait que la maintenance prédictive existait dès la mise en service de l'avion, je me trompe?



@corto @michel Oui, ce serait bien d'aller troller ailleurs.

Écrit par : john | 15/01/2019

Si il y a débat c'est bien parce qu'il y a contradictions !

Je suis persuadé que les italiens, les belges, les hollandais, les norvégiens, les danois et bientôt les suisses, auraient préférés acheter un avions européen et français !

Écrit par : Corto. | 15/01/2019

Deux choses ;

Pour accomplir les changements annoncés, toute la conception électronique du Rafale doit être reprise pratiquement à zéro, cela nécessite le développement d'algorithmes extrêmement complexes, il ne s'agit comme sur un ordinateur personnel d'écrire des milliers de lignes de codes afin de remplir un cahier des charges, deuxièmement rien ne sert avec de tels algorithmes de vouloir implanter ces derniers dans des calculateurs traditionnels. De tels systèmes nécessitent des traitements de données des milliers de fois supérieurs à ce qu'un processeur conventionnel, même de très haut de gamme, pourrait traiter en temps réel, cela sans ne jamais créer des conflits. Ce genre de développement relèvent de révolutions technologiques que la France n'est pas en mesure actuellement de démarrer ce genre de projet.

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

Donc si Dassault promet de fournir ce qui existe depuis 15 ans dans 6 ans, ce qui me parait peu probable, ces systèmes seront et sont déjà obsolètes !

De plus, pour coordonner un ensemble de systèmes nécessites des travaux d'intégrations qui ne sont avares en surprises, j'en ai souvent parler avec un ami qui dirige des ateliers proches de ce dont on parle, des sociétés comme Applied Materials, cependant ce genre de companies ne sont pas autorisées de travailler avec la France dans ce type de développements.

La deuxième question ; Un pilote dans un avion de combat, n'est-il pas un handicap considérable ?

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

@corto. Pourriez-vous nous donnez des liens vers des sites (sérieux) qui permettraient de confirmer vos affirmations (pour le moins surprenantes) ? A défaut, ce que vous appelez "contradiction" s'appelle de la désinformation. J'attends vos sources avec impatience !

Écrit par : FredericA | 16/01/2019

@corto : vous racontez n'importe quoi, complètement.
"De tels systèmes nécessitent des traitements de données des milliers de fois supérieurs à ce qu'un processeur conventionnel,"
.
Non. Si on parle des quelques processeurs qui gèrent les commandes de vol actionneurs etc. c'est au contraire des processeurs très petits. Si on parle du reste, on parle généralement de calculateurs durcis, qui sont... bien moins puissants que ceux du marché, à peine plus puissants que ceux des téléphones portables. Ah, le poids dans les avions, ça compte...
.
Quant au code, l'art de certains développeurs est de réaliser du code qui puisse fonctionner sur plusieurs processeurs sans se poser trop de question métaphysiques. C'est leur job de tous les jours. Vous lisez ce site depuis un téléphone portable ? Et bien moi depuis un ordinateur fixe. Vous utilisez un processeurs armhf, moi un amd64, et mon voisin un i586. Leur code s'exécute dans tous les cas. Il ne s'agit pas de personnes particulièrement douées pour autant, mais du standard journalier pour bien du monde dans ce milieu. Certes se sont d'autres technos dans les avions, qui posent certaines difficultés, mais des difficultés bien connues et bien maîtrisées.
.
Avec une telle remarque vous nous prouvez que vous en êtes resté aux concepts des années 1980, ce n'est plus la préhistoire de l'informatique, c'est de la paléontologie.

Écrit par : v_atekor | 16/01/2019

@Corto : D'ailleurs tu n'es pas à une contradiction près. Hier tu nous racontais qu'on n'utilisais que du 8086 dans l'aviation (Processeur de 1978, de 0.75 Mips). Aujourd'hui tu nous racontes que ce sont des processeurs plus puissants que le standard qu'on peut trouver sur un ordinateur personnel, (2550 Mips), soit 3400 fois plus, et un peu moins sur un téléphone portable.
.
Même en connaissances des critiques de cette unité de puissance de calcul, il faudrait que tu réalises l'énormité des bêtises que tu racontes ; je dis ça pour ton bien personnel, au cas où un jour quelqu'un te reconnaisse dans la rue...

Écrit par : v_atekor | 16/01/2019

PS : Le 8086 n'est plus fabriqué par Intel depuis les années 90. Il a certes des successeurs, mais aux caractéristiques différentes...

Écrit par : v_atekor | 16/01/2019

v-atekor,

C'est justement ce que j'ai expliqué dans un autre commentaire, je ne parle pas des commandes, je parle des interfaces et de tout ce qui vient autour des processus basics.

Et en parlant des processors basics, je faisait allusion au Rafale, pas au F-35

Parce que tu imagines qu'un système d'imagerie en temps réel fonctionne avec un 8086 ?

Les commandes directes sont ce qui permet au pilote de fonctionner en mode manuel, car les différents composants mobiles de l'avions sont actionnés électriquement, pour ça, il faut une unité très fiable qui ne nécessite aucune performance, quoi que dans les avions F-35, il me semble que l'intégration utilise des systèmes de contrôles logic pour les commandes.

Mais je vois que tu ne connais pas l'électronique, demande l'avis à un pro et tu verras que c'est toi qui raconte des bourdes !

Le 8086 est toujours construit par des dizaines d'opérateurs, il n'est plus sous licence, maintenant que "Intel" n'en fabrique plus, c'est possible.

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

Par exemple, les russes fabriquent des 8086 en série, sauf erreur il l'appel
KR1810VM86 et eux l'utilise aussi pour certaines commandes nécessitant des hauts niveaux de sécurité et de fiabilité !

Egalement dans le médical pour certaines commandes, seul le 8086 est autorisé d'utilisation, c'est le pourquoi il est encore beaucoup utilisé dans beaucoup de produits, si vous voulez un cours, on peut arranger un tarif !

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

Vous parlez des successeurs du 8086, je vous explique, le coeur reste le noyau du 8086, c'est simplement qu'ils ont ajouter des interfaces ou stockages built-in !

Il existe également des "all-in-one" basés sur le 8086, c'est un chip qui contient une rom, de la ram et des interfaces, périphériques divers et protections électriques etc.

Il y a aussi des produits contenant plus 8086 dans un seul chip etc.

Il va sans dire que les nouvelle versions sont également plus rapides !

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

@Corto ; je fais bien la différence entre les différents usages, pour les avoir côtoyé de près.

"Les commandes directes sont ce qui permet au pilote de fonctionner en mode manuel, car les différents composants mobiles de l'avions sont actionnés électriquement".
Je suppose que tu mélanges à dessein les différents niveaux de compréhension de ton texte de façon à avoir toujours une porte de sortie pour critiquer ton interlocuteur. Sur ce, j'ai mieux à faire de ma vie que de répondre à des trolls.

Écrit par : v_atekor | 16/01/2019

En fait, ce que je me tue à répéter, c'est que l'avionique c'est une chose et ce qui équipe cette avionique en est une autre !

Je le répète encore et encore, du point de vue avionique, le Rafale est un bijoux, à mon avis le Rafale est un F-16 avec deux réacteurs et son coté canard !

Néanmoins c'est sans aucun doute un excellent avion, les français sont très efficaces en avionique, tout le problème vient des politiques qui ont imposés à Dassault des équipements électronique conçus et développés de A à Z en France !

Israël devrait acheter un ou deux Rafale et les reconditionnés, vous verrez dans 2 ou 3 ans le Rafale se vendre par milliers !

La connerie initiale est venue de De Gaulle avec son embargo sur les armes envers Israël après la guerre des 6 jours. Puis elle fut entretenue par les politiques cela contre les avis des états majors de l'armée française, si la France et Dassault avaient continués leur collaboration avec Israël, sans aucun doute que la France vendrait des avions aux 3/4 de la planète et pas que des avions et des armes !

Prenons l'exemple du Suffa, en fait ça se prononce "Tsufa", il est reconnu qu'il dépasse les recors établis par les autres versions américaines, sans parler des radars et des brouilleurs, lors des rencontres aux USA dans des combats "fictifs". à chaque fois le Suffa l'emporte et de très loin, exemple, les croate voulaient un F-16 reconditionné par Israël, ils ne voulaient pas un F-16 standard, et ce sont les USA qui ont demandés aux israélien de ne pas livrer ces F-16, demandez-vous pourquoi !

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

a-atekor, dis moi quelle imprecision exactement j'aurai mal interprété et arrête le ton vindicatif, je suis dans l'électronique et spécialisés dans l'intégration de micro-processeurs, c'est quand tu veux !

Je dessine des processeurs, l'intégration de systèmes dédiés !

Écrit par : Corto. | 16/01/2019

@orto : Israel ? Tu t'es trahi Corto ...

Écrit par : philbeau | 16/01/2019

@pk :d'après Bfm business l'Allemagne serait sur le point d'annoncer le remplacement de ses tornados par un panachage de 35 f-35 et une soixantaine d'euro fighter.
Les f-35 seraient nécessaire pour conserver la b-61. L'eurofighter serait là pour envoyer un signal positif sur le Fcas aux français.

Vive la mixité !

Écrit par : Herciv | 17/01/2019

@Oui il semble que ce compromis puisse satisfaire tout le monde, sauf peut-être la maintenance qui sera lourde. A suivre

Écrit par : pK | 17/01/2019

"Les f-35 seraient nécessaire pour conserver la b-61"

Quelle blague...

Écrit par : Gojira01 | 17/01/2019

60 EF pour 35 F35... Ça fait cher le "signal positif" ! D'autant qu'il risque de créer au contraire encore plus de méfiance de part et d'autre, avec en prime les débats à Berlin quant à l'abandon du parapluie américain, et la signature il y a quelques jours d'un accord d'alliance approfondi entre Paris et Berlin et après l'annonce du scaf. Objectivement, le "signal positif" est peu crédible.
.
Le hic, c'est que la B61 est aussi un faire valoir politique, aussi peu crédible et difficile de contenter Washington avec 35 avions.
.
On dit qu'on ne peut pas chasser deux lièvres à la fois, cette décision risque d'en être l'illustration.

Écrit par : v_atekor | 17/01/2019

@v_atekor
attendons la confirmation. Cette décision serait importante à plus d'un titre.
Quant au coût de cette acquisition si il y a bien un pays qui peut se le permettre c'est bien l'Allemagne.
Mais effectivement après il faudra maintenir opérationnel tout ce petit monde. Déjà qu'ils n'ont pas été très fort pour les Tornados et les eurofighters actuels on se demande ce qui va changer avec ces nouvelles acquisitions.

Écrit par : herciv | 17/01/2019

@herciv : l'Allemagne se contrefout d'avoir des forces armées réellement efficaces ce qui compte c'est l'affichage politique . Et ça marche puisque Macron s'apprête à signer avec Merkel , sans le moindre accord parlementaire français (la fameuse démocratie parlementaire...)un Traité de défense commune qui revient à étendre le parapluie nucléaire français à la défense de l'Allemagne . C'est fichtrement généreux vis vis à vis d'un pays qui n'a jamais fait montre précisément de la moindre générosité vis de ses partenaires européens. A quand le siège au conseil de sécurité de l'ONU ?

Écrit par : philbeau | 17/01/2019

@Herciv, PK: une telle mixité serait intéressante et sauvesait le programme Eurofighter. Mais attendons d’en sacoir plus il semble que cela discute fort à Berlin.

Écrit par : Steeve | 18/01/2019

Pas mal pour un avion tant décrié...

http://www.air-cosmos.com/un-vol-marathon-pour-les-rafale-et-le-phenix-119383

Écrit par : forêt10 | 18/01/2019

@steeve.
je n'avais pas fait attention avant aujourd'hui mais on est dans le contexte de la signature la semaine prochaine du traité d'Aix-la-Chapelle entérinant un rapprochement important entre la France et l'Allemagne sur le modèle du BENELUX.
Autrement dit il y a plein de variables de négociations qui sont lancées par les deux parties dans la presse histoire de faire pression sur l'autre parties.
https://ripostelaique.com/wp-content/uploads/2019/01/TraiteAixlaChapelle-2019.pdf
Donc finalement j'ai sourcé mon propos sur les f-35 allemands maintenant il convient d'y mettre des pincettes.

Écrit par : herciv | 18/01/2019

@philbeau
Certe, moi je remarque que le moteur franco-allemand se remet enfin en marche. Ca urgeait compte tenu des velléités impérialistes US et chinoises.

Écrit par : herciv | 18/01/2019

Il ne faut pas cracher dans la soupe ... c’est déjà très bien que l’Allemagne laisse une porte ouverte pour une aéronautique militaire non US dans ses commandes.
Il y a pas si longtemps c’était très très mal parti et on fonçait droit sur du pur U.S. Made.

La politique européenne agressive et volontariste de Macron est certainement un élément qui a pesé dans la balance ... mais la démonstration d’une vrai volonté de venir concurrencer les USA sur la prochaine génération d’avion a été sûrement aussi très bénéfique.

Un accord franco-allemand est vital pour la survie de l’independance relative de l’Europe vis à vis de Washington .... reste à voir avec quels moyens et quelle efficacité

Écrit par : Dany40 | 18/01/2019

@forêt10 : Belle démonstration. 12h de vol, il ne faut pas avoir de fourmis dans les jambes, et quand à se soulager...

Écrit par : v_atekor | 18/01/2019

@forêt10 @v_atekor. Oui pas mal.
Donc le matériel permet d'envoyer une prune nuc à 9000 km + 500 km portée de l'ASMP-A de la France. C'est un sacré message politique.

Écrit par : herciv | 18/01/2019

Dany40:
"l ne faut pas cracher dans la soupe ... c’est déjà très bien que l’Allemagne laisse une porte ouverte pour une aéronautique militaire non US dans ses commandes."

A bien écouter les principaux médias allemands (ZDF, das Erste, N24, die Welt etc.), la situation n'est aussi limpide et a interpréter le directeur général d'Airbus Defence and Space, Dirk Hoke c'est plutôt la bouteille à l'encre.
Si l'on décode bien:
1 - le programme franco-allemand sera compromis si l'Allemagne devait choisir les F-35
2 - Airbus fait le forcing pour avoir une rallonge d'Eurofighter de l'ordre de 30 min à 60 avions (soit une enveloppe de l'ordre de 6 à 12 Md€, sans les frais supplémentaires de développements intrinsèques)

Questions:
a)Ou trouver, encore les fonds et la matière grise, pour le financement et le développement du SCAF?
b) comment juguler l'appétit d'Airbus qui veut tout (les Eurofighter et le leadership du SCAF)?
c)La question est cruciale, car toujours d'après les mêmes médias, "seuls 4 Eurofighter sont en état d'effectuer des missions de guerre"
A suivre...

Écrit par : forêt10 | 18/01/2019

Bon quand on regarde la distance à vol d'oiseau entre la France et la chine, il n'y a pas de doute pour savoir à qui le message est destiné.
8000 km pour arriver au centre de la chine mais attention ça ne peut pas se faire sans le phenix qui ne peut en aucun cas rester aussi discret que le rafale. Donc 9000 km pour emporter le phenix au-dessus de pays alliés c'est pas de trop.
Je remarque par contre que c'est 7000 km pour envoyer du soutien à l'Inde.

Écrit par : herciv | 18/01/2019

@herciv : non la Chine n'est pas visée par cette belle démonstration du savoir-faire de l'Armée de l'Air ; dans son cas les missiles embarqués sur les SNLE sont faits pour ça . Par contre ça rappelle à ceux qui faisaient semblant de l'oublier les capacités du Rafale en terme d'allonge .
@dany40 :je reste très très sceptique sur les réelles volontés européennes de l'Allemagne , qui joue toujours perso et ne connaît qu'un intéret , le sien . Macron s'illusionne , et met en balance bien des intérets stratégiques et industriels français :
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/defense-le-dernier-tango-de-paris-et-berlin-804035.html

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/observation-spatiale-quand-l-allemagne-se-joue-de-la-france-760854.html

Écrit par : philbeau | 18/01/2019

@philbeau
Les centres névralgiques de la Chine sont vraiment à la limite de la portée des M-51 voir au-delà. En matière de dissuasion le doute chez l'adversaire n'est pas possible. Le doute doit être suffisant crédible chez les chinois pour que le message ait besoin d'être confirmé par ce petit voyage terminé par une démonstration et un message à la presse.
Je rappel aussi que l'Inde est aussi destinataire de ce message pour lui montrer notre capacité de soutien en cas de besoin.

Écrit par : herciv | 18/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.