20/12/2018

Rafale indien : la farce est close !

1321817429.jpg

La Cour suprême de l’Inde de rejeter tous les recours déposés à l’encontre du Contrat Rafale signé le 23 septembre 2016 dans le cadre d’un Accord intergouvernemental entre l’Inde et la France. Ceci clos définitivement la polémique lancée durant l’été.

Rappel :

En août dernier, l’oppositon indienne avait tenté de discréditer l’actuel gouvernement sur le dossier « Rafale ». Les accusations portées contre l’accord de gouvernement à gouvernement comprenaient un manque de transparence sur les détails et un coût qui serait beaucoup plus élevé que ce qui a été négocié début 2012. Cette année-là, le Rafale est devenu le vainqueur du programme d'avions de combat MMRCA. Les négociations par le congrès n'ont pas été poursuivies en raison de problèmes non résolus concernant le transfert de technologie et les compensations entre Dassault et Hindustan Aeronautics Ltd. L'opposition a accusé la société privée Reliance Infrastructure, connue du Premier ministre, d'avoir été  choisie par le gouvernement indien pour être le partenaire compensateur de Dassault.

Pas d’irrégularité :

Selon la Cour suprême l’absence de toute irrégularité dans le processus décisionnel concernant l’achat de 36 Rafale, le prix et la sélection, par Dassault Aviation, des partenaires indiens du programme de compensations industrielles (offset), dont la société Reliance Defence appartenant à M. Anil Ambani.

« L’accord est totalement conforme aux lois et règles indiennes, comme je l’ai déjà déclaré, et le premier élément de Falcon vient de sortir de notre usine de Nagpur pour être livré », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Dassault Aviation s’engage à mettre pleinement en œuvre le programme « Make in India » du Premier ministre Modi. À ce titre, Dassault Aviation assurera de la production en Inde par le biais de la Joint Venture Dassault Reliance à Nagpur, ainsi qu’au travers d’un vaste réseau d’approvisionnement comprenant déjà une trentaine d’entreprises avec lesquelles Dassault Aviation a signé des contrats, et une soixantaine d’autres pour lesquelles des discussions sont en cours.

Dassault a répondu à la demande indienne :

Selon les termes du nouveau contrat, l'avionneur français s'est associé avec un partenaire indien, Reliance Group, dirigé par le magnat Anil Ambani. Cette société n'avait pourtant aucune expérience préalable dans l'aéronautique. Dassault a déjà investi plus de 100 millions d'euros dans sa co-entreprise avec Reliance à la suite du nouvel accord. En agissant ainsi l’avionneur français n’a fait que répondre favorablement à une demande indienne précisée d’emblée dans le cahier des charges. Le choix de la société Reliance est du à la volonté du gouvernement indien.

Comme je l’expliquais dans un article du 9 août dernier, il n’y pas de problème avec le contrat « Rafale » en Inde, mais l’enjeu politique est tel, que celui-ci pouvait faire basculer le choix des urnes. Du côté de l’IAF, on s’est montré inquiet, car un nouveau retard aurait été une véritable catastrophe pour la modernisation de celle-ci. 

Photo :Rafale au couleurs indiennes @ Dassault Aviation

Commentaires

Ce n'est pas fini. L'opposition conteste le jugement émis.

Écrit par : Dknh | 20/12/2018

@Dknh : Certes, mais le souflé se dégonfle, la victoire du gouvernement actuel sur le sujet est aujourd'hui saluée dans les médias indiens. La production du Rafale pour l'Inde est en cours et peu importe un éventuel recours rien n'y changera. Ne pas perdre l'élément vue l'élément de base de cette question : Dassault n'est pas en cause et n'a pas fauté, au pires la question reste politique et interne à l'Inde et d'éventuelles nouvelles plaintes ne concerneront plus que la politique indienne.

Écrit par : PK | 20/12/2018

Merci à Avia News de porter cette information ;on la cherche vainement sur un site français...(si la décision avait été défavorable à Dassault , sans doute eusse-t-elle suscité plus d'intéret )

Écrit par : philbeau | 20/12/2018

Sauf que la façon donc l’opposition critique ce jugement (surtout un jugement d’une court suprême, c’est pas rien) donne une très mauvaise image à cette opposition, surtout à son comportement de faire passé aux dessus de toutes les institutions indiennes.

Écrit par : Adri74 | 21/12/2018

Farce qui n'a pas attrapé grand-chose! :)

Écrit par : James | 21/12/2018

Oui mais avec tout le remus-ménage qu'ils ont fait, si l'opposition arrive au pouvoir, ils n'y aura pas la 2ème commandes et Dassault risque même d'être mis hors-jeu pour les contrats pour la marine indienne et le MMRCA-2.

Écrit par : dknh | 21/12/2018

@dknh
Le chef d'état major de l'IAF vient d'intervenir à nouveau en faveur du rafale, un responsable de parti du congrès (opposition) lui a demandé de rester à sa place avant de lui-même être dasavoué il y a une heure par son propre parti demandant je cite "humblement" à l'IAF de ne pas intervenir puisque les qualités du rafale n'était pas en cause. Début de reculade ? Message brouillé ?
En tous cas l'intervention de l'IAF et de la cour va mettre probablement un terme à la stratégie politique de Raoul.
Tout ça pour dire que l'armée a une voix qui compte. Et l'armee à déjà fait annuler un concour opposant f-16 et gripen car aucun des deux ne correspondaient à ses besoins.

Écrit par : Herciv | 21/12/2018

@dknh : pour le moment, le retour de balancier se fait sur HAL, incapable de produire les avions qu'il a vendu, le tout à mettre en parallèle avec la grande braderie chinoise d'avions militaires pour cause d'avions plus performants.
.
Je serais un militaire indien, je serais très inquiet.

Écrit par : v_atekor | 21/12/2018

C'est trop bizarre ce joint venture.

Écrit par : Par | 21/12/2018

@Par : on nous cache tout, on ne nous dit rien ?
Vous êtes en pleine détection hypersensible d'intentionnalité.
En psychologie, c'est aussi appelé "biais d'agentivité".
À noter que c'est un trait commun aux conspirationnistes et complotistes maladifs.
Bien à vous.

Écrit par : Gian | 22/12/2018

@Par : pourquoi ? Dassault devait avoir un partenaire en Inde, et il ne voulait pas de HAL, trop affairé à vendre son Tejas pour s'occuper honnêtement du Rafale. Donc ?

Écrit par : v_atekor | 22/12/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.