20/12/2018

Rafale indien : la farce est close !

1321817429.jpg

La Cour suprême de l’Inde de rejeter tous les recours déposés à l’encontre du Contrat Rafale signé le 23 septembre 2016 dans le cadre d’un Accord intergouvernemental entre l’Inde et la France. Ceci clos définitivement la polémique lancée durant l’été.

Rappel :

En août dernier, l’oppositon indienne avait tenté de discréditer l’actuel gouvernement sur le dossier « Rafale ». Les accusations portées contre l’accord de gouvernement à gouvernement comprenaient un manque de transparence sur les détails et un coût qui serait beaucoup plus élevé que ce qui a été négocié début 2012. Cette année-là, le Rafale est devenu le vainqueur du programme d'avions de combat MMRCA. Les négociations par le congrès n'ont pas été poursuivies en raison de problèmes non résolus concernant le transfert de technologie et les compensations entre Dassault et Hindustan Aeronautics Ltd. L'opposition a accusé la société privée Reliance Infrastructure, connue du Premier ministre, d'avoir été  choisie par le gouvernement indien pour être le partenaire compensateur de Dassault.

Pas d’irrégularité :

Selon la Cour suprême l’absence de toute irrégularité dans le processus décisionnel concernant l’achat de 36 Rafale, le prix et la sélection, par Dassault Aviation, des partenaires indiens du programme de compensations industrielles (offset), dont la société Reliance Defence appartenant à M. Anil Ambani.

« L’accord est totalement conforme aux lois et règles indiennes, comme je l’ai déjà déclaré, et le premier élément de Falcon vient de sortir de notre usine de Nagpur pour être livré », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Dassault Aviation s’engage à mettre pleinement en œuvre le programme « Make in India » du Premier ministre Modi. À ce titre, Dassault Aviation assurera de la production en Inde par le biais de la Joint Venture Dassault Reliance à Nagpur, ainsi qu’au travers d’un vaste réseau d’approvisionnement comprenant déjà une trentaine d’entreprises avec lesquelles Dassault Aviation a signé des contrats, et une soixantaine d’autres pour lesquelles des discussions sont en cours.

Dassault a répondu à la demande indienne :

Selon les termes du nouveau contrat, l'avionneur français s'est associé avec un partenaire indien, Reliance Group, dirigé par le magnat Anil Ambani. Cette société n'avait pourtant aucune expérience préalable dans l'aéronautique. Dassault a déjà investi plus de 100 millions d'euros dans sa co-entreprise avec Reliance à la suite du nouvel accord. En agissant ainsi l’avionneur français n’a fait que répondre favorablement à une demande indienne précisée d’emblée dans le cahier des charges. Le choix de la société Reliance est du à la volonté du gouvernement indien.

Comme je l’expliquais dans un article du 9 août dernier, il n’y pas de problème avec le contrat « Rafale » en Inde, mais l’enjeu politique est tel, que celui-ci pouvait faire basculer le choix des urnes. Du côté de l’IAF, on s’est montré inquiet, car un nouveau retard aurait été une véritable catastrophe pour la modernisation de celle-ci. 

Photo :Rafale au couleurs indiennes @ Dassault Aviation

Premier B737 MAX pour Jet Eastar !

ETJ.jpg

 

Boeing a livré le premier B737 MAX pour le transporteur Jet Eastar, ce qui en fait la première compagnie aérienne en Corée à faire fonctionner la version la plus économes en carburant et ayant la  plus longue portée de la famille « 737 ». 

« Nous sommes ravis de prendre livraison de ce B737 MAX », a déclaré Jong-Gu Choi, Président de Jet Eastar. « L'introduction du B737 MAX dans notre flotte reflète les efforts que nous déployons pour moderniser notre offre de produits et de fournir une expérience de classe mondiale à nos clients. En outre, la capacité de l'économie supérieure et à plus longue portée du B737 MAX nous permettra d'étendre notre réseau dans des marchés nouveaux et existants de manière plus efficace, ce qui nous aidera à atteindre une croissance à long terme « . 

Eastar Jet prendra livraison d'un autre B737-8 MAX plus tard ce mois, qui rejoindra la flotte actuelle de Boeing 737NG de la compagnie aérienne. 

Basé à Gimpo  aéroport international d'Incheon à Séoul, en Corée, Eastar Jet a lancé des opérations en 2007 avec 737. nouvelle génération. Depuis lors, le marché de la Corée du transporteur à faible coût (LCC) a considérablement augmenté et est devenue le plus grand marché de LCC en Asie du Nord -Est . Au cours des cinq dernières années, le segment de marché a augmenté de plus de 30 pour cent par an. Sur la base de cette croissance et l'introduction du 737 MAX 8 à sa flotte, Eastar Jet sera en mesure de se développer dans de nouveaux marchés tels que Singapour et Kuala Lumpur entre autres destinations futures.

Photo :Le B737-8 MAX de Jet Eastar @ Boeing