11/12/2018

Le Meteor opérationnel sur les Eurofighter !

Meteor2_copy.jpg

 

La Royal Air Force a annoncé que le missile air-air MBDA « Meteor » était opérationnel à bord des avions de combat Airbus DS  Eurofighter  « Typhoon II » de la Royal Air Force (UK Air Force), a annoncé le 10 décembre le ministère de la Défense.

Selon le ministère de la Défense, pour la première fois, des Eurofighter  armés de missiles « Meteor » été engagé depuis la base aérienne de Lossiemouth en Écosse (QRA North) pour intercepter un aéronef non identifié qui s'approchait de la frontière britannique.

 

Rappel :

C’est en juillet dernier, que la RAF a mis en service le premier de ses » Typhoon »  modernisé à l’aide du programme «  Centurion », qui permet l’emport du nouveau missile Meteor. La configuration du projet Centurion est destinée à combiner la bombe à guidage de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec le «  Meteor », le missile de croisière « Storm Shadow » et le missile « Brimstone ». Au total, 107 Eurofighter des Tranches 2 et 3 seront équipés selon la norme du Project Centurion, contrairement aux 24 Typhons de la Tranche 1 qui ne peuvent être modernisés.

Le MBDA Meteor :

Avec une vitesse supérieure à Mach 4 et une autonomie supérieure à 100 km (chiffre réel non divulgué), le « Meteor » apporte un changement radical dans les capacités de combat air-air. Alors que les missiles de type similaire ont une phase d’accélération relativement courte après leur lancement, le statoréacteur de « Meteor »  propulse celui-ci  jusqu’au point d’impact. Cela réduit les chances de l'avion adverse d’échapper au missile.

Après la Suède qui a été le premier pays à mettre en œuvre le « Meteor » sur le Gripen C/D de manière opérationnelle, la RAF et l’Eurofighter seront bientôt suivi des Rafale au standard F-3R l’année prochaine au sein de l’Armée de l’air.

Les partenaires du programme « Meteor » incluent la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

 

images.jpeg

Photo :Eurofighter doté du Meteor @ RAF

Premier Falcon « SURMAR » !

AP-F50M-21-1.jpg

Le 29 novembre 2018, la Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné à Mérignac (Gironde) le premier avion Falcon 50 M équipé d’une trappe de largage d’équipements de sauvetage maritime. En parallèle, la DGA a notifié à Dassault Aviation la commande des chantiers d’intégration de cette trappe de largage sur les trois autres Falcon 50M de la flotte en service. Deux avions devraient être équipés en 2019 et le dernier en 2020.

La marine nationale dispose d’une flotte aérienne de surveillance et d’intervention maritime composée de cinq Falcon 200 Gardian basés outre-mer et de huit Falcon 50M implantés sur la base aéronautique navale de Lann-Bihoué, près de Lorient.

La flotte de Falcon 50M se répartit en quatre Falcon 50 Mi*, capables de larguer des équipements de sauvetage « chaines SAR » (Search and Rescue), marqueurs ou bouées, et quatre Falcon 50 M, dépourvus jusqu’à présent de cette capacité de sauvetage en mer. Les travaux notifiés par la DGA à Dassault Aviation vont permettre d’homogénéiser cette flotte d’ici à 2020.

Grâce à leur autonomie de plus de 6 000 km et leur vitesse élevée, les Falcon 50M effectuent des missions de surveillance maritime et d’intervention dans le cadre de l’action de l’État en mer (recherche et sauvetage en mer, lutte contre les pollutions maritimes, soutien des opérations de police en mer). 

Falcon 50 Surmar, précédemment affectés au transport gouvernemental (Etec), ont fait l’objet d’un chantier de transformation chez Dassault Aviation Mérignac pour recevoir un radar de détection, un système optronique, un nouveau cockpit et des hublots d’observation. Avec les quatre premiers exemplaires livrés au début des années 2000, la Marine nationale met désormais en œuvre huit Falcon 50 Surmar.

 

AP-F50M-24-1.jpg

 

Photos : Falcon SURMAR @ DGA