09/12/2018

Les F-35 italiens ont atteint la capacité opérationnelle initiale !

Dt5EQO2WkAARGLv.jpg-large.jpeg

L'armée de l'air italienne a déclaré que sa flotte de Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » avait atteint la capacité opérationnel initiale (IOC), faisant de cette force la première en Europe à atteindre cet objectif.

L’Aeronautica Militare, prévoit d’acheter 60 avions de décollage et atterrissage conventionnels F-35A et 15 avions de décollage court et à décollage rapide F-35B (STOVL), tandis que la marine, Marina Militare, envisage d’acquérir 15 STOVL F-35B.

Ce succès a été officiellement souligné par le Général Alberto Rosso, chef de l’armée de l’air italienne, lors de la 4ème formation au pilotage du programme de leadership tactique à la base aérienne Amendola en Italie.

"Un jour important pour l'armée de l'air italienne: le premier en Europe à atteindre la capacité opérationnelle initiale du F-35", a-t-il déclaré.

Les F-35 commandés remplaceront les 253 Panavia "Tornado", les "AMX" Fighter Bombers et les AV-8B "Harrier" en service. L'Italie héberge l'unique installation d'assemblage final et de commande du F-35 en dehors des États-Unis. Le centre sert également de centre d'excellence européen pour la maintenance, la réparation, la révision et la mise à niveau de l’avion.

De grosses incertitudes :

Malgré un rôle important dans la production et la maintenance du F-35, le pays s’est montré modéré en ce qui concerne le programme. En juillet 2018, la ministre de la Défense nationale, Elisabetta Trenta, a déclaré que le pays envisageait de limiter la commande totale d'avions et éventuellement de la réduire. Depuis, l'Italie ralentit la livraison de l'avion, dans le cadre d'un effort visant à répartir le coût du programme. Actuellement, six appareils sont en cours de montage au sein de la ligne d’assemblage italienne d’Alenia Aermacchi à Cameri situé près de Novare, qui produit 40% des ailes pour tous les F-35A dans le monde entier, en tant que deuxième fournisseur de source pour Lockheed-Martin. Le coût unitaire initial serait de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. La baisse possible et déjà annoncée en 2015 par lenaicne gouvernement italien du nombre de F-35 pour l’Italie n’est en soi pas une bonne nouvelle pour les coûts de production de l’avion en Italie, ni sur l’avenir de cette chaine d’assemblage. AleniaAermacchi se repose maintenant grande partie sur la  futur maintenance des F-35 en service dans les pays européens pour pouvoir justifier le maintien du site. Le choix de Leonardo d’entrer dans le futur programme Europeén « Tempest » avec les anglais de BAe Systems tent a démontrer que les italiens ne sont que moyennement satifaits du programme F-35. De fait, la participation au « Tempest » permettra d’assurer la survie du site italien, ce que le F-35 ne peut assurer complètement.

 

Photo :Le F-35 associés a l’Eurofighter représente l’avenir de L’Aeronautica Militare @ AM

Commentaires

Déclaration étonnante sachant que l’Australie vient juste de rapatrier sa flotte; il semblerait d’ailleurs que la fomrmation ne se fasse qu’aux USA.
Combien de F-35 sont en exploitation *sur le sol italien*?

Écrit par : Al&X | 10/12/2018

Que veut dire au juste "capacité opérationnelle initiale" ? Je croyais que l'avion n'avait même pas fini les différents tests aux états-unis, permettant une production normale du F35.

Écrit par : mesnews | 10/12/2018

Bonjour,
"le pays *l'Italie* s’est montré modéré en ce qui concerne le programme *du F-35*"
60 F-35 pour replacer 253 appareils... C'est une plaisanterie ? Existe-t-il une vidéo montrant un officiel annoncer cela ? :)
Il semble effectivement que les Italiens soient en train de lâcher Lockheed-Martin...
Bonne journée
Ricko

Écrit par : Ricko | 10/12/2018

@mesnews
Il y a deux étapes essentiels dans la validation d'un avion (chaque version)
L'IOC et la FOC. L'IOC pour initial oeration capability permet d'utiliser l'appareil pour des missions d'entrainement/test uniquement, la FOC permet d'utiliser l'appareil dans des missions de combat. Les test devant amener à la FOC ont commencés la semaine dernière et vont s'étaler jusqu'à fin 2019.

Les F-35A et B ont eu leur IOC prononcée il y a deux ans si je me souviens bien et au US. Certains des clients du f-35 ont des accords avec les US (Australie, UK et pays-bas) qui font que l'IOC US est valable aussi chez eux. Mais les autres ont choisi d'avoir leur propre IOC.

Écrit par : herciv | 10/12/2018

Que l Italie remette ses dettes dans la normes européennes (dans les 2% du pib) avant de parler d exploit.

Et ça sert à quoi tous ces avions ? Pour attaquer qui ? Contre qui l Italie est en guerre ? Ils feraient mieux de s occuper de ses foyers italiens dont certains touchent malheureusement à la précarité.

Écrit par : Charlot david | 10/12/2018

@charlot

l'Italie avec ses F 35 sera capable d'accomplir les missions de supériorité aérienne en zone A2D alors que ceux qui n 'en ont pas ce type d'avion

c 'est plus difficile, n'est ce pas ?

N'oublions pas que l'italie fait partie de l'Otan et que un grand pays comme l'italie ne peut pas ne pas avoir une force aérienne moderne et puissante au sein de l'otan.

Écrit par : carlo | 13/12/2018

Cette nouvelle est à mettre en parallèle avec celle là :

https://www.meretmarine.com/fr/content/le-f-35c-certifie-safe-flight-sur-luss-carl-vinson

L’US Navy vient de valider le F-35C « Safe for Flight » et l’Ioc est prévu en 2019

Écrit par : Dany40 | 14/12/2018

@Dany40: merveilleux ! Le F-35 peut voler de manière sécuritaire ! On est rassuré depuis le temps. Mais pour le reste il y aura encore beaucoup d’eau sous les ponts.

Écrit par : Matthias | 14/12/2018

@Matthias

Je ne dis rien de plus que cela ... les IOC des trois modèles seront donc validés en 2019, ce qui signifie que l’avion est capable d’actions opérationnelles meme s’il n’est pas à plein potentiel.

La pleine capacité de l’avion suivra de façon naturelle ... dans les 4 à 6 ans selon toute vraisemblance puisque le nouveau moteur et le nouvel EOTS seront sûrement de la partie à ce moment là .

Alors oui cela aura été fort long ... mais malheureusement en absence de toute concurrence équivalente l’avion US a tout son temps pour creuser son sillon.

Écrit par : Dany40 | 14/12/2018

@Dany 40: un avion qui creuse un sillon ? En l’occurrence sa tombe en ce qui concerne le F-35. Reste les 999 problèmes à régler, quant à l’intégration d’un nouveau moteur alors même que l’avion est neuf laisse entendre le niveau du problème tout comme EOTS. Sachant les difficultés en vigueur pour l’intégration du moindre élément, on se rejoint d’assister à la suite des problèmes.

Écrit par : Matthias | 14/12/2018

@Dany40 : en l’abscene de toute concurrence ? Oui effectivement les autres avions n’ont pas besoins d’être appuyé par le F-22 ou le F15, ils sont autonome !

Écrit par : Marco | 14/12/2018

@Matthias

Vous aurez remarqué que les déficiences dont vous parlez , qui viennent de rapports d’un organisme civil (le DOT&E) qui n’a pas de compétences techniques mais évalue la gestion du programme, n’empêchent pas les F-35 de voler et même de prendre part à des opérations (Afghanistan, Syrie ...).
Prenez garde aux analyses orientées de l’Internet ... la traduction de « deficiencies » par exemple est loin de ce qu’on en fait ... si l’avion avait autant de vrais problèmes critiques pensez vous sincèrement qu’ils le laisseraient voler ???
La mise au point du F-35 n’est pas terminée c’est une certitude..., mais dès aujourd’hui il est capable de prendre part à des opérations... même si ce n’est pas avec son plein potentiel.

@Marco

Les concurrents du F-35 ce sont les programmes SCAF, Tempest ... c’est à dire les avions furtifs et connectés que préparent les industriels français , anglais , italiens etc ..., pour remplacer Rafale et autre Typhoon.
Que cela vous parle ou pas ... les professionnels exigent certaines capacités spécifiques pour les avions de combat des années à venir . Connectivité et furtivité sont parmis les priorités majeures ... des domaines où le F-35 est performant et optimisé... contrairement à tous ces concurrents qui pour l’instant n’offrent aucune solution technique à ces demandes .
Le conçurent le plus rapide à dégainer devrait être Dassault avec un binôme Rafale F4 + SCAF ... mais ce ne sera pas avant 2025 au mieux .

Cela peut déplaire ... et c’est un vrai soucis pour l’indépendance stratégique européenne, mais le F-35 est aujourd’hui seul sur le marché ...


@Marco

Écrit par : Dany40 | 15/12/2018

Et pendant ce temps les Pays-Bas décident de se doter d’un escadron de F-35 supplémentaire (15 avions) :

http://www.opex360.com/2018/12/15/les-pays-bas-confirment-leur-intention-dacquerir-une-quinzaine-davions-de-combat-f-35a-supplementaires/

Il faut surtout noter que les Pays-Bas avaient baissés leur commande originale à cause des retards et surcoûts du programme... ce cas montre un fait assez global, les acheteurs rendus méfiants à juste raison par la gestion du programme semblent de plus en plus rassurés . En l’absence d’alternative cohérente Japon, Pays-Bas et autres intensifient leurs commandes.

Écrit par : Dany40 | 15/12/2018

quoi attendre d'un monomaniaque ?
Raisonner en terme de concurrence c'est valable pour les années 70 maintenant ce sont des choix d'alignement sur un pôle d'influence ou un autre.

Creuser son sillon c'est ce que fait l'avion quand il s'écrase non ?

Écrit par : tori | 15/12/2018

@ Dany40:

les Pays Bas ne le font pas pour le plaisir d'avoir "le meilleur du top de la mort qui tue"....c'est une NECESSITE (surtout parce que l'Otan leur fout un coup de pied au c*l)

Écrit par : grosminet | 15/12/2018

@Dany40
C'est sûr qu'une fois que le f-35 est dans la place, il n'y a plus de place pour aucune autre solution. Les US sont d'ailleurs en train de se poser la question pour le PCA lui-même.
https://finance.yahoo.com/news/300-million-fighter-jet-230727293.html

Écrit par : herciv | 15/12/2018

@ Dany40: c'est surtout que les P-B vont remplacer 61 F-16 par 37 F-35. Rajouter 15 exemplaires supplémentaires leur permet de remplacer presque 1 F-16 par 1 F-35 et évite ainsi de reporter leur charge sur d'autres membres de l'OTAN.

Écrit par : riso | 15/12/2018

Alors oui (très clairement) avec le F-35 les pays comme les Pays-Bas, la Belgique, le Japon ou l'Italie s'offrent une réelle ambition de capacité d'opération en OPEX sur des zones pouvant être difficiles car bien défendues (un cas qui va se généraliser selon la majorité des experts).
Il ya donc bien sûr une dimension "respect de ses engagements vis à vis de l'OTAN" dans ce choix d'un avion conçu pour effectuer des frappes et des missions de renseignements sur des territoires difficiles.

Mais attention aussi de ne pas oublier l'aspect omnirôle aussi du F-35, à une époque où toute vrai capacité opérationnelle commence à couter cher, très cher en budget développement/acquisition. S'offrir un avion pour chaque type de mission est devenu trop couteux, de même que devoir déployer sur une même mission plusieurs types d'aéronefs devant se compléter est bien moins pertinent et sûr que le déploiement d'une flotte uniforme d'avion polyvalents.

Aujourd'hui la nouvelle est tombée concernant la confirmation de l'achat de 105 avions F-35 supplémentaires par le Japon (modèles A et B) ... et cela répond exactement à la même logique que pour les pays européens, même si le Japon est lui face à une urgence en terme de capacité opérationnelles de pointe étant donné la situation régionale.

http://www.opex360.com/2018/12/18/le-japon-confirme-son-intention-dacquerir-105-f-35-supplementaires-et-de-se-doter-de-capacites-aeronavales/

Pour ceux ne considérant pas les pilotes de F-35 comme étant tous des suppôts à la solde de l'empire du mal Lockheed Martin, je conseille les interviews du Major John Wilson. Cet ancien pilote de F-16 est passé sur F-35 et il répond de façon assez directe à des questions de comparaison entre le F-35 et les avions qu'il doit remplacer. Il ne dit pas que le F-35 surpasse tous ces avions, son propos est assez équilibré et est assez représentatif du point de vue des militaires des différents pays acheteurs :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=7fy6U3cmCGc

Écrit par : Dany40 | 18/12/2018

@dany40
"Mais attention aussi de ne pas oublier l'aspect omnirôle aussi du F-35"
Il n'est pas omnirôle. Eventuellement multirole. Mais rIen que sa capacité d'emport en configuration furtive (2 bombes et deux amramm) et son rayon d'action limitent fortement sa capacité d'action. Si tu veux utiliser toute sa capacité d'emport, il faut accepter de renoncer et à sa furtivité et à une partie du rayon d'action déjà pas énorme. Donc éventuellement tu peux dire qu'il est multi-rôle mais en aucun cas omnirôle.

D'autre part pour en faire une solution de supériorité aérienne l'article mis en lien au-dessus précise bien qu'il faudra y affecter le budget prévu pour le PCA. C'est donc que cette capacité il ne l'a pas actuellement. Donc si le rôle "supériorité aérienne" est a développer c'est qu'il n'est pas omnirôle.

Écrit par : herciv | 19/12/2018

@Herciv

Comme le Rafale a ses débuts , le F-35 doit déployer et prouver ses capacités Air Air... mais n’allez pas croire que le F-35 ne mènera pas des missions Air Air :

https://nationalinterest.org/blog/buzz/stealth-swap-air-force-could-replace-f-22-withthe-f-35-39017

Croire que le PCA va remplacer les F-15 est une grosse erreur. Le PCA va remplacer le F-22 et uniquement ce dernier ... avec un prix et des technologies poussées à l’extreme en faisant une arme de dissuasion conventionnelle non exportable.
Le F-35 dans son évolution va prendre la place des F-15 pour la supériorité aérienne ... exactement comme le Rafale s’emancipe pour cette mission du Mirage 2000.

Écrit par : Dany40 | 20/12/2018

J’ai oublié d’expliquer le rapport que je voyais avec l’article que j’ai mis en lien ....

L’article affirme que le PCA va être abandonné et donc que le F-35 va remplacer le F-22. Bien que je n’y crois pas une seconde cela a le mérite de rappeler que le F-35 est vu comme ayant une vrai capacité Air Air.
Le PCA va être mené malgré son énorme coût ... et il remplacera le F-22 uniquement du fait de ce coût .. mais pour le reste ce sont les F-35A qui remplaceront le gros des effectifs de F-15 à terme (à condition bien sur que l’avion tienne des promesses).

Entre temps Boeing va pouvoir vendre sa version musclée du F-15 qui sera un excellent chariot à bombe travaillant avec les F-35.
De la même manière pour la Navy les Advanced Hornet vont venir remplacer une bonne partie des F-18 pendant que chaque PA sera doté de son escadron de F-35C. Puis, dans un 2eme temps, si le F-35 tient ses promesses il prendra de plus en plus de place jusqu’a constituer presque toute la flotte.

Mais aujourd’hui le F-35 n’a validé que ses qualités d’avion de soutien (renseignement et guerre électronique) et de bombardier de 1ère frappe . Le reste devra être démontré et d’ici là Boeing reste encore en position de placer ses nouvelles versions de F-18 et F-15

Écrit par : Dany40 | 20/12/2018

@dany
Moi j'ai surtout l'impression qu'il y a une vrai hésitation sur le fléchage du budget pca. Et toi tu rajoutes une hésitation sur une solution réservée ou pas au us alors que le f-35 reste une solution très bancale pour assurer toute les missions de supériorité comme l'escorte longue endurance par exemple.

Écrit par : Herciv | 21/12/2018

envisager de faire de la superiorité aerienne avec une vitesse maxi de mach 1.6 (1900 km/h soit le plus lent des avions de combat).
=> la aussi le F35 laisse songeur ...
(mais que le F35 ait des capacité d'auto-defense air air et de police du ciel pourquoi pas)

je rappel que:
- SU35 => mach 2.3 (2500 km/h)
- F22 et SU57 => mach 2.2 (2400 km/h)
le tout avec plus d'autonomie

Écrit par : Laurent10 | 22/12/2018

@Herciv

Tu as peut être raison ... l’hésitation est peut être à l’ordre du jour pour le PCA, car c’est encore une fois la promesse d’un projet au budget pharaonique

@Laurent10

Je rappelle que la France va confier sa supériorité aérienne au Rafale qui est lui aussi très lent (Mach 1.8) et qui en plus souffre d’un plafond opérationnel nettement inférieur au F-35 (15300m vs 18500m). Pour rappel le plafond est tout aussi important que la vitesse Air dans la « tradition » du Air Air.

Je crois qu’il faut admettre que les temps changent.... je suis persuadé que le Rafale fera très bien ce job, et donc le F-35 aussi. Cela veut dire que les qualités pour faire ces missions ont évolué

Écrit par : Dany40 | 23/12/2018

@dany40

"je suis persuadé"
... que le F35 est le top du top, nous avions compris

le F35 est limité a mach 1.6 et sans capacité de supercroisiere

le rafale va a mach 1.8
mais surtout il dispose de la supercroisiere a mach 1.4 soit la capacité de vol supersonique sans post combustion et donc prolongé (le kerosene toujours le kerosene)
apres le rafale est plus un chasseur qu'un pure avion de superiorité aerienne

pour de la superiorité aerienne, etre capable de rattraper les avions adverse, pour nettoyer le ciel, est un GROS plus
... et le F35 est le plus lent des avions de combat

PS: ayons une pensée pour l'équipage de tornado F3 incapable de suivre le concorde (lors d'un exercice)

Écrit par : Laurent10 | 23/12/2018

@Laurent10

Rafale et F-35 sont lents pour des intercepteurs ... La super croisière ne change rien à çà.

Mach 1,6 ou 1,8 c'est exactement pareil face à un Su35 russe volant à Mach 2,2 à 19000m d'altitude. Dans les deux cas tu es trop lent.

Mais force est de constater que pour les militaires ces 2 avions auront des outils pour faire quand même ce job ... Et l'essentiel est de savoir lesquels.

Pour le Rafale c'est à l'évidence l'apport du missile longue portée Meteor, la DGA ayant confirmé le gain de capacité en interception air air du Rafale avec cette arme. Le F-35 étant lui aussi optimisé pour le BVR la solution est certainement la même... Les anglais vont d'ailleurs équiper leurs F-35 de Meteor.

Mon propos n'est toujours pas de dire que le F-35 est tout puissant, mais par contre j'insiste sur le fait que ses caractéristiques techniques ne sont pas sorties d'un chapeau. Elles ont fait l'objet d'études menées par l'USAF et LM qui ont défini un éventail de caractéristiques. La vitesse du F-35 est prévue pour être limitée à Mach 1.6 depuis 1999, donc très en dessous de la vitesse du F-16 qu'il va remplacer. Et si le F-35 est avant tout un avion d'attaque au sol, il est doté de capacités pour faire d'autres missions. Il sera moins bon qu'un avion spécialisé comme le F-15 dans cette tache, comme le Rafale sera moins bon qu'un Mirage 2000 pour ces tâches.

C'est le poids du choix du multirôle, valable dans tous les cas.

Écrit par : Dany40 | 23/12/2018

@dany40

"Rafale et F-35 sont lents pour des intercepteurs ... La super croisière ne change rien à çà.

Mach 1,6 ou 1,8 c'est exactement pareil face à un Su35 russe volant à Mach 2,2 à 19000m d'altitude. Dans les deux cas tu es trop lent."

1° moins on est plus lent plus moins le probleme ce fait sentir ...

en clair le rafale aura davantage de probabilité/solution d'interception qu'un F35

2° la supercroisiere est le vol supersonique SANS postcombustion

hors quand un avion enclenche sa postcombustion sa consommation augmente de 4 a 5 fois ... et son autonomie chute dramatiquement (le kerosene toussa)

donc pouvoir voler a mach 1.4 de maniere PROLONGE a son importance

Écrit par : Laurent10 | 24/12/2018

@Laurent10

Sur ces points on est d’accord mais je ne cherche pas à dire lequel est le moins nul des deux pour faire intercepteur ... 1,8 c’est un peu mieux que 1,6 bien sûr ... mais c’est quand même très insuffisant si on se base sur les bonnes vieilles qualités des intercepteurs.
Si on veut comparer il faut garder en tête que le F-35 contrairement au Rafale est capable de monter assez haut pour aller chercher des avions comme le SU-25. Et s’il n’a pas encore de « super-croisière » il faut savoir que l’énorme puissance de son moteur permet au F-35 de faire certaines manœuvres agressives en propulsion normale là où les autres chasseurs doivent utiliser la post - combustion.

Rafale et F-35 sont très similaires, basés sur des compromis et moins performants que les avions spécialisés dans leur domaine propre.

Mais mon propos est de dire que le Rafale et le F-35 sont capables de faire de l’interception.... malgré les compromis obligatoires qui les empêche d’avoir les caractéristiques habituelles d’un intercepteur, ils ont développé des solutions propres pour pouvoir mener ces missions.
Il vaudra toujours mieux avoir un F-15 ou un Mirage 2000 pour faire ça dans l’absolu ... mais Rafale comme F-35 ont eux l’avantage de pouvoir switcher sur une interception alors qu’ils étaient sur un type de mission différent (directement en vol ou avec un autre décollage).

Si on revient sur le F-35 , ses qualités propres sont les suivantes :

- Énorme capacité d’acceleration et donc prise d’altitude rapide
- Plafond opérationnel élevé
- Grande portée de son radar
- Capacités accrues de travail en meute (Coordination de l’interception)

En résumé le F-35 (le A je parle ) est capable de monter très vite à haute altitude pour aller chercher les bandits , son radar lui permet d’accrocher ces bandits à longue distance et sa furtivité diminue les chances que le bandit voit arriver le chasseur et donc rectifie sa trajectoire pour l’eviter. Enfin, si un seul F-35 obtient une solution de tir (accroche radar ) contre le bandit , il peut la fournir à n’importe quel avion allié qui pourra tirer en aveugle et laisser au F-35 la charge de guider son missile. Ces alliés peuvent être d’autres F-35 mais aussi un avion comme le F-15X (le chariot à missiles ).

Cette éventail de capacité n’est pas parfait ... un F-15 possède des recettes plus directes pour aller chercher le bandit (pour rappel les USA avaient testés avec succès des interceptions de satellites par des F-15 spécialement armés) .... mais cet éventail permettra si besoin au F-35 de remplir ce rôle .

Écrit par : Dany40 | 25/12/2018

@dany40

- le F35 n'aura jamais la supercroisiere
=> forme aerodynamique VS forme furtive des choix ont ete fait ..
( a ce propos quid de le consommation ?)

- votre scenario est celui d'une interception (avec un gentil ennemie) et non d'une mission de superiorité aerienne

- le F15 chariot a missile pour le F22 a un sens car les avions ont des capacité comparable (vitesse et autonomie)
pour le F35 l'appuie de F16 sera plus sensé (et plus economique)

Écrit par : Laurent10 | 26/12/2018

Pour l’instant les projets d’evolution de moteurs pour le F-35 n’intègrent pas la super-croisière en effet. Le marché étant récemment devenu plus concurrentiel je me méfie cependant d’une opinion définitive. Mais oui à ce jour rien de prévu !
Pour le scénario oui je parlais d’interception car c’était le sujet abordé... pour la supériorité une réflexion assez proche peut être tenue avec bien sûr un scénario adapté.

Pour le F-15, non c’est bien en chariot à bombe pour le F-35 qu’il est mis en avant . La collaboration F-35 / F-16 va faire long feu car c’est l’avion que le F-35 remplace directement. De plus le F-22 n’est pas doté d’une connectivité et d’une capacité senseurs comparable au F-35. Hors ces qualités sont primordiales pour le travail en équipe imaginé par les militaires US.
Il est normal d’associer des avions non comparables en termes d’autonomie et capacité d’emport à la vue des scénarios envisagés.
Le F-15X vole loin avec une énorme charge utile ... exceptionnelles qualités mais posant de terribles soucis de SER. L’idée est donc que les F-35 furtifs s’infiltrent et qu’ils utilisent leurs capacités de détection pour identifier les menaces... à partir de là ils offrent les solutions de tir aux F-15.

Pour rappel ces scénarios ne sont pas théoriques... ils ont été évalués et éprouvés en exercice durant les derniers années ... avec succès semble t’il. On a d’ailleurs eu quelques retours indiquant que les F-35 effectués aussi du brouillage électronique pour couvrir les avions alliés avec une bonne efficacité.

Mais tout cela indique tout de même que les militaires US ne valident pas encore le « beast mode » du F-35 qui lui permet une grosse charge utile en sacrifiant la SER. Ils y viendront peut être mais seul l’avenir le dira.

Écrit par : Dany40 | 27/12/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.