05/12/2018

SCAF ou TEMPEST, chacun choisi son camps !

4ae002a63d5784cb1b96af1b5247dcdf.jpg

Scaf ou Tempest, il faut choisir ! Les différents pays européens se lancent progressivement dans un choix en vue d’entrer dans l’un des deux projets du futurs avions de combat habités et non habités, qui vont être prochainement développés. Il semlbe bien que les deux projets intéressent au plus au point et que pour l’instant les deux projets puissent bien voir le jour.

L’Espagne rejoint Le Scaf :

ob_a84754_ob-7dd28c-scaf.jpg

L'Espagne vient de choisir le projet de Paris et de Berlin. Madrid va devoir encore confirmer prochainement ses intentions avec une lettre.

Le ministère français de la Défense a confirmé que le programme Scaf sera doté d'un avion piloté et d’une escorte de drones. Le développement et la production du Système de Combat Aérien Futur (SCAF), doit venir remplacer les aéronefs comme l’Eurofighter et le Rafale à l’horizon 2035 et 2040. Par ailleurs, avec l'évolution des menaces et l'arrivée de nouvelles technologies, le SCAF devra avoir une survavibilité qui doit lui « permettre de faire face à l’ensemble des menaces futures ». En outre, on sait aussi qu'il « devra disposer de capacités de supériorité aérienne face aux menaces aériennes futures, et qu'il devra être capable d’engager l’ensemble des cibles d’intérêt pour les opérations air surface ». Le SCAF doit pouvoir agir en environnement aérien contesté et engager tous les types de systèmes de défense aérienne.

Italie et Pays-Bas avec le Tempest :

4145436923.jpg

Le programme de BAe Systems anglais vient d’être rejoint par les Pays-Bas et l’Italie. De son Côté la Suède continue ses négociations avec les anglais et pourrait annoncer prochainement de rejoindre le programme.

Le « Tempest II» devra être flexible, évolutif, connecté et abordable pour assurer une fourniture d’un système pour répondre aux demandes de l'environnement d'exploitation, connu et inconnu. L’avion devra être capable de survivre dans les environnements de combat les plus difficiles, ce qui signifie que la portée, la vitesse et la manœuvrabilité de la charge utile seront essentielles. Le « Tempest » sera doté d'une gamme de capteurs, notamment des radiofréquences, des capteurs électro-optiques actifs et passifs et des mesures de soutien électronique avancées pour détecter et intercepter les menaces.

Le système est susceptible de fonctionner avec des armes cinétiques et non cinétiques. L'intégration d'armes à énergie dirigée au laser pour l'autodéfense et l'utilisation dans le combat de portée visuelle est également très probable. La capacité de déployer et de gérer des véhicules aériens sans pilote (UAV) à essaimage lancés par l'air à travers une baie de charge utile flexible permet au système de traiter les environnements dangereux de refus de zone d'accès.

L'adaptabilité sera intégrée dans la conception du système, avec des architectures de systèmes qui supportent une approche «plug and play», en intégrant facilement de nouveaux algorithmes et matériels. Le système prendra également en charge «l'autonomie évolutive» pour fournir un certain nombre de modes d'opération sans pilote et une gamme de décisions de pilote, lorsque le vol habité est effectué. Ces fonctionnalités sont reconfigurables dynamiquement et permettent d'améliorer la capacité de survie, la disponibilité, la cyber-résilience et les options tactiques.

Pour fournir un avantage significatif en termes d'information et d'efficacité de la mission, le futur système de combat aérien agira comme un «multiplicateur de force», interopérant avec un large éventail de systèmes en vol et au sol.

Photos : 1 Image de synthèse avion de 6èmegénération Image de synthèse du Scaf @ Dassault Maquette du Tempest @ BAe

 

 

Commentaires

2 projets européens encore, quand est ce qu'ils comprennent que la guerre entre industriels européens ne sert à rien mais la vraie menace c'est celle de la chine et des etats-unis. N'empêche que ces projets sont une bonne chose, pour une fois qu'on prévoit un peu à l'avance devant les américains et leur projet d'avion de sixième génération informatique. On sait tous que ces avions n'entreront en service pas avant 2050 voire plus tard du fait que développer un nouveau avion à 100% aujourd'hui c'est 20-30 ans entre le développement et la mise en service initiale et beaucoup, beaucoup d'argent du contribuable. C'est bien pour ça que presque tous les pays novateurs s'allient à plusieurs comme le Kfx corréen japonais le Scaf, le Tempest, le Tfx turque avec l'aide de Bae etc sauf la chine la russie ou les USA sont capable de faire cavalier seul et encore.
Personnellement je n'ai jamais cru et je continue de croire que les avions de 6ème génération c'est du pipeau, des armes laser ,des vitesse phénoménale ... oh !! On n'est pas dans un film de science fiction
et puis aujourd'hui les guerres de haute intensité ont quasiment disparu alors a part des avions de 5ème génération améliorée comme pourrait l'être le tempest ou le Scaf c'est possible, mais pour ça il faudrait mieux par compétence et pour budget; juste un seul projet européen au lieu de 3 (typhoon, rafale, gripen), ne refaisons pas les erreurs du passé.

Écrit par : Thisid | 05/12/2018

L’image du SCAF correspond au projet d’Airbus. Celui de Dassault est dépourvu d’empennage.

Écrit par : GBU | 06/12/2018

Oh, le tempest "plug&play", "évolutif", ça me rappelle un autre avion de l'autre côté de la manche. Mais lequel? Mystère, mystère... (non c'est pas un "mystère" (II, IV, super B2, 20...) mais ça vient du même constructeur)

Sinon la deuxième image c'est pas le concept Dassault mais le concept Airbus... Le concept Dassault c'est ça:

https://www.youtube.com/watch?v=G3UtJ6u0QL0

https://www.dassault-aviation.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2018/10/DA00034662_S-i.jpg

Écrit par : chasseur de trolls | 06/12/2018

Le poids de la furtivité ?
Des avions de 20 tonnes à vide
Jusqu'ici c'était plutôt 10, on va se retrouver avec de sacrés bestiaux.

Écrit par : Gian | 06/12/2018

Petit rappel, les projets Scaf et Tempest ne sont pas encore à l’étude, les images de synthèses, maquettes ne seraient refléter l’exactitude des projets définitifs.

Écrit par : Pk | 06/12/2018

Le SCAF doit aussi donner une version opérable sur PA (CATOBAR ou peut-être STOBAR).
@Thisid, les 2 projets ne partent pas de zéro, ils bénéficient des travaux franco-britannique FCAS. D'autre part, il y avait eu 3 projets européens à cause des divergences des cahiers des charges des armées respectives, avec le recul, et sans tenir compte des côtés politique et économiques industriels, il n'y aurait dû en avoir que 2: Rafale et Gripen qui correspondent à des besoins assez différents dus à leur masse.

Écrit par : James | 06/12/2018

@Thisid
"et puis aujourd'hui les guerres de haute intensité ont quasiment disparu"
Je crains que cela soit vous qui fassiez "les erreurs du passé" en prolongeant dans le futur la présente tendance. Effectivement les deux dernières ont fait penser que les conflits de hautes intensité étaient le fait du passé. Mais aujourd'hui avec les montées en puissance de la Russie, de la Chine et de l'Inde mais aussi bien d'autres puissances régionales; toutes les puissances militaires tiennent pour acquis que les conflits futurs seront plus dangereux, de plus hautes intensités notamment pour l'aviation qui arrive en général en premier. Voyez les ventes de S-400 qui est sans aucun doute un système de "hautes intensité" de grande qualité.

Écrit par : Montaudran | 06/12/2018

Et dire que certains écrivaient que le Tempest était mort-né ! Les soutiens sont bien là notamment avec Leonardo.

Écrit par : Martin | 06/12/2018

@pk si les images ne sont pas les projets eux-mêmes on est bien d'accord. Mais pour autant elles donnent une idée des concepts technique et d'emploi sur lesquels les constructeurs travaillent et sont en mesure de proposer. Il est clair que le concept Airbus à mi-chemin entre le f-35 et le su-57 fait un peu 5gen et manque un peu d'ambition.


@thisid : pour votre info les états-majors projettent actuellement un conflit majeur dans une quinzaine d'années.


Je me suis fait la remarque suivante : actuellement le projet Tempest attire les clients F-35 et le SACF attire les non clients. On attend la position des suédois qui sera très intéressante pour la suite de leur industrie. Quelque part le Tempest est sous influence indirect des US sur le plan financier et sur le plan stratégique voir sur le plan industriel. Est-ce que les US laisseront se développer un projet concurrent chez leur propre client ? C'est difficile à croire

Écrit par : Herciv | 06/12/2018

@Montaudran : Oui, tu as raison, mais le "tout technologique" me fait quand même craindre un risque de la trop célèbre confrontation entre arbalètes et arcs... La meilleure technologie de l'époque était en fait moins efficace.

Écrit par : v_atekor | 06/12/2018

D'un coté je me réjouit de voir enfin l'industrie europenne se relancer dans ce type de programme, j'avais un peu peut qu'après les échecs commerciaux des Rafale et Typhoon et des nombreuses préférences pour le F-35 de nombreux pays européens, que l'europe ne veuille plus construire des avions devenus trop couteux. et se contenter de n'acheter que américains.

Certes avoir deux projets concurrents c'est dommage mais d'un autre coté ça peut renforcer la compétitivité et tirer les prix vers le bas. De toute façon ces avions seront tellement cher que peu de pays pourront se l'offrir et les experts seront limité.
Je note étrange de voir certains sites ou chaine youtube commencer déja à dire quel avion sera le meilleur alors que l'ont ne connait que le cahier des charges qui est aussi chargé qu'un sapin de noel. Il va falloir attendre très longtemps avant de pouvoir comparer.
Mon plus grand regret est de ne pas voir un avion franco-britannique, ca aurait été à mon sens l'idéal. notre alliance avec les allemand est dangereuse car ces derniers sont très pénibles et cherchent toujours à prendre le controle, à décider, à bloquer les choses, etc. Et l'arrivée de l'espagne ne me rassure guère vu leur piètre performance dans la gestion de l'A400M

Écrit par : Albert66 | 06/12/2018

@Albert : c'est d'autant plus étonnant que personne ne sait au juste si ces deux projets ne fusionneront pas. Parce qu'en Europe, s'il reste de l'argent et du personnel, plutôt que de dupliquer un projet, il y a une marine à reconstruire également...
.
Pour la gestion de l'A400M, il y a eu un énorme soucis (politique). Casa était parti sur un C295 king size, c'est à dire, un avion rustique qu'elle pouvait très bien faire, et surtout pensait faire évoluer par la suite. Les politiques s'en sont mêlés - en France et en Allemagne - et ont choisi d'alourdir les specs de l'appareil à un point qui n'était pas dans les cordes de CASA - a dessein pour récupérer le projet - alors que ce n'était pas dans les capacités d'Airbus à l'époque, car ses équipes étaient très chargées sur l'A380, l'A350, et les divers -néo... Ils ont forcé la main sur la motorisation également avec le bonheur qu'on sait.
.
A la fin, il y a beaucoup d'acteurs qui ont mer**, souvent par calcul politique. Mais la saga du FM de l'A400M qui a vu passer tous les ingés aéro de Toulouse et de France ne sont pas imputables à Casa ni aux politiques...

Écrit par : v_atekor | 06/12/2018

@Montaudran

Vous êtes totalement dans le vrai ... le profil de ces deux programmes européens confirme les priorités capacitaires des militaires pour un avion de combat des prochaines décennies :
- Survivabilité : Bulle défensive de haut niveau (furtivité passive + active) couplée à des capacités avancées de détection / renseignement (radar , senseurs).
- Lethalité : C’est à dire être omnirole (pouvoir remplir plusieurs types de mission de toute nature dans le même vol : Air-Sol, Air-Air, renseignement) sans aucun appui d’autres appareils de type AWACS ou tankers.

Et ces demandes ne tombent pas du ciel ... la prolifération des menaces avancées sol Air nous promettent un monde complexe ...

Écrit par : Dany40 | 06/12/2018

@dany40
toi tu vois un chasseur lourd alors ?
Moi perso compte tenu des dernières missions longue durée je le pense aussi. On va vers des chasseurs capable de porter le feux très loin et en toute autonomie.

Écrit par : Herciv | 06/12/2018

@Herciv : je suis partagé. On parle d'un appareil entouré d'une nuée de drones. L'appareil lourd pourra probablement aller loin embarquer un meilleur radar et éviter des ravitaillements, mais quid des drones ?
.
Ensuite il y aura la nécessité d'intéresser quelques marchés exports, et le format Tornado, F15 ou su35 est quand même plus compliqué à vendre, sans compter que pour de la défense pure en Europe ce n'est pas spécialement un avantage contrairement à d'autres pays ayant de grandes surfaces dépeuplées.
.
Sans doute y aura t-il moyen d'installer les systèmes de contrôle des drones sur un avion plus petit les monomoteurs équiperont toujours une grande partie des armées...

Écrit par : v_atekor | 06/12/2018

De futur avion accompagné de plusieurs drones ? Possible oui, mais je pense qu’on se retrouvera avec des avions biplace, car un pilote seul ne pourra pas faire sa mission et guider des drones en même temps.
Ces futurs avions seront peut-être aussi pilotés qu’être piloté à distance ?
En ce qui concerne Saab … il va s’allier pour le TEMPSET, mais continuera avec de nouvelle version du gripen … des versions améliorée avec une certaine furtivité et poussée vectorielle.
Que ce soit le SCAF ou le TEMPEST, ce sera un avion de taille du F22 d’aujourd’hui qui ne sera pas de la bourse de tout le monde d’où il existera toujours des avions de plus petite taille et de prix abordable.
Le monde change et plus besoin d’avoir le plus gros jouet pour être performent, rapide, efficace.
Regardez les chars d’aujourd’hui, le vrai char fait 55 tonnes en moyenne, mais avec les technologies passives … vous prenez un char sur la base d’un char de grenadier amélioré d’un canon, vous vous retrouvez avec un matériel plus petit, mais presque de mêmes qualités en combat que le plus gros char de combat.
Le monde change …….

Écrit par : michel | 06/12/2018

Ouais, y aura t-il encore des Européens en 2050 ?

Écrit par : UnOurs | 06/12/2018

Cette logique d'inflation n'a guère de sens. Le SCAF sera embarqué donc il ne devra pas être trop lourd ni trop gros. Il ne s'agira donc pas d'un équivalent au F-15 ou F-22. De même le surplus d'armement pourra être emporté par le(s) drone(s). Enfin le développement continu de l'informatique (IA...) limitera l'intérêt d'un biplace. Il s'agit aussi de ne pas gonfler la note du coût d'exploitation de ces appareils.

Écrit par : riso | 06/12/2018

@Herciv

Un avion « lourd » je ne sais pas trop car il faudrait qu’on s’entende sur ce que cela veut dire ... si on parle d’un appareil de taille F-22 je dirais peut être mais pas obligatoirement.

Comme toujours c’est une question de choix parmi les solutions techniques disponibles pour répondre au cahier des charges. Ce qui semble constant (si on se base sur les illustrations...) c’est l’application complète du concept de furtivité... donc une baie d’armement et un gros réservoir pour limiter tout usage des emports externes. Si c’est bien cette solution qui est choisie elle implique une taille minimale incompressible de l’avion.
Mais oui ce qui est sûr c’est que les avions de soutien (AWACS et Tankers) sont considérés comme trop sensibles aux menaces à venir ... il faudra faire sans. L’autre facteur ce sera la multiplication des systèmes Sol Air de tout âge et toute qualité sur les théâtres meme les plus secondaires. Ce constat pour l’avenir qui est mis en lumière dès aujourd’hui au Yémen est la raison majeure de la manie actuelle des militaires pour la furtivité (complète ... active et passive). Cette vue de l’avenir est aussi à l’origine du besoin de larges capacités de reconnaissance et renseignement (radars , senseurs et fusion de donnée pour la réactivité ).


Concernant la gestion de flottes de drone ... c’est une capacité de « 2eme Phase » qui va d’abord demander de valider des technologies intermédiaires sensibles ( IA, liaisons de donnée ). Ce n’est pas une application immédiate donc ... et au moment de son application le choix naturel semble être un contrôle par un avion monoplace dont le pilote est secondé par une IA et la fusion de donnée pour gérer ses ailiers drones. Mais bon il y a encore du chemin et les opinions évoluent vite (quand on voit les hésitations entre drones autonomes et téléguidés par exemple).

Écrit par : Dany40 | 07/12/2018

Très intéressant numéro d’air et cosmos : A la Une : avions furtifs : la Chine peut les voir. Soit un billet la fin de la furtivite. Cela rejoind plusieurs interventions ici sur le forum.

Écrit par : Greco | 07/12/2018

@Greco

Ah mince il faut vite offrir un abonnement à Air et Cosmos aux patrons des armées de l’air occidentales et aux industriels de défense .... car tous (français , anglais , américains, italiens etc ...) sont lancés dans des projets d’avions furtifs pour les prochaines décennies ...

Innocence quand tu nous tiens ... je n’ai pas encore pu lire l’article mais je serais surpris que ce journal conclut dans son écrit que la furtivité est obsolète..

Écrit par : Dany40 | 09/12/2018

Le SCAF à été annoncé sans composant US à contrario du tempest c'est une différence fondamentale.

Ensuite je me demande pour quoi faire ? on peut comprendre que france et allemagne veulent se garder une marge de manoeuvre politique vis à vie des USA et continuer de pouvoir vendre des armes.

Mais le tempest il va servir à quoi ? indépendance?! dans ce cas pourquoi s'équiper de F35 aussi ?
Une question de tempo , le tempest c'est 15 ans d'incertitude ?
Une défiance des USA dans leur politique ?
Une défiance dans Lockheed à mettre au point le F35 ?

Écrit par : tori | 10/12/2018

@tori
c'est vrai que la question mérite d'être posée. Mais on peut déjà y apporter une réponse partielle. Le f-35 est fait pour le SEAD/DEAD pas pour la chasse rôel dévolue au Typhoon.
Donc on peut penser que le TEMPEST remplacera surtout le typhoon et prendra des missions de SEAD/DEAD au fur et à mesure du retrait des f-35. Un peu comme le rafale au fur et à mesure de la mise au point de toutes ses versions.
Donc la question est essentiellement un problème de planning.

Info en passant : le revètement du f-35 semble souffrir fortement dans un air salin, petit extrait de l'article :

"Air Commodore Andrew Lambert, a former RAF director of defence studies, said: “Lockheed Martin says it’s better now, but it takes just one scratch to give the fighter jet the same radar profile as a 747, the you may as well not be bothering”.
https://www.thesun.co.uk/news/7940691/rafs-new-100million-f-35-fighter-jets-hit-by-more-problems-as-invisibility-coating-scratches-off-and-must-be-replaced-after-every-flight/

Écrit par : herciv | 10/12/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.