12/11/2018

Le J-31 séduit la Marine et l’aviation chinoise !

234.jpg

Salon aéronautique de Zuhai, après les démonstrations du chasseur J-20 qui tient la vedette avec le J-10B à poussée vectorielle, voici que le second avion ayant des caractéristiques furtives, le Shenyang J-31 sors l’ombre.  Longtemps considéré comme un avion exclusivement dédié à l’exportation, le J-31 semble faire sa place au sein de l’armée chinoise.

Selon les déclarations faites en ce début de semaine, le Shenyang J-31 est devenu un projet financé par le gouvernement, et doit à terme venir combler les faiblesses du J-15, soit le un dérivé naval de « Flanker » également construit par Shenyang Aircraft. La Marine a déclaré avoir besoin du J-31 (J-31B), et l'armée de l'air semble, maintenant vouloir l’associé avec le J-20. Une telle association ressemble à s’y méprendre au couple F-22 / F-35 américain.

En ce qui concerne l’aéronavale chinoise, le J-20 est trop grand pour une utilisation sur porte-avions, par contre le J-31B plus petit a déjà effectué des essais qui semblent concluants.

j-31b.jpg

Le Shenyang J-31 :

Le Shenyang J-31 est un chasseur de taille moyenne utilisant des moteurs russes RD-93 et à terme des moteurs chinois WS-13. L’avion reprend les entrées d’air du F-35 sans séparateur de couche du moins en apparence. On notera que les tuyères sont classiques à la différence du F-22. 

Conçu par l'Institut 601 de Shenyang et fabriqué par l'usine 112, toujours à Shenyang. Selon les premières communication de la China Aviation Industry dédiée à cet avion indique qu'il a une faible signature radar et une forte capacité en matière de contre-mesures électroniques. Il a une capacité multirôle. Les systèmes de bords permettent la fusion des données. De plus l’avion dispose d'une capacité en logistique intégrée et un haut ratio qualité/prix. Il peut décoller sur 400 mètres et atterrir sur 600 mètres. Sa durée de vie est estimée entre 6 et 8’000 heures de vol ou 30 ans de service.

Selon le porte-parole de Shenyang Aircraft Corporation, l’avion peut emporter six missiles air-air en interne et six en externe sous les ailes ou quatre missiles air-sol supersoniques en internes et quatre sous les ailes. L’avion peut également emmener quatre bombes à pénétration profonde de 500 kg en interne et quatre sous les ailes. Toujours selon l’avionneur chinois, le J-31 peut également emporter jusqu’à 18 petites bombes sur les différents pylônes. 

L’appareil est doté d’un système de ciblage électro-optique (EOTS) et utilise un radar AESA KLJ-7A produit par Nanjing Electronics (NRIET).

AVIC a également fourni de nouvelles spécifications en ce qui concerne la longueur du J-31 qui est est passée de 16,8 m à 17,3 m, tandis que son poids maximal au décollage est passé de 25 tonnes à 28 tonnes. L’avion dispose de commandes latérales, d'un grand écran multifonction reconfigurable (MFD), d'un grand écran tête haute (HUD) et d'un viseur de casque.

2345.jpg

Photos :1 & 3 Shenyang J-31 2 la version J-31B navale lors d’un essais @ CCTV

 

Commentaires

Le J-15 (Sukhoi 27 navalisé à la sauce chinoise)se rapproche de l'aboutissement d'une formule, celle d'un gros chasseur embarqué à long rayon d'action, déclinable en intercepteur, avion d'attaque anti-navire et pendant de l'EA-18 Growler pour la guerre électronique. Le J-31 représente un nouvel avion, un nouveau concept (engagement d'avions furtifs depuis un porte-avions) et un appareil dont le potentiel de développement est encore à ses débuts.

L'intérêt de la Marine chinoise pour le J-31 peut signifier deux choses : soit qu'elle souhaite étudier la faisabilité du concept avions furtifs sur porte-avions (un peu comme les Soviétiques testaient leurs nouveaux avions au sein d'une unité basée à Kubinka), soit qu'elle s'engage résolument dans une volonté de montée en puissance au moyen de matériels modernes. Dans les deux cas, l'équilibre des forces aéronavales va subir de profondes mutations, ce qui aura un impact sur le commerce mondial dont 80% transite par l'Océan Indien.

Écrit par : Luc | 13/11/2018

La Belgique aurait du en acheter: 3 J31 pour le prix d'un F35 pas au point. Mais nous sommes tenus par des achats OTAN.

Écrit par : Lievyns | 13/11/2018

@PK, sur la 1ère photo, êtes-vous sûr de ne pas avoir mis une photo du F-22? :)

Écrit par : James | 13/11/2018

@James, c'est vrai qu'il est impressionnant de ressemblance.

Écrit par : Gian | 13/11/2018

Décollage d'une machine de 28 tonnes (J-31) sur 400 mètres, est-ce réaliste ? Sur porte-avions peut-être mais pas au sol !

Écrit par : Daniel Cochard | 13/11/2018

@daniel cochard

"Décollage d'une machine de 28 tonnes (J-31) sur 400 mètres, est-ce réaliste ? Sur porte-avions peut-être mais pas au sol !"

a la charge MAXI il faudra sans doute plus, mais avec une charge "normale" c'est tres credible

en tout cas, mig 29 et su27 realisent ce genre de performance depuis bien longtemps (dont le decollage de porte avion .. SANS catapulte !!)

Écrit par : Laurent10 | 13/11/2018

@daniel cochard
Décollage sur 400 mètres sur porte-avions ???

Écrit par : James | 14/11/2018

j'ai qd même du mal à croire que les chinois ont réussi à développer en parallèle J20 et J31 sans avoir eu accès à une quantité monstrueuse de documents confidentiels US ...

Écrit par : ano | 17/11/2018

Il y a quelques années, Lockheed-Martin, BAe Systems et Elbit se sont plaints d'attaques de hackers... Et souvenons-nous que la technologie et le savoir-faire de très nombreuses entreprises sont "exportés" vers l'Orient...

Écrit par : Luc | 19/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.