04/10/2018

Boeing offre le E-7 « Wedgetail » aux anglais !

2058568210.jpg

Le ministère britannique de la Défense (MOD) est en pourparlers avec l’avionneur Boeing en vue de l’acquisition du système d’alerte précoce et de contrôle aéroporté de type E-7 « Wedgetail ».

Après une analyse du marché et des discussions avec des fournisseurs d'autres systèmes, le ministère de la Défense britannique a conclu que le E-7 « Wedgetail » était l'avion le plus économique disponible et qu'il pourrait potentiellement être utilisé en collaboration avec l'Australie, alliée et membre du groupe «Five Eyes».

"Le Wedgetail est l'acteur le plus remarquable dans notre quête d'un nouvel avion de surveillance des espaces de combat et a déjà fait ses preuves en Irak et en Syrie avec la Royal Australian Air Force", a déclaré le secrétaire à la Défense, Gavin Williamson. «Notre avenir avec l'Australie nous verra déjà opérer le même avion de patrouille maritime, des navires de guerre de type 26 de classe mondiale et des avions à réaction supersoniques F-35. Le « Wedgetail » pourrait rejoindre ce formidable arsenal et nous aider à travailler ensemble pour faire face aux menaces globales auxquelles nous sommes confrontés. "

S'il était sélectionné par les anglais, l'avion remplacerait l’actuel Boeing E-3D « Sentry », entré en service dans la Royal Air Force en 1992. Le nombre d'avions que le MOD envisageait d'acheter et à quel prix n'a pas été révélé, mais quatre ou six avions pourraient être achetés. On estime le prix d’un E-7 à près de 1 milliard de dollars.

Le ministère de la défense précise que les discussions avec Boeing permettront ensuite de se faire une idée complète de l’avion. La décision finale ne sera prise qu’avec un processus d’approbation formel qui examinerait les exigences de la RAF et le prix de l’avion.

Des craintes et un choix :

Au mois de juillet, le Comité parlementaire de la Défense du Royaume-Uni, composé de représentants de plusieurs partis britanniques, a fait part de leurs préoccupations quant à l’intention, selon la rumeur du moment, de proposer un contrat pour le E-7 « Wedgetail » sans mise en concurrence ouverte, soulignant qu’il existait des plates-formes alternatives. Un autre candidat possible pourrait être le système « GlobalEye » de Saab, basé sur le biréacteur d’affaires Bombardier Global 6000 et en cours de développement pour le client de lancement, soit les Émirats arabes unis.

Pour autant le « Wedgetail » semble le favori pour le contrat anglais, et ceci pour deux raisons : D’une part le E-7 est déjà en service dans trois pays (Australie, Corée du Sud et Turquie) et de l’autre l’avion permettrait une bonne communité avec l’allié australien.

Le B737 «Wedgetail» AEW &C :

1971763277.gif

Basé sur le Boeing 737-700  «Next-Generation» commercial, l'AEW&C E-7A « Wedgetail » est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci  grâce à son  radar à balayage électronique radar qui retransmet à  l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1’000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

875519261.jpg

Photos :Le E-7 Wedgetail de la RAAF @ RAAF

 

 

Livraison du premier G500 !

1003864128.jpg

Gulfstream Aerospace a livré le premier exemplaire de son nouveau jet d’affaires le G500 à un client nord-américain, marquant ainsi officiellement l'arrivée d'une nouvelle génération d'avions d'affaires à grande cabine dans la société basée à Savannah, en Géorgie. Le client a réceptionné le Twinjet fly-by-wire quatre ans à peine après l'annonce du lancement du G500.

"Nous sommes fiers du travail accompli par nos fournisseurs et nous-mêmes pour fournir un avion à la fine pointe de la technologie qui dépasse les attentes de nos clients et perpétue la longue tradition d'excellence des avions Gulfstream", a déclaré le président de Gulfstream, Mark Burns.

Le G500, qui a reçu à la fois ses certificats de type FAA et de production le 20 juillet dernier, entre en service avec les garanties de performances et de confort de la cabine. Une flotte d'essais en vol de cinq G500 a enregistré plus de 5’000 heures de test de développement, de démonstration et de certification. En outre, le G500 a également établi plus de 20 nouveaux records de vitesse lors d'un tour du monde à grande vitesse plus tôt cette année.

Pendant ce temps, son grand frère le G600 progresse vers la certification d’ici la fin de l’année et les livraisons suivront en 2019.

2478255484.jpg

La nouvelle gamme G500 & G600 :

De conception entièrement nouvelle, ces deux nouveaux jets d’affaires entreront en service respectivement en 2018 et 2019. Le G500 et le G600 remplaceront respectivement dans la gamme de l’avionneur les actuels  G450 et G550. 

Le G500 et G600 représentent l'aube d'une nouvelle ère dans la conception du poste de pilotage, l'intégration, la fonctionnalité, l'ergonomie et même esthétique. Gulfstream intègre un nouveau mini-manches de contrôle actif sur les deux nouveaux avions.  L’avionique sera dotée du système Gufstream Symmetry Flight Deck dérivée du Primus  Epic d’Honeywell.

En matière de cabine, le G500 et G600 offrent un environnement de cabine pressurisée à l'altitude la plus basse de la cabine sur le marché. Alors qu'ils volent à 51’000 pieds ( 15’545 mètres), les passagers se sentiront comme s'ils étaient debout sur ​​la terre ferme  à peine 4’850 pieds (1478 mètres). Quant à l'air frais, les ingénieurs de Gulfstream ont mis au point, un moyen d'introduire 100% d’air frais dans la cabine. Ce système permettra de  renouveler l’air en cabine toutes les deux minutes. 

Le G500 est capable de voler 5,000nm (9260 km) G500 et reliera Doha non-stop avec Londres, Genève et Paris à Mach 0,90. Les G500 et G600 seront dotés de moteurs Pratt & Whitney Canada PW814GA, un changement important, puisque la gamme Gulfstream était fidèle à Rolls-Royce jusqu’ici. Le G600 sera capable de voler 6,200nm (11’482km). Les deux appareils pourront voler avec 19 passagers en configuration maximum. 

4077743099.png

Photos : 1le G500 présneté à EBACE @P.Kümmerling 2Intérieur 3G500 & G600 @ Gulfstream