30/09/2018

RAF, l’Eurofighter en successeur du Tornado !

An-RAF-Typhoon-takes-off--007.jpg

La Royal Air Force prépare activement la mise à jour de sa flotte d’avions de combat Eurofighter « Typhoon II »  en vue du remplacement du Panavia Tornado GR4. En effet, les dernières unités de « Tornado » devraient être retirées au début de l’année 2019.

Project Centurion :

 Le programme « Poject Centurion » doit permettre à l’avion européen d’égaler la capacité d’attaque au sol du « Tornado » et de la dépasser à terme.

Pour remplacer complètement le « Tornado » au sein de la RAF, les « Typhoon II » devront porter les mêmes armes, avec la phase 2 et phase 3 d’amélioration (P2EA et P3EA) qui, à leur tour, constituent la première phase et la deuxième phase du programme  « Centurion ». Ils ont été précédés d'un Phase Zero (P1EB ou Phase 1 Enhancement Further Work). La phase zéro a été livrée en décembre 2017, officiellement entrée en service en janvier 2018 et est désormais opérationnelle dans le cadre de l'opération «Shader».

La configuration du projet « Centurion » est destinée à combiner la bombe guidée de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec les missiles « Storm Shadow », « Meteor » et « Brimstone » sur le Typhoon FGR4. L’avion devra prochainement venir remplacer le Panavia Tornado GR4 au début de l'année 2019. 

Les avions de première phase qui sont livrés ont été équipés de la mise à niveau « Typhoon » Phase 2 Enhancement (P2E) qui comprend le « Meteor » et le « Storm Shadow ». La phase 2 du projet Centurion couvre la mise à niveau de la phase 3 du Typhoon Enhancement (P3E) avec l’arrivée du  « Brimstone ». Les essais sont maintenant en cours, la configuration finale du projet « Centurion » devrait être prête pour la fin de 2018.

Les appareils concernés font partie de la Tranche 1 (51), la Tranche 2 (67)  et environ 10  appareils de la Tranche 3. A noter que 24 Eurofighter de la tranche 1 qui doivent être retenus serviront uniquement à la défense aérienne et ne recevront pas la mise à niveau du projet Centurion.

Environ 65 à 75 sorties devraient être enregistrées avant qu'une phase d'évaluation opérationnelle ne commence à au sein de la base aérienne de la RAF de Coningsby dans le Lincolnshire le 10 août prochain. Cela comprendra également des essais de tir complets avec l'arme de précision.

D'autres améliorations incluent des mises à jour de l'interface homme / machine du "Typhoon", avec notamment le système de visée monté sur un casque Striker fourni par BAE.

Le Storm Shadow : 

Le SCALP (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile développé fin 1994 MBDA. La version britannique est baptisée «Storm Shadow». Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars. 

Le MBDA Brimstone : 

Le missile Brimstone air-sol britannique fabriqué par MBDA sur commande de la Royal Air Force. Il est équipé d'un guidage laser et d'un radar millimétrique, ceci afin de le rendre plus efficace contre des cibles mobiles. 

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

3862082283.jpg

Photos :Eurofighter en préapration pour le standard GR4 @ RAF

 

 

29/09/2018

Le Global 7500 est certifié au Canada !

maxresdefault.jpg



Bombardier Avions d’affaires a annoncé que son avion phare, le Global 7500, l’avion d’affaires le plus spacieux, le plus luxueux et à la plus grande autonomie jamais construit, a reçu la certification de type de Transports Canada, ce qui ouvre la voie à son entrée en service cette année. La certification par la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis et par l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) devrait suivre sous peu.

« La certification de notre avion d’affaires Global 7500 de conception entièrement nouvelle est un moment charnière pour Bombardier, pour nos employés et pour l’industrie, à l’approche de son entrée en service », a déclaré David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires. « Grâce à la rigueur et à l’esprit novateur de notre programme de conception et d’essais, l’avion Global 7500 a réussi à rehausser chaque caractéristique de référence suivant laquelle un avion d’affaires est mesuré – confort, luxe, performance et vol en douceur. À son entrée en service, cet avion répondra à toutes les exigences les plus récentes et les plus rigoureuses d’homologation des autorités aériennes, et s’apprête à redéfinir les voyages internationaux par avion d’affaires. Nous ne pourrions pas être plus fiers de cette réalisation".

cq5dam.web.570.570.jpeg

Le Bombardier Global 7500 a accumulé plus de 2’700 heures de vol depuis le début du programme d’essais en vol en novembre 2016.   En matière de cellule et de design des ailes, le Global 7500 a dépassé les engagements de performance au décollage et à l’atterrissage, affichant une nouvelle distance de décollage publiée de 5’800 pieds (1’770 mètres) ». Cette distance de performance au décollage améliorée est près de 500 pieds plus courte que celle de l’avion concurrent (et plus petit) le plus proche, et permet à l’avion Global 7500 d’être exploité sur des aéroports aux pistes plus courtes, tout en offrant le vol en douceur emblématique de Bombardier. Le Global 7500 affiche une autonomie inégalée de 7’700 milles marins, soit 300 milles marins de plus que dans ses engagements initiaux, et c’est le seul avion d’affaires qui peut relier New York à Hong Kong, et Singapour à San Francisco sans escale.

Avec quatre véritables zones habitables, le Global 7500 est unique parmi les avions d’affaires sur le plan de l’espace, du confort luxueux et de la flexibilité du design. Son système de divertissement en cabine à la fine pointe de la technologie, combiné aux vitesses de connexion à bande Ka ultrarapides, permet aux passagers de diffuser du contenu haute définition et de profiter d’une expérience de divertissement exceptionnelle. Autre percée novatrice pour le biréacteur : le système de gestion cabine révolutionnaire « nice Touch ». Ce système de gestion cabine propose une nouvelle façon de se connecter avec la cabine de l’avion par le cadran tactile Touch de Bombardier, doté de la première application d’un affichage à DELO dans l’aviation d’affaires.

Le Global 7500 est également équipé du fauteuil « Nuage » breveté, exclusif à la nouvelle gamme d’avions « Global » et méticuleusement conçu pour maximiser le confort. Enfin, la cuisine moderne et multifonctionnelle du biréacteur d’affaires présente de l’espace de rangement sans précédent et offre une expérience culinaire exceptionnelle.

Bombardier-Global-7000-3.jpeg

Photos :Global 7500 & intérieur @ Bombardier Avions commerciaux

28/09/2018

Boeing/Saab remportent le méga contrat des jets écoles de l’USAF !

139424652.jpg

St-Louis, Boeing et son partenaire suédois Saab ont remporté le « méga » contrat en vue du remplacement des avions écoles de l’US Air Force. L'annonce d'aujourd'hui est l'aboutissement d'années de mise au point sans faille par l'équipe Boeing et Saab », a déclaré Leanne Caret, président et chef de la direction, Boeing Defense, Space & Security. « Il est le résultat direct de notre investissement conjoint dans le développement d'un système axé sur les besoins spécifiques de l'US Air Force. TX Nous nous attendons à un programme de franchise pour une grande partie de ce siècle. » 

«Cette sélection permet à nos deux sociétés de tenir un engagement que nous avions pris ensemble il y a près de cinq ans«, déclare Håkan Buskhe, Président et CEO de Saab. «C'est un accomplissement majeur pour notre partenariat avec Boeing et notre équipe conjointe, et j'ai hâte de livrer le premier avion d'entraînement à l'U.S. Air Force.»

Le programme TX :

Le programme TX prévoit en effet, de remplacer la flotte vieille de 45 ans, soit près de 350 appareils écoles Northrop T-38 « Talon ». Boeing sera le maître d'œuvre et Saab AB le partenaire principal pour couvrir des domaines tels que la conception, le développement, la production, le soutien, les ventes et le marketing.

L’avion de Boeing & Saab était en compétition avec le M-346 (T-100) d’Alenia Aermacchi/Raytheon, le T-50 de KAI associé à Lockheed-Martin.

967293534.jpg

Coup double de Boeing :

Avec ce nouveau contrat, l’avionneur américain signe un coup double avec ses partenaires européens. Il y a trois jours, Boeing en collaboration avec la division hélicoptère de Leonardo (AgustaWestland) avait remporté le contrat de remplacement des derniers UH-1N « Huey » avec le MH139 (AW139) pour un total de 84 aéronefs. Cette fois, associé avec l’avionneur suédois Saab, Boeing va produire près de 350 appareils pour un montant estimé à près de 9,2 milliards de dollars. Boeing va pouvoir commencer à placer des commandes auprès de ses fournisseurs, y compris le suédois Saab et soutiendra près de 17.000 emplois dans 34 états. 

boeing,saab. programme tx,us af,avions écoles,nouveaux jets écoles,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

Comment expliquer ce choix ?

Il faudra attendre un peu pour connaître exactement les éléments de ce choix. Le KAI T-50 est un bon avion, mais qui n'a pas véritablement percé le marché au contraire du M346, qui est le jet le plus vendu de la nouvelle génération. Pourtant, ces deux avions souffrent du même problème, ils sont été adapté pour répondre aux besoins de l'USAF, tandis que le TX de Boeing/Saab a été conçu dès le début, pour coller parfaitement au cahier des charges de cette dernière. C'est là que réside une grande part de ce succès.

3229396489.jpg

Le TX de Boeing/Saab :

Le TX de Boeing / Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le TX dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le Boeing TX est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab TX est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

 

765146841.jpg

Photos :Le TX de Boeing/Saab @ Boeing

 

27/09/2018

Accroissement des intervallles de maintenance pour les CRJ !

698.jpg

 

Bombardier Avions commerciaux a annoncé que la Federal Aviation Agency (FAA) a donné son approbation relativement à l’accroissement des intervalles de maintenance pour les avions CRJ700, CRJ900 et CRJ1000. Les intervalles de maintenance en piste (visite A) et de révision générale (visite C) sont prolongés à 800 et à 8’000 heures de vol respectivement.

« Grâce aux plus longs intervalles de maintenance de tout le marché des biréacteurs régionaux, ainsi qu’à son excellente fiabilité et son exceptionnelle capacité opérationnelle qui font sa renommée, la gamme d’avions CRJ continue d’offrir davantage de valeur aux exploitants, a dit Charles Comtois, chef du programme d’avions CRJ Series, Bombardier Avions commerciaux. Nous sommes ravis que les exploitants de biréacteurs CRJ Series tirent parti de notre approche d’amélioration continue. Cette évolution signifie une réduction de 14 pour cent du nombre de jours de maintenance, ce qui permettra d’avoir davantage de jours consacrés au service qui engendre des revenus. »

Les intervalles de maintenance ont doublé depuis le lancement de la gamme d’avions CRJ. Les nouveaux intervalles de maintenance s’appliquent aux nouveaux avions de production ainsi qu’à tous les avions CRJ700, CRJ900 et CRJ1000 en service.

La gamme CRJ :

Toutes les 10 secondes, un biréacteur régional CRJ Series décolle quelque part dans le monde. La gamme d’avions CRJ Series a transporté près de 1,6 milliard de passagers pour devenir le programme de biréacteurs régionaux le plus populaire du monde. Les biréacteurs régionaux CRJ Series partagent les avantages d’éléments en commun qui assurent la souplesse des exploitants et leur permettent d’optimiser leurs flottes afin de répondre aux exigences particulières de chaque marché. Aucun autre avion régional n’offre ce potentiel. Optimisés pour les liaisons régionales moyen-courriers, ces avions procurent un avantage pouvant aller jusqu’à 10 % sur le plan des décaissements d’exploitation comparativement aux avions à réaction concurrents.

Depuis son lancement, la gamme de biréacteurs régionaux CRJ Series a stimulé le marché de l’aviation régionale. En Amérique du Nord seulement, elle représente plus de 20 % tous les départs par avion à réaction. À l’échelle mondiale, cette gamme d’avions assure plus de 200 000 vols par mois.

La gamme d’avions CRJ Series compte plus de 100 propriétaires et exploitants dans environ 49 pays et la flotte mondiale a enregistré plus de 45 millions d’heures de vol. À ce jour, Bombardier a enregistré des commandes fermes pour 1 902 avions CRJ.

 

Photo :CRJ900 de SAS @ Tis Meyer

 

Bombardier Avions commerciaux a annoncé que la Federal Aviation Agency (FAA) a donné son approbation relativement à l’accroissement des intervalles de maintenance pour les avions CRJ700, CRJ900 et CRJ1000. Les intervalles de maintenance en piste (visite A) et de révision générale (visite C) sont prolongés à 800 et à 8’000 heures de vol respectivement.

« Grâce aux plus longs intervalles de maintenance de tout le marché des biréacteurs régionaux, ainsi qu’à son excellente fiabilité et son exceptionnelle capacité opérationnelle qui font sa renommée, la gamme d’avions CRJ continue d’offrir davantage de valeur aux exploitants, a dit Charles Comtois, chef du programme d’avions CRJ Series, Bombardier Avions commerciaux. Nous sommes ravis que les exploitants de biréacteurs CRJ Series tirent parti de notre approche d’amélioration continue. Cette évolution signifie une réduction de 14 pour cent du nombre de jours de maintenance, ce qui permettra d’avoir davantage de jours consacrés au service qui engendre des revenus. »

Les intervalles de maintenance ont doublé depuis le lancement de la gamme d’avions CRJ. Les nouveaux intervalles de maintenance s’appliquent aux nouveaux avions de production ainsi qu’à tous les avions CRJ700, CRJ900 et CRJ1000 en service.

La gamme CRJ :

Toutes les 10 secondes, un biréacteur régional CRJ Series décolle quelque part dans le monde. La gamme d’avions CRJ Series a transporté près de 1,6 milliard de passagers pour devenir le programme de biréacteurs régionaux le plus populaire du monde. Les biréacteurs régionaux CRJ Series partagent les avantages d’éléments en commun qui assurent la souplesse des exploitants et leur permettent d’optimiser leurs flottes afin de répondre aux exigences particulières de chaque marché. Aucun autre avion régional n’offre ce potentiel. Optimisés pour les liaisons régionales moyen-courriers, ces avions procurent un avantage pouvant aller jusqu’à 10 % sur le plan des décaissements d’exploitation comparativement aux avions à réaction concurrents.

Depuis son lancement, la gamme de biréacteurs régionaux CRJ Series a stimulé le marché de l’aviation régionale. En Amérique du Nord seulement, elle représente plus de 20 % tous les départs par avion à réaction. À l’échelle mondiale, cette gamme d’avions assure plus de 200 000 vols par mois.

La gamme d’avions CRJ Series compte plus de 100 propriétaires et exploitants dans environ 49 pays et la flotte mondiale a enregistré plus de 45 millions d’heures de vol. À ce jour, Bombardier a enregistré des commandes fermes pour 1 902 avions CRJ.

 

Photo :CRJ900 de SAS @ Tis Meyer

 

26/09/2018

Du spatial et du spécial au Musée Clin d’Ailes !

0.jpeg

Clin d’Ailes allie son week-end spécial avec la journée de l’espace dédiée aux jeunes, hôtes du musée le samedi 6 octobre. Le dimanche 7 octobre d’autres animations sont aussi proposées pour tous.

Depuis 19 ans l’assemblée générale de l’ONU a proclamé la Semaine mondiale de l’espace (WSW) au début du mois d’octobre. Les dates rappellent celle du lancement, le 4 octobre 1957, du premier satellite artificiel, Spoutnik I, et de l’entrée en vigueur, le 10 octobre 1967, du traité sur les principes régissant les activités des états en matière d’exploration de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes. La Semaine mondiale de l’espace est l’événement spatial annuel le plus important dans le monde. Elle inspire de nombreux étudiants et écoliers qui formeront la main d’œuvre de demain.

A l’invitation des radioamateurs du Musée Clin d’Ailes HB4FR, cette année, ce sont des élèves primaires de Genolier qui participent à la WSW 2018. Lors du «Payerne Space Day» ils proposeront au public le samedi 6 octobre les travaux qu’ils ont réalisés dans le cadre de cette semaine mondiale de l’espace. Ils aborderont notamment le vaste thème de l’exploration de l’espace, avec diverses démonstrations et quiz pour les visiteurs.

Pour les journées spéciales du samedi 6 et du dimanche 7 octobre, les bénévoles du musée de l’aviation militaire de Payerne vous proposent deux après-midi fort animées dans cet écrin qui met en exergue l’histoire aéronautique du pays. L’équipe du Flight Simulator Center (FSC) proposera des initiations dans son installation de simulation que les visiteurs pourront tester.

On reste dans le virtuel, avec la possibilité pour les visiteurs de s’essayer au manche à balai sur l’installation de simulation du Virtual Air School (VAS) du Musée Clin d’Ailes, aux manettes d’un PC-7, en compagnie de pilotes chevronnés.

Le dimanche après-midi, on retrouvera les fidèles radioamateurs de HB4FR avec une initiation au morse, avec une chasse au renard ludique pour les enfants. Les jeunes pourront aussi se faire photographier assis dans le cockpit d’un simulateur F/A-18 en train de faire leurs premières expériences de vol. Ils auront aussi l’occasion d’apprendre à souder un petit avion qu’ils pourront emporter.

Le simulateur du Mirage III sera remis en activité pour ces deux journées exceptionnelles. Une installation unique au monde.

Une surprise attend les plus fins observateurs qui pourront apercevoir un futur pensionnaire du musée dans la halle des opérations d’Espace Passion. Mais chut… le magnifique «faucon» livrera ses secrets à la mi-octobre seulement.

Une cafétéria et la boutique permettront de compléter ces moments divertissants en compagnie de passionnés d’aviation. Toutes ces animations sont gratuites. L’entrée du musée est payante.

 

@Rémy Gilliand