16/07/2018

Pylônes suisses sur le Gripen E !

b0eaf3aac6b80821_800x800ar.jpg

Le programme de l’avion de combat Saab Gripen E continue de progresser. Le Gripen E de présérie 39-8 a effectué plusieurs vols réussis avec une série de pylônes de nouvelle génération, dont ceux produits en Suisse par RUAG aérostructures.

Depuis le premier vol du Gripen E (39-8) de présérie l'année dernière, une période d'essais de vol intensif a été menée avec succès. L'avion a montré tout au long de l'expansion de l'enveloppe prévue la performance et les comportements, la haute disponibilité et la fiabilité. Le Gripen  E a maintenant franchi une autre étape vers la livraison à la clientèle prévue l’année prochaine.

Les premiers vols avec des magasins externes ont été menés sur la mer Baltique au début de juillet. En plus de deux des missiles air-air IRIS-T, l'avion transportait cinq pylônes conçus et construits avec la société suisse RUAG aérostructures. Cette nouvelle génération de pylônes s’avère à la fois plus résistante et plus légère que les anciennes et offre également une diminution de la résistance à l’air contribuant à une économie de carburant.

Les pylônes de Gripen E produit en Suisse permettent l’emport de réservoirs auxiliaires de carburant, de nacelles de surveillances et de ciblage ainsi que des diverses armes guidées qui peuvent être fixées sous l'avion. Huit pylônes sont fournis par avion. Ces composants technologiquement sophistiqués comprennent à la fois l’électronique ainsi que des systèmes mécaniques et doivent répondre aux exigences les plus élevées en ce qui concerne l'aérodynamique et la capacité de charge.

« Je suis heureux de suivre le succès continu du programme E Gripen, RUAG Aérostructures est fier du partenariat large et à long terme avec Saab », explique Dirk Prehn, CEO de RUAG aérostructures et soulignant l'importance de la relation d'affaires entre RUAG et SAAB. « En tant que fournisseur majeur dans le programme Gripen, responsable de la conception et la fabrication des pylônes et d' autres composants, nous contribuons à la performance supérieure du combattant, répondant à toutes les exigences en matière de sécurité, de  performance, de coût du cycle de vie et de la qualité », conclut Dirk Prehn.

Le développement de ces pylônes fait partie d’un contrat signé entre l’avionneur suédois Saab et RUAG avant le vote populaire. Celui-ci a été maintenu malgré le résultat obtenu.

On rappellera, que RUAG avait également conçu de nouveaux pylônes plus efficaces qui équipent aujourd’hui les Boeing F/A-18C/D « Hornet » suisses et de l’US Navy.

Photo : Gripen E de présérie doté des pylônes de RUAG Aerostructures.

Commentaires

@Pk: Que dès éléments fabriqués et conçus en Suisse montent à bord du Gripen favorisent-t-ils le choix final en direction de l’avion suédois ?

Écrit par : Florence | 16/07/2018

@Florence : Non, car dans un premier temps c’est l’aspect technique qui sera déterminant. Si l’avion suédois ne répond pas suffisamment, il sera écarter et de nouveaux contrats seront signés avec un autre avionneur.
Par contre, si le Gripen E est choisi, cette situation permettra de devenir un argument complètementaire sur la collaboration indutrielle entre la Suisse et la Suède.

Écrit par : Pk | 16/07/2018

J'ai une question technique sur le projet du Gripen E:
Pourquoi entre les informations communiquées en 2010-12 et maintenant le Gripen E a pris du poids en prenant 1 tonne en masse à vide (passant ainsi d environ 7 tonnes à 8 tonnes) ce qui pénalise sont rapport poids/poussée.
Quel équipement justifie cette prise de poids ?
Merci !

Écrit par : Crys | 16/07/2018

@Crys: Je ne sais pas trop où vous tenez ces chiffres, les données techniques n’ont pas changé avec un pois à vide de 6 990kg, avec armement de 11 000kg et maximum de 16 500kg.
Avec l'arrivée de ces nouveaux pylônes, le poid devrait même être inférieur et permettre de gagner jusqu'à 30 minutes de vol.

Écrit par : Pk | 16/07/2018

@PK
Et bien j'ai trouvé ce chiffre de 8 tonnes tout simplement dans documentation officielle de SAAB sur le gripen E ci-jointe en page 1:

https://saab.com/globalassets/commercial/air/gripen-fighter-system/pdf-files-download-section/facts/gripen-e-fact-sheet--en.pdf

Écrit par : Crys | 16/07/2018

@Crys : joli ! Je n’avais pas connaissance de ce changement ! La masse maximale n’ayant pas changé cela ne devra pas changer grand chose, mais je vais me renseigner pour plus de détails.

Écrit par : Pk | 16/07/2018

Ce qui semble aberrant, c'est que des avions incomparables soient mis dans le même pannier ?

Peut-on comparer un Gripen et un F-35 ??

Ca me parait compliqué !!

Écrit par : Corto | 16/07/2018

@Corto: il n’a rien d’aberrant étant donné que ces avions utilisent les mêmes types de capteurs, le même armement et que le Gripen E Ms22 tout comme le Rafale F4 seront capable de gérer le Net Centric Warfare de la même manière qu’un F-35.

Écrit par : Pk | 16/07/2018

Le F-35 est pour l'instant "furtif" mais cet avantage ne va pas durer.je cite l’amiral Jonathan Greenert, chef des opérations navales de l’US Navy. « L’augmentation rapide de la puissance de calcul des ordinateurs ouvre la voie à de nouveaux capteurs et à des méthodes de détection qui feront que la furtivité et ses avantages seront de plus en plus difficiles à maintenir au-dessus et en dessous de l’eau ». Quant aux détecteurs actifs, ils rendent la plateforme détectable et mettent donc en danger le pilote. D'où l'utilité de les avoirs sur des drones MALE qui voleront en formation avec le pilote. En résumé, un avion de 4ème génération avec des drones sera un meilleur choix que de la 5 G et suivants. Le Gripen E, le FA 18 Super Hornet voire même le F16 V feront très bien l'affaire pour longtemps. Le F35 est une impasse donc on peut l'exclure d'office.

Écrit par : Wolff | 16/07/2018

PK : merci pour votre réponse

Écrit par : Florence | 16/07/2018

Les Suédois ont tenu paroles, malgré le refus de l'achat suite au vote et maintenu leurs engagements. On ne peut pas en dire autant des autres concurrents.

Écrit par : Jean-Charles | 16/07/2018

@PK :
D'après la documentation du lien de Chrys, la masse à vide a augmenté d'une tonne, mais le "Max takeoff weight" reste identique, 16500 kg. Cela ne veut il pas dire que l'appareil emporte une tonne d'armement en moins ?

Écrit par : xavier | 16/07/2018

@Wolff, également, la furtivité des F-35 est due à des systèmes de brouillages qui ne cessent d'évoluer !

"Jean-Charles, ne mettez pas tous les concurrents dans le même pannier !!

@PK, il n'y a pas que ce que vous dites entre un F-35 et un Gripen !!!

Ces deux avions ne sont pas comparables, d'autre part, il faut prendre en compte le nombre d'avions produits, les F-35 vont être produits en bien plus grandes quantités que les Gripen, en plus l'UE tient absolument à son nouvel "Euro-fighter" qui ne va pas doper la fabrication des Gripen !!!!

Écrit par : Corto | 17/07/2018

Je pense que le Gripen est un excellent avion pour la Suisse.
Il a les mêmes types de capteurs, le même type d'armement que les avions les plus évolués de la génération 4++.
Son seul "défaut" est d'être mono-réacteur.

Écrit par : Fabrice | 17/07/2018

Fabrice, au contraire, la Suisse a besoin d'un avion maniable au vu de la configuration du terrain !

C'était une erreur d'avoir opté pour FA-18, voir absurde !

Si la Suisse avait opté pour des F-16, nous ne devrions pas nous inquiéter pour repartir à zéro !

Écrit par : Corto | 17/07/2018

@Fabrice et Corto: le choix du F/a-18 n’était pas lié à un problème de maniabilité mais a une meilleure
Redondance du radar qui n’avait pas ou peu de retour d’echos en montagne.
Peu importe que l’avion soit mono ou biréacteur, ce nést pas un défaut. Les F-16, Mirage 2000 et le F-35 sont monoracteurs et cela ne pose aucun soucis

Écrit par : Steeve | 17/07/2018

Steeve,

Vous parlez des nombreux crash ?

Je ne mettrai pas la faute sur les machines, je me rappel du Mirage qui s'est écrasé à Ste-Croix, là et dans d'autres cas, c'est un peu facile de mettre la faute sur l'appareil, même avec les solex, il y a des accidents !!

Écrit par : Corto | 17/07/2018

@Corto : Relisez-moi, je n'ai jamais parlé de crash !!

Écrit par : Steeve | 17/07/2018

Steeve, alors de quoi parlez-vous, c'est pas très clair ?

On achète pas un avion de combat pour faire de la cartographie ?!!!!

Écrit par : Corto | 18/07/2018

@Corto : ce que Steeve veut vous dire c’est que pour voir en-dessous de l’avion et par conséquent détecter des aéronefs ou des troupes au sol dans une vallée par exemple, on fait pivoter l’antenne radar vers le bas. Cependant, les ondes qui frappent le sol et le relief montagneux peuvent réagir de manière différentes et créer de faux échos. Dans ce type d’exercice, le radar des Hornet s’est avéré meilleurs que celui du F-16.

Écrit par : Pk | 18/07/2018

Pour preuve ; combien de FA-18 Hornet se sont crashés dans nos vallées ?

"Quatre fois plus de crashes parmi la flotte de F/A-18 suisse qu'en Finlande !"

Il ne me semble pas que la Finlande soit réputée pour ses stations de ski ??

Dans un pareil cas, ""est-ce qu'un avion conçus en Suède (pays tout aussi escarpé que la Finlande) semble mieux adapté"" ?

Il faut arrêter avec ces "histoires" de radars, le choix de la Suisse concernant les FA-18 comme pour le choix du futur avion dépasse ce genre de considération, pour preuve ; Le nombre d'accidents !

Écrit par : Corto | 18/07/2018

@Corto, il ne faut pas tout mélanger, ces accidents sont différents: trois de natures humaines, voile noir, erreur de navigation (perte de référence) et mauvais guidage radar du contrôleur aérien. Le troisième ayant lieu hors des montagnes en France avec une perte de puissance moteur.

En ce qui concerne le choix des Hornet, la puissance radar, la possibilité de modernisation ont été les éléments du choix.

Écrit par : Pk | 18/07/2018

Ceci dit, les nombreuses évolutions et upgrades ont concerné le F-16 et pas tellement le FA-18 !

Le F-16 block-70 possède de biens meilleures équipements que les FA-18, donc, cette version alléguée par les acheteurs de l'époque n'était pas rétrospectivement recevable et le F-16 resterait encore une solution actuelle pour équiper l'armée Suisse !!

Conclusion, à mon humble avis, c'était une immense connerie d'avoir acheté des FA-18 pour un territoire comme la Suisse !!

Écrit par : Corto | 18/07/2018

@Corto: Pour votre information le Hornet à pour évolution le Super Hornet et en cas de choix dans notre
Pays se sera L’Advanced Super Hornet. En ce qui concerne notre F/A-18 il a subi déjà trois mise à jour et la dernière est en cours.
L'évolution du "Hornet" est parfaitement comparable au F-16 et même de manière supérieure.

Par contre, et selon la politique marketing de Lockheed Martin au cas où le F-35 ne répondrait pas au diverses demande Helvétique, on pourrait voir le F-16 Viper venir en concurrence. Nous connaîtrons l’ensemble des confirmations de candidature au début de 2019.

Écrit par : Pk | 18/07/2018

@Pk, Corto: Merci PK pour avoir bien voulu prendre le temps d’explique à Corto de quoi je parlais.

Mon cher Corto je conçois votre admiration pour le F-16, cependant vous ne pouvez mettre en doute le choix qui a été fait. À plus forte raison du moment où vos connaissances restent approximatives. De faits, votre perception est personnel et donc subjectives.

Écrit par : Steeve | 18/07/2018

Steeve, c'est certainement la raison pour laquelle la Suisse risque d'acquérir des F-16 20 après avoir prit livraison des FA-18 ?

Ne montons pas sur nos grands chevaux, des bêtises étatiques n'ont jamais mis les budgets à l'abri de catastrophes !

Écrit par : Corto | 19/07/2018

@Pk Je partage votreavis. Il est probable que LM renonce à proposer le F35 (entretien trop coûteux, à l'étranger, code source secret défense donc non-fourni contrairement au cahier des charges suisse, etc.) et propose le F16 V qui est l'avion le plus proche du Gripen E

Écrit par : Wolff | 19/07/2018

@Corto: Pour l'instant le F-16 n'est pas proposé, d'une part et de l'autre je vois plutôt le Gripen E étant donné qu'il aura plus d'avantage technique sur le développement à long terme.

Écrit par : Steeve | 19/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.