10/07/2018

L’Eurofighter doté du Meteor et Storm Shadow !

DNn3n_XXUAAZ_F3.jpg

La Royal Air Force (RAF) a reçu ses premiers avions de combat Eurofighter  « Typhoon II » à être équipé pour le montage des armes du projet « Centurion », a confirmé BAE Systems. Un haut responsable du programme a déclaré que les premiers « Typhoon II » modifiés pour porter le missile air-air de la gamme « Meteor » de BMDA (BVRAAM) et du missile de croisière MBDA « Storm Shadow ».

Il y a 26 avions au sein de la première phase de la norme « Project Centurion », et les pilotes commenceront à s'entraîner dans quelques semaines", a déclaré Andy Flynn, directeur de la livraison d'Eurofighter, ajoutant: "Nous devons maintenant passer par le processus d'approbation, ce qui devrait être terminé d'ici la fin de l'année. "

La configuration du projet Centurion est destinée à combiner la bombe guidée de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec les missiles « Storm Shadow », « Meteor » et « Brimstone » sur le Typhoon FGR4. L’avion devra prochainement venir remplacer le Panavia Tornado GR4 au début de l'année 2019.

Les avions de première phase qui sont livrés ont été équipés de la mise à niveau Typhoon Phase 2 Enhancement (P2E) qui comprend le « Meteor » et le « Storm Shadow ». La phase 2 du projet Centurion couvre la mise à niveau de la phase 3 du Typhoon Enhancement (P3E) avec l’arrivée du  « Brimstone ». Les essais sont maintenant en cours, la configuration finale du projet « Centurion » devrait être prête pour la fin de 2018.

Les appareils concernés font partie de la Tranche 1 (51), la Tranche 2 (67)  et environ 10  appareils de la Tranche 3. A noter que 24 Eurofighter de la tranche 1 qui doivent être retenus serviront uniquement à la défense aérienne et ne recevront pas la mise à niveau du projet Centurion.

Environ 65 à 75 sorties devraient être enregistrées avant qu'une phase d'évaluation opérationnelle ne commence à au sein de la base aérienne de la RAF de Coningsby dans le Lincolnshire le 10 août prochain. Cela comprendra également des essais de tir complets avec l'arme de précision.

D'autres améliorations incluent des mises à jour de l'interface homme / machine du "Typhoon", avec notamment le système de visée monté sur un casque Striker fourni par BAE.

Le Storm Shadow : 

Le SCALP (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile développé fin 1994 MBDA. La version britannique est baptisée «Storm Shadow». Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars. 

Le MBDA Brimstone : 

Le missile Brimstone air-sol britannique fabriqué par MBDA sur commande de la Royal Air Force. Il est équipé d'un guidage laser et d'un radar millimétrique, ceci afin de le rendre plus efficace contre des cibles mobiles. 

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

1304581369.2.jpg

Photos : 1Eurofighter au standard FGR4 Typhoon avec Storm Shadow @ Airbus DS

Commentaires

Un défit supplémentaire pour la collaboration en matière de développement au niveau européen et dans ce type de projet, ce ne sont pas les défis qui manquent à l'appel.

Dans ce type de missiles air-air longues portée nombre de contraintes mixant nombres de domaines s'entre-croisent et en fait, ce n'est qu'une vaste quantité de compromis à évaluer.

Ce type de missile change de masse au cours de sa course, ce n'est pas le même missiles à 30 km qu'à 100 km, et tous ces changements de masse impliquent des corrections sur le comportement kinétique et dynamique de l'engin.

Et ensuite l'un des défis consiste à la détection radar, ce dernier étant dans le nez de l'engin, d'une part son poids pose d'énormes problèmes quand à sa maniabilité et d'autre part ce radar doit être aussi efficace sur des très courtes distances que sur une longue portée au vu de sa taille et des technologies qu'il doit embarquer.

Et bien sûr, le troisième défi provient des collaborations entre différents pays, différentes manières de concevoir, différentes habitudes de travail, les anglais ne sont prêts avant 10 heures du matin et les allemands sont très avares en explications, celui qui ne sait pas déchiffrer les données techniques issues d'un développement spécifique peut s'attendre à des blocages de la part de ses collègues allemands. Ainsi, dans ce genre de développements cherchant à surpasser de vielles querelles, on se rend compte à la fin, qu'un piège était caché dans une énigme dès le départ, c'est arrivé quantité de fois dans d'autres collaborations entre allemands, français et anglais !

Le défi est de taille et nous verrons si encore une fois, l'Europe sera amenée à appeler au secours du grand frère américain lors d'une éventuelle confrontation sur un terrain comme ce fut le cas avec la Libye, par exemple !

Écrit par : Corto | 11/07/2018

@Corto
"Ce type de missile change de masse au cours de sa course, ce n'est pas le même missiles à 30 km qu'à 100 km"
Je suppose que vous vouliez dire que le Meteor possède encore de la poussée même en limite de portée? Contrairement à ses prédécesseurs qui utilisent leur moteur pour accéler jusqu'à la vitesse max et suivant la configuration de trajectoire, jusqu'à une altitude max aussi pour ensuite se guider vers la cible en utilisant les énergies cinétique et potentielle ainsi accumulées.
À l'approche de la cible, le fait de disposer encore de poussée confère au Meteor des capacités de manoeuvre létales pour l'adversaire.

Écrit par : James | 12/07/2018

@Corto : je ne vois pas le rapport entre l'arme (qui existe et fonctionne bien) et la conclusion sur l'intervention des US en Libye, où la question est à la fois de quantité disponible (en Europe, à part anglais et français c'était le désert), de diplomatie (ne pas être seul), d'économie (question clef)... et surtout, d'un juste retour d’ascenseur après que les USA aient réclamés leurs alliés européens en Afghanistan, en Irak depuis maintenant 25 ans.

Écrit par : v_atekor | 13/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.