05/07/2018

Europe, deux projets pour l’avion de combat du futur !

 

 

saab. bae systems,avion de comabt européen,futur avion de combat européen,scaferlati,gripen,blog défense,aviation et défense

Je vous l’annonçais en avril dernier en marge du projet franco-allemand en vue de la création du futur avion de combat européen entre Dassault Aviation et Airbus DS, des rumeurs de discussions existaient entre les anglais de BAe Systems et le suédois Saab. C’est chose faite, avec la confirmation aujourd’hui de la part du Royaume-Uni et la Suède sur la collaboration sur un futur avion de combat.

Anglais et Suédois s'apprêtent à dévoiler leur stratégie aérienne de combat lors du prochain salon aéronautique de Farnborough à la fin du mois. Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement devrait s'engager à lancer l’étude d’un programme d’avion de combat de nouvelle génération d'ici 2020.

Offrir un contre-projet à l’axe franco-allemand :

Nous assistons ici à une ambition post-Brexit des anglais pour conserver une expertise de pointe dans le domaine du combat aérien, qui vise à donner un signal fort aux partenaires internationaux potentiels, que le Royaume-Uni est déterminé à poursuivre un tel programme, même s'il a été exclu d'un projet de combat franco-allemand l'année dernière.

La déclaration devrait définir les critères de collaboration internationale, soulignant que le Royaume-Uni a l'intention de jouer un rôle de premier plan dans tout partenariat visant à développer un chasseur pour remplacer l’Eurofighter  « Typhoon II » à partir de 2040. De son côté, la Suède indiqué son intérêt et l’avionneur Saab sera un partenaire naturel.

L’objectif étant de dynamiser le potentiel de l’industrie européenne et d’offrir un choix pour les forces aériennes européennes et internationales.

Ne pas jouer les seconds couteaux :

Le projet franco-allemand « SCAF » est pour l’instant fermé à toute nouvelle collaboration d’ici 2021. Le but étant de pouvoir développer le concept « SCAF » en nombre réduit et éviter ainsi les querelles du projet « EFA 2000 ».Mais pour les BAe Systems et Saab, il n’est pas question d’arriver après la bataille et de se contenter de jouer les sous-traitants. Le choix est donc clair, anglais et suédois ont l’intention d’offrir une alternative au projet franco-allemand.

 Deux projets, deux visions :  

Pour autant en concurrence, les deux projets européens pourraient d’une certaine manière être complémentaires ou du moins offrir un choix optimum aux futurs clients. Le projet SCAF sera « Itar free », c’est-à-dire souverain, car sans composants acquis aux Etats-Unis. Le but étant d’éviter toute dépendance américaine. Si l’on ne connaît pas encore les choix de Bae Systems et Saab, ceux-ci devraient par contre être plus ouvert aux composants internationaux, offrant aux futurs clients le choix de s’équiper européens ou à ailleurs. On ne sait pas encore si la division militaire du Brésilien Embraer qui travaille avec Saab sur le Gripen E rejoindra le projet, de même que l’équipementier israélien Elbit System qui équipe la famille « Gripen » sera également de la partie. Le donaine reste ouvert cependant.

Quoi qu’il en soit ces deux projets auront une importance primordiale pour l’avenir de la défense et de l’indutrie en Europe.

 Un intérêt énorme pour la Suisse  et d'autres:

La décision franco-allemande et anglo-suédoise vont avoir des répercussions très importantes pour notre pays en cas de choix du Rafale ou du Gripen E. En effet, les avionneurs ont besoins de vendre et les offres en matière d’Offsets (100% de garantie de compensation obligatoire) seront très importantes et même probablement supérieures à notre demande. De fait, la Suisse à une occasion en « or » de pouvoir négocier un partenariat industriel, non seulement à moyen-terme, mais également à long terme, en y incluant une entrée dans le programme du futur avion du futur combattant que nous choisiront. Le peuple devra en être conscient lors de la votation.

saab. bae systems,avion de comabt européen,futur avion de combat européen,scaferlati,gripen,blog défense,aviation et défense

Photos : Image de synthèse d’un futur avion anglo-suédois mono ou biréacteur @ Saab

 

 

 

 

Boeing prend le contrôle d’Embraer avions commerciaux !

JAV20180705141647.jpg

Avec le rapprochement d’Airbus/Bombardier avec la gamme CSeries, c’est au tour de Boeing et Embraer  de de sceller une union entre les deux divisions commerciales. Cette union devrait permettre à l’avionneur américain de contrôler près de 80% de la nouvelle coentreprise qui gèrera l’ensemble des avions commerciaux du brésilien Embraer.

En conséquence, Boeing va gérer la totalité des activités des avions de ligne régionaux ERJ et E2-Jet d'Embraer de 70 à 150 sièges. Boeing investira un montant de 3,8 milliards de dollars dans la coentreprise. On notera là une différence avec Airbus qui n’a pas investi financièrement au sein du groupe canadien Bombardier.

Pour l’avionneur américain, ce partenariat s'inscrit clairement dans le cadre de la stratégie à long terme de Boeing, qui consiste à investir dans la croissance organique et à redistribuer de la valeur à ses actionnaires, tout en concluant des accords stratégiques qui améliorent et accélèrent les projets de croissance.

Ce partenariat doit encore obtenir un feu vert de l'Etat brésilien, qui détient un droit de veto sur les décisions stratégiques pour l'avenir de son fleuron industriel de l’aéronautique brésilienne. Mais plusieurs personnalités politiques se sont déjà déclarées en faveur d'un tel accord, pourvu qu'il laisse leur indépendance aux activités militaires d'Embraer.

 

Pour autant, il y aura une exception en ce qui concerne l’avion de transport multi-missions KC-390, qui sera lui aussi intégré dans une coentreprise, dont le but sera de le promouvoir.

 

Renforcement du Duopol Airbus/Boeing :

 

Avec ces deux nouveaux partenariats, nous assistons à un renforcement en ce qui concerne le segment des avions régionaux des deux avionneurs Airbus et Boeing. De leur côté, Bombardier et Embraer vont pouvoir bénéficier de la puissance commerciale de leur nouveau partenaire. La question sera de savoir jusqu’à quand ce modèle fonctionnera avant de donner lieu à une absorption complète du canadien et du brésilien par les deux grands avionneurs ?

 

Photo : B737 MAX et E-2 Jet @ Boeing