05/07/2018

Europe, deux projets pour l’avion de combat du futur !

 

 

saab. bae systems,avion de comabt européen,futur avion de combat européen,scaferlati,gripen,blog défense,aviation et défense

Je vous l’annonçais en avril dernier en marge du projet franco-allemand en vue de la création du futur avion de combat européen entre Dassault Aviation et Airbus DS, des rumeurs de discussions existaient entre les anglais de BAe Systems et le suédois Saab. C’est chose faite, avec la confirmation aujourd’hui de la part du Royaume-Uni et la Suède sur la collaboration sur un futur avion de combat.

Anglais et Suédois s'apprêtent à dévoiler leur stratégie aérienne de combat lors du prochain salon aéronautique de Farnborough à la fin du mois. Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement devrait s'engager à lancer l’étude d’un programme d’avion de combat de nouvelle génération d'ici 2020.

Offrir un contre-projet à l’axe franco-allemand :

Nous assistons ici à une ambition post-Brexit des anglais pour conserver une expertise de pointe dans le domaine du combat aérien, qui vise à donner un signal fort aux partenaires internationaux potentiels, que le Royaume-Uni est déterminé à poursuivre un tel programme, même s'il a été exclu d'un projet de combat franco-allemand l'année dernière.

La déclaration devrait définir les critères de collaboration internationale, soulignant que le Royaume-Uni a l'intention de jouer un rôle de premier plan dans tout partenariat visant à développer un chasseur pour remplacer l’Eurofighter  « Typhoon II » à partir de 2040. De son côté, la Suède indiqué son intérêt et l’avionneur Saab sera un partenaire naturel.

L’objectif étant de dynamiser le potentiel de l’industrie européenne et d’offrir un choix pour les forces aériennes européennes et internationales.

Ne pas jouer les seconds couteaux :

Le projet franco-allemand « SCAF » est pour l’instant fermé à toute nouvelle collaboration d’ici 2021. Le but étant de pouvoir développer le concept « SCAF » en nombre réduit et éviter ainsi les querelles du projet « EFA 2000 ».Mais pour les BAe Systems et Saab, il n’est pas question d’arriver après la bataille et de se contenter de jouer les sous-traitants. Le choix est donc clair, anglais et suédois ont l’intention d’offrir une alternative au projet franco-allemand.

 Deux projets, deux visions :  

Pour autant en concurrence, les deux projets européens pourraient d’une certaine manière être complémentaires ou du moins offrir un choix optimum aux futurs clients. Le projet SCAF sera « Itar free », c’est-à-dire souverain, car sans composants acquis aux Etats-Unis. Le but étant d’éviter toute dépendance américaine. Si l’on ne connaît pas encore les choix de Bae Systems et Saab, ceux-ci devraient par contre être plus ouvert aux composants internationaux, offrant aux futurs clients le choix de s’équiper européens ou à ailleurs. On ne sait pas encore si la division militaire du Brésilien Embraer qui travaille avec Saab sur le Gripen E rejoindra le projet, de même que l’équipementier israélien Elbit System qui équipe la famille « Gripen » sera également de la partie. Le donaine reste ouvert cependant.

Quoi qu’il en soit ces deux projets auront une importance primordiale pour l’avenir de la défense et de l’indutrie en Europe.

 Un intérêt énorme pour la Suisse  et d'autres:

La décision franco-allemande et anglo-suédoise vont avoir des répercussions très importantes pour notre pays en cas de choix du Rafale ou du Gripen E. En effet, les avionneurs ont besoins de vendre et les offres en matière d’Offsets (100% de garantie de compensation obligatoire) seront très importantes et même probablement supérieures à notre demande. De fait, la Suisse à une occasion en « or » de pouvoir négocier un partenariat industriel, non seulement à moyen-terme, mais également à long terme, en y incluant une entrée dans le programme du futur avion du futur combattant que nous choisiront. Le peuple devra en être conscient lors de la votation.

saab. bae systems,avion de comabt européen,futur avion de combat européen,scaferlati,gripen,blog défense,aviation et défense

Photos : Image de synthèse d’un futur avion anglo-suédois mono ou biréacteur @ Saab

 

 

 

 

Commentaires

L'Europe de réveil ? Il était temps !

Écrit par : Patrick | 05/07/2018

Effectivement c'est bien de voir enfin l'europe relancer son activité d'avion car on a quand meme une longueur de retard et il aurait été dommage pour l'avenir d'etre totalement dépendant des USA.
La compétition avec ces deux groupes permettra aussi une compétions saine.
cela dit, je pense que le couple anglo-sédois sera plus interessant car plus souple et expérimenté. Saab est très réactif, et les anglais ont aussi une très grande expérience. Leur seul point faible sera qu'il n'ont jamais bossé ensemble et ce sera un frein.
On ne peut pas en dire autant du groupe franco allemand car j'ai de gros doute sur l'expérience allemande. et comme à chaque fois dans ce type de programme ils seront plus un boulet qu'autre chose car il chercheront à prendre le dessus et ça finira par des conflits et tensions internes, voir meme des tensions politique comme on l'a vu avec l'A400M, le Tigre ou Airbus en général. au final c'est le programme qui en patira.

Écrit par : Albert66 | 05/07/2018

Voici deux magnifiques projets européens qui doivent venir contrer la menace américaine. Espérons que les erreurs du passé seront apprises.

Écrit par : Marco | 06/07/2018

Très intéressant. Un seul projet de chasseur futur européen était en effet ennuyeux :-)
Ces images correspondent au projet Flygsystem FS-2020 de Saab annulé au profil du Gripen E, Il ne serai pas rare que celui-ci soit en partie repris.

Écrit par : GBU | 06/07/2018

Le projet Franco-Allemand n'est pas encore défini que déjà les Européens se chamaillent pour le faire déraper.
Pour certains c'est une "chance", pour moi c'est une menace de ne voir aucun projet à l'arrivée.
Le RU qu'on le veuille ou non est avant toute chose, l'allier des USA!
En toute circonstance l'Europe, sauf pour des bénéfices financiers immédiats, arrive au second plan des Anglais, le Brexit est là pour nous le rappeler.

Des projets de développement Franco - Anglais, il y en a eu plusieurs et notamment sur le chasseur du futur, des drones, des missiles et des porte-avions.
Des contrats ont été signés entre les deux pays dès 2010.
Aucun n'a débouché sur un appareil ou un système concret.
A chaque fois les anglais se sont retirés, au grand courroux des français, qui avaient déjà engagés des sommes considérables.

Petit rappel en passant: la France avait du payer 150 M£ pour "participer" à l'étude des porte-avions. Ensuite après deux ans d'étude, le projet "commun" a été abandonné...
Le dernier en date de 2015 sur un drone "commun", a été abandonné par les anglais cette année...

Contrairement a ce qui avancé par les anglais, ils ont été approché pour travailler avec le couple Franco-Allemand, mais comme à leur habitude, ils voulaient le leadership du projet, bien entendu INACCEPTABLE pour Dassault!
Pour mémoire, on assiste de nouveaux aux dialogues de sourds, qui ont précédé la genèse du Rafale et de l'Eurofighter dans les années 80.
Le projet Franco-Allemand n'est en aucun cas "fermé", la meilleure preuve, est l'arrivée de l'Espagne en tant "qu'observateur privilégié" avant un engagement plus concret.
N'oublions pas la Belgique, officiellement "invitée", d'autres pays pourront à tout moment y accéder.

Ce n'est un secret pour personne que BAE Systems est le principal bénéficiaire du projet
F-35 en Europe. Certes, à un degré moindre (maintenance), l'Italie en profite aussi.
Comme par hasard, BAE Systems est l'initiateur d'un projet "Européen" concurrent...

Un projet Européen se doit d'être ITAR-Free, sinon il retombe sous la coupe des USA.
Ni BAE ni SAAB ne peuvent s'affranchir de la technologie américaine.
Je signale au passage, bien le Rafale soit désormais ITAR-Free, la vente de 12 Rafale supplémentaires à l'Egypte, est bloquée par les USA, car les missiles de MBDA, qui font partie du package, eux ne le sont pas!

Pour finir ce petit exposé, le monde n'est pas en mesure d'acheter plusieurs types de nouveaux avions. Et l'Europe n'est pas assez riche (> 400 Md€) pour se permettre le développement de deux avions du futur.
Les USA se concentrent sur le F-35, les Russes sur le SU-57, les chinois sur le(s) Jxx.
Vous voyez bien qu'un des projets européens est de trop.

Écrit par : forêt10 | 06/07/2018

@Foret10: pas d’accord avec vous, les USA ont plusieurs projets, le F-35, l’Advanced Hornet, et l’avion futurs de 6eme génération, la Chine a deux projets en cours J-30 et J-31, la Russie le Su-57 et le futur MiG. En Europe nous passerons de 3 avions à 2 mais surtout nous avons l’assurance qu’au m’oins un des deux puisse arriver à terme si n’est l’est deux. La configuration telle que décrite plus haut montre également que l’un répondra à un besoin stricto-européen alors que le second sera plus international.

Écrit par : Steeve | 06/07/2018

Je trouve ces deux projets particulièrement stimulant pour l’Europe en espèrant qu’ils iront à l’aboutissement. Peut-on imaginer que l’un des avions soit un gros biréacteur et l’autre un monoréacteur histoire d’être complémentaire ?

Écrit par : Jorge | 06/07/2018

@Steeve
J'ai plutôt l'impression que nous nous rejoignons, ou l'un de nous s'exprime mal.
Vous citez:
- le F-35 (comme moi)
- l'Advanced Hornet Je n'en parle pas, car je le considère comme un Rafale F4 rien de plus.
- Avion futur(s) de 6ème génération (rien de précis n'est encore acté)
- J-30, J-31 (comme moi j'ai écris les Jxx)
- SU-57 (comme moi)
- MIG (rien de précis n'est encore acté)

Je persiste et signe, l'Europe n'a pas les moyens de dépenser 2 x 400 MD€ (au minimum) pour le développement de deux nouveaux avions.

Écrit par : forêt10 | 06/07/2018

Je ne sais pas, mais lors de l'étude du EFA-2000, si je me souviens bien Dassault voulait faire partie de l'équipe, mais c'est retiré ? Dassault ne voulait-il pas être le roi à la place du roi, on ne sait pas tout sur cette décision ?
Après on connaît certaine histoire, pas toute rose de Dassault, pot de vin, un certain corbeau et j'en passe.
Pour le nouvel avion de 6e génération, je mise plus tôt sur Saab et BAE, je pense qu'ils vont avancer plus vite sur le programme et mieux.
Une question que je me pose ? Arrivera ton un jour avec un avion a poussé vectoriel ? beaucoup dise que ça sert a rien, juste pour lors des shows aéronautiques, etc ... ... ...
en majorité les fabricants mise sur la furtivité et laisse tomber la poussée vectorielle qui ne servirait a rien ? Mais y a beau être furtif, un jour on peut ce retrouvé en combat rapproché et celui qui virera plus vite aura plus de chance de l'emporté.

Écrit par : michel | 06/07/2018

@Forêt10, Steeve : Messieurs je crois que nous avons la réponse sous les yeux, un avion franco-allemand peut-être rejoind par l'Espagne (de ce que j'ai pu lire)avec un équipement européen et un projet anglo-suédois ouvert sur l'international. Donc un projet uniquement européen et un second sous maîtrise européenne mais probablement d'envergure large.

Écrit par : Florence | 06/07/2018

Une alliance Dassault/Saab serai plus logique tout comme une alliance germano-anglaise, Dassault et Saab on plutôt la même vision des choses tandis que BAE et les allemands sont les vassaux et les plus grand allié des USA en Europe.

Qu'on leurs laisse les allemands au Brits, ils seront une énorme fardeau pour quiconque s'associe avec eux. On sera peut être Itar free mais pas germano free, regarder le cas des milans et autres vehicules de nexter qui ne sont pas vendu à cause d'un veto allemand dessus.
SAAB est aussi autonome que Dassault, sachant que Dassault n'essayera meme pas de prendre le leadership avec les suedois car eux aussi savent créer des avions, contrairement au allemand.

Écrit par : Revan | 06/07/2018

Le mieux serait de refaire comme le programme neurons, avec dassault comme maître d’œuvre et choisis ses partenaires en fonction de leurs compétences, sauf si la politique s’en mêle et fait tout capoter.

«Je signale au passage, bien le Rafale soit désormais ITAR-Free, la vente de 12 Rafale supplémentaires à l'Egypte, est bloquée par les USA, car les missiles de MBDA, qui font partie du package, eux ne le sont pas »

Ont dirait que ça un peu changer cette option d’après cet article , mais tout de façon, ont peut vendre ces rafales sans ces missiles, puisque ils leur faux trouvé une cibles particulière.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-pourquoi-2018-sera-bien-mieux-que-2007-pour-la-france-783984.html

Écrit par : Adri74 | 07/07/2018

@Adri74: Il y a une confusion dans votre commentaire, le Rafale est bloqué justement parce qu'il n'est PAS "ITAR-free". C'est le futur avion "du programme SCAF" qui le sera. D'où la nuance.

Écrit par : PK | 07/07/2018

Rafale est bel et bien Itar-Free, le cas en Egypte viens du fait qu'une composante dans les SCALP viens des USA.
Donc oui, Rafale est Itar-Free mais pas certaine composante de son armement, notamment pour SCALP.

Écrit par : Revan | 08/07/2018

Le Rafale est ITar-Free pour autant que le client ne choisisse pas un armement doté d'un équipement en l'occurrence une puce en provenance des USA. La nuance que certains n'ont visiblement pas comprise est que le SCAF sera "Itar-Free" et offrira un équipement connexe qui le sera également.

Écrit par : PK | 08/07/2018

@Revan
En gros c est comme acheter un beau fusil sans les cartouches ! Et c est sans doute pour cela que lEgypte fait pression .

Écrit par : Lukycold | 08/07/2018

@Lukycold : le météor est l'une des très nombreuses armes du Rafale, sans doute l'une des plus sophistiquées, mais non pas la seule, même en air-air. C'est par contre la seule qui peut globalement assurer la maîtrise des airs, même contre Israël ou contre les USA.
.
C'est plus qu'une nuance, selon qu'on se défend contre le Soudan, contre Al Qaida, contre la Libye ou qu'on fait mine de mettre en œuvre un changement d'alliance des USA vers la Russie.

Écrit par : v_atekor | 09/07/2018

Si le Scaf est italien frère, il aura les même chances à l'international que le Rafale.
Concernant le projet Bae saaab, on connaît la volonté suédoise ait on sait moins qu'elle ressource le brexit laissera à Bae. C'est quand même la principale inconnue de ce rapprochement.

Écrit par : Herciv | 09/07/2018

@PK: Peut-on imaginer un retournement de situation dans des ces deux projets ?

Écrit par : Martin | 09/07/2018

@Martin : Oui, tout est possible à ce jour. Il faut se rappeler qu’il à peine 5 ans tout le monde pensait qu’il n’y aurait à l’avenir plus qu’un seul projet d’avion de combat en Europe, qui serait gérer par un maître d’œuvre appuyé par les avionneurs existants. L’arrivée du Brexit et de différents politiques sans parler d’une perte de confiance avec des pays européens qui optent pour le F-35 américain a précipité le lancement du franco-allemand du « SCAF ». Les anglais de BAe Systems étaient même très motivés à travailler avec Dassault Aviation, il n’y pas si longtemps.
Pour les anglais, le fait d’être écartés du futur avion européen, les poussent à trouver un autre chemin avec les Suédois qui ont été politiquement négligés par l’alliance franco-allemande. Si cette dernière alliance ne pose pas de problème aux franco-allemands, elle devrait logiquement se poursuivre. Mais dans le cas contraire, on pourrait très voir l’alliance franco-anglaise ouvrir la porte aux anglais de BAe et aux suédois de Saab dans les prochains mois.
On peut même envisager une troisième voie avec les suédois qui au final pourraient faire route avec les Brésiliens d’Embraer / Akaer et l’américain Boeing.
Bref, nous avions un seul projet hier, nous en avons deux aujourd’hui, mais rien n’est encore définitif.

Écrit par : PK | 09/07/2018

@Revan : l'histoire ne dit pas ce qui a été négocié. Les négociations autant que les menaces sont monnaies courantes pour dénouer ces problèmes. Il y a un précédent célèbre, même s'il date un peu, où la France a publié pendant un court laps de temps la position des satellites espions US pour dénouer un problème similaire avec la vente d'un satellite. Ce n'était pas Trump qui était au pouvoir, mais bizarrement ça a accéléré pas mal les choses...

Écrit par : v_atekor | 11/07/2018

Si j'ai bien compris F-35 ne désigne pas un avion mais plutôt une procédure de recouvrement des contributions OTAN dues à Donald. Ça me va car appeler ça un avion m'a toujours un peu écorché la g*****.

Écrit par : W.K.heisenberg | 12/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.