15/06/2018

La tension monte avec la livraison de F-35 à la Turquie !

F-35-Lightning-II-vol_LM.jpg

L’avionneur américain Lockheed-Martin prévoit de livrer officiellement le premier F-35A « Lighting II » à la Turquie lors d'une cérémonie à Fort Worth, au Texas, le 21 juin prochain et ceci, en dépit des protestations des législateurs et des diplomates américains.

Le F-35A restera aux États-Unis jusqu'à ce que les pilotes turcs soient formés pour piloter l'avion, après quoi il sera envoyé en Turquie.

Une fronde qui se renforce :

Cependant, les représentants américains et les sénateurs se sont opposés à ce que la Turquie reçoive le chasseur furtif à la pointe de la technologie après que le pays a signé un contrat avec la Russie pour acheter le système sol-air Almaz-Antey S-400 « Triumf », l'un des plus sophistiqués du monde et de part la politique menée actuellement par le pays. En effet, les législateurs et les fonctionnaires du Département d'État se sont également plaints du mépris du président turc Recep Tayyip Erdoğan en ce qui concerne la primauté du droit, la diminution des libertés individuelles, la consolidation du pouvoir et les décisions stratégiques, ainsi que les opérations de guerre en Syrie contre les forces kurdes.

Un nouvel effort est apparu ces dernières semaines au sein du Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis pour bloquer le transfert de l'avion à la Turquie à moins que le pays refuse d'acheter le système anti-aérien S-400 et modifie sa stratégie politique.

De son côté, la Turquie à menacé au moi de mai dernier de se tourner en direction du Sukhoi Su-57 (article avia news du 28.5.18).

La Turquie, alliée de l'OTAN a commandé 100 F-35A. Le premier lot de 14 appareils est déjà payé. Au total, 30 F-35A devraient être livrés à l'armée de l'air turque d'ici la fin de 2022.

A noter que pour l’instant, la Maison Blanche n’a pas encore pris position et se mue dans un silence assourdissant.

Photo :F-35A @ Lockheed-Martin

 

Commentaires

Les pays de l'alliance si je peux le dire comme ça, que ce soit en Europe ou les USA un jour y seront confronté a un gros problème, les pays arabes ne sont jamais sûr, aujourd'hui c'est un allié pour certain pays, mais demain peut-être un adversaire.
Pour les fabricants y a qu'un seul mot ? Le profit.
Un jour les armes vendues se retourneront contre eux.

Écrit par : michel | 16/06/2018

"les pays arabes ne sont jamais sûr," C'est bien vrai, ça. Mais la Turquie n'est pas un pays arabe. Les notions de géopolitique des commentateurs de ce blog sont celles de papoose de moins de dix ans quelque peu demeurés...
Voilà ce que c'est quand on se contente de répéter la propagande américaine. Poutine est un gros méchant et les Américains sont les sauveurs de la planète. Dormez bien, les petits.

Écrit par : Géo | 16/06/2018

Michel, c’est une plaisanterie ?

«les pays arabes ne sont jamais sûr, aujourd'hui c'est un allié pour certain pays, mais demain peut-être un adversaire »

Demandez voir à Saddam Hussein, Khadafi et les autres ? Les Talibans, les Kurdes, et tous les ceux qui ont été formés par les USA, puis qui sont combattus et bombardés par ces mêmes personnes, Al quaida qui est combattue par les USA en Afghanistan et dans le même temps sa branche Al Nusra qui est entraînée et armée plus au sud, en Syrie...

Dans le genre championnat du monde de retourné de veste...

Bref....

Écrit par : Vladimir | 16/06/2018

La Turquie fabrique la partie la plus sophistiqués du F-35. Elle fait partie des 10 pays partenaires du programme. Toutes les pièces sont réunis et monté en Italie.
Refuser de livrer le F-35 sa implique un remaniement du programme. Et une perte de 150 milliards de commande.
Le coût de l appareil sans option passerai de 150 millions à 200 millions le modèle de base sans option.

Écrit par : Bertrand | 17/06/2018

La Turquie fabrique la partie la plus sophistiqués du F-35. Elle fait partie des 10 pays partenaires du programme. Toutes les pièces sont réunis et monté en Italie.
Refuser de livrer le F-35 sa implique un remaniement du programme. Et une perte de 150 milliards de commande.
Le coût de l appareil sans option passerai de 150 millions à 200 millions le modèle de base sans option.

Écrit par : Bertrand | 17/06/2018

il est clair que le rapprochement à grand pas de la Turquie vers la Russie est un immense problème géostratégique pour les américains. Et aussi pour les européens d'ailleurs.
Les américains ont vraiment raison de se méfier de ce qui se passe du côté de la Nouvelle Sublime Porte...
D'ailleurs si l'on croit les bruits de couloirs, les offres de liaisons turcs à l'OTAN sont tout sauf heureux de cette nouvelle donne. Certain ne voulant plus rentrer en Turquie suite au très larges purges de l'appareil d'état de tout ceux qui ne sont pas d'accord avec le cher président.

Écrit par : Milpa Bagen | 18/06/2018

La Grèce pays de l'OTAN possède des S-300 livrer par la Russie ....
Personne ne dit rien là ????

Écrit par : can | 19/06/2018

@Can: Normal, les grecques ne menaces personnes et n'ont pas la politique agressive d'Erdogan.

Écrit par : Jorge | 19/06/2018

Les commentaires sont fermés.