06/06/2018

F-35 : Pas de production sans résolution des problèmes !

De8zECAWkAMh2AQ.jpg

La pression monte sur les épaules de l’avionneur américain Lockheed-Martin en ce qui concerne l’obtention d’une commande de grande envergure pour le F-35. Cette semaine, le ministère de la Défense a convenu, suite à la parution du dernier rapport du Government Accountability Office (GAO) que l’ensemble des problèmes qui gangrènent le F-35 devaient impérativement être réglés, sans quoi aucune commande de pleine production ne serait passée, auprès du constructeur.

Autrement dit, Lockheed-Martin se voit dans l’obligation de résoudre les lacunes critiques du Lockheed Martin F-35, avant de demander des fonds pour payer la production à plein régime de l'avion.

Cependant, aux vues des nombreux problèmes qui paralysent le F-35, l’attente de la résolution des carences pourrait bien retarder la production à plein régime de l'avion. Rappelons que le DOD avait déjà mis en garde contre cette problématique en 2016.

Le département avait prévu de différer la résolution de certaines insuffisances critiques constatées dans les tests jusqu'à sa décision de production en octobre 2019, selon un rapport du GAO publié le 5 juin. Toutefois, le rapport a mentionné que la correction des carences après le démarrage de la production à plein régime pourrait éventuellement entraîner des coûts supplémentaires pour le gouvernement.

Des lacunes qui subsistent :

En janvier 2018, le programme des F-35 comportait 966 lacunes, soit 111 lacunes de première catégorie, qui pourraient compromettre la sécurité, la sûreté ou une autre exigence critique et 855 déficiences de catégorie deux, qui pourraient entraver ou contraindre une mission réussie, selon le GAO. Au moins 25 carences de catégorie 1 et 165 carences de catégorie 2 ne seraient pas résolues avant la production planifiée à plein régime.

Les déficiences de la première catégorie que le Bureau du programme commun avait l'intention de résoudre après le début de la production à plein régime portaient sur le l’avion lui-même, l'avionique, les armes, les logiciels et la propulsion.

Le JPO prévoit maintenant de résoudre toutes les lacunes critiques du F-35 avant d'entrer dans le test opérationnel initial et l'évaluation, qui était prévue pour l'automne 2018, selon le GAO. La conclusion du ministère de la Défense américain dénote que pour l’instant il est impossible de déterminer un calendrier permettant de définir une date à laquelle, il sera possible de produire le F-35 en grand nombre.

 

f12-50009pr__small.jpg

Photos : 1F-35  en vol 2Site d’assemblage du F-35 @ Lockheed-Martin

Leonardo & ATR livre le 1’500 ème fuselage !

DfBlSYkXkAAOXSS.jpg-large.jpeg

Leonardo a franchi une nouvelle étape importante et historique avec la livraison du 1er fuselage au consortium ATR. La cérémonie de remise a eu lieu aujourd'hui à l'usine Leonardo de Pomigliano D'Arco (Naples) avec des représentants de la direction de Leonardo et d'ATR, du personnel impliqué dans le programme et de diverses institutions présentes.

 Par ailleurs, ce fuselage est le 1’500ème de la gamme ATR Aircraft,  quittera prochainement la ligne de production de Leonardo Pomigliano D'Arco, où il a été construit pour être expédié à Toulouse, siège du consortium ATR italo-français. L'avion sera assemblé en France et livré au client final, soit  Japan Air Commuter, dont la direction a assisté à la cérémonie d'aujourd'hui.

Avec près de 1’700 commandes et plus de 1 400 avions déjà livrés, les ATR comptent parmi les avions commerciaux les plus performants de l'histoire de l'aviation civile. Un ATR décolle ou atterrit toutes les 8 secondes quelque part dans le monde. Depuis le début du programme, les avions ATR ont effectué plus de 30 millions de vols. ATR, qui dispose d'un solide carnet de commandes avec trois années de production sécurisées, est le leader du marché régional des avions à turbopropulseurs depuis 2010, avec environ 75% de toutes les commandes de cette catégorie d'avions.

 

Photo :Le fuselage de Leonardo, soit le 1’500ème@ Leonardo