27/05/2018

Les hollandais remportent le Tiger Meet 2018 !

 

tiger meet,tigermeet 2018,pologne,exercice otan,forces aériennes,blog défense,aviation et défense

L’édition 2018 du Tiger Meet a été remportée par le squadron 313 des Forces Aériennes hollandaise équipée du chasseur Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon ».

Les pilotes hollnadais ont été les plus réguliers au cours des deux semaines de l’édition du Tiger Meet 2018 qui se déroulait, cette année du 14 au 25 mai la base aérienne de Poznan-Krzesiny en Pologne.

Les divers exercices  comportaient des dizaines de duels aériens simulés, des opérations de secours en faveur des pilotes abattus, la recherche, l’identification de cibles et la destruction de celles-ci, ainsi que la protection d’hélicoptères.

Les résultats du Tiger Meet 2018: 

 

Silver Trophy :  313 Sqn Hollandes

Best Flyling Unit : 313 Sqn Hollande

Best Looking Uniform: 11F France

Best Painted Tiger Aircraft: LwG 74 Allemagne

Tiger Games : LwG 74 Allemagne 

Best Skit : 1 JTS Autriche

 

Le 313e Escadron a été officiellement créé en 1953. Cependant, pour un escadron ayant une histoire aussi longue, il y a peu à dire, car l'escadron était surtout une unité de conversion opérationnelle (UCO). Ils ont commencé à piloter le Lockheed T-33. Les avions utilisés où sur les États-Unis et où (officieusement) nommé JVS II. Ils ont été utilisés pour donner une formation opérationnelle aux pilotes néerlandais qui revenaient d'une formation aux États-Unis. En 1958, l'escadron déménage à Woensdrecht. Les deux Escadrons de formation se sont unis pour former le JVO et le 1er janvier 1959, le 313e Escadron a été dissous. L'escadron a été reformé en octobre 1972 à Twente AB, à nouveau comme escadron de l'OCU, mais maintenant sur le NF-5A « Freedom Fighter ». Au cours des années suivantes, le 313 e Escadron était le seul escadron d'entraînement de la RNAF. En septembre 1986 a été l'année où le 316e Escadron a assumé le rôle d'instructeur, et le 313e Escadron est devenu pour la première fois un escadron pleinement opérationnel sur la Northrop NF-5A. Le statut opérationnel a pris fin en 1988 avec l'arrivée du F-16 « Fighting Falcon ». En avril 1990, le 313 est redevenu opérationnel en tant qu'unité offensive et défensive. En octobre 1990, le 313 à changé d'insigne  avec une tête de Tigre et est devenu membre de l'Association des Tigres de l'OTAN.

 

Photo :F-16 du Sqn 313 en Pologne lors du Tiger Meet @ Tiger Meet

Commentaires

Un peu la honte pour les escadrons équipés d'appareils plus récents de se faire battre de la sorte par un escadron constitué de vieux f-16.

Écrit par : Thierry | 27/05/2018

Petit rectificatif : la Koninklijke Luchtmacht est dotée de F-16 A/B MLU.
Meilleures salutations.

Écrit par : Joe | 27/05/2018

@Thierry: c'est bien là un commentaire peu éclairé d'une personne profane en la matière ! Ces exercices de l'Otan n'ont pas pour but de mettre en concurrence la valeur intrinsèque technique de chaque appareil, mais bien de de mettre a profit les procédures entre unités et la capacité de travailler ensemble avec des aéronefs n'ayant pas les mêmes capacités.

Écrit par : Steeve | 27/05/2018

@Joe: oui à la base le Block20 seulement la mise à jour MLU porte ce standard au Block30 soit la version C/D de base.

Écrit par : PK | 27/05/2018

@ Thierry: Pour compléter la réponse de Steeve, il ne faut par ailleurs jamais oublier, que dans les exercices internationaux, chacun ne donne pas la pleine capacité de son appareil. Les pilotes ont toujours comme consigne de ne pas montrer toutes les capacités de leurs appareils.

Écrit par : Martin | 27/05/2018

Félicitations ! Article très intéressant !

Écrit par : Benoist | 28/05/2018

La france a au moins remporté un prix : le best looking uniforme !
Normal pour "le pays de la mode"... Même si d'un point de vue militaire, ça fait un peut clownesque.

Écrit par : Ysgawin | 29/05/2018

@PK
Bien que tardives, ces quelques précisions que vous considérerez peut-être comme du pinaillage :
• la KLU n’a jamais acquis de F-16 block 20, mais 213 F-16 répartis entre les blocks 1, 5, 10, 15 et 15OCU. Et ce sont des blocks 10 et 15 qui ont été sont passés à la sauce MLU, dont 61 sont encore en ligne en 2018 ;
• après le programme MLU (début de l’installation des kits en 1997), la structure European Participating Air Forces les a redésignés comme F-16AM/BM. La désignation de block 20 leur a été attribués – ainsi qu’aux 150 F-16 block 20 taiwanais (qui sont essentiellement des block 15OCU avec l’installation du MLU directement sur la chaîne d’assemblage) (commande en 1992) – plus tard ;
• le but du MLU de base était de mettre le cockpit et l’avionique de ces legacy F-16 au niveau du F-16C/D block 50/52 et de leur permettre de tirer, notamment, des AMRAAM. Aujourd’hui, le programme MLU continue son bonhomme de chemin, avec le tape M7, même si les forces aériennes concernées ne procèdent pas à toutes les nouvelles étapes de mise à jour ;
• les F-16 de la Koninklijke Luchtmacht restent donc de type A et B, même s’ils sont passés par le MLU. Les qualifier de type C et D n’est pas correct en termes de nomenclature officielle. Cela reviendrait par exemple à dire que si j’installe le même système de guidage GPS qu’une Ferrari dans ma VW, celle-ci devient un bolide de Maranello. Ce que j’aimerais bien, naturellement.
Au plaisir !

Écrit par : Joe | 30/05/2018

@Joe: Oui mais lorsque l'on compare un F-16MLU ou (M) on s'aperçoit d'une adéquation avec le le standard 30 C/D: voyez plutôt :

Le MMC développé par Texas Instruments, dérivé de l’ordinateur central du F-22, remplace les 3 ordinateurs équipant le F-16 A/B et dispose d'une réserve de 50 % pour la mémoire et le traitement de données. Les capacités du MMC peuvent encore être augmentées par l'adjonction de cartes dans le boîtier du MMC. Il est en charge de la gestion de l’armement, de l’énergie, de la navigation et du diagnostic de pannes au niveau des Line Replacable Units. Il peut être configuré en fonction des missions à mener (chasse, bombardement, reconnaissance, ...). Le MMC est le contrôleur de la partie électronique du F-16. La version du MMC intégrée dans les F-16 européens diffère légèrement de celle retenue par l’U.S. Air Force pour ses F-16 Block 50, qui utilisent une plus vaste panoplie d’armements.

Improved Data Modem (IDM)

Un modem de transmission de données (Improved Data Modem) permet l’échange d’informations avec d’autres appareils en vol (jusqu'à huit) ou avec des stations au sol. Ce système a pour avantage que lorsque plusieurs appareils équipés d’un IDM volent en formation, il suffit à l’un d’entre eux d’allumer son radar et de communiquer les données tactiques qu’il obtient aux autres, leur évitant ainsi de révéler leur présence à l’adversaire. En cas d’engagement, les appareils restés ‘muets’ mais qui connaissent la position des avions ennemis n’ont qu’à allumer brièvement leur radar, le temps de tirer leurs missiles. Dans le cadre de missions de contrôle aérien avancé (FAC), il est également possible de transférer des données d’un avion à un ou plusieurs autres et de leur assigner à chacun un objectif, le tout en silence radio complet. Ce système, désigné Automatic Target Hands-Off System, permet en mode air-sol de bloquer le système d’acquisition d’objectif, le radar et un missile air-sol comme le Maverick sur la cible. En mode air-air, le FLIR, le radar et les missiles air-air peuvent instantanément accrocher la cible

Advanced identification friend or foe A/N APX-113(V) (AIFF)

Le nouvel AIFF de type question/réponse a été développé par Gec-Marconi Hazeltine. L’AN/APX-113(V), dont les quatre antennes sont clairement visibles devant la verrière de l’avion et constituent la principale différence extérieure entre les F-16 classiques et les F-16A MLU, est un développement de l’AN/APX-111 utilisé par les F-16 ADF américains et les F-18 koweïtiens. Il a une portée de 100 nautiques et travaille tant en mode transpondeur qu’interrogateur. Il sera dans l'avenir compatible avec le NATO identification system (NIS). L'AIFF répond aussi aux impératifs de plus en plus sévères en matière d'identification en vigueur dans l'aviation civile. L’avantage de l’AIFF est de pouvoir interroger des avions dotés d’un transpondeur sans avoir à activer le radar.


Radar AN/APG 66 (V) 2

Les F-16A MLU sont dotés d’un nouveau radar Northrop Grumman Electronics, l’AN/APG-66(V)2. Ce radar est en fait une version très améliorée de l’AN/APG-66. Les améliorations concernent tant le rôle air-air que le rôle air-sol. De nouvelles capacités ont été intégrées et le radar a une portée de détection et de suivi supérieure de l’ordre de 25% par rapport au F-16 Block 10 et 15. Dans le mode track-while-scan, il permet de poursuivre simultanément 10 cibles et d’en engager jusqu'à 6 avec des missiles BVR (Beyond Visual Range - Au delà du champs visuel) de type AMRAAM vers différents objectifs. Le mode range-while-scan autorise l’affichage sur écran des cibles sans pour autant les accrocher. Le radar affiche également des performances supérieures en mode air-sol et en mode cartographique et bénéficie de meilleures contre-mesures électroniques.

Le nouveau cockpit

Le MLU a la même configuration de cockpit que le F-16 C/D block 50 le plus récent. Le Color Liquid Crystal Display (CLCD) Multi Function Display (MFD) (Ecran couleurs LCD multi fonctions) permettra au pilote d'interpréter les informations plus rapidement. Le Horizontal Situation Display (HSD) est affiché en couleur et la possibilité de reproduire l'image radar en couleur est prévue. Il dispose aussi d’un système de visualisation tête haute élargi (Wide Angle Conventional HUD). Le stick et la manette des gaz sont du même modèle que ceux des Block 50. Les deux manettes comportent plusieurs fonctions supplémentaires (communications VHF et UHV, interrogation IFF, utilisation de l’Improved Data Modem, etc.).


Ce système de navigation indépendant et "muet" constitue la deuxième source d'amélioration pour la navigation et le système d'arme. Il contribuera dans une mesure importante à la sécurité de vol en procurant au pilote des informations relatives aux terrains et aux obstacles verticaux. Le Digital Terrain System, qui se fonde sur une base de données cartographiques établie par satellite calcule le chemin à suivre pour éviter tout obstacle en fonction des informations stockées dans sa base de données (les élévations de terrain naturelles mais également les obstacles construits par l’homme), de la vitesse, de l’accélération et de l’angle d’attaque de l’appareil. En ce qui concerne le niveau de vol, le pilote peut choisir entre 200, 300, 500 et 1.000 pieds. Il ne lui reste alors qu’à suivre le marqueur qui s’affiche sur son HUD. S’il vole trop longtemps en-dessous du marqueur, une grande croix apparaît sur le HUD et il perçoit dans ses écouteurs une voix féminine qui l’invite instamment à remonter.

Global Positioning System (GPS)

Ce système basé sur les signaux émis par les satellites de navigation, donne des informations extrêmement précises concernant la navigation, et ce dans les trois axes ainsi qu'une référence de temps précise.

Electronic Warfare Management System (EWMS)

Ce système permettra une gestion simple, programmable et centralisée de tous les systèmes électroniques de défense de l'avion. Toutes les avancées technologiques dont bénéficie le F-16 MLU sont bien entendu compatibles avec le système Carapace qui équipe la flotte F-16 de la Force Aérienne et avec l’emport de la nouvelle nacelle de reconnaissance MRP.

Inlet Hardpoint

Les côtés de l'entrée d'air du moteur sont renforcés, ce qui offre la possibilité d' y attaché des petits "pods" pour la navigation et l'acquisition d'objectif. (FLIR, LANTIRN)

Moteur

Le moteur Pratt and Whitney F-100 est porté au standard PW-220E et est doté d'une nouvelle régulation électronique.

Equipement futur

La configuration MLU prévoit plusieurs possibilités de croissance pour faire face aux besoin opérationnels de l'avenir.

Pod de reconnaissance (Recce Pod)

Le MLU peut gérer les moyens de reconnaissance standard (caméra). Le MLU pourra également gérer les moyens avancés comme Infra Red Line Scan (IRLS) et Electro Optical (EO). Il pourra même envoyer des données vers une station au sol en temps réel.

Microwave Landing System (MLS)

Système d'atterrissage automatique. Si nécessaire, ce système peut être simplement intégré dans le MLU.

Helmet Mounted Display (HMD)

Ce système projettera des informations sur la visière du casque du pilote. Le pilote pourra ainsi donner des instructions aux armes guidées. Le système peut également être utilisé pour une mise à jour (updating) du système de navigation.

Bref, on peut discuter le dénomination à volonter, mais non, il ne s'agit pas simplement d'adapter un gps d'une ferrari dur une VW, fort heureusement...

Écrit par : Martin | 30/05/2018

@Martin & Joe. Au final ces dénomination ne sont pas très importantes, car la différenciation varie selon les utilisateurs, le fondement est l'identification des éléments modernisés et l'apport de nouveaux systèmes. Au final, le client adopte un "MLU" selon sa convenance et ses moyens. Même la dénomination "MLU" n'est au final qu'un package à choix pour le client, selon lequel l'avion sera au plus simple amélioré et au plus au niveau monté à un standard supérieur.

Autrement dit un F-16AM/BM peut avoir de nombreuses différences en fonction du choix du client. Je ne dirais pas que Joe a tort en reflètant certaines dénominations, mais il est vrai que le choix de PK de reprendre au haut niveau la dénomination Bock30 ou C/D en ce qui concerne les F-16 hollandais ( visiblement belges selon vous Martin)permet de mieux comprendre le "niveau" réel de l'avion ce que le "M" ne permet pas.

Écrit par : Steeve | 30/05/2018

@Martin: merci pour ces details. A la lecture, le F-16 n’est pas si obsolète comme rapporté si souvent.
Ses capacités après 40 ans de sercice sont encore redoutables.

Écrit par : Al&X | 01/06/2018

Les commentaires sont fermés.