09/04/2018

Inde : on repart à zéro !

india_mmrca-61021-700x398.jpg

L’Inde vient de relancer son projet d’avions de combat dans le but d’acquérir un total de 110 aéronefs. Ce nouvel épisode ressemble à un projet MMRCA II et enterre l’achat séparé d’avions monoréacteurs et de bimoteurs prévu dernièrement. Ce nouveau retournement de situation n’est que le troisième en une décennie.

Ouvert à tous :

L'IAF a diffusé une demande d'information (RFI) de 73 pages à six entreprises pour la fourniture de 110 chasseurs monoplaces et biplace sur une période maximale de 12 ans. Par ailleurs, la nouvelle demande est ouverte aux chasseurs fabriqués aux États-Unis, en Europe de l'Ouest et en Russie.

La RFI ne fixe aucune norme pour le nombre de moteurs pour le futur chasseur de l'IAF. Environ 82 des 110 chasseurs devraient être des avions à un seul siège et le reste devrait être des versions à deux places.

Un maximum d'environ 16 ou 17aéronefs pourront être produit à l'extérieur du pays, mais le reste doit être construit en Inde par des compagnies locales ou via l'agence de production indienne, indique le document.

Comme prévu, le transfert de technologie et «Made in India» doit être prévu dans les évaluations des offres de l'IAF. Les soumissionnaires doivent décrire dans leurs réponses comment ils utiliseront les entreprises indiennes en tant que fournisseurs de systèmes et de production d'avions.

Par ailleurs, "le fournisseur doit fournir à l'utilisateur la possibilité de mettre à niveau unilatéralement", "des armes ou des capteurs", indique le RFI.

La réponse primaire à la demande RFI de l’Inde doit être effectuée jusqu’au 3 juillet prochain.

On reprend les mêmes :

Les réponses attendues proviendront des avionneurs suivants : Boeing avec le  F/A-18E/F Block III « Advanced Super Hornet », Dassault avec le Rafale F3R (voir le F4), Airbus DS avec l’ Eurofighter « Typhoon » T3, Lockheed-Martin avec le F-16 « Viper » Block 70/75, United Aircraft Corp avec le RAC-MiG-35 et Saab avec le Gripen E.

De quoi surprendre :

L’Inde est un pays complexe et l’achat d’un avion de combat le démontre une fois de plus. La relance d’une compétition large pose plusieurs questions. D’une part pourquoi relancer un tel achat, alors que le Rafale de Dassault a été choisi et devrait pouvoir bénéficier de commandes additionnelles ? Le risque est énorme de voir l’Inde opter pour un appareil différent et rendre sa maintenance plus compliquée. De plus, les choses ne vont pas vite en Inde, le projet MMRCA de base a mis près de 10 ans pour finalement être annulé. Combien de temps durera ce nouvel épisode ? Et pour accoucher de quelle solution ? Pendant ce temps, l’IAF est en manque crucial d’avions. Assistons-nous à un nouveau temps mort pour permettre le développement final et tant attendu du Tejas ?

 

La Colombie va recevoir ses S-70i« Black-Hawk » !

 

Sikorsky_S-70i_Blackhawk,_PZL-Mielec_JP7213250.jpg

L'armée de l'air colombienne va recevoir prochainement des hélicoptères Sikorsky S-70i « Black Hawk ». Sikorsky prévoit de livrer un premier lot de trois Black Hawks S-70i commandés par l'armée de l'air colombienne en août, suivi d'une deuxième série de livraisons en octobre.

 

Grand utilisateur du « Black-Hawk » :

La Colombie est le second opérateur, par le nombre d’appareils en service, de l’hélicoptère Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » après l’US Army. L’ armée de terre dispose de 55 UH-60, l’armée de l’air de 32 appareils et la police 7.

Avec l’arrivée prochaine de la nouvelle version S-70i, la Colombie va renforcer un peu plus sa capacité de transport tactique et d’appuis.

Le Sikorsky S-70i :

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Photo :S-70i @ Sikorsky/PZL