06/04/2018

Eurofighter, sensible retard pour le radar AESA !

1085458406.jpeg

Le développement du nouveau radar a antenne à balayage électronique pour l'avion de combat Euro Fighter est en cours d'exécution, mais avec 13 mois de retard. De fait, le nouveau radar ne pourra pas être livré comme prévu cette année a confirmé un rapport du ministère de la Défense allemand.

En outre, la part de l'Allemagne dans le développement du radar a augmenté de 585 millions d'euros par rapport à l'estimation initiale, indique le rapport. L'acceptation et la livraison des avions du Block 25 (standard T3) continuent d'être retardées en raison d’une faiblesse dans la démonstration du nouvel ordinateur frontal révélé en 2017, indique le rapport.

Les retards sont dus à des difficultés imprévues dans le développement de logiciels et à une divergence persistante entre l'Allemagne et le Royaume-Uni sur la fonction principale du radar et à l'approbation tardive d'un nouvel ordinateur frontal. En outre, la "disponibilité limitée des composants radar souffre d’un retard de production.

airbus ds,eurofighter,typhonn2 t3,radar aea,radar captor-e,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,avia news le blog de pascal kümmerling

Selon les estimations actuelles de l'industrie, le plan de développement peut continuer à être respecté, mais maintenant avec un risque de développement logiciel très élevé. Les partenaires industriels d'Eurofighter, ainsi que le consortium Eurofighter confirment que le programme se déroule comme prévu et que ce retard ne remet pas en cause le développement de la nouvelle version du « Typhoon II ».

La capacité de l'équipement radar et du système d'armes Captor-E devrait être améliorée avec la capacité requise (norme P3E) pour venir équiper prochainement la force aérienne du Koweït.

Les Eurofighter au standard T3 dont l’architecture repose autour du nouveau radar à balayage électronique actif Captor-E du consortium Euroradar offrant un champ de vision de 200 degrés. Il pourra emporter le pod de ciblage Lockheed Martin « Sniper » et des armes à guidage de précision, notamment le missile air-sol « Brimstone II » de MBDA et le missile de croisière « Storm Shadow ». L’avion emportera également les bombes à guidage laser GBU-12. La livraison de l'avion au standard T3 commencera en 2020.

2608938600.jpg

Photos :1 Eurofighter Typhoon T3 2 radar Captor-E @ Eurofighter

 

 

Commentaires

Mauvaise nouvelle pour participer à une évaluation du nouvel avion de combat suisse...
Au final, on risque de retomber sur le choix d’il y a 2 ans... Bis repetita !

Écrit par : Al&X | 06/04/2018

@AI&X, Non car il sera disponible pour l'évaluation dans notre pays. Mais le choix ne sera effectivement pas restreint uniquement sur cet élément.

Écrit par : PK | 07/04/2018

Si je ne me trompe pas, le fabricant du radar pour l'eurofigher et le même que pour le gripen, la société Selex ES basé en Angleterre.
C'est quand même bizarre que l'eurofighter depuis sa conception soit toujours en retard pour le développement des nouvelles versions, test et validité des nouveaux missiles ou bombes guidée.
Pourtant il ce vend pas mal et ce qui devrait permettre un suivi d'amélioration plus rapide.
le gripen si on le compare à l'eurofighter est beaucoup plus avancé.

Écrit par : michel | 07/04/2018

@Michel: Oui, c'est juste et celà vient de la problématique des pays membres du consortium qui peinent à se mettre d'accord sur les choix techniques et sur le financement.

Écrit par : PK | 07/04/2018

Exactement, une coopération avec plusieurs leaders donne ce genre de situation
Pour le RFI indien annoncé hier, pour répondre aux différentes missions types (voir sur le site de Livefist), ils ne peuvent donner que des simulations sans preuves concrètes contrairement aux autres concurrents

Écrit par : James | 07/04/2018

C'est le probleme d'un développement conjoint...Avec des objectifs différents. Les GB veulent un chasseur pur, interception rapide, sur de grandes étendues maritimes, avec un mode attaque au sol peut etre moins développé , ce que ne vise pas uniquement nos amis du Nord. Mais le système parait ambitieux donc wait and see...

Écrit par : zazoudulac | 07/04/2018

Bonjour
Un chasseur/bombardier est un outil de souveraineté et il doit répondre à des missions spécifiques. L'étudier, le développer, le construire et enfin l'améliorer, tout cela au sein d'une coopération inter-étatique est un quasi casse-tête. Le cas de l'EAS TYPHOON le démontre. Il n'en demeure pas moins que l'avion est militairement bon, mais bien plus tard qu'il ne le devrait....
Pour la prochaine génération de son chasseur/bombardier ( la 5+ ), car les UCAV sont encore loin de répondre à toutes les missions, Dassault aviation ne repousse pas de prime abord la coopération. Par contre cette société défend la thèse d'un maximum de 02 participants majeurs à un projet de ce type . L'idée est défendable car le coût de développement complet du Rafale, et ce sans coopération, a été sensiblement inférieure à celui du TYPHOON.
Enfin il a déjà profondément évolué et, est livré en série avec un radar AESA ( Thales ) depuis au moins deux ans.
Méditons ce résultat....
Quant au GRIPPEN E/F, c'est une bonne machine. Bonne cellule, moteur fiable et puissant, radar AESA au point, auto-défense au niveau etc. De plus cette version a un rayon d'action de 800 km ( 1600 Km A/R sans ravitaillement ) très respectable pour effectuer divers types de missions à partir d'un peu étendu.
Conclusion: Si l'on tient compte du nombre de nouveaux chasseurs bombardiers souhaitable pour la défense de la confédération Suisse, le GRIPPEN qui rappelle quelque-part le MIRAGE 3 mais en mieux, est un bon choix qui est à renouveler.
Bonne soirée.
D.J ( Evreux )

Écrit par : jouglet | 07/04/2018

Jouglet, tu as raison, un programme d'avion de combat peut difficilement se faire sans coopération de nos jours mais trop de pays c'est aussi un handicap comme ce fut le cas pour le Typhoon et l'A400M. A chaque fois il y a une bataille pour la répartition et un retour sur investissement, à chaque fois il y a des problèmes de communication entre chaque pays, à chaque fois chaque pays alourdi le cahier des charge pour rajouter sa plume et handicap d'avantage le projet.
bref, tout comme toi je pense que 2 grands constructeurs c'est bien, pas plus. Et par le passé les avions produits en duo comme le Concorde, le Jaguar, l'Alphajet ont été des succès. Trop de pays membres c'est un handicap.

Écrit par : Albert66 | 08/04/2018

Albert66: il peut y en avoir plus de 2. Le Tornado est un bon exemple.

Écrit par : v_atekor | 09/04/2018

Le Tornado a aussi été un programme avec beaucoup de pays participants. Quels ont été les leçons à tirer ?

Écrit par : Al&X | 09/04/2018

@jouglet:
Enfin il a déjà profondément évolué et, est livré en série avec un radar AESA ( Thales ) depuis au moins deux ans."

Le radar ASEA de Thales équipe tous les nouveaux Rafale au standard F3 depuis 2012. A ce jour 80 Radars de ce type sont en service.

Le rétrofit des 120 autres radars RBE2 - PESA au standard F3R AESA est en cours.

Écrit par : forêt10 | 10/04/2018

@Forêt10: Thales a livré le 200ème radar RBEII pour équiper le Rafale.

Écrit par : PK | 11/04/2018

@PK,

Vous vous trompez, c'est bien 120 PESA et 80 EASA (RBE2 depuis 2012)

Ce qui m'étonne sur ce radar AESA, c'est le système de rotule à l'en-base du radar pour le faire tourner, alors que les autres AESA n'en semble pas pourvus.

Écrit par : Fyd | 11/04/2018

@Forêt10 & Fyd: Erratum, il s'agit bien de 120 PESA et 80 AESA.

Le CAPTOR-E sera pouvu comme le Raven 05-E du Gripne E du système SwatchPlate qui permet un repositionnement de l'antenne et d'élargir le champs de détection.

Écrit par : PK | 11/04/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.