16/03/2018

Le remotorisation des B-52 se précise !

30.jpg

L'armée de l'air américaine devrait lancer une demande de propositions pour son programme de remplacement de moteurs de bombardiers Boeing B-52H « Stratofortress » au premier trimestre de 2019, selon un document de l’USAF publié le 13 mars dernier.

Le contrat pour le remotorisation des 76 bombardiers Boeing B-52H de l'USAF pourra être accordé quatre à six mois après la soumission des propositions finales, selon le document. Le ministère cherche à acquérir au moins 608 nouveaux moteurs à double flux disponibles dans le commerce pour remplacer les huit TF33 de Pratt & Whitney que chaque bombardier transporte.

L'USAF a décidé en juin dernier que la TF33, un moteur à réaction produit il y a 60 ans, n'est pas viable au-delà de 2030, en raison de l'âge, de l'obsolescence des pièces et de la réduction des fournisseurs. Pratt & Whitney, Rolls-Royce et GE Aviation sont des enchérisseurs potentiels pour le programme de remplacement du moteur.

L'effort de mettre de nouveaux moteurs sur le bombardier B-52H, et ainsi prolonger sa durée de vie, est le résultat du plan de l'USAF de s'appuyer sur le bombardier pour les décennies à venir.

 

Photo : B-52H @ Richard Parkhouse

Commentaires

en clair, apres avoir enterré tous ses remplaçants, papy B52 risque de ce tirer la bourre avec le futur bombardier US ...

PS: comme il y a un autre Laurent sur ce blog, je change pour Laurent10

Écrit par : Laurent10 | 16/03/2018

Mince alors quelle surprise, je pensais que la motorisation des B-52 avait déjà reçu une évolution. Ces vieux TF33 ont des performances tellement datées... Voyons, à 76 kN l'unité pour le TF33 du B-52 (76x8 = 608 kN), sachant que l'ensemble des 8 TF33-P-3 pèse 16 t à sec :
- 4 CFM56-5C à 155 kN l'unité feraient l'affaire (GE+Safran), sur les nacelles actuelles — 620 kN ensemble et une masse de 16 t.
- 2 gros GP7200 (GE+Pratt&Whitney) qui équipent les A380, avec 338 kN l'unité pour la version cargo — 676 kN ensemble et une masse de seulement 13,4 t.
- 2 gros Trend 900 (Rolls-Royce) à 334 kN l'unité — 668 kN l'ensemble pour une masse à sec de 12,9 t, encore plus léger !

Bon, les motoristes proposeront des spécifications parfaitement adaptées à l'avion, pas celles-ci, mais on devine bien quel bénéfice l'USAF retirera de cet investissement en termes de coûts opérationnels... sans compter que la voilure pourrait aussi recevoir quelques améliorations sur son aérodynamiques !

Écrit par : Mike | 16/03/2018

Étonnant que l'Air Force veuille remplacer ces vieux réacteurs par d'autres équivalents, au lieu de choisir un modèle plus récents et plus puissants.
De fait remplacer 8 TF33 (7'750 kg de poussée et une masse de 1'980 kg) par (par exemple) 4 PW2000 (poussée 19'400 kg et masse 3'200 kg).
Ces derniers équipent, entre-autre, les C-17 Globemaster. Avantage: réserve de puissance, consommation plus faible, masse plus légère, nacelle existante, maintenance en fonction. Et le C-17 va certainement rester lui aussi encore longtemps en service, donc avenir assuré et à moindre coût.

Écrit par : Bernard Repond | 17/03/2018

Il faut aussi voir ce qui passe sous les ailes, car à la différence des avions de lignes, les ailes du B-52 sont inclinées vers le bas (en tout cas au sol), avec une garde au sol au dessous des moteurs extérieurs qui doit être de l'ordre de 1m, voir moins.

Hors tous les moteurs qui permettraient de remplacer 2 TF33 d'un coup sont plus imposants (le diamètre de ces réacteurs étant généralement supérieur à 2m, alors que les TF33 sont autour de 1.3m de diamètre)

Une autre solution serait de monter des CF34-10A/E (utilisés sur les E190/195), des PW800 (utilisés sur les G500/600) ou des BR725 (utilisés sur les G550/650).
A noter que le BR710/725 est déjà utilisé dans l'USAF sur les E-11, les C-37A/B et bientôt les futurs appareils Compass Call basés sur le G550 CAEW.

Écrit par : chris2002 | 17/03/2018

Les commentaires sont fermés.