15/03/2018

Accélération en vue pour le futur avion d’attaque légère !

21.jpg

La secrétaire de la Force aérienne américaine, Heather Wilson, va demander au Congrès de réaffecter des fonds au programme d'avions d'attaque légère, ce qui accélérerait l'achat d'un an par le ministère soit en 2019. Le financement de l'acquisition de l'avion d'attaque léger est actuellement prévu pour l'année fiscale 2020 et il y a environ 2,5 milliards de dollars prévus au cours des cinq prochaines années pour le programme, selon la Force aérienne.

Palier les faiblesses du F-35 :

L'armée de l'air est intéressée par l'achat d'avions à hélice pour les missions de surveillance et d'attaque légères comme alternative moins coûteuse à l'utilisation d'aéronefs tels que Lockheed Martin F-35, qui ne répond que partiellement aux besoins. De plus cette solution permettra d’économiser un peu l’usage des Fairchild A-10

Une fois relevés de leurs tâches d'attaque légère, les avions plus avancés, qui sont également plus coûteux à exploiter, seraient redéployés pour contrer les menaces d'adversaires plus compétents, par exemple, comme la Russie et la Chine. En d’autres termes, les avions légers seront principalement utilisés pour combattre des unités dites « terroristes » comme les Talibans ou Daesch ou Al Nosra.

Les A-10 garderont la pointe de l’attaque au sol et l’appuis direct aux soldats dans un conflit de grande intensité. Le F-35 ne pourra être utilisé que de manière limitée. D’une part, du fait de sa faible maniabilité à basse altitude et d’un emport d’armement limité.

Deux concurrents :

Deux avions sont finalistes pour le programme d'avions légers d'attaque OA-X,le Beechcraft AT-6 "Wolverine" de Textron Aviation et A-29 "Super Tucano" d'Embraer.

L’AT-6 « Wolverine » :

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Embraer A-29 « Super Tucano » :

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 A-29 & AT-6 2 AT-6 Wolverine @ Beechcraft 3 A-29 Super Tucano@ Embraer

Commentaires

@ Pascal,
vous dites que le F35 accomplirait dans un futur les attaques au sol ? Théoriquement le F35 pour la version des marines si je me trompe pas, mais en est-il capable d'accomplir ce genre de mission.
Prenez un F16-F18-F15 tous ces avions sont bien plus apte que ce F35 pour l'attaque au sol.
Un avion léger c'est bien, mais ça ne remplace pas le A10, car on est loin avec le F35 le voir pour l'attaque au sol déjà avec tous ces retards.
Économiser un peu le A10 c'est bien ça, mais ça pousse loin sa retraite.

Écrit par : michel | 15/03/2018

@Michel

Le F-35 est prioritairement optimisé pour les missions de bombardements, il est conçu pour pouvoir pénétrer des espaces aériens fortement défendus et frapper des cibles qu'il a détecté et identifié sans aucune aide extérieure.
Ces avions légers seront achetés pour effectuer des missions très spécifiques ... ce sont des attaques au sol visant à soutenir des troupes au sol (Close Air support) et des bombardements. Mais le tout est prévu pour être effectué dans des environnements permissifs ... c'est à dire des zones d'opérations où les moyens de riposte de l'ennemi seront limités. Ces avions sont prévus pour bombarder des milices locales faiblement équipées, des terroristes en Pick Up etc ....
Pour ce genre de cibles "faibles" le F-35, ses capacités et ses coûts, n'est pas vraiment utile ... cela reviendrait à pécher avec un bazooka.

Écrit par : Dany40 | 16/03/2018

@ Dany40, merci pour vos infos.

C'est quand même dommage que Pilatus n'ait pas de société bien établie dans un autre pays, car son PC-21 serait au top pour la compétition si ce problème d'avion d'entraînement pouvait équiper de supports d'armement, une restriction qui pénalise bien la société.

Écrit par : michel | 19/03/2018

@Michel: En aucun cas. Le PC-21, n'est pas armé et ne ne le sera jamais, il faudrati pour celà revoir complètement le fonctionnement de celui-ci. Par ailleurs, Pilatus n'a aucune intention de venir sur le terrain des avions armés et prèfère laisser ce marché aux autres concurrents.

Écrit par : PK | 19/03/2018

@Dany40 : dans votre réponse vous occulté l'élément principal : La manibilité du F-35 très inférieure à un A-10 et c'est notamment cet élément qui fait que l'on cherche à maintenir le plus longtemps ce fameux avions. De l'autre le besoin d'avions légers est dû au besoin d'économiser le A-10.

Écrit par : Matthew | 19/03/2018

@PK : L'AT-6, version armée du T-6 Texan II, est quand même dérivé du Pilatus PC-9...

Écrit par : Matt | 19/03/2018

@Matt: Oui, mais seulement la cellule de base. L'avion a été profondément modifié pour emporter de l'armement, le cockpit ainsi que la verrière ont également subit des chagements qui le différencie complètement du modèle de base PC-9. D'ailleurs aujourd'hui un At-6 n'a plus grand chose à voir avec le PC-9, PIlatus n'a pas non plus son mot à dire sur l'AT-6.

Écrit par : Pk | 19/03/2018

@Matthew

L’incertitude concernant le F-35 est surtout son comportement à très basse altitude ... à ma connaissance cela n’a pas été testé en exercice ... par contre le F-35 serait très à l’aise à basse vitesse .

Mais de toute façon le F-35 n’est pas conçu pour faire du CAS comme le faisait un A-10 ... tout simplement parce que l’approche « basse altitude , basse vitesse » est de moins en moins utilisée. C’est pour cela que l’USAF faut faire ses missions de CAS depuis des années par des F-16 ... rarement des A-10.

Pour les cas ou l’ancienne approche sera utilisable avec donc un moindre coût , il y aura donc ce nouvel appareil léger

Écrit par : Dany40 | 21/03/2018

@Dany40: A basse vitesse maniable le F-35 ? Eh bien regarder donc les vidéos de démonstration c'est une catastrophe et j ene parle même pas de la réserve de puissance dans une montée. Par contre effectivement le F-35 n'est pas conçu pour le CAS et ne peut en aucun cas ramplacer le A-10.

Écrit par : Matthew | 21/03/2018

Les commentaires sont fermés.