27/02/2018

Contrat signé pour le futur Air Force One !

3685834968.jpg

L’avionneur amérixcain Boeing vient d’annoncer la signature du contrat pour la construction du futur avion présidentiel « Air Froce One «  de nouvelle génération.

« Boeing est fier de fabriquer le Air Force One de nouvelle génération, mettant à disposition des présidents américains une Maison Blanche volante à un prix concurrentiel pour les contribuables », s’est félicité l’avionneur dans un tweet.« Le président Trump a négocié un bon accord au nom du peuple américain ».

Rappel :

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement des deux aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là. On se rappelle les menaces de Donald Trump ayant déclaré sur Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options.

Le contrat :

Le président Donald Trump et Boeing ont trouvé un accord sur la fourniture par le constructeur aéronautique de deux avions présidentiels pour un coût de 3,9 milliards de dollars. A l'époque, les coûts estimés des deux nouveaux avions présidentiels avoisinaient les 4,5 milliards de dollars. 

3200735734.jpg

 

Photos :Le futur Air Force One @ Boeing

 

 

Commentaires

Juste comme ça, il n'a jamais existé que 2 VC-25A: le 28000 et le 29000.

Après, si les 2 sont en rade, l'USAF dispose aussi de 6 C-32A (757), voir des E-4B qui, en cas de conflit, sont plus adaptés que les C-32A (qui ne disposent notamment pas de capacité de ravitaillement en vol).

Écrit par : chris2002 | 27/02/2018

On peut détester Donald Trump, mais ce Monsieur a réussi son pari de faire baisser le prix du nouvel avion Air Force One.

Écrit par : David | 27/02/2018

Cet aeronef ne sera pas forcément et en permanence « Air Force One ». En effet, il s’agit d’un indicatif d'appel de tout aéronef de l'United States Air Force dans lequel se trouve le président des États-Unis. Des Boeing C-32 (désignation des Boeing 757 spécifiques pour l'US Air Force) spécialement aménagés sont utilisés lorsque le président a besoin de se déplacer dans des endroits où les pistes sont trop courtes pour accueillir les Boeing VC-25A. Ils réponde dès lors au code « Air Force One » lorsque le président s’y trouve à bord.

Écrit par : Gilles D. Bourquin | 28/02/2018

Baisse de prix dérisoire, toutefois, pas difficile à obtenir vu la pub que se fait Boeing et aussi l'impossibilité d'avoir un autre fournisseur capable de ne sortir que 2 modèles. Boeing n'a pas vraiment fait de concessions majeures et les "économies" se sont faites sur rien du tout d'important. Du pinaillage "whithousien" qui ne sert qu'à discréditer l'administration précédente comme tout ce que fait cette personne. Ceci n'est pas un tweet !! :-)

Écrit par : aathmos | 28/02/2018

@aarhmos: vous loin de la vérité, lors de la sélection par le gouvernement Obama on articulait le prix de 5 milliards de dollars. Obama n’a rien négocier du tout. Non seulement Trump a fait pression mais obtenu un bien meilleur deal. Prétendre que cela était facile de négocier et à l’image de vôtre méconnaissance du dossier.

Écrit par : Florence | 28/02/2018

@ aathmos
"dérisoire, pinaille"
à ces échelles de prix quelques % c'est déjà énorme.
Là on est à plus de 10% et 600 M$ ça reste pour moi un montant conséquent.

Écrit par : Gian | 28/02/2018

@David : je ne serais pas aussi affirmatif, du moment qu'un président s'en mêle, le sujet est politique, et donc personne n'avait intérêt à présenter des chiffres qui vont dans le sens contraire. Cela étant, je me méfie d'une telle conclusion qui masque les à côtés dont peut bénéficier Boeing, avec notamment l'ancien n°1 de Boeing n°2 au pentagone...

Écrit par : v_atekor | 28/02/2018

@V_atekor: et comment expliquez-vous le fait que l'administration Obama n'a "jamais" été en mesure "soi-disant " de négocier le prix final?

Écrit par : Martin | 01/03/2018

Amusant de voir nos amis européens s'étouffer sur le fait que Trump négocie l'achat d'Air Force One
à juste titre, alors que ces mêmes européens glorifiaient Obama qui nous a fait sous l'égide de magouillles perdre les contrats de l'hélicoptère Marine One (AW101) et du ravitailleur A330MRTT.

Écrit par : Alex | 01/03/2018

@Martin : je n'explique rien, en tout cas pas par des moyens économiques classiques. Tout ça est de la tambouille politique interne aux USA. Je ne sais pas s'il est correct qu'Obama n'ai jamais eu de prix ; probablement il a fait sous-traiter cette question à son administration sans en faire un sujet politique, ce que je conçois parfaitement.
.
Je ne suis pas sûr qu'il soit du rôle du président Américain que de négocier le prix des avions, mais je ne vote pas aux USA, et laisse cette réflexion à mes amis d'outre atlantique.
.
Cette négo est du même acabit que les ministres français qui se font prendre en photo entrain de prendre le train, avec un hélico pas trop loin au cas où...

Écrit par : v_atekor | 03/03/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.