24/02/2018

Confirmation de l’arrivée de Sukhoi Su-57 en Syrie !

186775.thumb.jpg.cc38d6aff5ebb656bf37acf35f2b4f47.jpg

Moscou, la Syrie continue d’être le terrain d’essai pour les armes russes avec le récent déploiement du nouvel avion de combat Sukhoi Su-57. Cette information est maintenant confirmée par les israéliens ainsi que de la part du Pentagone et de la Russie.

Deux ou quatre ?

 Une vidéo montre une paire de Sukhoi Su-57 se poser sur les installations de l’aérodrome russe de Khmeimim. Un information transmise par l’armée israélienne fait état d’un possible total de quatre appareils. 

Ces appareils de cinquième génération étaient accompagnés de 4 Sukhoi Su-35 « Flanker-E », ainsi que de quatre Su-25 « Frogfoot » et d’un avion de surveillance et d’alerte lointaine A-50 « Mainstay ».

Préoccupation américaine :

Dans un premier temps, le département américain de la Défense a refusé jeudi de confirmer le déploiement des derniers avions furtifs russes en Syrie, mais a exprimé sa préoccupation malgré le fait qu'il minimisait la menace. Puis, dans une seconde intervention les USA ont annoncé que l’ajout de combattants de la cinquième génération russes en Syrie ne constituait pas une menace pour l’instant.

Pour autant, le général américain responsable des engagements aériens en Syrie a commenté : "la présence des avions furtifs russes Su-57 en Syrie augmente le niveau de complexité à traiter par les équipages des forces aériennes américaines”.

Justification et avertissement de la Russie :

Vladimir Gutenov, président de la Commission de l’Industrie Militaire au Parlement russe (Duma), a commenté, vendredi 23 février, le déploiement des Su-57 en Syrie, comme destiné à envoyer un message, servant la dissuasion “à l’intention des avions de chasse des états voisins qui, volent périodiquement au-dessus de la Syrie sans y être invités” (suivez son regard). Le Député russe a ajouté que ces avions “ont besoin d’être testés en conditions de combat réel, en conditions de résistance de l’ennemi”. Les sources des renseignements militaires relèvent que le “message politique” transmis par le déploiement de deux avions furtifs Su-57 de 5ème génération, sur la base aérienne de Khmeimim dans la province de Latakia, est clair comme le cristal. C’est une mise en garde à l’intention des Etats-Unis, d’Israël et de la Turquie contre leur propension à envoyer leurs forces aériennes effectuer des survols de l’espace aérien syrien. La référence au “besoin de tester ce nouvel avion en conditions réelles de combat” indique que Moscou n’hésitera pas à lancer ces jets de haute-technologie dans la bataille.

 

3129498_1000.jpg

Photos : 1 Su-57 avec armement @ Alex S. 2 Paires de Su-57 @ Marina Lystseva

Commentaires

Voilà l’exemple à ne pas suivre: perdre la maîtrise de son espace aérien.
Rien de plus motivant pour la Russie que la présence de f-22.

Écrit par : Al&X | 24/02/2018

J’applaudis des deux mains !

...et je ne doute pas de la supériorité technologique, y compris dans la guerre électronique, des Russes.

Où quand la désinformation, et le dénigrement permanent des capacités russes, pour faire croire à sa supériorité, devient fébrile devant la réalité...

Je suis quand même curieux de voir s’il y aura des changements de comportement de la partie adverse et lesquels...

Écrit par : Carcharhinus longimanus | 25/02/2018

Ce sont encore des prototype ? Envoyer des avions en phase de développement dans cet environnement , c'est très risqué je trouve. SI un de ces Su-57 se faisait descendre .....

Écrit par : iGH | 25/02/2018

Et voilà qui va "inviter" les industriels à diffuser des systèmes capables de détecter les avions furtifs.
Et à brève échéance, cet "avantage" n'en sera plus un. Donc le surcoût est du gaspillage...
L'éternel combat du glaive contre le bouclier.

Écrit par : Ysgawin | 25/02/2018

@Ysgawin: avec la multiplication des radars AESA et des systèmes IRST, le furtif n'a qu'à bien se tenir...

Écrit par : Matthew | 25/02/2018

L'avertissement russe concerne plus les USA et Israel. La Turquie est maintenant plus proche des russes que des occidentaux. Ils ont le meme intérets que la Syrie de détruire les Kurdes.

Par contre la présence du Su-57 est une bonne chose pour les USA qui vont pouvoir aller le titiller de plus près pour voir ce qu'il a dans le ventre et tenter de voir sur nos radars s'il est si furtif que les russes le prétendent car rappelons que la Russie n'avait aucune expérience dans le domaine.

Écrit par : Albert66 | 25/02/2018

Coup de com et/ou politique:
1/ Ces avions n'ont pas ouvert complètement leur domaine de vol, et même si c'était le cas, les équipes ont une expérience très courte de cet avion.
2/ Avec 2 avions, les Russes ne peuvent pas faire grande chose de significativement opérationnelle sauf à dévoiler leurs signatures SER et SIR et dans le cas où elles seraient augmentées intentionnellement justement pour ne pas dévoiler les vrais chiffres, je ne vois pas où est l'intérêt opérationnel de leur présence

Écrit par : James | 26/02/2018

@James : Eh bien il n'y peut-être que vous pour ne pas trouver un intérêt à ce déploiement. D'une part le nombre de 4 est confirmé ce matin. De l'autre, il s'agit d'une part d'un élément de communication de la part des Russes, la réaction américaine le démontre. De l'autre, ils ne seront probablement pas utilisés, mais quel meilleur laboratoire de tests que la Syrie en ce moment. Bref, de quoi paufiner les systèmes de l'avion en vue de sa fabrication à grande échelle.

Écrit par : Martin | 26/02/2018

@James, je n'y vois pas une opération de com (quoi que), moi j'y vois surtout une bonne occasion pour eux de tester l'avion en situation de combat réel. Les guerres modernes sont souvent l'occasion pour les grandes puissances de tester et mettre à l'épreuve leur nouveaux appareils et technologies.

Écrit par : Albert66 | 26/02/2018

Les Allemands en Espagne en 1937 : bis repetitae

Écrit par : Daniel Cochard | 26/02/2018

"J’applaudis des deux mains ! " Magnifique, félicitations ! Vous avez déjà essayé d'applaudir d'une seule main ?

Écrit par : Géo | 26/02/2018

La configuration telle que montrée sur la première photo semble à la fois faible et inadaptée à un conflict dyssimétrique moderne : 2 missiles air-sol et seulement 2 R27 pour l'autoprotection, aucun pod de désignation laser, aucune bombe guidée, et surtout le plus surprenant à mon sens aucun réservoir pendulaire (quand les f22 décollent systématiquement avec 2 réservoirs largables).

À part la furtivité(tout juste prétendue), ces avions qui cumulent les manques ont tout à prouver, et ne peuvent absolument pas suciter la crainte pour une armée de l'air occidentale moderne.

Écrit par : Roland Trollet | 26/02/2018

@Martin & @Albert66
Je parlais d'intérêts opérationnels.
Si les russes veulent réellement tester leurs nouveaux zincs, ils leur faudra faire effectuer à ces avions de réelles missions sur le terrain, ce qui impliquent que les équipages devaient avoir déjà effectué suffisamment d'entraînements et d'exercices chez eux, est-ce le cas, vue la date de réception de ces avions par l'armée de l'air russe?

Écrit par : James | 26/02/2018

@Roland Trollet: la configuration de la photo n’est forcément celle utilisée en Syrie et ceci a plus forte raison si vous regarder le potentiel de cet avion. Par ailleurs, les Russes ne vont pas forcément l’utilise en mode air-sol mais vraisemblablement en air-air. Ne sous-estimez pas les missiles et les avions russes ce serait une grave erreur.

Écrit par : Nico | 26/02/2018

Pure propagande ?
https://reseauinternational.net/premier-bapteme-du-feu-du-su-57-en-syrie/

Écrit par : Géo | 26/02/2018

Sans sous-estimer qui que ce soit, on peut se poser la question de l'opérabilité en mission de guerre du SU 57 ... comme du F35 d'ailleurs.

Mais Poutine manoeuvre et fait de la politique en visant les mers chaudes comme à l'époque des tsar. De plus, on est en Orient, le discours et l'affichage sont très importants.

Quant à l'efficacité opérationnelle de ces appareils à peine sortis, il n'est pas interdit de se poser des questions.

Écrit par : Lionel | 27/02/2018

Les commentaires sont fermés.