20/02/2018

Saab confirme la livraison du Gripen E pour 2019 !

yourfile.jpg

L’avionneur suédois Saab confirme être sur la bonne voie pour livrer les premiers exemplaires de série du Gripen E au troisième trimestre de l'année prochaine.

"Nous allons nous en tenir au plan et livrer les deux premiers avions à l'armée de l'air brésilienne et à l'armée de l'air suédoise l'année prochaine", a déclaré Håkan Buskhe, directeur général de Saab. "Les choses se passent comme prévu", a-t-il déclaré en discutant des résultats financiers de la société le 16 février dernier.

Mieux que prévu :

Les tests et l'évaluation du premier avion Gripen E de pré-série n°39-8 se passent extrêmement bien. L’avionneur confirme que les données obtenues sont encore meilleures que les prévisions. Peu d’informations ont filtré en ce qui concerne ces résultats et semblent concerner l’ensemble des systèmes de l’avion. On apprend que l’antenne du radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» se montre particulièrement efficace, lorsqu’il faut suivre les cibles indépendamment des volumes de recherche et ceci grâce à des améliorations en ce qui concerne le contrôle du faisceau d’antenne.

Par ailleurs, les essais de préparation en vol ont permis de valider un temps de rotation entre les missions de seulement dix minutes.

L’appareil de pré-série sera rejoint par le second modèle (39-9) prochainement et le troisième (39-10) au début de 2019.

 

Un prix pour son inventeur :

Le Prix de l'innovation Saab 2017 est allé au Dr Henrik Holter pour son invention d'une nouvelle antenne en phase, qui est au cœur du système de guerre électronique de Gripen E.

"Mon invention est une ouverture d'antenne multidimensionnelle à large bande pour les systèmes AESA modernes", explique Henrik.

« L'ouverture de l'antenne a été spécialement développée pour les systèmes de guerre électronique à large bande ».

L’Inde, la Finlande et la Suisse dans le viseur :

Concernant les ventes potentielles à venir, l’avionneur suédois dit vouloir se concentrer avec le Gripen E en direction de l’Inde, le Finlande et de la Suisse. Pour les versions plus anciennes de type C/D le constructeur annonce pouvoir conclure prochainement de nouvelles ventes, sans en dire plus.

 

saab-gripen-e-1.jpg

Photos : Gripen E @ Saab S. Kalm

 

Commentaires

Pas mal l’avion de papier! Il faudrait ressortir les noms des parlementaires qui l’ont sortie celle-là ! Histoire qu’on s’en rappelle au prochaines élections....Quel gâchis!

Écrit par : Al&X | 20/02/2018

Merci, Pascal, pour ces bonnes nouvelles.

Ça fait plaisir de voir que Saab tient ses promesses, et je dirais bravo aux Suisses qui n'ont rien compris avec une série de formatage de cerveaux sur un avion de papier, un Suisse très naïf et manipulable comme un mouton.
ABE

Écrit par : michel | 21/02/2018

En tout cas, c'est une bonne nouvelle pour le gripen.

Par contre, je trouve un peu court le temps de production, entre le 1er avion de série qui sera livré vers mars 2019 et seulement quelques mois avant les 2 derniers avions de présérie.

Au final ne serait-il pas mieux d'abandonner les 2 versions de présérie et ce concentré sur l'unique exemplaire de présérie pour les éventuelle modification ou test ?

Écrit par : michel | 21/02/2018

@Michel

Ne dénigrez pas vos compatriotes ainsi.

Relisez en ENTIER l'article que j'ai posté dernièrement sur "La mise partielle des derniers F-5" et vous aurez une partie de la réponse.

Je trouve au contraire que nos compatriotes ont fait preuve de réel bon sens, à l'inverse de nos politiques.

Mettez-vous à la place de Mme ou de M tout le monde; pendant plusieurs années on vous fait miroiter que le Rafale est le meilleur et soudain à la suite d'un problème politique (qui a échappé à la plupart des gens concernés), ces mêmes personnes veulent vous faire croire que c'est maintenant le Gripen qui est LE meilleur!

Ceci dit nous étions alors en 2012, Saab promettait des livraisons (donc un avion opérationnel) pour 2018, nous sommes en 2018 et pour l'instant seuls volent trois prototypes.
Pensez-vous qu'entre temps la concurrence s'est endormie. Je rappelle que le radar AESA est operationnel sur Rafale F3 depuis 2012; (à ce sujet, quand les pilotes français, l'on découvert, il se sont écriés, à l’instar d'un pilote de F-35 (dixit Dany40, sur un autre article), être en présence d'un mini AWACS).
Une nouvelle version sera déjà disponible sur le F3-R pour le printemps 2018...

Écrit par : forêt10 | 21/02/2018

@ AI@X je suis de votre avis.

Les politiciens avaient pour but, de coulé le gripen, rien de plus simple qu'un avion de papier, vous ficelez bien ce-là et tous les pigeons l'avale.

Vous demandez 10 ou 50 milliards pour la reconstruction des villes dans le Moyen-Orient, vous aurez un 100% de OUI et pas de votation ou contre-projet.

Bref, ça viendra bientôt le moment d'ouvrir le porte-monnaie, mais ce n’est pas nous qui avons tout cassé, mais c'est nous qui réparons les conneries des autres.

Comme quoi pour certaine chose l'argent tombe tout seul mais pour d'autre l'argent fond comme neige au soleil.

C'est le chat qui se mord la queue.

Écrit par : michel | 21/02/2018

@MIchel: Selon le plan de production, l'évolution des avions de pré-série permet de rejoindre le model définitif. Le second appareil sera donc plus proche et le dernier à aura le standard déffinitif de production. Les deux autres seront modifiés au fur et à mesure.

Écrit par : Pk | 21/02/2018

Une chose est certaine, la prochaine évaluation sera certainement très serrée et du coup le prix risque bien de faire la différence.

Écrit par : Martin | 21/02/2018

Merci, Pascal, pour ces éclaircissements.

Désolé foret10, chacun a son opinion, je ne voulais pas vous blessé dans ma vision des choses.
Mais faut voir la réalité, le Suisse est un peuple d'ignorant et rien ne peut changer cela.
je pense que vous êtes pour le rafale, un bel avion il faut le reconnaître, mais qui n'est pas pour la Suisse, il nous faut un avion en grande quantité et de taille moyenne, malheureusement le rafale est plus gros et plus cher ce qui pénalisera en nombre, en coût d'entretient, en infrastructure.

Écrit par : michel | 21/02/2018

@Michel : au niveau de l'entretien, du Rafale comme de ses deux principaux concurrents, il y a des possibilités de mutualisation avec les pays voisins qui peuvent alléger la facture.
.
A ce sujet, la taille de l'avion ne sera sans doute pas déterminante. L'entretien d'un spitfire est probablement plus coûteuse que celle d'un B52, le B52 plus cher que le Galaxy, et le Galaxy plus cher que l'A380 : histoire de pièce détachées et de technologies obsolètes plutôt que de taille, histoire de grandes séries civiles plutôt que de petites séries militaires, histoire de beaucoup de main d'oeuvre contre beaucoup d'automatique... C'est un peu la marotte des avionneurs que de baisser le coût d'entretien.
.
Et typiquement, sur un problème de radar - peu ou prou indépendant de la cellule - tu peux avoir des prix très différents sans que la taille ou la capacité ne change vraiment.

Écrit par : v_atekor | 22/02/2018

Merci, v_atekor, pour ces informations.

Personnellement, j'ai une préférence pour le Gripen E, non pas par ce que j'aime que celui-là, mais je regarde sur un principe de stratégie.

Je m'explique sur la vision des choses:

la Suisse aura un certain budget, de ? Francs pour l'achat d'un nouvel avion.

Maintenant, si la Suisse choisissait le Rafale ? Vu son prix plus élevé, le nombre d'avions serait revu à la baisse, par exemple: +/- 25 avions, après il faut compté sur le prix de la maintenance, mais aussi un surplus pour les hangars par la construction ou l'amélioration et par des agrandissements.

2e choix ? Le Gripen E, son prix permettrait d'en acheté +/- 40 avions, une maintenance plus faible et pas d'amélioration pour les hangars ou de construction supplémentaire.

Après on pense a la performance: un avion plus performant, mais ? Là-dessus, il nous faudra compté les temps de maintenance, les pannes informatiques, usure des pièces, tout ceci clouera, a un certain moment l'avion pour une période courte a longue.

Au final nos forces aériennes se retrouveront en sous-effectif d'avion disponible et avec le reste de disponible ces avions seront vite essoufflés, en heure, maintenance ou panne.

Le plus judicieux est la quantité, car même avec maintenance ou panne, notre flotte aérienne ne se retrouvera pas en sou effectif d'avions.
Rafale ou Gripen E, les 2 sont des avions très performants, une différence de taille, nombre de réacteurs, charge d'armement, rayon d'action: les 2 ont un avantage ou désavantage en comparaison, mais faut voir la situation de la Suisse, elle a un armement défensif uniquement, donc pas besoin d'un bombardier ou a long rayon d'action.

Écrit par : michel | 22/02/2018

Voyons si le Gripen E tient toutes ses promesses lors des prochaines évaluations pour le nouvel avion de combat en Suisse face à ses concurrents. Mais le prix et la politique pèseront encore une fois de tout leur poids face aux besoins de l’armee .

Écrit par : Pepe | 23/02/2018

@ Pepe

la politique est un cercle très compliqué, je dirais même légèrement vicieux (dans le bon sens large du terme)

Petite comparaison sans les ailes: vous avez toujours roulé en Audi et son remplacement devient obligatoire, vous avez le choix entre une Audi, Opel, Toyota, Hyundai, après votre comparaison, tous les modèles testés sont catastrophique, sauf l'Audi qui est votre cheval de bataille, mais le choix est porté pour question d'économie sur une Hyundai, mais au final tous les modèles feront la même chose du point A au point B, juste une question de bouton sur le tableau de bord ou de petits gadgets.

On entend souvent dire que le rafale est le meilleur avion au monde, mais combien de fois a-t-il combattu contre un adversaire en réel, je ne dis pas en simulation, mais en réel avec arme de guerre face à un autre avion de la même catégorie et de pouvoir dire qu'il na laissé aucune chance à son adversaire ?

Maintenant que ce soit: le gripen, le rafale, l'eurofighter, tous sont des avions performants et si on les mettait les uns contre les autres en situation de guerre, il serait difficile de dire lequel remporterait le combat.

L'avion est une chose, mais le pilote fait la différence.

Écrit par : michel | 23/02/2018

@Michel : les combats aériens sont extrêmement rares depuis suffisamment de temps pour qu'aucun des avions présents dans cette catégories n'aient jamais fait de combat aérien du tout... sauf justement un, le Rafale, qui a 2 victoires à son actif, même si aucun des deux n'était de sa catégorie.
.
En même temps, c'est un peu l'essence de la guerre que d'avoir une arme qui surclasse tellement son adversaire qu'il ne lui laisse strictement aucune chance.

Écrit par : v_atekor | 23/02/2018

@V-atekor : le Rafale a deux vistoires en combat aérien ? c'est nouveau ça et contre qui, et dans quelle guerre SVP?

Écrit par : Martin | 23/02/2018

@V_atekor: Faut arrêter vos délires, "un Spitifire moins cher à l'entretien qu'un B-52 ?? Non seulement c'est stupide mais la comparaison n'a pas de sens. Quant au Rafale, certes l'avion a été utilisé dans des conflits en attaque au sol mais jamais en combat aérien.

Écrit par : David | 23/02/2018

Pauvre v_atekor, là vous avez reçu un sidewinder, votre rafale est shooté.

Je pense que vous avez vu le rafale faire 2 victoires contre des avions dans le jeu vidéo H.A.W.X 2.

Écrit par : michel | 23/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.