15/02/2018

Mise hors service partielle des derniers F-5 Tiger !

DSC_3182.jpg

Pour compléter le programme d’armement, des économies sont également prévues notamment en ce qui concerne les derniers avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » encore en service.

Le F-5 n’est plus adapté :

27 des 53 F-5 « Tiger II » de l’Armée suisse doivent être mis hors service. Bien qu’ils puissent décoller et atterrir dans l’obscurité et par mauvais temps, la faiblesse de leur radar et leur armement leur permettent de mener à bien des missions de sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien uniquement de jour et par bonne visibilité. Ces avions ne peuvent donc être engagés que de façon limitée pour le service de police aérienne et sont désormais inutilisables dans la défense aérienne. En effet, ils n’auraient aucune chance face à un adversaire doté de moyens modernes.

Deux autres variantes, l’une prévoyant de prolonger la durée d’utilisation des F‑5  et l’autre d’augmenter leur valeur combative, ont été examinées. Une étude de faisabilité portant sur la mise à niveau des F-5 a été réalisée en 2011 sur mandat du chef du DDPS. Une offre a ensuite été soumise par un consortium industriel composé de RUAG Aviation en sa qualité de centre de compétences pour le matériel et de la société Northrop Grumman Coporation en sa qualité de constructeur d’origine des F-5. Cette offre se basait sur un programme de mise à niveau des F-5  vendu par l’entreprise israélienne Elbit Systems Ltd. aux forces aériennes brésiliennes et adapté aux besoins spécifiques des Forces aériennes suisses. Si les deux variantes examinées étaient envisageables techniquement, les appareils modernisés n’auraient tout de même pas pu concurrencer les avions de combat modernes en termes de qualité. Par ailleurs, les coûts de développement, d’acquisition et de transformation qui s’élèvent à 950 millions ou à 1250 millions de francs selon la variante  auraient été disproportionnés par rapport à l’utilité militaire, raison pour laquelle les deux variantes ont été écartées.

Une situation connue :

La flotte d’avions de combat F-5 est fatiguée, depuis les années 2000, celle-ci et régulièrement réduite, car des aéronefs présentent des fissures importantes qui sont le fait de l’utilisation des aéronefs. Le non remplacement des derniers F-5 via le vote sur le « fond Gripen » et l’augmentation des vols de la flotte de « Hornet » rend la situation chaque mois plus critique pour les Forces aériennes. Le besoin en nouveaux avions de combat est devenu une urgence, n’en déplaise à quelques naïfs.

 

Photo : F-5 E à Payerne @ P.Kümmerling

 

 

Berjaya Hotels se dote d’ATR 42-500 !

234.jpg

Berjaya Hotels & Resorts va faire l’acquisition de deux avions ATR 42-500 d’occasion, que le groupe hôtelier prévoit d’utiliser pour lancer des services aériens vers l’île de Redang en Malaisie, où sont situés deux de ses établissements. La décision de Berjaya Hotels & Resorts d’acheter des ATR 42-500 témoigne de la polyvalence de cet avion. ATR est le seul constructeur d’avions au monde à proposer des appareils commerciaux de 50 places.

Le constructeur de turbopropulseurs voit un regain d’intérêt en Asie-Pacifique et dans le monde entier pour l’ATR 42, car sa taille est idéale pour certains opérateurs. Le futur lancement de services aériens au départ de l’aéroport de Kuala Lumpur Subang et à destination de l’île de Redang montrera à nouveau de quelle manière les ATR peuvent aider à stimuler la connectivité aérienne et le développement économique de la région.

Le PDG de Berjaya Hotels & Resorts, Hanley Chew, déclare : « Nous avons choisi l’ATR 42, parce que sa taille correspond à nos besoins et qu’il peut décoller et atterrir sur des pistes courtes. La piste de l’aéroport de l’île de Redang ne mesure que 1 100 mètres de long, la capacité d'atterrissage sur des pistes courtes de l’ATR 42 est donc primordiale. Notre choix s'est également porté sur l'ATR 42, car ce type d’appareil dispose d’une excellente assistance en Malaisie et dans l’ensemble de la région Asie-Pacifique, en termes de pièces détachées, de contrats de maintenance et de programmes de formation ».

Les deux ATR 42-500 seront réaménagés pour que le nouvel intérieur compte 36 sièges passagers, et ils auront une livrée personnalisée ornée d'une tortue de mer. Les établissements du groupe, Taaras Beach & Spa et celui de l’île de Redang, soutiennent la protection des tortues de mer sur l’île. Le groupe hôtelier a pour objectif de lancer ces services aériens reliant l’île de Redang à l’aéroport de Subang à Kuala Lumpur en juin. Berjaya Hotels & Resorts sera propriétaire des deux ATR 42-500, mais les avions seront exploités par sa société-sœur Berjaya Air.

Berjaya Air étudiera plus tard la possibilité de lancer des services reliant l’île de Redang à Singapour, car les services aériens de Kuala Lumpur Subang et Singapour à destination de Redang contribueront au développement du tourisme sur l’île. Le groupe hôtelier ayant ses propres appareils, il peut répondre à la fois aux besoins du marché des voyageurs indépendants « FIT » (Free Independent Traveler) et des « MICE » (séminaires, conventions-congrès, incentives et événementiel). Berjaya Hotels & Resorts prévoit de séduire les voyageurs et organisateurs d’événements en proposant des forfaits qui comprennent à la fois les vols et l’hébergement. Pour attirer les touristes internationaux, Berjaya promeut Redang comme une extension de Kuala Lumpur et de Singapour, afin de promouvoir cette destination. Les touristes internationaux peuvent se rendre en ville en avion et y passer quelques nuits avant de partir pour les belles îles au large de la côte de la péninsule malaisienne.

 

Photo : ATR 42-500@Gunther Feniuk