02/02/2018

L’US Air Force rejette le Scorpion !

53bea29b06088.jpg

L'US Air Force a exclu l'avion d'attaque légère Textron Aviation Scorpion dans le cadre du programme d’essais d’avion d’attaque au sol léger OA-X. Le choix de l’US Air Force se fera en direction de l'AT-6 « Wolverine » de Beechcraft et de l’Embraer A-29 « Super Tucano ».

La nouvelle est un coup dur le « Scorpion » de Textron Aviation visant à obtenir l'approbation de l'US Air Force. Un éventuel choix aurait facilité d’éventuelles exportations. Au lieu de cela, les turbopropulseurs AT-6 et A-29 sont «les deux avions d'attaque légers les plus prometteurs», a déclaré la secrétaire de la Force aérienne, Heather Wilson.

L'AT-6 et l'A-29 participeront à la deuxième phase de l'expérience OA-X de mai à juillet prochain sur  à l'aérodrome de Davis-Monthan en Arizona. La deuxième phase était prévue à l'origine comme une démonstration dans une zone de combat.

Encore faudra-t-il un budget ?

Mais le véritable soutien en ce qui concerne un avion d’attaque légère pour l’US Air Force est aujourd’hui difficile à juger. Il faudra attendre le mois de février pour savoir si l'Administration Trump optera pour un budget.

 

L’AT-6 « Wolverine :

 

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt & Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Le A-29 « Super Tucano :

 

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 Textron Scorpion@ Textron 2 AT-6 @ Beechcraft 3 A-29 @ Embraer

Commentaires

Y a-t-il véritablement un marché pour cet avion alors que la place est déjà prise avec les drones et autres avions turbopropulsés?

Écrit par : Eric | 03/02/2018

Je trouve qu'un avion motorisé et entraîné par hélice n'a pas la même capacité que par un moteur à réaction.
La masse globale d'un avion à hélice est quand même bien pénalisée, avion plus petit, blindage plus faible, charge militaire plus faible, vitesse plus faible et pilote plus en danger.
Les points positif, je pense, sera sur la consommation et l'entretient, mais à part, je ne vois pas ou est l'avantage.

Écrit par : michel | 03/02/2018

@michel: certes mais le problème du Scorpion c'est qu'il pourrait potentiellement être trop proche des caractéristiques de l'A-10 (même si celui-ci est 2x plus lourd), sans pour autant l'égaler dans son blindage. D'ailleurs à ce niveau, je ne suis même pas complètement sûr que le Scorpion soit beaucoup plus blindé qu'un Super Tucano, le Scorpion étant plutôt conçu pour opérer à une altitude suffisante pour ne pas que les armes légères représentes une trop grande menace.

De plus, un Scorpion risque de ne pas pouvoir opérer des mêmes pistes qu'un turbopropulseur, généralement conçu pour opérer depuis des terrains sommaires. Surtout que les entrées d'air sont placées assez bas sur le Scorpion... les gains en vitesse et en rayon d'action étant alors perdus par le fait que l'appareil devra potentiellement décoller de plus loin qu'un turbopropulseur.

Écrit par : chris2002 | 03/02/2018

Je rajouterai encore que si l'appareil est plutôt conçu comme une plateforme pour larguer des armes guidées en restant à une altitude de sécurité, le risque est aussi que l'USAF y voit une sorte de doublon, certes moins cher, mais aussi incapable d'opérer dans des conditions plus difficiles, vis à vis de ces vrais chasseurs.

D'ailleurs, pour l'éventuel achat de turbopropulseurs, on pourrait presque se demander si ce n'est pas à l'US Army qu'ils devraient être affectés, aux cotés des hélicoptères, vu leur mission presque entièrement de support des troupes terrestres. Et c'est probablement là qu'ils seraient utilisés au maximum de leur potentiel, l'USAF risquant de vouloir faire comme avec les A-10, les reléguer au placard dès que possible pour protéger ces unités de jets...

Écrit par : Chris2002 | 03/02/2018

L’AT-6 "Wolverine" n'est-il pas un "cousin" du Pilatus PC7 ? N'est-il pas le produit d'une très mauvaise affaire où Pilatus s'est fait gruger par Beech ?

Écrit par : Daniel Cochard | 04/02/2018

@Daniel Cochard : Du PC-9 en réalité, en fait Beechraft paye des royalties à Pilatus.

Écrit par : PK | 04/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.