28/01/2018

L’USAF relance la production d’ailes pour le A-10 !

maxresdefault.jpg

L'US Air Force prévoit de rouvrir un contrat pour produire de nouvelles ailes pour venir équiper les Fairchild Republic A-10 « Thunderbolt II » et préserver au moins quelques-uns des trois escadrons de combattants actuellement en préretraite en l'absence d’un véritable remplaçant.

Rappel :

En 2016, pour maintenir la flotte de A-10 en service, un contrat devait accélérer les travaux de maintenance. Diverses pièces devaient être usinées et Boeing aurait dû continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Mais il fallait encore remplacer les ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution, lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. 

Des retards :

Selon le dernier rapport de l’USAF, le contrat de remplacement des ailes arrive à son terme et une centaine d’avions n’ont pas été équipés. La raison de ce retard vient du fait que l’avionneur Boeing va fermer prochainement son usine de Macon, en Géorgie, où les nouvelles ailes des A-10 sont assemblées, avec les panneaux d'aile externes fournis par Korea Aerospace Industries. De plus, le contrat avec Boeing n’était selon l’avionneur, pas rentable.

De fait, l’USAF, prévoit d'acheter plus d'ensembles d'ailes pour l'A-10 avec des fonds disponibles dans le budget actuel et dans la demande de budget pour l'exercice 2019 qui sera publiée en février prochain. L'USAF devra créer une nouvelle chaîne de montage et sélectionner un entrepreneur différent pour terminer le travail de rééquipement des A-10.

Moins de A-10 que prévu :

Ce contretemps pourrait avoir comme conséquence une diminution du nombre de A-10. En effet, L'USAF n'a pas décidé combien des 109 A-10 seront au final doté de nouvelles ailes. Il se peut donc que certains appareils dont les ailes n’ont pas été remplacées soit finalement retiré.

 

1*WTs6CTIUIXJfZ8k6nryTSA.jpeg

Photos : A-10 Thunderbolt II @ USAF

Commentaires

Je trouve ceci décevant de la part des forces armées Américaine.

Je l'est dis combien de fois qu'il ne fallait pas remplacé l'A10 mais l'amélioré ou même refaire une fonte complète de l'avion ou depuis la cellule y mettre toutes les dernières technologies.

On voit bien que depuis des années on veut un remplaçant, mais on ne trouve rien de mieux que l'A10 pour les travaux d'attaque au sol.

Malgré la nouvelle stratégie sur le plan du combat au sol, au final on arrive toujours avec un système plus ancien faire le travail bien mieux qu'une technologie ultra moderne.

Écrit par : michel | 28/01/2018

Ils ont perdu les plans et égaré les machines outils ou quoi.

Écrit par : Pescatore | 28/01/2018

@michel: l'A-10 fonctionne bien dans un environnement plutôt asymétrique où l'ennemi n'a pas vraiment les moyens de riposter.
Mais le jour où l'USAF devra (à nouveau) s'engager dans un conflit plus symétrique, où l'ennemi serait capable de faire peser une menace contre les moyens aériens US (par exemple grâce à des moyens DCA nombreux, mobiles et performants), l'A-10 serait très probablement laissé au hangar, ce qui pourrait poser des problèmes si des troupes au sol doivent être soutenues et que l'USAF n'a pas d'autre solution performante mais "moins vulnérable".

De fait, l'A-10 a une place à tenir (encore que, si son engagement devait se limiter aux conflits asymétriques, on pourrait se poser la question de savoir si un Turboprops genre un Super Tucano "boosté" aux stéroïdes (canons plus puissants et idéalement amélioration du blindage) ne permettrait pas de remplir les mêmes tâches tout en coûtant moins cher à l'exploitation), mais il est aussi bon que l'USAF ait d'autres solutions pour le soutien des troupes au sol (même si on est d'accord que le F-35 n'est pas forcément la solution pour...).

Pour terminer, juste un exemple chiffré: durant l'opération Desert Storm au début des années 90, la moitié des appareils de l'USAF endommagés (14 sur 28) et quasiment la moitié des appareils de l'USAF détruits (6 sur 14) ont été des A-10, alors que les A-10 n'ont même pas réalisés 1/4 des missions de combat de l'USAF durant cette guerre.

Écrit par : chris2002 | 29/01/2018

@chris2002

je comprends bien votre point de vue et suis entièrement d'accord avec vous sur le point d'un ennemi bien équipé sur une défense aérienne qui pourrait vraiment mettre l'A10 en mauvaise position et même être interdit a intervenir au conflit.

Prenons un peu de recul avec la guerre en Irak, le jour J ou les forces de la coalition, ont lancé leur offensive en pleine nuit avec des avions furtifs et d'autres, mais leur altitude était haute avec en plus des avions brouilleurs pour les radars.

Aujourd'hui, le ferais ton en plein jour une telle attaque ? Je pense à 100% que non, car vous avez le même problème, des avions dernier cri en technologie, mais ça n’empêchera pas à l'ennemi de vous abattre.

Prendre des hélicoptères de combat c'est encore pire surtout avec leur vitesse et le bruit des moteurs les fera repérables de très loin.
Le super tucano ? Je pense y pourrait être utile pour l'entraînement ou contre la guérilla, mais rien de plus, l'avion n'est pas du tout assez puissant pour de fortes charges externes, mais aussi il serait impossible de mettre un canon dessus comme celui de l'A10.

L'A10 est un avion robuste, puissant en motorisation et armement, il est équipé d'un habitacle protégé et il pourrait recevoir une bonne rafale de DCA qu'il pourrait rentré a sa base, mais aujourd’hui, il n'existe aucun avion a mettre devant.

Écrit par : michel | 29/01/2018

@chris2002: Le A-10 a été créé pour être utilisé en conflit symétrique, devant combattre les troupes mécanisées soviétiques. De nos jours, utiliser des appareils pilotés dans ce genre de mission fait plus grincer des dents qu'à l'époque en pensant aux pertes humaines que cela entraînerait.

"...durant l'opération Desert Storm au début des années 90, la moitié des appareils de l'USAF endommagés (14 sur 28) et quasiment la moitié des appareils de l'USAF détruits (6 sur 14) ont été des A-10, alors que les A-10 n'ont même pas réalisés 1/4 des missions de combat de l'USAF durant cette guerre."
Dans ce cas, il ne faut pas mélanger les missions. Rien à voir entre des avions qui faisaient des ravitaillements à haute altitude, des chasseurs de couverture aérienne quasiment sans adversaire, des bombardier volant à très basse altitude pour éviter les radars adverses et les A-10 qui tournaient à basse altitude justement pour se faire allumer par la DCA pour tenter ensuite de la détruire... Par conséquent, c'est assez normal qu'au contact comme ils étaient, ils soient plus souvent touchés.
Après, de savoir s'il a encore un rôle important à jouer, c'est autre chose. Je suis sûr que d'une chose: les troupes au sol verraient d'un mauvais œil leur mise à la retraite... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 29/01/2018

C'est qui a osé dire que le A-10 serai au hangar si il y avais un véritable ennemi face à lui,
Pardon mais cette avion vis depuis 40 ans, il en a vu des conflits avant ISIS,
Par exemple l'Irak combien de pilotes se sont pris des coups de 23mm sans pour autant se cracher, un A-10 s'est pris un missile SAM dans l'aile et a réussi à rentrer, c'est pas un F-15 qui aurai pu, le faire et je vous le donne en mille c'était une des rare femme pilote de A-10 qui l'as ramenée
En Bosnie, après le crash d'un F-117 seul les A-10 avec leurs systèmes de communication conçu spécialement pour interagir avec les troupes au sol, ont puent contacté le pilote et grâce à leur furtivité ont distrait les radars et missiles pour laisser la voie libre aux unités resco, un chasseur aussi gourmand et comme un pointu aurai eu besoin de se ravitailler pour rester sur zone.
Que des preuves pour les responsables des forces au sol le sauvent à tout pris (en particulier des vétéran de 1990), ils pourraient accusé l'Air Force de négliger le soutiens sol rapproché et racheter tout les A-10 pour faire chier l'Air force, de toute façon le congrès américain contrairement à la France n'es pas entièrement bourré de cons,
Il préféreront un avions rustiques, efficace qui coûtent 10.000$ la maintenance (qui pour nous en France le prix faire voler un Super Puma) et que la force principale des US aiment et réclame.

Écrit par : Martin | 20/07/2018

Les commentaires sont fermés.