15/01/2018

La RAF fait ses adieux au Lynx !

3234.jpg

Les opérations de l'armée britannique avec l’hélicoptère AgustaWestland Lynx sont terminées, demains 16 janvier, le Joint Helicopter Command organisera une cérémonie d'adieu.

Basé sur le site d’Odiham de la Royal Air Force, dans le Hampshire, le 657e Escadron de l'armée de l'air est la dernière unité britannique à employer le AH-9A Lynx. L’hélicoptère avait été introduit pour la première fois dans sa norme AH1 en août 1978, et a ensuite été utilisé par le service dans des pays tels que l'Afghanistan, la Bosnie, l'Iraq et la Sierra Leone.

Les derniers AH7 Lynx ont été retirés en juillet 2015, laissant subsister les derniers AH9A modernisés jusqu’à aujourd’hui. Les Lynx ont été progressivement remplacés par son successeur, le Leonardo AW159 Wildcat.

À la suite de la dissolution l'an dernier du 9e Régiment de l'AAC à Dishforth dans le North Yorkshire, le 657e Escadron a conservé ses 12 AH9A.

Le Westland Lynx :

Produit à l’époque par la société Westland, le Lynx est une collaboration franco-britannique datant de 1967. Le premier prototype a volé le 21 mars 1971 A l'origine cet hélicoptère étati prévu pour un usage civil et naval. Cependant, ses caractéristiques ont très vite intéressé l’armée britannique.Des modèles pour l'armée de terre et la navy ont ainsi été développés. Le premier Lynx militaire a été opérationnel en 1977. Le Lynx a connu une brillante carrière commerciale. Les accords initiaux prévoyaient 55 Lynx pour les armées françaises et 190 pour les forces britanniques. 369 sont finalement construits dans le cadre de l’agrément (moins 15 pour la France, plus 28 pour le Royaume-Unis et moins 54 pour l'exportation). L’armée britannique a passé commande pour 100 Lynx AH (modèle d'attaque) Mk.1 pour plusieurs rôles, dont le transport tactique, et l’appuis anti-char la reconnaissance et l'évacuation. De son côté la France a utlisé le modèle Lynx MK4 spécialisé principalement dans la lutte-anti-sous-marine.

987.jpg

 

Photos : 1 Lynx AH-9A@ Brian Marshall 2 Lynx AH-9a@ Keith Newsome

 

Une bonne année 2017 pour Airbus, mais… !

Airbus-Family-formation-flight1.jpg

Les livraisons d'Airbus en 2017 ont augmenté pour la 15ème année consécutive, atteignant un nouveau record de 718 avions livrés à 85 clients. Les livraisons ont été supérieures de plus de quatre pour cent au précédent record de 688 établit en 2016.

Le total de 2017 comprend: 558 monocouloirs A320, dont 181 A320neo, soit une augmentation de 166% par rapport à 2016, 67 A330s, 78 A350 XWB (en hausse de près de 60% par rapport à 2016) et 15 A380. En outre, pour plafonner cette réussite annuelle de production retentissante, Airbus a enregistré 1’109 commandes nettes de 44 clients. À la fin de 2017, le carnet de commandes d'Airbus s'élevait à 7’265 avions évalués à 1,059 billion de dollars américains aux prix courants.

Fabrice Brégier, Chief Operating Officer d'Airbus et Président d'Aircraft Aircraft, a déclaré: «Un nouveau record de livraisons d'Airbus couplé à notre cinquième meilleur carnet de commandes marque une année remarquable pour nous. Cette réalisation exceptionnelle témoigne du dévouement de toutes nos équipes et rend l'entreprise plus apte, plus forte et prête pour les opportunités à venir. "

Avec la performance de cette année, Airbus a continué à augmenter ses livraisons d'année en année, avec une augmentation de 15 années consécutives de production. Depuis ses quatre usines de la famille A320 à Hambourg, Tianjin, Mobile et Toulouse, Airbus est en passe d'atteindre le taux de 60 par mois sur monocouloir d'ici mi-2019. Pendant ce temps, l'A350 XWB est sur la bonne voie pour le taux 10 d'ici la fin de l'année 2018. La bonne prise de commandes d'Airbus en 2017 s'est traduite par un ratio «book-to-bill» de 1,5.

IMG_0475.JPG

L’A380 en grand danger :

Si ces chiffres confirment la bonne santé de la division « avions commerciaux », l’avionneur européen de retrouve avec un dilemme de taille en ce qui concerne son A380. En effet, l’avionneur et dans l’attente d’une nouvelle commande d’A380 de la part de la compagnie Emirates Airlines. Sans celle-ci. Le constructeur européen devra arrêter le programme du « superjumbo ».

 

Photo : la grande famille d’Airbus @ Airbus