30/12/2017

Le biokérosène diminue les traînées !

media_699_356472_w1200_fit_wm.jpg

Les biocarburants pour l’aviation offrent plus qu'une alternative aux hydrocarbures, ils réduisent également les émissions de particules des moteurs à réaction de 70%. Cette constatation a été faite par une équipe de chercheur dirigé par la NASA.

En collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), la NASA a analysé les données sur les effets des carburants de remplacement sur plusieurs phénomènes, y compris la formation de traînées. Le fameux « Contrails » et les nuages ​​de type cirrus qu'ils aident à créer, sont considérés comme un facteur influençant l'environnement. L'un des principaux moteurs de la formation de traînées de condensation est les émissions de suie.

Les essais ont été effectués à l’aide de trois avions derrière un banc d'essai de type DC-8 de la NASA, brûlant un mélange 50/50 de carburant aviation et une alternative faite à partir d'huile végétale de caméline. Les avions de collecte de données, un Dassault Falcon 20, un Canadair CT-133 et Dassault Falcon 20G de la NASA ont analysé les échantillonnant des particules de glace et surveillé la formation de traînées formées par le DC-8.

Parmi les résultats: les biocarburants émettent moins de suie, ce qui entraîne une réduction de 50 à 70% des émissions de particules. De plus, les particules rejetées par les réacteurs combinées à l’air compressé produisent 40% de traînée en moins qu’avec un kérosène fossile.

«C'était la première fois que nous quantifions la quantité de particules de suie émises par les moteurs à réaction tout en brûlant un mélange 50/50 de biocarburant en vol», a déclaré Rich Moore, scientifique adjoint du projet au sein de la NASA et auteur principal d'un rapport sur les essais publiés dans la revue Nature.

 

contrails.png

Photo : Traînées produite à l’arrière d’un B747@ JPC Van Heijst

Commentaires

L'astuce, c'est que les énormes surfaces cultivables utilisées pour produire les matières nécessaires au biocarburant sont autant de terres qui manquent à la production de denrées alimentaires, dont certaines populations auraient bien besoin.
C'est rigolo de voir qu'on préfère favoriser nos petites vacances plutôt que la résolution de graves problèmes mondiaux. Je dis ça comme un constat, et non comme une critique, hein, parce que j'en fais pas plus que les autres pour résoudre lesdits problèmes.

Écrit par : jp_perfect | 30/12/2017

@JP_Perfect: Les biocarburants de 3ème génération ne sont pas produit au détriment des cultures pour l'homme et le bétail, mais sont la résultante de diverse huiles usagées, de compost et d'algues.

Écrit par : Merédith | 30/12/2017

@jp-perfect: pour votre information : la Camelina sativa présente plusieurs avantages : adaptée aux conditions climatiques et agronomiques de l'Europe, c'est une espèce peu exigeante et à production élevée. Deux souches pures, Epona et Céline, produisent régulièrement plus de 25 q/ha de graines en France métropolitaine, dans des conditions de culture déterminées. Bref, cert huile combinée à d'autres étant usagée représente une alternative efficace pour l'aviation et l'homme.

Écrit par : Marco | 30/12/2017

@Mérédith C'est vrai, mais celle-ci étant actuellement encore très chère, elle reste d'utilisation marginale, et ce sont donc encore et toujours les biocarburants de 1ère et 2ème générations qui prédominent, et ce pour plusieurs années encore. De plus, la culture des algues nécessitent de grosses quantités d'engrais, ou l'utilisation d'OGM. Que du bonheur!
@Marco Super, mais quel que soit son rendement ou ses qualités, tout ce qui est utilisé pour l'aviation n'est pas utilisé pour l'homme. Tant que des personnes souffre de malnutrition, vous m'excuserez de ne pas sauter au plafond.

Écrit par : jp_perfect | 30/12/2017

Voila un débouché d'enfer pour les algues de la baie de St Brieuc... c'est les bretons qui vont etre contents..

Écrit par : lotser68 | 30/12/2017

@jP_Perfect: Ben, oui envoyons nos huiles usagées pour nourrir le tiers-monde !! Bin Bravo !

Écrit par : Marco | 31/12/2017

@JP-perfect: Si le développement des biocarburants coûtent encore cher, est-ce une raison pour abandonner? Le développment de nouvelles technologies à toujours été précédé de coûts élevés qui se sont ensuite abaissés pour devenir très abordable. Le simple fait que des compagnies aériennes commencent à utiliser des biocarburant et en soit très bien et va se poursuivre. Si l'on vous écoute, il faudrait tout arrêter, continuer à polluer ou même revenir à l'âge de pierre.

Écrit par : Mérédith | 31/12/2017

"Tant que des personnes souffre de malnutrition, vous m'excuserez de ne pas sauter au plafond." C'est un argument du 19ème siècle. Si des gens souffrent de malnutrition, cela n'a rien à voir avec cette problématique. On a toujours dit que les terres africaines sont maudites, peu productives et je ne sais trop quoi. C'est probablement la raison pour laquelle les Chinois se les accaparent pour nourrir leur propre population.
Ce n'est pas le rôle des Européens de nourrir les Africains jusqu'à la fin des temps, pendant que les tiers-mondistes nous font croire qu'on les pille. L'Afrique n'est pas auto-suffisante sur le plan alimentaire, et les Africains se nourrissent principalement des surplus américains et français.
Tirez-en les conclusions que vous voulez, vous devinez les miennes...

Écrit par : Géo | 31/12/2017

il y a aussi le Jatrophra Crucas que est un excellent candidat pour les bio carburants. Haut taux de rendement sur des terres peu ou pas propice à la culture.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_de_jatropha

Écrit par : Milpa Bagen | 03/01/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.