28/12/2017

Un rapport anglais critique le programme F-35 !

24832326655_f217e28616_b.jpg

Après le Danemark en novembre dernier, c’est au tour du Royaume-Uni de s’interroger sur le programme de l’avion de combat Lockheed-Martin F-35 et de son acquisition par le pays.

Le Comité de défense de la Chambre des communes (HCDC) a mené une enquête sur l'acquisition par le Royaume-Uni des chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-35B « Lightning II ». Cet organe de surveillance du Parlement britannique a publié un rapport détaillé et critique. D’une part il s'est dit déçu par les réponses obtenues lors des témoignages écrits et oraux de l’avionneur Lockheed-Martin et des responsables du ministère de la Défense britannique (MoD). Le rapport a été publié quelques jours avant que le 14e F-35B destiné au Royaume-Uni soit livré en Caroline du Sud, où le premier escadron britannique travaille sur le nouvel avion.

Défaillances à répétition et surcoûts :

L'enquête du HCDC a été motivée par de sérieuses défaillances du programme et des augmentations de coûts. En effet, du côté anglais, on a commencé à s’inquiéter des révélations signalées aux Etats-Unis par les récents rapports du Directeur des tests opérationnels et de l'évaluation (DOT & E) et du Government Accountability Office (GAO).

Selon ce rapport, le HCDC a déclaré que dans l'ensemble, ses préoccupations "n'ont pas été atténuées" par Lockheed-Martin et le ministère de la Défense. Le comité a déclaré que "l'incapacité du MoD à fournir des estimations de coûts adéquates pour ses achats de F-35 ... est totalement insatisfaisante."

Par ailleurs, le rapport révèle que le F-35B ne pourra pas communiquer avec en terme de liaison de données avec les futurs bâtiments de la Navy ni avec les Eurofighter « Typhoon II ». De fait, le

ministère de la Défense va devoir financer un programme permettant au F-35 de transmettre des informations de son Advanced DataLink (MADL) multifonctionnel sécurisé en direction des « Typhoon » , et aux bâtiments de surface.

Cyberguerre et ALIS :

Le rapport confirme également les craintes déjà mentionnées par les Israéliens en ce qui concerne les risques de pouvoir « hacker » le système de maintenance ALIS  (Autonomic Logistics information System) centralisé aux Etats-Unis.

Cependant, le rapport du comité concède que «les assurances concernant le niveau rigoureux de cyber-tests du logiciel ALIS du F-35 sont les bienvenues, tout comme l'assurance que le Royaume-Uni aura une utilisation complète et sans entrave. Mais le rapport demande à Lockheed-Martin de clarifier le niveau de protection en place pour les données techniques recueillies par ALIS par rapport à la flotte de F-35 du Royaume-Uni, y compris, si ces données relèvent de la licence de droits illimitées du gouvernement des États-Unis.

Limitation de la flotte :

Le Royaume-Uni recevra trois autres F-35B à Beaufort l'année prochaine, et un de plus, son 18ème au total au début de l’année 2019. Certains de ces avions voleront au Royaume-Uni l'été prochain.

Par ailleurs le Royaume-Uni conserve trois F-35B d'essai et d'évaluation à Edwards AFB, durant les trois prochaines années.

À ce jour, le Royaume-Uni n'a acheté que 18 F-35B. Cependant, en janvier 2017, le ministère de la Défense a prévu 30 autres avions qui doivent normalement être livré entre 2020 et 2025. La provision était de 3 milliards de livres, soutien initial compris, soit près de 134 millions de dollars par avion au taux de change actuel. Les 18 premiers avions pour le Royaume-Uni semblent avoir coûtés plus de 150 millions de livres sterling (200 millions de dollars) chacun.

Initialement le Royaume-Unis prévoyait d’acquérir 138 F-35. Mais, Il semble aujourd’hui que cela soit improbable. Le mois prochain, le ministère de la Défense devrait révéler une nouvelle série de réductions de personnel et d'équipement, 26 mois seulement après qu'un examen stratégique de la défense et de la sécurité (SDSR) ait établi un budget qui devait durer cinq ans au départ.

De fait, le Royaume-Uni pourrait économiser à la fois sur les coûts d'acquisition et d'exploitation en achetant des versions conventionnelles du F-35A. Cela a longtemps été le désir de la Royal Air Force, en raison de la plus grande portée et la charge d'armes du F-35A par rapport au F-35B. Lockheed Martin a promis de réduire le coût récurrent de l'unité (URFC) du F-35A à environ 80 millions de dollars. De l’autre, les réductions de budget devraient également réduire le nombre de F-35 qui seront au final achetés par le Royaume-Unis.

 

bk2_ff.jpg

Photos : F-35B aux couleurs de la RAF @ MOD.UK

 

Commentaires

C'est amusant de voir tous ces pays qui ont achetés cet avion uniquement sur papier, et qui maintenant constate qu'il est bourré de défauts et très très couteux.
Pire, malgré les pannes, les rapports alarmants, les critiques ça n'empeche pas certains pays de vouloir malgré tout l'acheter ... y a des choses parfois qui m'échappe ou alors le lobbying américain est terriblement efficace et discret.
En tout cas à l'avenir, ces pays attendront de faire des évaluations avant d'acheter et les potentiels clients à venir n'auront plus d'excuses s'ils regrettent cet achat par la suite.

Écrit par : Albert66 | 28/12/2017

@Albert66:
En même temps, c'est le seul chasseur furtif actuellement sur le marché (pour ceux qui ne veulent pas acheter russe ou chinois), et donc de fait le seul choix possible pour les pays voulant garantir une capacité d'action dans un conflit à environnement A2AD (Anti Access - Area Denial).

Écrit par : Matt | 29/12/2017

Oui le lobbying marche très bien, il suffit de rappeler que russes et chinois développent le leur et que les environnements A2/AD prospèrent pour faire sortir le chéquier.

Par contre, le paramètre politique pourrait limiter le déploiement de tels appareils. Je doute que même équipé de F-35, l'Amérique d'Obama se serait lancé dans un conflit en Syrie. La perte d'un seul appareil par un système S-400 serait du pain béni pour les russes pour vendre leur système sans oublier que cela engendrerait une perte nette de 130-150 millions de $. A l'heure où certains états réduisent le volume de leur commande, cela fait réfléchir avant d'envoyer ses avions sur une zone de conflit avec bulle A2/AD.

Écrit par : riso | 29/12/2017

@Matt, ne pas confondre furtivité passive et furtivité tout court. Le F-35 a misé sur ses formes pour passer inaperçu aux yeux des radars adverses. Malheureusement pour les USA, ça ne fait pas tout, cf. F-117 abattu en Bosnie malgré sa furtivité passive très poussée.

La furtivité est le fait d'être vu le plus tard possible par l'adversaire. Elle peut aussi être active. On parle alors d' "active cancellation". Et dans ce cas, pas besoin de formes anguleuses pour pénétrer une bulle A2/AD. Renseignez vous sur les mots clefs SPECTRA et active cancellation. Le F-35 n'est pas le seul chasseur capable de pénétrer une bulle A2/AD sur le marché. Le Rafale le fait aussi bien (les deux avions ne sont pas non plus "invisibles" et peuvent aussi possiblement etre abattus), mais effectivement pas par furtivité passive (la méthode passive allant être très rapidement obsolète dans les 10/15 ans à venir d'après les spécialistes du sujet).

Écrit par : Teeny | 29/12/2017

@Matt, la furtivité n'est plus qu'un paramètre parmi tant d'autres, il n'a plus autant d'importance qu'avant car les nouveaux radars n'otn plus aucun problème a détecté ces avions furtifs.
Quand à la chine, ou meme les russes, ce n'est pas parce qu'ils prétendent faire un avion furtif qu'ils ne sont vraiment.
Le Rafale aussi à un taux de furtivité, j'avais lu dan sun A&C que sa signature radar équivalait à un missile. Donc difficile de définir cette notion de furtivité. Quand je vois le su-57 (T-50) avec ses énormes moteurs découvert je me demande quel peut être son réel taux de furtivité. Idem avec les appareils chinois qui nous ont habitué à faire de la sous qualité et surévaluer leurs matériels (qu'ils refusent de proposer lors des appel d'offre afin d'éviter une comparaison qui serait surement négative pour eux).
Bref, la furtivité est un paramètre dépassé, qui a été rattrapé par les nouvelles technologies de radars AESA et optique. Pire, cette furtivité augmente le taux d'indisponibilité, augmente le prix de maintenance, et diminue les charges transportable en interne.
Arrêtons donc de croire qu'un avion furtif est mieux qu'un non furtif, c'est faux et archi faux. Un bon avion est avant tout un avion qui a une capacité d'interconnexion avec les autres, d'autodefense, de détection des menaces, de brouillage, de détection précoce, etc. La furtivité n'est qu'un paramètre parmi tant d'autres.

Écrit par : Albert66 | 29/12/2017

@Albert66. Pour qu'une solution "furtive" soit vraiment pertinente dans un contexte de pénétration sur un site fortement défendu, il faudrait qu'elle soit vraiment lowcost, jetable, ce que n'est pas un avion de combat en général.
.
Mais ce que peut être un missile, et dans une moindre mesure un drone.
.
Reste le problème des SAM, que je ne nie pas, mais les nations qui ont 30 avions n'engageront pas un avion, même furtif, à 150M€ faire du CAS contre des pickups armés de SAM. A la base c'est un non sens.

Écrit par : v_atekor | 30/12/2017

"Le F-35 a misé sur ses formes pour passer inaperçu aux yeux des radars adverses."

il me semble important de rappeler que les dites formes ont été définit au milieu des années 90, le projet F35 etant sélectionné en 2001 ... hors nous sommes (presque) en 2018 (et l'avion doit servir 30/40 ans)

=> les technologies évoluent, les formes du F35 restent

PS: on peut upgrader l'electronique d'un avion, sa structure "moins"

Écrit par : laurent | 30/12/2017

Messieurs .... encore de fausses impressions sur la furtivité et les contextes A2/AD

1) Le Rafale n'est absolument pas furtif ... une fois équipé de ses bombes/missiles/bidons sa Surface Equivalent "discrète" (donc déjà fortement supérieure à celle d'un F-35) se dégrade par un facteur 10 (SER x par 10). Donc, si le Rafale dispose en effet d'excellentes capacités de furtivité active, il est totalement dépourvu de furtivité passive.

2) Le F-35 dispose d'une furtivité passive performante ... mais pas seulement de cela. Pour rappel le F-35 est doté de capacités autonomes de Guerre Electronique intégrées venant compléter sa bulle défensive. Cet appareil est lourdement équipé en furtivité passive + active.

3) Vous vous acharnez sur le mythe d'une perte de pertinence de la furtivité passive dans les années qui arrivent ... alors que c'est totalement inexact. Oui les technologies évoluent mais ni les AESA, ni l'optique, ni les radars passifs, ni les radars Low Band ne sont en capacité de rendre un avion non furtif moins vulnérable qu'un furtif ... bien au contraire !!!

Dites vous bien qu'AUCUNE des technologies citées ci-dessus n'arrivent à la cheville des radars HF concernant la portée à laquelle il est possible d'accrocher et un ennemi et guider une arme sur lui. Cela veut dire que si votre SER est trop élevée, vous vous ferez tirer dessus bien avant de vous être rapproché assez près d'un furtif pour pouvoir utiliser ces nouveaux systèmes.

Cela ne veut pas dire que la furtivité est toute puissante .... avec le F-117 les américains ont compris qu'elle était un atout majeur, mais qu'elle devait être intégrée à une bulle défensive plus large. C'est pour cela que le F-35 cumul les furtivité actives, passives et des capacités de détection étonnantes pour un chasseur (identification des menaces ).

Regardez les propos et les actes des militaires et industriels français sur le sujet ... ils confirment clairement que la furtivité passive est une priorité majeure pour leurs orientations des prochaines années !!!! et on peut difficilement les accuser de faire la publicité pour Lockheed Martin.

Écrit par : Dany40 | 31/12/2017

@Dany40

Vous vous contredisez dans le même paragraphe, je vous cite :

"1) Le Rafale n'est absolument pas furtif [...] si le Rafale dispose en effet d'excellentes capacités de furtivité active"

Faudrait savoir, il n'est pas furtif mais dispose d'excellentes capacités de furtivité active ?

La furtivité n'est pas, loin s'en faut, réalisée uniquement passivement. C'est le credo des américains. Mais elle peut aussi être réalisée activement, c'est le credo des français. Qui a raison ? Il faudra attendre une improbable guerre franco américaine pour le savoir.

En attendant il y a un des deux avions qui est combat proven, qui n'a pas quinze ans de retard dans son développement et sa mise en service complète (qui n'arrivera pas avant la fin des années 2020), qui n'a pas doublé son budget prévisionnel (et encore ce n'est pas fini), qui n'est pas obligé d'ouvrir sa soute toutes les dix minutes pour refroidir son carburant, qui ne dédouble pas faussement les pistes de son radar et de ceux de ses équipiers en créant une confusion au lieu d'une fusion de données, qui ne risque pas de briser la nuque de ses pilotes au catapultage, qui n'a pas un logiciel espion qui renvoie tous vos faits et gestes à son constructeur, qui ne demande pas à être connecté à un réseau haut débit pour autoriser sa mise en route depuis les USA...

Devinez lequel ?

Écrit par : Teeny | 31/12/2017

ca leur fera les pieds a tous ces idiots d avori acheter une poubelle volante incapable de faire des mission tout seul bref rien qu en entretien cava leur couter une plombe aller buvons a la gloire de ces politiques idiots ou ont ils touchés des pots de vins en retrocessions interdit en france mais autorisé ailleurs .....a mediter

Écrit par : emmanuel | 31/12/2017

Je viens de regarder l’histoire du précédent catastrophique F-111. Apparement, les mêmes processus de décisions (a échelle internationale cette fois) permettent à Lockheed (comme General Dynamic en son temps) de se remplir les poches... Espérons que sa carrière opérationnelle aura plus de succès que son antécédent.
Bonne année à tous les fan d’aviation !

Écrit par : Al&X | 01/01/2018

@Teeny
"Vous vous contredisez dans le même paragraphe, je vous cite :

"1) Le Rafale n'est absolument pas furtif [...] si le Rafale dispose en effet d'excellentes capacités de furtivité active"

Ne vous faites pas plus bête que vous êtes ... je suis certain que vous avez bien compris que je parlais de furtivité PASSIVE, par rapport à la furtivité ACTIVE.

Pour le reste pensez vous sérieusement que le F-35 doit aujourd'hui ouvrir ses soutes pour son refroidissement ?? que son radar dédouble les pistes ??? Vous êtes sérieux ??

Les US Marines viennent d'annoncer les premières opérations réelles du F35-B pour 2018 !! Voyez vous le décalage de vos dires avec la réalité ??

Bien sûr que cet appareil est le résultat d'un programme hors délai et hors budget... mais cela n'indique absolument pas que l'avion final sera un mauvais avion !!! ne confondez pas !!

Et comme je vous l'indiquez plus haut ... là où le Rafale ne peut compter que sur une furtivité Active, le F-35 lui dispose de furtivité active et passive.

Encore une fois cela ne veut pas dire que le Rafale est dépassé .... le standard F4 + SCAF est conçu pour suivre la route ouverte par le F-35. Mais arrêtez de vouloir nous faire croire que tous ces militaires voulant prioritairement le F-35 sont des idiots ou des corrompus ... même le CEMAA français a clairement déclaré que le F-35 allait être une référence en terme de capacités opérationnelles.

Cela ne veut pas dire que le F-35 n'est pas un élément d'une géostratégie de mise sous influence de la part des USA ... mais en aucun cas on ne peut affirmer aujourd'hui que cet avion ne sera pas efficace sur le terrain.

Écrit par : Dany40 | 01/01/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.