19/12/2017

Vol inaugural pour le prototype du V-280 « Valor » !

 

268231-280-1-68ac99-large-1513634579.jpg

                                                          

Amarillo au Texas, Bell Helicopter, a réalisé hier le premier vol de son V-280 « Valor ».  Le V-280 « Valor » est un « tilt-rotor » de nouvelle génération conçu pour offrir des capacités d'agilité, de vitesse, de portée et de charge utile inégalées à un coût abordable. Cette étape représente un progrès exceptionnel dans le programme de développement du V-280 et rapproche Bell Helicopter de la création de la prochaine génération d'aéronefs à levage vertical pour les États-Unis.  

Le programme Bell V-280 « Valor » fait partie de l'initiative de démonstrateur technologique interarmées polyvalent (JMR-TD). Le programme JMR-TD est le précurseur scientifique et technologique du programme « Future Vertical Lift » (FVL) du ministère de la Défense. Le programme V-280 rassemble les ressources techniques et les capacités industrielles de Bell Helicopter, Lockheed Martin, GE, Moog, IAI, TRU Simulation et formation, Astronics, Eaton, GKN Aerospace, Meggitt et Spirit AeroSystems.

Le Bell V-280 « Valor » est censé fournir à l’armée des États-Unis les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. L'aéronef est conçu pour offrir la meilleure valeur en termes d'approvisionnement, d'exploitation et de soutien, et de structure de force. Avec deux fois la vitesse et la portée des hélicoptères conventionnels.

Le Bell V-280 « Valor » dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. L'armée américaine et le ministère de la Défense sont en effet, à la recherche d’un hélicoptère capable à l’avenir de voler à une vitesse de 230 nœuds, en lieu et place des 140 actuels.

Le concept du V-280 « Valor » est basé sur la gamme des « tilt-rotors » de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles.

Le Bell V-280 « Valor » à rotors basculants doit offrir selon son concepteur, les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. Le Bell V-280 aura la capacité d'effectuer une multitude de missions avec une vitesse inégalée avec une grande agilité.

bell textron,tilt-rotor,us army,blog défense,aviation et défense,nou

 

Photos : Premier vol du V-280 Valor @ Bell Textron

Commentaires

C'est bizarre cette idée de moteurs fixes ! Il semble en effet que les transmissions entre les hélices et les arbres-moteurs ont toujours été des sources d'ennuis et de casses. Le nombre de pièces en mouvements me paraissent plus nombreuses dans cette configuration que pour un ensemble pivotant ... Enfin, je ne suis pas ingénieur ...

Écrit par : Daniel COCHARD | 19/12/2017

oui, en effet cette orientation des hélices sans que le moteur suive l'orientation est bizarre.
on voit sur le V22 ou l'AW609 l'ensemble moteur et hélices sur un même bloc et s'oriente.
on ce demande bien pourquoi le système du V22 n'a pas été repris pour le V280 en sachant de la complicité d'un tel système dont le V22 en a fait les frais avec accident et début du programme controversé.
ou bien une amélioration par rapport au V22 lors d'atterrissages sur des terrains poussiéreux d'où un danger pour les moteurs qui là le moteur est protégé de tout risque.
l'avenir le dira.

Écrit par : michel | 20/12/2017

Il ne faut pas oublier une chose à propos du V-22: Pour éviter qu'en cas d'extinction d'une des turbines l'appareil devienne complètement incontrôlable, les deux turbines et les deux rotors sont reliés mécaniquement entre eux. Si une des turbines flanche, la deuxième prend le relais, de manière à ce que la puissance attribuée aux 2 rotors reste équilibrée, pour éviter que l'appareil ne soit déséquilibré et puisse se poser plus ou moins délicatement (la puissance délivrée par un seul moteur ne suffisant généralement pas à maintenir l'appareil en vol en mode hélicoptère...)

De fait, en mettant ne faisant pas pivoter les turbines, on simplifie beaucoup ce système vu que l'arbre reliant les deux turbines est fixe.

De plus, en maintenant fixe les turbines, on simplifie aussi l'alimentation en carburant des moteurs, ainsi que les conduites hydrauliques/pneumatiques (je ne sais pas trop quel système équipe le V-22 mais ce n'est en tout cas pas un appareil tout électrique comme le 787) et les câbles électriques fournissant l'énergie (pneumatique/hydraulique/électrique) au reste de l'appareil.

Finalement, il me semble que la Navy ou les Marines ont eu quelques problèmes (sauf erreur dans le cas où l'appareil reste moteur allumé sur le pont d'envol) avec le fait que les flux d'air chaud sortant de la turbine sont dirigés directement contre le pont d'envol, et à une distance assez faible de celui-ci (c'est un peu le même problème qu'avec le réacteur du F-35B quand il est dirigé vers le bas). En maintenant les turbines horizontales comme sur ce nouveau concept, le problème est de facto réglé...

Écrit par : Chris | 20/12/2017

@Chris J'ai eu ouï dire que si les deux hélices étaient reliées entre elles par un arbre sur le V-280 Valor ce n'était pas le cas sur le V-22 Ospray ?

Écrit par : François | 20/12/2017

Je suis presque certain que c'est aussi le cas sur le V-22. Si ce n'était pas le cas, au moindre problème avec une des turbines, ça serait la catastrophe si l'appareil se trouvait en mode hélicoptère, car l'appareil serait complètement déséquilibré et il serait impossible de rattraper la situation, sauf à couper complètement et très rapidement la 2ème turbine, ce qui entrainerait une chute assez brutale, le V-22 semblant en plus avoir des capacités d'autorotation assez médiocres...

D'ailleurs, l'AW609 a aussi un axe qui relie les deux turbines, pour les mêmes raisons.

Écrit par : Chris | 20/12/2017

@Chris Ben oui justement, à ma connaissance on ne s'exerce pas à l'autorotation sur un bimoteur puisque il est quasi pas possible que les deux moteurs tombent en panne en même temps. Mais comme les hélices du V22 ne sont pas reliées entre elles, il se trouve en autorotation si un moteur tombe en panne.
Mais je peux me tromper ...

Écrit par : François | 20/12/2017

le V22 osprey est équipé d'un arbre de transmission qui longe sur toute la longueur de son aile mais en son centre, il y a une sorte d'embrayage qui relie les 2 moteurs, si au final un moteur est défectueux, le 2ème moteur donne lui donne de la force.
une sorte de 4x4

Écrit par : michel | 20/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.