28/11/2017

La Pologne lance son projet de nouvel avion de combat !

1394417922.jpg

Varsovie, l'inspection de l'armement du ministère polonais de la Défense a lancé la phase d'analyse et de l’étude de marché en vue de la sélection d’un nouvel avion de combat multirôles. L’objectif est de venir remplacer deux types d’avions en service, il s’agit des flottes de 18 Sukhoi Su-22 « Fitter » et 31 MiG-29 « Fulcrum ».

Varsovie a l'intention d'équiper au moins deux escadrons de nouveaux avions de combat soit 32 unités. Selon le ministère de la Défense, proposée devrait augmenter la capacité de l'armée de l'air polonaise à effectuer des missions contre-aériennes offensives et défensives, et à soutenir des opérations terrestres, maritimes et spéciales.

Les soumissionnaires potentiels sont tenus de soumettre leurs réponses, y compris une description générale de l'équipement proposé avant le 18 décembre. Les candidats sélectionnés recevront plus tard une demande de renseignements.

3602176537.jpg

Trois candidats connus :

Selon les premières informations, trois candidats sont déjà prêt pour répondre à la demande de la Pologne, il s’agit : d’Airbus DS avec l'Eurofighter T3 « Typhoon II », Saab avec le JAS-39 Gripen E ainsi que Lockheed-Martin avec le F-16 « Viper ».

Eurofighter T3 : 

2474012411.jpg

L’Eurofighter T3 (F3) dispose du radar AESA E-CAPTOR. L’arrivée du E-CAPTOR permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR actuel, mais, il est  doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar pour 2018 et de ce fait, répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. L'intégration d'armes comprend les missiles Meteor, Storm Shadow et Brimstone II et les bombes Paveway IV et de petit diamètre. 

Le Gripen E :

20171027-en-2713998-1.jpg

Le JAS-39 Gripen E MS21 dispose du radar AESA ES05 «Raven» couplé au système SWASHPLATE offrant une plage de détection démultipliée unique. L’avion a reçu un IRST (Infra-Red Seach and Track) Skyward-G produit par Selex-ES qui permet la transmission de données d’acquisition entre les appareils. Contrairement aux versions précédente le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces. L’avion est motorisé avec le General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise ».Le nouveau système de guerre électronique (Warfare System) une détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le Gripen E emporte une large variété de missiles : AIM-9X, IRIS-T, A-Darter, Python, AMRAAM, Meteor, RBS14, Maverick, Brimstone, Taurus KEPD, ainsi que la panoplie complète des bombes à guidage laser/GPS.

Le F-16 « Viper » Block70 :

177509571.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

 

Photos : 1 MiG-29 polonais 2 Su-22 polonais @ PAF 3 Eurofighter T2 @ Airbus DS 4 Gripen E @ Saab 5 F-16 Viper @ Lockheed-Martin

Commentaires

Sachant que la Pologne n'a pas du tout le réflexe UE lors de ses achats, le jeux sont déjà pipes maintenant.
Et dire que c'est lUE et la Suisse qui va financer ce transfer de devises directions les USA....

Écrit par : Al&X | 28/11/2017

La Pologne est déjà équipée de F-16. Il semble donc logique qu'elle remplace la flotte des Mig-39 et Su-22 par des F-16 Viper, ce qui réduirait le coût de la formation, de la transition des pilotes et mécaniciens.

Écrit par : Specht | 29/11/2017

Il va falloir qu'ils se crédibilisent au niveau du respect des contrats signés sur la durée. Cet état fait preuve de beaucoup de versatilité, tergiversation envers ses engagements.

Écrit par : luc-2-3 | 29/11/2017

@luc-2-3, la Pologne ne fait preuve d'aucune versatilité en vers les Etats Unis, elle leur a toujours été extrêmement fidèle !!
Personne ne croit sérieusement à un achat autre qu'U.S.

Écrit par : François | 29/11/2017

La Pologne, pour des raisons qui tiennent à son histoire difficile, a toujours regardé vers l'Amérique, le reste à commencer pour l'Europe ou la confiance n'a jamais été réellement de mise est une mauvaise affaire.

Écrit par : LBE | 29/11/2017

Pas de F-35? J'avait entendu que le polonais s'y intéressaient.

Écrit par : GBU | 29/11/2017

@GBU
Connaissez-vous la "Salamitaktik", bien connue chez nos compatriotes alémaniques?
Elle consiste en un "ensaucissonnage" progressif de l'affaire afin de ne pas heurter les susceptibilités...

1ère étape: Faire entrer le loup dans la bergerie:
-Éliminer Airbus ne devrait pas poser beaucoup de problèmes, prix, corruption, compatibilité, retour sur investissement etc. On a vu la manière de faire avec les hélicoptères.
- Éliminer Saab est un peu plus compliqué surtout à cause du prix.
Et c'est là que le F-16 entre en jeu.
Le F-16 peut rivaliser sans peine au niveau du prix et de la technologie avec le Gripen. En outre la compatibilité avec l'existant est assurée.
Nous y sommes presque, LM est dans la bergerie...

2ème étape faire avaler à l'opinion publique des lampions pour des lanternes:
Entre temps beaucoup d'eau sera passée sous les ponts, certains auront déjà oubliés le CDC originel.
LM et les pouvoir publics polonais, auront œuvrer pour faire passer qu'un certain nombre de F-35 vaut largement un autre nombre (plus important) de F-16.
LM va saupoudrer le tout avec un ROI très favorable pour la Pologne.
Voilà, dans 3 à 4 ans la Pologne aura ses F-35, sans que personne ne s'en émeuve.

Écrit par : forêt10 | 29/11/2017

"Salamitaktik" je proposerais salmigondis : Mélange confus et disparate.
Pour le F35 il est même prévu pour les frères musulmans (Turquie par Erdogan qui en fait partie, et est en haut de l'organigramme).

Écrit par : luc-2-3 | 29/11/2017

@forêt10, merci. C'est très bien expliqué comme ça :-)

Écrit par : GBU | 29/11/2017

@forêt10

Votre scénario tient extrêmement bien la route ... et cela pourrait bien se passer comme çà.

A votre réflexion je rajouterais le contexte géostratégique. On reproche à raison l'alignement intéressé de la Pologne à l'UE, pour en fait se tourner vers les USA dans le domaine militaire. Si cela est criticable sur le plan des principes, c'est cependant une simple marque de pragmatisme de la part des polonais.
En effet, l'élément essentiel pour les polonais c'est la capacité à faire face à l'ombre menaçante russe ... c'est un profond traumatisme historique qui guide prioritairement leurs décisions militaires. Avec une Russie très aggressive, et la totale débandade de l'Europe face à la Russie dans le dossier ukrainien (qui est TRES local et marquant pour la Pologne)... les polonais ne voient que la protection US comme bouclier réaliste. Ils sont totalement persuadés de ne pouvoir compter que sur l'Oncle Sam dans une opposition frontale avec les russes ... et on peut difficelement leur reprocher.

Donc l'achat de matériel militaire prioritairement aux USA fait sens dans la logique d'auto-défense polonaise. Dans ce cadre l'achat des F-16V est très cohérent puisque c'est un appareil déjà connu des personnels de l'armée polonaise.
L'introduction dans un 2eme temps du F-35 suivrait en effet une vrai logique ... car face aux nouveaux systèmes de guerre russe il faudra à terme aux polonais un avion tournée vers l'avenir.

Écrit par : Dany40 | 29/11/2017

Je suivi avec attention tous les commentaires sur cet article .Mais si vous permettez j’ai deux questions : Avec quel argent vont ils les polonais acheter ces avions si chers. et Quelq’un croit vraiement que si un jour aura une guerre celle ci sera conventionnelle .Et pour finir qui pense sérieusement que la Russie pourrait envahir l’Europe et pourquoi faire.Ca commence à bien faire qu’avec le discours attention ils arrivent les méchants russes,tout cette peur pour justifier de dépenses armamentistiques . Lamentable et vraiment triste

Écrit par : Alberto | 30/11/2017

@Alberto: Les avions présentés ici du moins en ce qui concerne le F-16 Viper puis le Gripen sont les moins chers du marché, par ailleurs ce futur achat fait partie d'une volonté de rééquipement de ce pays. La Pologne va augmenter son budget de la défense à 45 milliards d'euros.

En ce qui concerne une éventuelle invasion de la Russie, je vous rappelle que celle-ci a repris la Crimée par la force en 48 heures et ceci simplement parce que l'Otan ne dispose purement et simplement plus de forces suffisante pour faire contre-poid dans la région.

Par ailleurs, je porte à votre connaissance que les sources de conflits sont le résultat des déséquilibres militaires. Un continent ou les forces armées sont équilibrées est source de paix, pas l'inverse. L'histoire nous est témoin.

Et pour terminer, si une guerre se décalre en Europe elle sera hybride, soit avec des chars, des avions, des troupes au sol, du terrorisme, le tout mélé à des cyberattaques . Il ne s'agit pas comme vous l'écrivez de faire peur, mais nous vivions dans cette réalité. A ce propos je vous signale qu'un conflit violent perdure au Yemen et il y a peine une heure un missile tiré par les Houtis à frapper l'Arabie Saoudite, soit une arme bien conventionnelle.

Écrit par : Steeve | 30/11/2017

@Steeve

Totalement d’accord avec votre message. Je rajouterais une chose :

L’exemple des Houthis que vous donnez est crucial ... car il incarne ce que sera l’avenir pour les contextes opérationnels des décennies qui viennent ...
L’armement sol air massif de cette milice justifie la nécessité de se doter d’appareils modernes difficiles à cibler si on veut pouvoir agir avec sécurité :
http://missiledefenseadvocacy.org/missile-threat-and-proliferation/todays-missile-threat/non-state-actors/houthis/

Ceux qui doutent de l’importance cruciale dans l’avenir proche de la furtivité nient ou ignorent cette réalité ...

Qu’est ce que cela signifie pour la Pologne ??

Cela signifie que si elle veut pouvoir agir sur les théâtres étrangers dans les prochaines décennies sans dépendre d’un allié elle est obligée d’investir dans un avion coûteux doté d’une excellente bulle défensive contre les menaces sol air à guidage radar et IR.
Si elle se contente d’avions non dotés de ces adaptations, elle se limite à une capacité d’action au dessus de son propre sol (police de l’air et défense d’espace aérien ).

La question centrale est donc toujours la même : Qu’elle ambition ??

Écrit par : Dany40 | 01/12/2017

"Un continent ou les forces armées sont équilibrées est source de paix, pas l'inverse. L'histoire nous est témoin."
.
Comme en 1914 ?

Écrit par : v_atekor | 01/12/2017

@V_atekor: effectivement, hormis la France (même avec un équipement du soldat dépassé en 14) et l'Allemagne les autres pays n'avaient pas la même puissance en terme d'artillerie par exemple.

Écrit par : Steeve | 01/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.