17/10/2017

Alliance Airbus Bombardier !

 

bombardier,boeing,airbus,cseries,alliance avionneurs,canada,aviation canada,québec aviation,transport aérien,infos aviation

L’annonce du rapprochement entre les avionneurs Airbus et Bombardier en ce qui concerne le programme CSéries vient bouleverser le secteur des transporteurs civiles. Ce nouveau partenariat voit Airbus prendre une part majoritaire du programme d'avions moyen-courrier CSeries du canadien Bombardier.

Selon les termes de l'accord, Airbus détiendra approximativement 50,01% de l'entité qui gère le programme CSeries, alors que Bombardier et Investissement Québec, bras du gouvernement provincial, ne détiendront respectivement plus que 31 et 19%. Si le siège du programme et la ligne d'assemblage principale resteront basés au Québec, une seconde ligne d'assemblage sera établie à Mobile, Alabama (Sud des États-Unis), où Airbus a aussi installé une ligne d'assemblage finale pour sa famille A320.

Un partenariat commercial fort :

Cette alliance aura plusieurs effets importants. D’une part l’ouverture d’une chaîne de fabrication du Cséries aux Etats-Unis aura pour effet de contrer la volonté américaine de taxer l’avion canadien à 220%. A noter que de son côté Boeing a fait savoir que pour lui que ce rapprochement ressemble à « un accord discutable entre deux compétiteurs dépendant grandement des subventions de l'État pour contourner que ce rapprochement ressemble à «un accord discutable entre deux compétiteurs dépendant grandement des subventions de l'État pour contourner la décision américaine d'imposer des droits compensatoires et antidumping au CSeries ».

Si Airbus n’injectera pas d’argent directement, sa capacité commerciale permettra à Bombardier de profiter d’un accès sans précédent en direction des transporteurs clients de l’avionneur européen. Par ailleurs, des économies importantes pourront être faites en terme de production chez les deux avionneurs.

 

De l’autre côté Airbus bénéficiera d’un renfort sur le segment des avions monocouloirs de 100 à 150 places. Certes, il y a bien l'A319, mais celui-ci se vend mal depuis cinq ans.

Une mauvaise nouvelle pour la concurrence :

Si Boeing peu grincer des dents, l’avionneur américain ne sera pas pour autant le plus touché par cette alliance. Les acteurs du segment des 80 à 150 places seront les premiers à en faire les frais, Mitsubishi avec son MRJ, Sukhoi et son SSJ100 et d’une certaine manière le brésilien Embraer avec sa gamme ERJ. Mais l’alliance Airbus/Bombardier aura également un poids conséquent sur le marché chinois et les créations locales qui sont en difficultés.

Et après ?

Cette alliance aura-t-elle d’autres développements ? Bombardier pourrait apporter à Airbus une gamme complète d’avions d’affaires (LearJet, Challenger, Global) et en ce qui concerne les petits jets régionaux,  le CRJ et le turbopropulseur Q400 complètent à merveilles la gamme. Peut-on également imaginer un futur partenariat militaire sur l’Eurofighter et même l’après Typhoon ? Tout est envisageable aujourd’hui.

 

Photo : CS100 de SWISS @ Bombardier

 

 

Commentaires

Eh bien SWISS doit s’en mordre les doigts! La diversification des fournisseurs devient compliquée.
Est-ceà long terme une bonne nouvelle pour bombardier.. Airbus a un concurrent au le CSerie

Écrit par : Al&X | 17/10/2017

Pas mal joué pour Airbus , reconnaissons-le , d'autant que le CSéries semble prometteur .
Espérons que ces belles perspectives ne soient pas compromises par les soupçons de plus en plus évoqués d'une considérable affaire de corruption qui va bientôt toucher Airbus , cf notamment le dernier article du Spiegel sur le sujet ...

Écrit par : philbeau | 17/10/2017

Hmouais... A terme, Airbus absorbera Bombardier (du moins ses activités aéronautiques) afin de rester le seul véritable concurrent de Boeing. Quand à Boeing, de quoi se plaint-il ? Le succès de Boeing est dû aux commandes étatiques pendant la Guerre (programmes militaires, notamment B-17 et B-29) et après-guerre (KC-135). Là aussi il y a eu quelques généreuses subventions...

Écrit par : Luc | 18/10/2017

@AI&X: Bien au contraire, à terme les côuts de logistique vont baisser et la décision d’Airbus conforté dans l’idee que la gamme CSeries est bonne.

@Luc: il y a effectivement un risque d’absorption de Bombardier par Airbus à terme.

Écrit par : Pk | 18/10/2017

La vérité est qu'Airbus cherche un échappatoire à la pénurie de commande de ses avions, dont profite amplement Boeing.

Suite à la décision de Tom Enders de démanteler le service SMO (Strategy Marketing Organization), dirigé par Marwan Lahoud et, avant lui, par Jean-Paul Gut. Une équipe qui disposait d'un réseau et d'une influence incroyables à travers le monde. SMO, qui fait actuellement l'objet de soupçons de faits de corruption, a fait gagner des milliards d'euros de commandes au groupe.
Les commandes sont en chute libre, Boeing totalise cette année de plus du double de commandes que son adversaire et l'année n'est pas finie...

Certains analystes parlent même de la survie d'Airbus!
Donc pas sûr que pour Bombardier que ce soit une bonne affaire.

Écrit par : forêt10 | 18/10/2017

@Forêt : pour Bombardier c'est une bonne affaire puisque une fois ses clients retirés, la seule alternative était la faillite pure et dure, puisque plus personne ne pouvait suivre Bombardier. S'attaquer aux deux géants est déjà une grosse ambition, mais tenir 4 ou 5 ans sans clients le temps que ça se règle à l'OMC, c'est tout simplement irréaliste.
.
Trump vient de leur refaire le coup de l'Avrow, puissance 10, car le CSérie est nettement plus moderne que le 737.
.
Mais bon, ils achèteront du F35 quand même.

Écrit par : v_atekor | 19/10/2017

En voulant écraser Bombardier avec un bâton de beaseball celui-ci est revenu en plein dans la figure de Boeing. Le Avrow a volé que sous forme de prototype tandis que la CSérie volera sous les couleurs de bien des compagnies aériennes. La classe politique et économique sont favorables à cette acquisition. Quant au remplacement de nos CCF-118...le processus d'achat par le gouvernement fédéral n'est pas encore enclenché...

Écrit par : Simon Perrault | 28/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.