06/10/2017

Le PC-24 bientôt certifié !

pc-24-p02-switzerland-48.jpg

Le jet de Pilatus PC-24 sera exposé lors du salon de l'aviation d’affaires de la NBAA Convention & Exhibition qui se tiendra à Las Vegas ce mois. L’avionneur Pilatus prévoit obtenir le certificat de type pour son super polyvalent Jet en décembre 2017.

Le projet de développement du PC-24 est maintenant entré dans sa phase finale, les tests les plus difficiles ont tous été réalisés avec succès. Les trois prototypes du PC-24 ont exécuté un total de 1’250 vols pour 2’000 heures. Les tests de fiabilité de fonction sont en cours avec le P03, ce qui correspond à la norme de production. Le P02, le second PC-24 sera présenté en même temps que la dernière version du PC-12 NG au stand intérieur de Pilatus à l'événement NBAA-BACE du 10 au 12 Octobre. 

La certification de type prévu avant la fin de l'année :

Pilatus prévoit obtenir la certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et la Federal Aviation Administration (FAA) en décembre 2017. La remise officielle du premier appareil du client devrait aller de l'avant avant la fin de l'année. Pilatus est en passe de tenir son calendrier de livraison.

Pour Oscar J. Schwenk, président de Pilatus :« Je suis très satisfait des progrès du programme de développement et je suis impatient du moment où nous aurons obtenu le certificat de type pour remettre le premier exemplaire du PC-24 à notre premier client. Je n’ai aucun doute sur le fait que les futurs opérateurs seront plus que ravis de la performance exceptionnelle du Super Jet polyvalent et les innombrables possibilités qu'il offre. » 

pc-24-cockpit-4.jpg

Expansion du service à la clientèle :

A partir du 1er septembre, Pilatus a lancé un centre de service à la clientèle 24/7 pour répondre aux attentes élevées des clients du PC-24. Les pièces de rechange et autres appuis techniques peuvent désormais être demandés dans le monde entier, 365 jours par an. Les clients du PC-12 bénéficieront également de ce service amélioré. Ces derniers mois, Pilatus a également élargi son réseau mondial de centres de service pour le PC-24.

En partenariat avec FlightSafety International, Pilatus a développé un « Full Motion Simulator » et des unités de formation d'entretien qui seront disponibles pour l'enseignement des équipages en temps utile avant la certification. 

propos du Super Jet Polyvalent :

Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires dans le monde entier conçu pour décoller et atterrir sur des pistes très courtes, ou les pistes non pavées, et d’offrir une porte cargo standard. Il dispose également d'une cabine très spacieuse dont l'intérieur peut être facilement adaptée aux besoins du personnels. La flexibilité exceptionnelle du PC-24 ouvre la porte sur un éventail enviable de possibilités, que ce soit en temps que jet d'affaires, d'avions d'ambulance ou pour d'autres missions spéciales. Tout cela fait un super polyvalent Jet, un avion conçu pour répondre à une grande variété de profils de mission individuels.

pc-24-p02-switzerland-44.jpg

Photos : Le PC-24 et son cockpit @ Pilatus Aircraft

Commentaires

Bravo à Pilatus ce jet est une pure merveille, je suis toujours en admiration devant le génie aéronautique qui caractérise l'entreprise suisse.

Écrit par : Arielle Lebszinski | 06/10/2017

Il est juste magnifique cet avion.
Comment est-ce que vous dites cocorico en Suisse ?

Écrit par : Gian | 07/10/2017

Ce jet est une incroyable réussite et démontre une fois de plus la créativité et la compétense de Pilatus, une petite entreprise qui à la valeur des plus grands avionneurs. Bravo!

Écrit par : Florence | 07/10/2017

Salut les suisses ! Bravo a vous pour cette magnifique réussite !!
Un mariage Pilatus-Dassault ça aurait de la gueule ! Qu'en pensez-vous ?
Deux entreprises parfaitement complémentaires. Entrainement + combat dans me militaire et milieu de gamme + haut de gamme dans les avions d'affaire.

Écrit par : François | 08/10/2017

@François, On sent la tentative d'imposer le Rafale dans votre cmmentaire. Encore faudrait-il connaitre notre pays avant d'avancer tout et n'importe quoi. Complémentaire en matière d'avion d'affaires peut-être, mais sûrement pas en matière d'avions de combat. La neutralité nous impose des restrictions d'exportations en direction de zone à risque alors que la France est moins regardante.

De l'autre, le précédent lors de la contre-offre de Dassault en direction de notre parlement à créer une méfiance qui pousse aujourd'hui notre pays à se tourner vers Bombardier pour le renouvellement des avions d'affaires de la Confédération.

Écrit par : Steeve | 08/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.